Rejoignez-nous

Economie

Lausanne prend des mesures pour éviter une pénurie

Publié

,

le

Le municipal lausannois Xavier Company a annoncé jeudi les premières mesures de la capitale vaudoise pour limiter la consommation d'énergie durant l'hiver. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

A son tour, la Ville de Lausanne prend des mesures pour éviter une pénurie d'énergie cet hiver. La capitale vaudoise réduit le chauffage des bâtiments de son administration, éteint certains parcs et bâtiments. Les éclairages de Noël sont maintenus, mais réduits.

Après les annonces des cantons de Neuchâtel ou de Valais, mais aussi de villes comme Zurich, Lausanne a indiqué jeudi qu'elle allait diminuer le chauffage de son administration. Il sera abaissé à 20,5 degrés dans les bureaux et les temples, à 18 degrés dans les ateliers, couloirs et salles de gymnastique.

Par rapport aux précédents hivers, cela correspond à une diminution de deux à trois degrés en fonction des bâtiments, a expliqué jeudi devant la presse Xavier Company, le municipal en charge des Services industriels de Lausanne (SiL).

Ces baisses correspondent à une économie d'énergie de 15 à 20% en matière de chauffage, dans la lignée de l'objectif de la Confédération (15% d'économie). Jugée "indispensable", cette mesure sera mise en oeuvre dès octobre.

Concernant l'éclairage public, l'élu des Verts a relevé que la Ville avait "peu de marge de manoeuvre" et devait se conformer à des obligations cantonales ou fédérales, par exemple pour éclairer les passages piétons. Il a souligné qu'une extinction généralisée n'était de toute façon pas souhaitée, l'éclairage public répondant à un besoin de sécurité, particulièrement en milieu urbain.

Garder un Noël festif

Les autorités lausannoises ont toutefois procédé à une "pesée des intérêts" pour prendre des mesures "acceptables" et possibles techniquement. Certains sites seront ainsi éteints dès octobre, comme les parcs de Milan et de l'Elysée, la place de la Navigation ou encore l'éclairage piétonnier des quais d'Ouchy et de Belgique.

Il en sera de même pour certains monuments "emblématiques": cheminée de Pierre-de-Plan, pavillon Thaï et tour Haldimand. Seules la Cathédrale et l'église St-François resteront illuminées, mais jusqu'à 23h00 seulement.

Les éclairages de Noël seront maintenus, sachant qu'ils consomment relativement peu, soit l'équivalent de cinq ménages, a expliqué Xavier Company. "Nous avons aussi voulu maintenir un esprit festif, surtout après deux hivers marqués par le Covid-19", a-t-il relevé. Ces éclairages seront toutefois installés sur moins de rues et sur une période plus courte.

Le festival Lausanne Lumières et Bô Noël, subventionnés par la Ville, ont été approchés. Le premier a décidé de diminuer de 50% le nombre d'oeuvres lumineuses, tandis que le second planifie une réduction de 20% de sa consommation électrique.

A noter aussi que la Société coopérative des commerçants lausannois et le Trade Club Vaud ont pris les devants pour lutter, eux aussi, contre le gaspillage. Ils recommandent à leurs membres d'éteindre leurs vitrines et enseignes une heure après la fermeture, et de les rallumer seulement une heure avant l'ouverture.

"Faire sa part"

Avec ses annonces du jour, la Ville de Lausanne souhaite "faire sa part et montrer l'exemple aux entreprises et ménages", a continué Xavier Company. Il a parlé d'une "première salve de mesures", qui ne seront "probablement pas les dernières". Selon lui, il faut tout entreprendre pour éviter de devoir prendre "des mesures plus contraignantes" dans les semaines à venir.

Il a précisé que des cellules de crise étaient en train d'étudier les risques concrets d'une pénurie, avec notamment des plans de délestage qui impliquent de couper à intervalles réguliers l'électricité de quartiers entiers. Lausanne communiquera à ce sujet en octobre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Nestlé: une première audience mardi dans l'affaire Buitoni

Publié

le

Contactée, la filiale française de Nestlé n'a pas répondu aux sollicitations d'AWP. (Photo: Keystone/Alessandro Della Bella) (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA)

En France, une première audience devant un juge civil du tribunal de Nanterre est prévue mardi dans l'affaire des pizzas Buitoni, propriété de Nestlé, contaminées par la bactérie E.coli.

Il s'agit d'une audience d'orientation, non sur le fond de l'affaire, mais pour déterminer le calendrier de la procédure, a indiqué lundi à AWP le secrétariat général de la présidence du Tribunal judiciaire de Nanterre, confirmant une information de Maître Pierre Debuisson.

En septembre dernier, l'avocat français avait indiqué avoir assigné la filiale hexagonale du géant veveysan pour "fautes lourdes et répétées", en raison notamment de "l'état hautement dégradé de l'hygiène" du site de Caudry, dans le nord de la France, où ont été produites les pizzas Fraich'Up de la marque Buitoni contaminées.

Celui qui représente 55 victimes et 48 familles réclame 250 millions d'euros (241 millions de francs) de dommages et intérêts. La procédure civile se déroule à Nanterre, dans le département des Hauts-de-Seine où se situe le siège français de la multinationale agro-alimentaire. Une information judiciaire a également été ouverte à Paris en mai.

Contactée, la filiale française de Nestlé n'a pas répondu aux sollicitations d'AWP.

En septembre, l'entreprise faisait savoir que "l'hypothèse la plus probable serait celle d'une contamination à la bactérie E. coli STEC de la farine, issue de la dernière récolte de blé, que nous n'avons pas détectée", en dépit de "plus de 10'000 contrôles" en moyenne chaque semaine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

La mise aux enchères des vins de Lausanne, c'est samedi

Publié

le

Les vins de la ville de Lausanne sont mis aux enchères le 2e samedi de décembre, comme le veut la tradition (archives): (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La traditionnelle mise aux enchères des vins de Lausanne se déroulera pour la 220e fois samedi à l’Hôtel de Ville. Le fruit des vendanges des cinq domaines lausannois sera proposé à la vente en primeur en lots de 24 à 90 bouteilles. Ils seront disponibles en avril 2023.

Toute personne acquéreuse accèdera au rang de gardien de la mise et profitera en 2023 de différents événements organisés dans le cadre historique des domaines de la Ville, annonce lundi un communiqué. Parmi eux, la présentation de vieux millésimes ou des dégustations de vins primeurs.

La toute nouvelle bande dessinée "Sur la piste du chasselas", imaginée et réalisée par l’Association de promotion du chasselas, organisatrice du Mondial du Chasselas, sera par ailleurs offerte aux acheteurs lors de la livraison des vins à l’Abbaye de Mont.

Plus ancienne d'Europe

Fondée sur l’Arrêté du 17 novembre 1803 du Petit Conseil du Canton de Vaud permettant à tous les citoyens de miser les produits des biens communaux, la mise aux enchères publiques des vins de Lausanne est le plus ancien événement de ce type en Europe. Témoins de cette tradition vivante, les premières étiquettes millésimées connues à ce jour datent de 1884.

Afin de témoigner de cette odyssée, l’ensemble des bouteilles misées cette année sont habillées des mythiques étiquettes imprimées durant les années 1930 à 1950, jadis dessinées par les peintres Fréderic Rouge (1867-1950) et Fortuné Bovard (1875-1947).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Hôtellerie vaudoise: retour progressif des hôtes étrangers cet été

Publié

le

En terme de nuitées hôtelières cet été, les villes vaudoises comme Lausanne et Montreux se rapprochent de leur niveau d'avant-crise (image d'illustration) (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

L'hôtellerie vaudoise reprend des couleurs, enregistrant 1,63 million de nuitées entre mai et octobre 2022. Ce chiffre est en hausse de 20% par rapport à la saison estivale 2021, mais inférieur de 7% à celui de l’été 2019. La fréquentation étrangère reste encore loin de son niveau d’avant la pandémie (-29%). Les nuitées de touristes indigènes ont elles progressé de 21%.

La saison estivale 2022 s’inscrit dans une tendance positive par rapport à l’été 2021 (+20%; +276’000 nuitées). Si la fréquentation des hôtes indigènes a été aussi élevée que l'été précédent, la levée des restrictions sanitaires a permis un retour de la clientèle étrangère (+ 62%). Le bilan global s’inscrit toutefois en recul de 7% par rapport à 2019, relève le canton lundi dans son Flash statistique.

Sur le plan régional, les destinations urbaines telles que Lausanne et Montreux-Riviera, qui dépendent davantage de la clientèle étrangère, poursuivent leur dynamique positive. Elles se rapprochent de leur niveau d’avant-crise (respectivement - 12% et - 11%). Les régions d’Yverdon (+ 20%) et de la Vallée de Joux (+ 41%) confirment quant à elles leur regain de fréquentation depuis la pandémie.

Asiatiques pas de retour

Alors que les nuitées indigènes ont atteint un niveau plus élevé qu’avant la crise sanitaire (+ 21%), la fréquentation estivale des hôtes du continent européen n’a pas retrouvé son niveau prépandémique (-23%). Celle des touristes extra-européens est restée bien inférieure à celle de l’été 2019 (-36%). Le recul des nuitées asiatiques est particulièrement marqué (-51%).

Sur le plan national, les nuitées estivales ont presque retrouvé leur niveau de 2019 (-1%). Si la région Lucerne / Lac des Quatre-Cantons reste la plus impactée en 2022 (-9%), Genève (-4%) et la Région zurichoise (-6%) ont vu leur fréquentation estivale rebondir fortement pour se rapprocher de la situation d’avant-crise.

Parmi les régions touristiques qui sortent gagnantes des nouvelles dynamiques induites par la pandémie, les Grisons et le Tessin bouclent l’été 2022 sur une hausse de 10% de leurs nuitées.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Vaud: crédit de 7,6 millions demandé pour développer la géothermie

Publié

le

Une vingtaine de projets de géothermie, dont celui de Vinzel (photo) qui a démarré récemment, pourraient voir le jour ces prochaines années dans le canton de Vaud (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Vaud veut engager des moyens pour valoriser son potentiel géothermique. Le Conseil d’Etat soumet un crédit de plus 7,6 millions de francs au Grand Conseil afin de développer des instruments dédiés à la planification et la connaissance du sous-sol.

Ressource renouvelable et locale, sans émission de CO2, la géothermie est appelée à contribuer aux objectifs climatiques et énergétiques que l’Etat de Vaud s’est fixés. Dans les prochaines années, une vingtaine de sites de production pourraient être exploités dans le canton dans le but d’approvisionner en chaleur l’équivalent de 20’000 ménages, relève le Conseil d'Etat lundi dans un communiqué.

Des travaux de forage sont d'ores et déjà en cours à Vinzel et à Montagny-près-Yverdon. Quatorze permis de recherche en surface dont le but est de rechercher les ressources géothermiques profondes ont en outre été décidés ou octroyés depuis 2019 par le Département en charge de l’environnement.

Conditions de sécurité optimales

Afin d’accompagner cette nouvelle phase de prospection et de maximiser les chances de succès des différents projets, le Conseil d’Etat soumet au Grand Conseil un crédit de plus de 7,6 millions de francs. Il doit permettre de développer des instruments dédiés à la planification et la connaissance du sous-sol au moyen d’aides à l’exécution, de cartes et de fiches informatives.

Cet investissement rendra possible la planification de toutes les ressources du sous-sol en vue d'une gestion sur le long terme et de leur préservation. Il permettra également à l’Etat de s’assurer des capacités des porteurs de projets à mener leurs travaux dans des conditions optimales de sécurité en relation avec les risques sismiques et la protection des eaux souterraines, notamment.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Joos Sutter proposé à la présidence de Transgourmet

Publié

le

Joos Sutter cumulera la présidence de Coop comme de sa filiale Transgourmet dès le printemps prochain. (archive) (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Transgourmet, filiale de Coop, a annoncé lundi la nomination de Joos Sutter au poste de président du conseil d'administration. Il prendra ses fonctions à partir de mai 2023.

M. Sutter, ex-directeur général de Coop, est actuellement président du conseil d'administration du groupe bâlois et vice-président de Transgourmet depuis 2020.

Le quinquagénaire succédera à Hansueli Loosli qui quittera l'entreprise fin avril 2023, après 17 années de service.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture