Rejoignez-nous

On fait la route ensemble

"Aux HUG, nous sommes face à des personnes qui n'arrivent pas à faire leur deuil"

Publié

,

le

Pourquoi est-ce que ça m’arrive à moi? Quel sens donner à ma vie? Des questions que nous nous posons lorsque nous devons faire face à la maladie, notamment. Justement les aumôniers sont là pour nous écouter. Un rôle difficile particulièrement durant cette pandémie de Covid-19. Les aumôniers ont parfois dû adapter leur discours et leur manière de faire. Rachel Wicht, aumônière aux HUG, fait le bilan de cette année 2020 avec Benjamin Smadja et Laurie Selli.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Une Marche de l'espoir pour Haïti en format digital cette année

Publié

le

CREDIT: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Elle est organisée chaque année en octobre durant une journée. Cette fois la Marche de l’espoir est étalée sur un mois, depuis le 17 octobre et jusqu'au 20 novembre en format digital, pandémie de covid-19 oblige ! L'objectif reste le même : récolter de l'argent pour financer des programmes en faveur d’enfants défavorisés dans une région du monde. cette année la Marche compte récolter environ 150'000 francs pour les enfants de Haïti. Hélène Stadelmann, chargée des évènements et du sponsoring à terre des hommes suisses était l'invité de Benjamin Smadja et Laurie Selli pour en parler. Elle nous donne le détail du programme.

 

Hélène Stadelmann Chargée de la Marche de l'espoir

Cette 30e édition est la deuxième à être en bonne partie numérique. Les participants - personnel d'entreprises, enfants et familles - peuvent parcourir leurs kilomètres où et quand ils le désirent et faire valoir leur balade sportive et humanitaire via une application ad hoc.

Hélène Stadelmann en charge de la Marche de l’espoir

Une vingtaine de personnes, sur les quelque 1500 enfants qui participent cette année, étaient cependant présentes physiquement dimanche près de la Rotonde du Mont-Blanc, au bord du lac, pour accomplir a minima le traditionnel parcours de 6 km jusqu'au Jardin botanique et retour.

D'ordinaire, hors période Covid, la manifestation attire bon an mal an quelque 12'000 participants. Mais un tel rassemblement n'était pas possible cette année, pas plus qu'en 2020, à cause des restrictions sanitaires, a expliqué la porte-parole de Tdh Suisse Sandrine Maillard à Keystone-ATS.

Entreprises engagées

Qu'à cela ne tienne, le Covid incite l'organisation humanitaire à développer la numérisation, ce qui permettra à l'avenir de combiner l'option "Marche connectée" avec la participation effective sur le parcours traditionnel, le jour J. Avec, toujours, un volet familial et un autre ouvert aux entreprises, qui jouent le jeu au-delà des espérances.

La Marche dure jusqu'au 20 novembre. Chaque participant a un parrain ou une marraine s'engageant à verser une certaine somme d'argent par kilomètre effectué, en marchant ou en courant. Cette année, les fonds récoltés seront notamment destinés à améliorer les conditions de vie des enfants en Haïti. Parallèlement, une campagne de sensibilisation a été menée auprès de 30'000 écoliers du Grand Genève.

Laurie Selli avec ATS

Continuer la lecture

Actualité

Un hackaton pour lutter contre le changement climatique à Genève

Publié

le

(KEYSTONE/Martin Ruetschi)

Nous sommes plus forts ensemble pour réfléchir aux solutions de demain! Voilà comment on pourrait résumer le but du hackaton qui se tient du vendredi 15 au samedi 16 octobre à Genève. Ce hackathon dure 24 heures, il est organisé par Open Geneva et vise à imaginer des projets concrets pour transformer les données microclimatiques du Grand Genève en actions citoyennes et ainsi lutter contre le changement climatique.

Pour mesurer ces conditions climatiques, les participants vont pouvoir utiliser les données collectées par Climatcity, SABRA, ATSF, LogAir, Météoswiss, ATMO Rhone-Alpe/Auvergne et également Terrasses Sans Frontières. Les citoyens et citoyennes de tous âges sont invités à participer comme le rappelle Julia Dallest, directrice exécutive de Open Geneva à Benjamin Smadja et Laurie Selli.

Précisons que cet événement se tient dans le cadre du festival EXPLORE la ville de demain. Un festival qui a lieu du 13 au 23 novembre et qui propose plus de 30 événements pour inviter la population à explorer la transition écologique.

 

Continuer la lecture

Actualité

Vaccin de Johnson & Johnson: quelle différence avec les autres ?

Publié

le

Le vaccin Janssen de Johnson & Johnson est disponible à Genève. Il donne accès à un certificat Covid valable dès le 22e jour après son unique injection. Que peut-on penser de ce vaccin? Le Docteur Alessandro Diana, expert à infovac, trie le vrai du faux avec Benjamin Smadja et Laurie Selli.

Quelque 7200 doses sont disponibles à Genève. En raison de ce nombre limité, ce vaccin sans ARNm et à dose unique sera accessible uniquement aux personnes qui résident dans le canton.
Le vaccin Janssen sera administré dans le centre m3 Sanitrade-Chêne, aux Eaux-Vives, sur rendez-vous au moyen de la plateforme d'inscription à la vaccination ge.covid-vaccin.ch, a indiqué mardi le Département de la sécurité, de la population et de la santé. Délivré après l'injection, le certificat Covid-19 ne sera valable que 22 jours plus tard.

Le vaccin Janssen, à vecteur adénoviral, a été approuvé par Swissmedic en mars. La Confédération en a acquis récemment 150’000 doses. S'il protège contre les risques d'hospitalisation et évite les infections légères et asymptomatiques, il est globalement moins efficace que les vaccins à ARNm de Pfizer/BioNtech et de Moderna, rappelle le canton.

Janssen est recommandé aux personnes âgées de plus de 18 ans qui ne peuvent pas se faire vacciner avec un vaccin à ARNm pour des raisons médicales ou qui ne le veulent pas. Il est toutefois déconseillé aux personnes immunosupprimées, aux femmes enceintes ou allaitantes, en cas de maladie aiguë ou de quarantaine ainsi que pour ceux qui ont une réaction allergique à un de ses composants.

Laurie Selli avec ATS.

Continuer la lecture

Actualité

Sonia Grimm sort un livre et des spectacles qui nous apprennent à nous respecter

Publié

le

Sensibiliser les jeunes au harcèlement et à la violence. C'est l'objectif que s'est donné Sonia Grimm à travers un spectacle qui se tiendra le 10 octobre à 14h à la salle Franck-Martin. Qu’est-ce que la violence et où commence-t-elle ? A qui parler si je subis de la violence, du harcèlement ? Le spectacle est musical et sa particularité c'est qu'il va évoluer en fonction des réponses des enfants. L'objectif va être d'apprendre à définir et à poser ses limites, à se respecter et à se faire respecter et apprendre aussi à reconnaître ses propres comportements toxiques, ainsi que l’impact qu’ils peuvent avoir sur autrui. Si ce spectacle s'adresse aux jeunes une autre version existe pour les adultes avec une démarche qui explique comment parvenir à identifier les différentes formes de toxicité et se reconstruire ainsi qu'une conférence participative à la fin.

Respect de soi

Pour ces spectacles, Sonia Grimm s’allie à Steve Alban Tineo qui a développé la méthode KYF "Know Yourself First" qui explique une démarche du retour à Soi et qui a fait l'objet d'un livre "par le MOI". L'ouvrage philosophique et spirituel s'adresse à toutes  les victimes de violences et à toute personne éprouvant de la souffrance psychologique.

Ils étaient les invités de Benjamin Smadja

 

Continuer la lecture

Cinéma & Séries TV

Interview - "Le traducteur" nous montre le soulèvement Syrien de l'intérieur

Publié

le

DR

Pour la première fois, c'est une oeuvre de fiction et non un documentaire qui nous montre le basculement de la Syrie, il y a plus d'une décennie. Rana Kazkaz et Anas Khalaf ont quitter leur pays en 2011 et souhaitaient témoigner de ce qu'ils ont vécu, avec pour point de départ une erreur.

Nous sommes en l'an 2000, Sami est le traducteur de l’équipe olympique syrienne à Sydney mais un lapsus lors d’une traduction le contraint à rester en Australie, où il obtient le statut de réfugié politique. En 2011, la révolution syrienne éclate. Sami voit un reportage télévisé dans lequel son frère est arrêté au cours d’une manifestation pacifique. Malgré les dangers et pour retrouver sa fierté, Sami décide de retourner en Syrie pour le faire libérer. Sur place, et avec l’aide précieuse de sa sœur et de sa belle-sœur, Sami va, comme son père et son frère avant lui, se lancer dans le combat contre le régime en place pour la liberté et la dignité de son peuple.

Anas Khalaf, co-réalisateur, à plongé Benjamin Smadja dans ce pan de l'Histoire trop souvent oublié.

Continuer la lecture