Rejoignez-nous

Coronavirus

CHUV et EPFL: découverte d'un nouvel anticorps neutralisant très puissant contre les variants du Covid-19

Publié

,

le

Image d'une cellule infectée par le SARS-CoV-2, l'actuel coronavirus (archives). (© Keystone/EPA NATIONAL INSTITUTES OF HEALT/NIAID/NATIONAL INSTITUTES OF HEA)

Le CHUV et l'EPFL ont fait une importante découverte pour lutter contre la pandémie de Covid-19. Ils ont trouvé un anticorps monoclonal très puissant ciblant la protéine Spike du SARS-CoV-2, l'actuel coronavirus. Il peut largement neutraliser ses différents variants.

"Le développement de ce nouvel anticorps neutralisant marque une étape décisive dans la lutte contre la pandémie de Covid-19", indiquent mardi le CHUV et l'EPFL dans un communiqué commun. "Il ouvre la voie à une amélioration de la prise en charge des formes sévères de la maladie et à de nouvelles mesures prophylactiques prometteuses, en tant que médicament, en particulier pour les personnes dont le système immunitaire est affaibli", disent-ils.

L'anticorps découvert pourrait aussi être utilisé dans le cadre d'une thérapie combinée pour réduire la sévérité de la maladie chez les personnes infectées par le SARS-CoV-2, affirment-ils. Les essais cliniques doivent démarrer fin 2022.

Cette découverte n'a cependant pas vocation à remplacer la vaccination, qui reste le moyen le plus efficace de se protéger contre l'infection, insistent le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) et l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Blocage efficace

L'anticorps en question a été isolé à partir des lymphocytes (globules blancs) d'un patient Covid-19 dans le cadre de l'étude ImmunoCoV réalisée par le Service d'immunologie et d'allergologie du CHUV. L'anticorps est l'un des plus puissants identifiés à ce jour contre le virus SARS-CoV-2, selon ces travaux publiés dans la revue Cell Reports.

"Son analyse structurelle montre qu'il se lie à un endroit qui n'est pas sujet aux mutations sur la protéine virale Spike. Grâce à cette interaction étroite, l'anticorps bloque efficacement la liaison de la protéine Spike aux cellules exprimant les récepteurs ACE2, qui sont la cible du virus pour entrer et infecter les cellules du poumon", détaillent-ils.

L'anticorps arrête ainsi le cycle de réplication virale et conduit à l'élimination du virus par le système immunitaire. Cet effet protecteur a été démontré in vivo, lorsque des hamsters traités par l'anticorps étaient protégés de l'infection après avoir été exposés à une dose hautement infectieuse de virus.

Durée d'action prolongée

Au-delà de l'activité antivirale, les chercheurs ont conçu l'anticorps pour qu'il ait une durée d'action prolongée chez l'homme. Un anticorps classique non modifié aura des effets protecteurs pendant 3 à 4 semaines maximum. Ici, l'anticorps développé agira durant 4 à 6 mois, relèvent-ils.

"Il devient dès lors une option préventive très intéressante pour protéger les personnes vulnérables non vaccinées ou les personnes vaccinées incapables de produire une réponse immunitaire. Les personnes immunodéprimées, les personnes ayant subi une transplantation d'organe et certains patients atteints de cancer pourront être protégés grâce à une injection de l’anticorps deux à trois fois par an", affirment les chercheurs.

Sur la base de ces "résultats prometteurs", le CHUV et l'EPFL - dans le cadre de la conclusion d'accords de collaboration et de propriété intellectuelle - sont en discussion avec une start-up qui aura pour mission d'assurer la production et le développement clinique de ces "super anticorps".

Les recherches ont été menées par les équipes du Service d'immunologie et d'allergologie du CHUV, dirigées par Giuseppe Pantaleo et Craig Fenwick, et par le Laboratoire de virologie et de génétique de l'EPFL, dirigé par Didier Trono et Priscilla Turelli. L'équipe de recherche a pu réagir rapidement à la pandémie en découvrant des anticorps neutralisants grâce au soutien depuis de nombreuses années de l'Institut suisse de recherche sur les vaccins.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Convoi de RAlpin refoulé par l'Italie, faute de "green pass"

Publié

le

Un convoi de "chaussée roulante" en gare de Novare, dans le Piémont (archives). (© KEYSTONE/KARL MATHIS)

Un convoi ferroviaire de la société suisse Ralpin transportant des camions de marchandises a été refoulé à la frontière italienne la semaine dernière. Six des 16 chauffeurs véhiculés par l'opérateur ne disposaient pas du certificat sanitaire exigé par l'Italie.

Sollicitée lundi par AWP, la direction de l'entreprise détenue par le BLS, les Chemins de fer fédéraux (CFF) et Hupac, a confirmé l'information relayée en fin de semaine dernière par l'agence de presse italienne Ansa.

Il s'agissait d'un convoi de chaussée roulante reliant Fribourg-en-Brisgau (D) au terminal intermodal de Novare, dans le Piémont. "Dans ce cas de figure, les chauffeurs voyagent dans une voiture-couchette d'accompagnement", a expliqué Ludwig Näf, directeur général (CEO) de Ralpin.

"En règle pour le transit par la Suisse"

Or, l'obligation de certificat a été prolongée en Italie à partir du 15 octobre (vendredi), et comme les chauffeurs n'étaient pas tous en possession d'un certificat Covid-19 (baptisé "green pass" en Italie) lors du contrôle à Domodossola, le train a dû retourner à Fribourg-en-Brisgau et être déchargé", a poursuivi le patron de Ralpin.

Comme un agent de train de la filiale italienne de CFF Cargo doit être présent dans le train pour des raisons de sécurité, cela fait de la voiture-couchette de la chaussée roulante un "lieu de travail", avec obligation de certificat selon les règles en vigueur en Italie, a expliqué le dirigeant.

Egalement contactée, l'Administration fédérale des douanes (AFD) a indiqué que le convoi était "en possession de toute la documentation nécessaire en règle pour transiter par la Suisse", selon une porte-parole.

Entreprises de transport inquiètes

Afin d'éviter la répétition d'une telle déconvenue, RAlpin a mis en place un "contrôle rigoureux" dans ses terminaux de Fribourg-en-Brisgau et Novare, et les chauffeurs routiers dépourvus de certificat seront refusés. Une grande partie sont originaires d'Europe de l'Est, où le scepticisme à l'égard de la vaccination est élevé, ou les types de vaccin reconnus par l'Union européenne indisponibles, relève M. Näf.

L'introduction de la nouvelle réglementation fait craindre "des blocages, désagréments et retards pour toutes les marchandises transportées par ces trains", pouvait-on lire sur le site de la Repubblica.

Une opinion partagée par le CEO de RAlpin: "cette nouvelle disposition légale suscite une grande inquiétude parmi toutes les entreprises de transport de marchandises dont le siège est situé en dehors de l'Italie". Le responsable n'était pas en mesure d'estimer l'impact de l'incident sur le futur des opérations.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 2366 nouveaux cas de coronavirus en 72 heures

Publié

le

Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est de 1,00. (© KEYSTONE/Ti-Press/ALESSANDRO CRINARI)

La Suisse compte lundi 2366 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore quatre décès supplémentaires et 30 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 63'205 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 3,74%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 12'394, soit 143,37 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,00. Les patients Covid-19 occupent 14,10% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 69,70%.

Au total 10'881'521 doses de vaccin ont été administrées et 62,02% des personnes ont déjà reçu deux doses. La Suisse a reçu jusqu'à présent 13'203'825 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'790'592 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 856'955 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'377'331 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'795 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'311.

Le pays dénombre par ailleurs 6598 personnes en isolement et 4881 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Entre 800 et 1000 personnes contre le pass Covid à Lausanne

Publié

le

Le cortège était emmené par un petit groupe en combinaison et masque blanc. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Entre 800 et 1000 personnes ont défilé samedi à Lausanne pour dire "non au pass sanitaire et à la restriction de nos libertés". Un cortège hétéroclite et familial a cheminé au centre-ville, sans incident.

"Berset, ton pass on en veut pas", "Liberté" ont scandé les manifestants, sans masque, entre deux coups de sifflets. Ce défilé tonitruant a dénoncé des atteintes aux libertés: "Non à la surveillance de masse", "Le pass....aux sanitaires" ou encore "Pour votre sécurité, vous n'aurez plus de liberté" disaient les pancartes.

Certains s'en sont pris directement au conseiller fédéral Alain Berset, appelant à sa démission ou le brocardant en dictateur. Le cortège était emmené par un petit groupe en combinaison et masques blancs, brandissant un drapeau suisse et des slogans: "les bergers mènent à la boucherie", avec une photo des sept conseillers fédéraux, ou encore "Non au pass nazitaire".

Des tracts étaient distribués sur le parcours pour encourager à voter non à la loi Covid, le 28 novembre. Certains manifestants, parfois drapés dans un drapeau suisse ou valaisan, rejetaient pêle-mêle masque, vaccin et pass sanitaire. La manifestation était autorisée. Elle s'est déroulée sans incident, ni déprédation, a indiqué la police de Lausanne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Milliers de manifestants dans des villes suisses samedi

Publié

le

A Berne, un cortège entendait dénoncer samedi l'empreinte de l'extrême droite sur les manifs contre les mesures anti-Covid. (© KEYSTONE/MARCEL BIERI)

Des milliers de personnes ont à nouveau défilé contre les mesures anti-Covid samedi en Suisse, notamment à Lausanne, Lugano, Baden (AG) et Rapperswil-Jona (SG). A Berne, une contre-manifestation était au programme. Les rassemblements se sont déroulés sans heurt.

Entre 800 et 1000 personnes ont défilé à Lausanne pour dire "non au pass sanitaire et à la restriction de nos libertés". Un cortège hétéroclite et familial a cheminé au centre-ville, sans incident.

"Berset, ton pass on en veut pas", "Liberté" ont scandé les manifestants, sans masque, entre deux coups de sifflets. Ce défilé tonitruant a dénoncé des atteintes aux libertés: "Non à la surveillance de masse", "Le pass....aux sanitaires" ou encore "Pour votre sécurité, vous n'aurez plus de liberté" disaient les pancartes.

Cortèges dans le calme

A Lugano, à l'appel de l'association "Amis de la Constitution", environ 400 personnes opposées aux mesures anti-Covid ont protesté samedi après-midi. La manifestation, la troisième organisée au Tessin après celle de Bellinzone et Locarno, s'est déroulée dans le calme.

Les manifestants ont défilé le long des quais du lac et se sont dirigés vers le centre-ville. Intitulée "Homo pandemicus, quo vadis", la protestation avait aussi pour but de dire non à la loi Covid 19 en votation le 28 novembre prochain : "Obligation de la vaccination pour tous ? Non à un endurcissement extrême et inutile de la loi Covid" pouvait-on lire sur une banderole.

En Suisse alémanique, à Rapperswil-Jona, près de 3000 personnes ont défilé jusqu'au lieu de rendez-vous, un parking à côté de la patinoire locale, où des discours ont eu lieu. L'organisateur "Aktionsbündnis Urkantone" ("Alliance en action des cantons originels") avait annoncé que le rassemblement durerait jusqu'en soirée.

A Baden, ils étaient 1500, selon la police, à manifester contre les mesures prises par les autorités, accompagnés des désormais traditionnels "Freiheitstrychler". Le cortège était autorisé et n'a pas donné lieu à des violences, selon la police. La plupart des manifestants ne portaient pas de masques, a constaté sur place un journaliste de l'agence Keystone-ATS.

Contre-démo à Berne

Dans la capitale fédérale, ce sont quelque 300 personnes de la nouvellement créée Alliance solidaire de Berne qui ont battu le pavé samedi après-midi sous le slogan "Solidaires pour sortir de la crise - solidaires contre la droite". La plupart des participantes et participants portaient un masque.

Le groupement de gauche entendait lancer un signal contre les manifestations du mois passé, marquées à leurs yeux par l'extrême droite. Si la manifestation n'était pas autorisée, elle a été encadrée par la police, qui n'a pas eu à intervenir.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Panne de l'application du certificat Covid

Publié

le

Les citoyens suisses de l'étranger n'ont pas été affectés. Leurs certificats Covid ont pu continuer à être validés. (© KEYSTONE/AP/ANDREW MEDICHINI)

L'application du passeport Covid est soudainement tombée en panne vendredi. Le certificat ne pouvait pas être actualisé et indiquait une "signature non valable". Selon l'Office fédéral concerné, la panne a duré de 19h30 à 20h30 et est due à des travaux de maintenance.

La panne a d'abord été signalée sur Twitter par 20 Minuten et le Blick. Contacté par Keystone-ATS, l'Office fédéral de la santé publique a renvoyé à l'Office fédéral de l'informatique et de la télécommunication (OFIT), qui a développé l'application.

Selon l'OFIT, les applications suisses n'ont pas pu valider les certificats Covid suite à des travaux de maintenance sur la passerelle européenne. Ces derniers ont rendu toutes les clés de la liste temporairement indisponibles, a indiqué l'office dans un communiqué en fin de soirée.

L'OFIT a pu rétablir les clés suisses et les certificats Covid émis en Suisse fonctionnent à nouveau. Mais la panne aussi affecté le fonctionnement des certificats émis dans l'UE en Suisse. Ceux-ci ne fonctionnent pas encore sur le territoire helvétique. L'OFIT a dit travailler d'arrache-pied pour les rétablir.

Les citoyens suisses de l'étranger n'ont eux pas été affectés. Leurs certificats Covid ont pu continuer à être validés, a précisé l'OFIT.

Depuis le 13 septembre, le certificat Covid est obligatoire en Suisse pour tous les événements qui ont lieu en intérieur (bars, restaurants, musées, cinémas, établissements sportifs, concerts, etc). Il faut être guéri, testé ou vacciné, et présenter un certificat sous forme papier ou s'affichant dans une application.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture