Rejoignez-nous

Economie

A Morges et Vevey, les bâtiments pourraient sauver 4000 t de CO2

Publié

,

le

Les audits énergétiques réalisés par Romande Energie à Vevey (en photo) et Morges ont mis en lumière un potentiel de décarbonisation des bâtiments de 4000 tonnes de CO2 par an (archive). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Quelque 4000 tonnes de CO2 par an pourraient être économisées à Morges et Vevey avec l'assainissement énergétique des bâtiments, soit l'équivalent d'une forêt de 160'000 arbres, selon des audits réalisés par Romande Energie. L'entreprise arrive au terme de la phase-pilote du projet Commune Rénove dans ces deux villes vaudoises.

Initié en 2021 à Morges et à Vevey, ce programme visant à augmenter le taux de rénovation du parc immobilier a permis de traiter 52 projets d'assainissement pour des bâtiments, a communiqué mardi Romande Energie. Il a aussi mis en lumière le potentiel de décarbonisation des constructions existantes. Plus de 3000 bâtiments ont été analysés au total et 350 bâtiments prioritaires pour un assainissement ont été identifiés.

"Avec un taux de rénovation du parc bâti qui stagne à 1%, la crise climatique qui se profile et l'urgence à atteindre les objectifs de la Stratégie énergétique 2050, Commune Rénove s'est fixé l'ambition d'agir sur le levier du bâti, qui représente un énorme potentiel d'économies d'énergie", souligne Romande Energie. Le projet est soutenu par l'Office fédéral de l'énergie et la Direction de l'énergie de l'Etat de Vaud. Il sera déployé dans d'autres villes du canton.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Cyberattaque contre les CFF: données des clients pas concernées

Publié

le

L'exploitation ferroviaire et les données des clients n'ont pas été touchées par la cyberattaque, assurent les CFF. (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Une cyberattaque a été perpétrée ce week-end contre les CFF. L'exploitation ferroviaire et les données des clients n'ont pas été touchées, assurent les Chemins de fer fédéraux. Ceux-ci ont déposé une plainte pénale.

Le porte-parole des CFF, Reto Schärli, a confirmé à Keystone-ATS la teneur d'un article paru mercredi soir sur le portail en ligne Watson. Il n'a pas souhaité s'exprimer plus en détail sur les auteurs de l'attaque. Des investigations sont encore en cours et la cyberattaque est analysée en collaboration avec des partenaires et les autorités fédérales, a-t-il dit.

Des cybercriminels ont diffusé des logiciels malveillants par courriel au cours du week-end et sont parvenus à s'introduire dans une partie du réseau d'entreprise des CFF, a expliqué le porte-parole.

La sécurité des collaborateurs de la société n'a toutefois pas été affectée, a déclaré M. Schärli. Par mesure de précaution, les niveaux de sécurité ont été augmentés, pour protéger à la fois les CFF et les données individuelles. Tous les employés ont par exemple dû changer leur mot de passe personnel.

Le site Internet des CFF avait déjà été piraté au printemps 2016, lorsqu'il était devenu inaccessible pendant une courte période. Mais les pirates n'avaient pas réussi à s'approcher du système de sécurité du trafic ferroviaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Firmenich: nominations à la tête de la parfumerie et ingrédients

Publié

le

Suite à l'annonce de sa fusion avec le néerlandais DSM, le géant genevois des arômes et parfums Firmenich a nommé Ilaria Resta à la tête de sa nouvelle unité intégrée parfumerie et ingrédients. Elle sera secondée par Amaury Roquette, directeur adjoint (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Suite à l'annonce de sa fusion avec le néerlandais DSM, le géant genevois des arômes et parfums Firmenich procède à des nominations à la tête de sa nouvelle unité intégrée parfumerie et ingrédients. Celle-ci sera placée sous la responsabilité d'Ilaria Resta, directrice, et d'Amaury Roquette, directeur adjoint.

Mme Resta était à la tête de l'unité parfumerie de Firmenich depuis 2020, après avoir travaillé en tant que cadre chez Procter & Gamble, indique l'entreprise mercredi dans un communiqué. M. Roquette travaille pour la maison depuis quatorze ans. Il avait rejoint la division Taste & Beyond en 2019.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Accord avec les commerçants et levée des dernières oppositions

Publié

le

La Ville de Lausanne a signé un accord avec les commerçants de la Ville permettant de lever le dernier obstacle au grand chantier du tram lausannois, a annoncé la municipale Florence Germond (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BRUN)

La Municipalité de Lausanne et les tl ont trouvé un accord avec les milieux commerçants de la ville. Il a permis de lever les oppositions qui bloquaient les travaux du dernier tronçon du futur tramway Renens-Lausanne entre la rue de la Vigie et la place de l’Europe. Le calendrier devrait ainsi être respecté avec une mise en service prévue fin 2026.

Le point contesté était lié aux solutions proposées comme alternatives à la rampe Vigie Gonin et permettant de préserver la forêt du Flon, indique la Ville mercredi dans un communiqué. Les commerçants s'y étaient opposés lors de la mise à l'enquête en mars 2022.

Or, alors que les travaux de la première étape ont été lancés en août 2021, ces oppositions empêchaient toute construction sur le dernier tronçon, au centre-ville. "Pas une pelleteuse ne pouvait y accéder", a déclaré Florence Germond, municipale en charge de la mobilité, à Keystone-ATS.

"Des discussions ont dès lors été entamées l'été dernier avec les commerçants et les acteurs économiques locaux. Elles ont abouti à un accord qui permet de poursuivre les procédures administratives et techniques nécessaires en vue d’un début des travaux de cette dernière étape en 2024, une excellente nouvelle pour Lausanne", se réjouit l'élue.

Circulation sur le Grand-Pont

Cet accord prévoit notamment un schéma de circulation inchangé jusqu’à la mise en service du tram. Ce dernier sera mis en exploitation, sauf imprévu, à fin 2026 comme initialement planifié, a-t-elle ajouté. La réouverture du Grand-Pont, suite à la fin des travaux de rénovation, est prolongée jusqu'à cette date, avant qu'il ne soit définitivement fermé à la circulation.

La Municipalité s’est par ailleurs engagée à effectuer un monitoring avant et après la fermeture du Grand-Pont au transport individuel motorisé. Il permettra d’évaluer si des mesures complémentaires d’accompagnement s’avèrent pertinentes.

La Ville déploiera en outre différentes mesures pour assurer l’accessibilité au centre-ville et pour améliorer l'aménagement de certains espaces publics. Un crédit de 100'000 francs sera également débloqué pour soutenir les activités de promotion des commerçants du quartier Bourg-St-François.

Pièce maîtresse des transports publics

Le tramway lausannois transportera 13 millions de voyageurs par an entre Renens et Lausanne dès sa mise en exploitation. Avec des cadences toutes les 6 minutes, une vitesse commerciale de 20 km/h et une capacité de 300 voyageurs par rame, il constitue une pièce maîtresse des Axes Forts de Transports Publics du projet d’agglomération Lausanne-Morges (PALM).

Pour la Ville de Lausanne, le tramway revêt également une importance particulière. Il va offrir une alternative efficace à la voiture et donc encourager le report modal. Cela va permettre de diminuer les émissions de CO2. En parallèle, il permettra d’apaiser la circulation au centre-ville de Lausanne tout en assurant sa parfaite accessibilité depuis l’ouest.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

La hausse des loyers risque de pousser l'inflation au-delà des 2%

Publié

le

En fin d'année, les hausses de loyers risquent d'entrer en jeu et de faire repasser l'inflation au-dessus des 2%. (archives) (© KEYSTONE/APA/APA/BARBARA GINDL)

La Banque nationale suisse (BNS) a fort à faire pour faire glisser l'inflation sous le seuil des 2%. Si elle devrait y parvenir d'ici mi-2023, les économistes de Swiss Life sont néanmoins d'avis que la victoire ne sera que de courte durée.

A partir du dernier trimestre 2023 et l'année prochaine, les hausses de loyers risquent d'entrer en jeu et de faire repasser l'inflation au-dessus des 2%, peut-on lire mercredi dans les prévisions de Swiss Life Asset Management.

En janvier, l'inflation a reculé à 2,8% en Suisse. Les économistes tablent pour l'ensemble de l'exercice 2023 sur une inflation de 2,3%, après 2,1% dans leurs précédentes prévisions.

L'indice des prix à la consommation sera tiré par les loyers, attendus en progression, expliquent-ils. Certes, le taux hypothécaire de référence, actuellement à 1,25%, reste à un niveau extrêmement bas, toutefois cela risque de changer prochainement, à mesure que la BNS relève ses taux.

En 2024, l'inflation devrait ralentir à 1,5%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

L'économie helvétique entame l'année sur un regain de confiance

Publié

le

L'hôtellerie-restauration fait partie des secteurs où un regain de confiance a été enregistré (archives). (© KEYSTONE/MELANIE DUCHENE)

Les entrepreneurs suisses ont débuté 2023 sur une note résolument optimiste, après la détérioration du climat des affaires observée l'automne dernier.

Le sondage effectué par le centre de recherches conjoncturelles de l'EPF de Zurich (KOF) indique une tendance clairement positive en janvier, mais aussi pour les prochains mois.

L'embellie par rapport au dernier pointage est particulièrement marquée dans les secteurs du commerce de gros, de l'hôtellerie-restauration, de l'industrie manufacturière, des services financiers et des assurances, indiquent les économistes zurichois lundi dans un communiqué. Le seul à se montrer plus circonspect à l'heure de brosser des perspectives est celui de la construction.

Les velléités de relèvement des prix sont toujours très présentes, mais les hausses prévues se révèlent moins drastiques qu'en automne. Les experts du KOF signalent une détente des expectatives des entreprises en matière d'inflation.

Le taux attendu pour les douze prochains mois est ainsi passé à 2,9%, alors qu'il était encore de 3,7% lors du dernier sondage, et sur un horizon de cinq ans, le renchérissement anticipé est de 2,6%, à comparer à 3,0% en automne.

Les entreprises interrogées ont signalé une évolution plus favorable qu'auparavant de la marche des affaires au cours des trois derniers mois, une tendance observée dans quasiment tous les secteurs d'activité, en particulier dans l'hôtellerie-restauration.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture