Rejoignez-nous

On fait la route ensemble

Info ou Infox - Est-ce que faire le plein en téléphonant est vraiment dangereux?

Publié

,

le

Chaque jour une idée reçue est passée au crible de radio Lac. Aujourd'hui, est-ce que faire le plein en téléphonant est vraiment dangereux?

Est-il vraiment si dangereux de faire le plein en téléphonant?

Et bien non. La recommandation tient plus du principe de précaution que du risque avéré. Dans la théorie, un simple téléphone portable peut enflammer la vapeur d'essence qui s'échappe du pistolet lorsqu'un automobiliste fait le plein. Ce qu’il faut comprendre c’est qu’une batterie entièrement chargée porte en elle plusieurs millions de fois l'énergie nécessaire à la production d'une étincelle qui serait donc susceptible de mettre le feu aux poudres. Mais dans la pratique, un téléphone portable n'est pas censé émettre d'étincelles.

Ce n'est pas une question d'ondes

Les ondes des téléphones mobiles sont incapables de déclencher la combustion de l’essence. Les ondes peuvent chauffer un corps comme l’eau, car c’est une molécule qui a des caractéristiques spécifiques. Lorsqu’elle se trouve dans un champ électromagnétique comme un micro-ondes, ses molécules vont se déplacer et chauffer. 

Ca ne marche pas pour l'essence 

C’est la structure de la molécule d’essence qui veut ça. Si on mettait de l’essence au micro-ondes, on constaterait que sa température n’augmente pas. Et vu que les ondes de notre smartphone, sont moins puissantes que celles du micro-ondes, elles ne risquent pas de déclencher la combustion de l’essence !

Le vrai risque c’est une étincelle.

Petit rappel: pour provoquer un feu, il faut un comburant, comme l’air, un carburant comme la vapeur d’essence et un apport d’énergie, comme une étincelle. Mais dans l’absolu n’importe quel objet électronique est susceptible de produire des étincelles. Alors, c’est très rare et il ne faut vraiment pas de chance pour qu’un court-circuit se produise dans un portable, mais cela reste possible. Mais si cela concerne le téléphone portable, c’est aussi le cas pour un appareil MP3 ou tout simplement des clés de voiture qui commandent à distance l’ouverture des portes ! Donc en résumé il y a très peu de chance que ça arrive mais mieux vaut en tout cas rester prudents.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cinéma & Séries TV

VIDEO - Gérard Jugnot aime le cinéma "de bande"

Publié

le

© Arnaud Borrel

Il devient presque rare de trouver une comédie que toute la famille peut regarder. C'est chose faite avec "Pourris Gâtés". Gérard Jugnot y interprète Francis Bartek, homme d'affaire dont les enfants (Camille Lou, Artus, Luka Meliava) ne font rien de leur vie, à part dépenser l’argent que leur père a durement gagné. Afin de leur donner une leçon, il va les forcer à travailler.

L'acteur Gérard Jugnot et le réalisateur Nicolas Cuche sont venu gâter (sans pourrir!) Benjamin Smadja et Laurie Selli

L'homme d'affaire Francis Bartek est un personnage que Gérard Jugnot a apprécié. "J’ai aimé jouer ce père de famille qui a passé son temps à faire des affaires, qui a réussi dans la vie mais qui n’en a pas pour autant réussi sa vie et qui a été très marqué par la disparition de sa femme dont l’absence est très présente comme si son rôle à elle avait été de s’occuper des enfants tandis que lui travaillait. C’est un personnage fort et en même temps plein de faiblesses et de failles. Il est richissime mais ne fait pas partie de la jet-set dont il n’a pas du tout les codes. On comprend vite d’ailleurs qu’il vient d’un milieu ouvrier modeste. Le fait qu’il veuille donner une leçon à ses enfants lorsqu’il se rend compte qu’il a fait fausse route dans leur éducation, mais que ce soit lui qui la reçoive m’a bien plu."

La tache de mettre en scène ces quatre personnalités fortes revient à Nicolas Cuche, déjà aux manettes de la série Les bracelets rouges. Il a aussi co-écrit le film avec Laurent Turner, qui connait bien Monaco "ce zoo de super riches un peu déconnectés de la réalité mais pourtant bien réel. L’endroit nous a donc paru idéal pour fixer leur cadre de vie. Laurent connait aussi quelques monégasques dont nous nous sommes inspirés. Le trait, parfois, est à peine forcé, beaucoup moins qu’on ne pourrait l’imaginer. Les trois personnalités se
sont dessinées assez rapidement. L’aîné qui tente de marcher sur les traces de son père dans le business mais qui est velléitaire et
nul, la fille à papa gâtée, un peu écervelée, et le petit dernier soi-disant anarchiste qui est dans le rejet du système et de l’argent mais qui en profite à fond. Ils peuvent paraître excessifs de prime abord mais pour les construire nous avons aussi travaillé en profondeur avec les acteurs sur les blessures cachées de leur personnage, la complexité de leurs rapports avec leur père. Une bonne comédie c’est une manière un peu élégante et distrayante de traiter un problème qui pourrait être dramatique."

Pourris gâtés, des maintenant au cinéma

Continuer la lecture

Environnement

La permaculture vous livre ses secrets via des ateliers

Publié

le

Fruits et légumes
Magda Ehlers

Faire la part belle à l'agriculture de proximité et à l'alimentation durable. 

C’est l'objectif de Genève qui a été désignée Ville suisse du goût 2021.

Et l’évènement se poursuit, avec un programme riche, notamment des ateliers autour de la permaculture. Né de la contraction de « permanent » et « agriculture », la permaculture séduit de plus en plus de Genevois, soucieux de mieux faire les choses.

 Pour aller plus loin, Benjamin Smadja et Laurie Selli ont ouvert les portes de leur jardin à Clément Grandjean, rédacteur en chef adjoint de l’hebdomadaire romand Terre et Nature.

Continuer la lecture

Actualité

Vincent Sager: "Pour les spectacles, le Certificat Covid est un mal nécessaire"

Publié

le

Le certificat Covid est demandé depuis ce lundi pour rentrer à l'intérieur d'un restaurant, aller au musée mais aussi pour assister à un concert. Une mesure qui n'étonne pas Vincent Sager, directeur d'Opus One. C'est un mal nécessaire pour lui et le fait que son utilisation soit élargie à d'autres secteurs d'activité va simplifier la vie des organisateurs de grands évènements. Il l'a dit à Benjamin Smadja et Laurie Selli:

Comme les salles de cinéma, l'organisateur de grands événements Opus One ne prévoit pas la possibilité de se faire tester à l'entrée d'un concert.

"Imaginez mettre en place un dispositif de tests pour un concert qui dure une heure et demie avec 8000 personnes en ignorant combien de personnes pourraient être positives, a dit mercredi Vincent Sager, directeur d'Opus One à Keystone-ATS. C'est courir assurément à la catastrophe".

Il accueille plutôt favorablement cette obligation du pass Covid. "En tant qu'organisateurs de grands événements, on est de toute façon soumis à l'obligation du certificat Covid depuis la rentrée. Ce sera même probablement un peu plus facile pour nous, parce que l'on ne sera plus seuls dans le bateau."

Actuellement, Vincent Sager observe une baisse des prélocations. Il a l'espoir que le recours massif au certificat Covid fasse à l'inverse revenir le public dans les salles de concerts et signifie un "retour à une certaine normalité à moyen terme".

"On veut travailler"

Pendant un an et demi, les organisateurs de grandes manifestations n'ont eu qu'une fenêtre de 5 semaines l'été dernier pour donner un ou deux concerts. "Donc nous on veut travailler. Or le seul moyen que l'on connaît aujourd'hui pour lutter contre la pandémie, c'est la vaccination. Dès lors, cela semble assez logique de tout mettre en oeuvre dans ce but".

La reprise se fait en douceur dans ce milieu avec quelques concerts prévus en septembre. "Et l'on n'a pas encore pris la mesure des propositions mises en consultation par le Conseil fédéral mercredi comme l'exigence du passeport Covid aux frontières et le retour de la quarantaine. Il faudra quelques semaines pour mesurer leur impact sur les tournées que l'on prévoit d'accueillir en octobre".

Laurie Selli avec ATS

Continuer la lecture

Actualité

Une école de voile pour toutes et tous à Genève

Publié

le

Des cours de voile accessibles à tous et sans distinction entre hommes et femmes. Voilà comment on pourrait résumer le concept de la Geneva Sailing School, qui a ouvert ses portes cette année aux Pâquis. Les écoles de voile ne manquent pas pourtant sur les bords du Léman mais ce sport souffre encore d'une vision trop élitiste.  Sa fondatrice Alice Sauthier compte bien casser les codes comme elle l'a expliqué à Benjamin Smadja et Laurie Selli.

Continuer la lecture

Actualité

Imany fait appel à huit violoncelles pour son nouvel album

Publié

le

Elle partait sur un spectacle mais c'est finalement un nouvel album qu'Imany a choisi de dévoiler pour cette rentrée 2021. Voodoo Cello c'est son nom. Vous y entendrez la voix grave et suave de cette artiste accompagnée également par huit violoncelles et sur des titres que vous connaissez bien, notamment  Wonderful life de Black mais aussi I'm still standing de Sir Elton John. Imany a expliqué à Benjamin Smadja et Laurie Selli comment et pourquoi cet album a vu le jour.

Imany nouvel album
Imany nouvel album

Continuer la lecture