Rejoignez-nous

Economie

L'Etat soutiendra la rénovation du Théâtre du Jorat pour 4 millions

Publié

,

le

Grâce au soutien du Canton de Vaud et à la récolte de fonds lancée en septembre dernier, la grande rénovation du Théâtre du Jorat à Mézières est sur les bons rails. Début des travaux prévu l'automne prochain (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Canton de Vaud participera à hauteur de quatre millions de francs à la rénovation du Théâtre du Jorat à Mézières (VD), devisée à 9,7 millions, a-t-il annoncé jeudi. La restauration en profondeur de la "Grange Sublime" en bois datant de 1908 vise à améliorer l'accueil du public, adapter la cage de scène et transformer divers espaces techniques et administratifs.

"Le Conseil d'Etat, par l'entremise du Fonds d'utilité publique (FUP), accorde au Théâtre du Jorat un soutien extraordinaire et subsidiaire d'un montant de quatre millions de francs afin de mener à bien de nécessaires travaux de rénovation", indique le gouvernement dans ses décisions hebdomadaires.

"L'institution fait partie de l'histoire culturelle et sociale du canton. Le Théâtre du Jorat est également un éminent acteur culturel du territoire de par son étonnante bâtisse entièrement en bois - classée monument historique et érigée dès l'origine pour sa fonction théâtrale -, son implantation géographique servant de trait d’union entre ville et campagne ou sa ligne de programmation aussi diversifiée que qualitative", souligne le Canton.

Le FUP a pour but de soutenir financièrement des projets d'utilité publique, notamment dans les domaines culturel et patrimonial (dont les musées et sites historiques), social et sportif, rappelle-t-il.

Codirectrices très ravies

Interrogée par Keystone-ATS, l'équipe du Théâtre du Jorat s'est dite "très ravie" de ce soutien. "C'est l'aboutissement d'un long processus, un bon point de départ pour le renouveau de l'établissement et la confirmation du démarrage des travaux cet automne à la fin de la saison actuelle", a réagi Ariane Moret, codirectrice artistique du théâtre.

En septembre dernier, le Conseil de fondation avait lancé une vaste campagne de récolte de fonds, ciblant les institutions publiques et parapubliques, des fondations, des entreprises et des particuliers. Près d'un million de francs étaient déjà assurés par les fonds propres de l'institution, avait-il été précisé à l'époque.

"La récolte de fonds marche bien. Nous avons obtenu environ 500'000 francs de dons jusqu'ici. Avec nos fonds propres, les quatre millions du Canton et environ 700'000 francs de l'Office fédéral de la culture et du Service des monuments et sites du Canton de Vaud, nous arrivons déjà à quelque 6,2 millions de francs sur les 9,7 millions", détaille Nathalie Langlois, codirectrice administrative.

L'équipe vise au-delà des 10 millions de fonds au vu de l'augmentation des coûts de l'énergie et de certains matériaux de construction, selon Mme Langlois. Le public pourra aussi participer à des financements ciblés, pour par exemple planter un arbre ou installer des panneaux solaires.

Travaux sur deux saisons

La rénovation du théâtre historique est prévue sur deux saisons, sans qu'elle n'altère l'accueil d'une quinzaine de spectacles en moyenne par année, jusqu'à mai 2025.

Si la salle de 1000 places ne sera pas transformée, l'annexe située à l'arrière de la scène, qui comprend des espaces dédiés à l'accueil des artistes, aux services administratifs et à la technique, sera entièrement repensée et reconstruite. La cage de scène, elle, doit être mise aux normes actuelles de sécurité et de praticabilité.

D'importants aménagements extérieurs et la construction d'un pavillon pour la buvette et la tenue d'événements amélioreront la prise en charge des spectateurs et remplaceront les installations provisoires utilisées jusqu'ici. Ces adaptations permettront de mieux exploiter les lieux lors des manifestations et de rendre le site à la fois plus pratique et harmonieux, selon le Conseil.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Débits résiduels: les prescriptions ne doivent pas être suspendues

Publié

le

Les sénateurs ont débattu pendant plus de deux heures des débits résiduels dans les barrages (image d'illustration). (© KEYSTONE/OLIVIER MAIRE)

Les prescriptions en matière de débits résiduels dans les cours d'eau pour les barrages ne doivent pas être suspendues. Le Conseil des Etats a voté jeudi un compromis, rejetant l'ajout du National visant à éviter des pertes de production des centrales hydroélectriques.

Suspendre les prescriptions en la matière est discutable d'un point de vue constitutionnel, a estimé Beat Rieder (Centre/VS) pour la commission. La quantité d'électricité concernée est minime alors que l'impact est très important pour la nature, a appuyé Lisa Mazzone (Vert-e-s/GE).

Daniel Fässler (Centre/AI) a au contraire plaidé en faveur de capacités hydroélectriques suffisantes. Sans cette disposition, il sera impossible d’atteindre les objectifs en matière de développement des énergies renouvelables, a complété Stefan Engler (Centre/GR).

Celui-ci a proposé un compromis donnant une marge de manoeuvre au Conseil fédéral concernant les critères minimaux à fixer. Cette troisième voie a passé la rampe par 23 voix contre 22, avec la voix prépondérante de la présidente.

Le débat se poursuit.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Gaspillage alimentaire: les normes de qualité des légumes adaptées

Publié

le

Les légumes pourront être vendus même s'ils présentent de légers défauts optiques (image d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les producteurs suisses de légumes s'engagent pour réduire le gaspillage alimentaire. Les normes de qualité ont été adaptées: dès ce jeudi, des produits seront disponibles dans le commerce même s'ils présentent de petits défauts optiques.

Soixante-cinq produits sont concernés par cette modification des normes de qualité, la première depuis 2014, indique jeudi l'Union maraîchère suisse (UMS) et l'Association suisse du commerce de fruits, de légumes et de pommes de terre (SWISSCOFEL). La tolérance envers les défauts optiques a notamment été augmentée. Les légumes suisses doivent ainsi devenir plus durables.

Selon la branche, cette adaptation vise à réagir à diverses évolutions de ces dernières années. Elle apporte une "contribution importante" à la mise en ½uvre du plan d’action du Conseil fédéral contre le gaspillage alimentaire, qui doit permettre de réduire de moitié les pertes alimentaires d’ici 2030 par rapport à 2017.

Cette adaptation diminue également l’utilisation de produits phytosanitaires, en conséquence de la trajectoire de réduction des produits phytosanitaires et des nutriments. Et la branche réagit à la fréquence accrue d’évènements météorologiques extrêmes suite au changement climatique.

Un milliard de tonnes de nourriture gaspillée

Selon un rapport de l'ONU datant de 2021, près d'un milliard de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année dans le monde, soit près de 20% des aliments disponibles pour les habitants du globe. Si le gaspillage et les pertes alimentaires étaient un pays, il serait le troisième émetteur au monde de gaz à effet de serre.

Un des Objectifs de développement durable (ODD) de l'ONU prévoit une réduction de moitié du gaspillage alimentaire au niveau des consommateurs et du commerce de détail d'ici 2030.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Soutien aux camions sur le rail jusqu'en 2028

Publié

le

Le soutien à la chaussée roulante sera prolongé jusqu'en 2028 (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le financement de la chaussée roulante, qui permet de transporter les camions par le rail, sera prolongé jusqu'en 2028. Le Conseil des Etats s'est rallié jeudi par 25 voix contre 15 à la proposition du National. L'UDC demandait la fin du soutien dès l'année prochaine.

Le financement de la chaussée roulante actuel prend fin cette année. Ce mode de transport est en train d'être remplacé petit à petit par le transport combiné non accompagné (TCNA). Mais mettre fin abruptement à la chaussée roulante dès 2024 pourrait remettre un grand nombre de camions sur la route, 77'000 selon des estimations.

Le Conseil fédéral proposait donc de poursuivre le soutien jusqu'en 2026. C'est un compromis entre les intérêts de la politique de transfert de la route au rail et ceux de la politique financière, a soutenu le ministre des transports Albert Rösti. Mais le National s'est prononcé pour aller jusqu'en 2028.

Un choix qui a largement convaincu la gauche et le Centre au Conseil des Etats. Stefan Engler (Centre/GR) a rappelé que les capacités du terminal de Novare seront prêtes d'ici 2028, ce qui plaide pour un financement jusqu'à cette date. La chaussée roulante permet d'éviter des bouchons de 5 km chaque jour sur les autoroutes suisses, a-t-il insisté.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Les sénateurs favorables à leur tour à une offensive éolienne

Publié

le

Après le solaire, le Parlement est d'accord d'avancer sur l'énergie éolienne (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Parlement veut avancer sur l'énergie éolienne. Après le National, le Conseil des Etats a adopté jeudi à l'unanimité un projet visant notamment à accélérer les procédures d'autorisation de construction. Le dossier retourne au National.

Les procédures d'autorisation des installations éoliennes sont actuellement très longues. La proposition sur la table, une initiative parlementaire de la commission compétente du National, veut donner un coup d'accélérateur aux projets de construction déjà bien avancés.

Il faut permettre à l'éolien de jouer pleinement son rôle dans l'approvisionnement énergétique de la Suisse, surtout en hiver, a estimé Adèle Thorens Goumaz (Vert-e-s/VD) pour la commission.

Concrètement, l'autorisation de construire pour les éoliennes d'intérêt national et bénéficiant d'un plan d'affectation déjà entré en force sera délivrée par le canton, et plus par les communes. Or celles-ci ne seront pas oubliées: elles devront avoir déjà approuvé les projets dans une phase de planification antérieure.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Philippe Fleury, nouveau directeur de la FER

Publié

le

Philippe Fleury succède à Blaise Matthey à la tête de l'association patronale FER Genève. (© Olivier Vogelsang)

La Fédération des entreprises romandes Genève (FER Genève) a un nouveau directeur général. Philippe Fleury a officiellement succédé jeudi à Blaise Matthey, qui a dirigé la fédération depuis 2007 et qui y a travaillé pendant 35 ans.

Nommé en mai 2022 par le Conseil de direction de la FER Genève, Philippe Fleury a rejoint l'organisation en janvier 2023 pour permettre une période de transition avec son prédécesseur. Il assume officiellement la fonction de directeur général depuis le 1er juin, indique un communiqué.

Ce détenteur d'un double master en lettres et en droit est devenu avocat au barreau de Genève en 2002. Il a entamé sa carrière comme avocat stagiaire avant de poursuivre ses activités professionnelles au Département fédéral des finances, puis depuis 2007 chez KPMG. Il y a exercé la fonction du chef du bureau de Genève depuis 2020.

Philippe Fleury a occupé différentes fonctions au sein du Parti démocrate-chrétien genevois. Il a par ailleurs le grade de colonel au sein de l'armée suisse et est en charge de la protection militaire de l'aéroport de Genève.

A la tête de la FER Genève, Philippe Fleury veut être au service de sa communauté. Il souhaite une organisation de terrain, proche des entrepreneurs. Dès septembre 2023, il devrait également assurer la fonction de secrétaire général de la faîtière romande FER.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture