Rejoignez-nous

Radio Lac Matin

Les enjeux du Forum mondial de l’investissement, à Genève

Publié

,

le

Cette semaine, les acteurs du monde de l’investissement se retrouvent au Palais des Nations à Genève pour le Forum mondial de l’investissement. 

Le Forum mondial de l’investissement est organisé tous les deux ans par la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement, dont le rôle est de faciliter l’accès des pays en développement au commerce international pour qu’ils puissent tirer les avantages économiques de la mondialisation. Ce sont donc plus de 5000 participants issus de 160 pays qui envahissent le Palais des Nations cette semaine pour discuter de nouvelles initiatives pour investir dans le développement.

C’est un rassemblement de haut niveau qui s’inscrit dans un contexte où l’on s’inquiète de l’état des flux d’investissements dans le monde. Ces derniers sont effectivement à la baisse et cela pourrait avoir un impact sur la capacité des dirigeants à réaliser d’ici 2030 les Objectifs de développement durable, cet ambitieux programme adopté par la communauté internationale il y a trois ans pour sauver l’avenir de la planète et de ses habitants.

Les flux d’investissements à l’étranger sont à la baisse. Quelle est l’ampleur du problème ?

Pour la première moitié de cette année, à l’échelle mondiale, les investissements étrangers directs ont baissé de 41 pour cent. C’est la baisse la plus importante depuis 10 ans. Pour toute l’année 2017, ces mêmes investissements dans les pays développés et en transition n’avaient baissé que de 23 pour cent. Pour le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, cette tendance à la baisse constitue une préoccupation à long terme pour les décideurs politiques du monde entier, notamment pour ceux des pays en développement.

Ls Objectifs de développement durable visent à supprimer la pauvreté, à éliminer la faim, à améliorer l’accès à l’éducation, à lutter contre les changements climatiques… c’est effectivement un programme ambitieux. Quel est le niveau d’investissement nécessaire pour y arriver ?

D’après une étude de la CNUCED, le secteur privé devrait investir à hauteur de 3,900 milliards de dollars par an dans les pays en développement pour générer l’activité économique nécessaire pour réaliser les objectifs de développement durable. Les niveaux actuels montrent un écart d’investissement d’environ 2,500 milliards de dollars.

Et que va-t-il se passer au juste à ce Forum mondial de l’investissement ?

Le Forum, qui a commencé hier après-midi, sera caractérisé par une soixantaine de manifestations, dont trois sommets, cinq tables rondes ministérielles, des sessions animées par le secteur privé. Il y a évidemment beaucoup de discussions sur comment attirer et canaliser les investissements au profit du développement durable, mais on verra aussi des sessions sur les actions orientées vers les transformations durables et les modes de financement pour le développement, tels que l’utilisation de la technologie blockchain et le financement mixte. Ce sera donc un véritable lieu de rencontre pour l’investissement et les échanges, auquel participent de nombreux ministres, des parlementaires, des chefs d’entreprise, et 14 chef d’Etats ou de gouvernements, comme les présidents du Botswana et de la Namibie, mais aussi ceux du Bangladesh, de la Mongolie et du Monténégro. Le président de la Suisse Alain Berset s’est exprimé hier lors de la cérémonie d’ouverture dans l’immense salle des Assemblées du Palais des Nations – capacité de plus de 1000 personnes.  

Du côté de l’ONU, la présidente de l’Assemblée générale, l’Equatorienne Maria Fernanda Espinosa, la quatrième femme seulement à détenir ce poste dans l’histoire de l’ONU, est aussi présente. Demain 24 octobre, jour anniversaire de l’Organisation des Nations Unies, qui a été créée ce jour-là il y a déjà 73 ans, elle s’exprimera aussi lors d’une session sur le rôle des investissements dans la paix et la sécurité. 

Rhéal Leblanc Genève internationale

L'invité

Nicolas Walder, Conseiller national Vert

Publié

le

L’initiative de limitation est un couperet. Pour le Conseiller national Vert, Nicolas Walder, l’enjeu est clair lors des votations du 27 septembre prochain. Il était l’invité de Béatrice Rul, à 7h35, dans Radio Lac Matin.

 

Continuer la lecture

L'invité

Philippe Clément, journaliste spécialiste automobile

Publié

le

Philippe Clément

Quel avenir pour le salon international de l’auto de Genève? Après l’annulation de l’édition de 2020 pour cause de Covid-19, la plus grande incertitude plane au-dessus de la grand’messe genevoise. Eclairage avec Philippe Clément, journaliste spécialiste de l’automobile, qui était l’invité de Benoît Rouchaleau, ce vendredi à 7H35, dans Radio Lac Matin.

Philippe Clément Journaliste automobile

Continuer la lecture

L'invité

Felipe Ortiz, vice-président du Servette FC

Publié

le

Felipe Ortiz, vice-président du Servette FC

Retour gagnant pour le Servette FC en coupe d’Europe. 8 ans après son dernier match européen, les grenat se sont imposés 3-0 jeudi soir contre les slovaques de Ruzomberok au premier tour qualificatif pour l’Europa League. Retour sur le match et les ambitions du club avec Felipe Ortiz, le vice-président du SFC, qui était l’invité de Benoît Rouchaleau, à 7h35, dans Radio Lac Matin.

Felipe Ortiz  Vice-président du Servette FC

Continuer la lecture

L'invité

Serge Dal Busco, Conseiller d’Etat chargé des transports

Publié

le

Un vendredi sous le signe de la manifestation, ce vendredi, à Genève. Pas moins de deux, dont une qui s’attaque aux bandes cyclables, qui viennent d’être prolongées de trois mois, par le Conseil d’Etat. Serge Dal Busco, le magistrat en charge des transports, était l’invité de Béatrice Rul, à 7h20, dans Radio Lac Matin.

 

Continuer la lecture

L'invité

Christina Kitsos, conseillère administrative Ville de Genève, chargée de la Cohésion Sociale

Publié

le

La rentrée des classes sera un peu particulière à Champel. La hausse des effectifs a entraîné un transfert d’élèves de Le Corbusier aux Crêts de Champel, avec des fratries qui ont même dues être séparées. La Conseillère administrative, Christina Kitsos, réfute un manque d’anticipation et souligne la lenteur des réalisations, en Ville. Elle était l’invitée de Béatrice Rul, à 7h20, dans Radio Lac Matin.

 

 

Continuer la lecture