Rejoignez-nous

Blog

Pensions alimentaires, les conseils juridiques et moraux de l’équipe de Litigium

Publié

,

le

Pension alimentaire, mesures protectrices de l’union conjugale, MPUC, requête, convention, … autant de termes que chaque parent séparé a entendu sans parfois savoir ce qu’ils signifient et ce qui est pertinent pour son cas.

 

Présentation Sujets :

Calcul de la pension alimentaire

Quels éléments entrent en ligne de compte dans ce calcul ?

Pension alimentaire impayée

Droits et moyens de recouvrement ?

Auditeur 1 : Calcul pension alimentaire

Situation

Xavier (prénom d’emprunt)

• 45 ans
• Marié depuis 18 ans
• 2 enfants 12 + 15
• Cadre bancaire au salaire de + de Frs 18 000
• Propriétaire d’un appartement acquis durant le mariage
• Régime matrimonial : communauté des biens
• Son épouse vient de quitter le domicile conjugal suite à son infidélité
• Touche les allocations familiales ; Frs 300 x 2 = 600 Frs
• Paie l’entièreté des charges familiales y compris le loyer de Mme

Prétentions

• Que Madame augmente son temps de travail pour s’assumer financièrement les enfants étant grands
• Connaître exactement la pension alimentaire à payer pour les enfants et jusqu’à quand il doit les payer ?
• Connaître la pension alimentaire à payer pour Mme et jusqu’à quand il doit la payer ?
• Réduire les coûts de logement totaux de la famille et comment faire ?
appartement familial habité par Mr : environ Frs 2000 + appartement loué par Mme : Frs 2500

Epouse de Xavier

Maryline (prénom d’emprunt)

• 40 ans
• Enfants en commun avec Xavier
• Assistante médicale à 30% depuis la naissance du premier enfant
• Salaire en dessous de Frs 2000
• A quitté le domicile conjugal avec les deux enfants
• A pris un appartement au loyer de Frs 2’500 payé par Mr
• Son salaire lui sert « d’argent de poche »

Prétentions :

• Rester à 30% de travail pour avoir du temps libre
• Demander à Mr de continuer à payer toutes les charges de la famille vu que son salaire est important
• Avoir la garde des enfants 4 j / semaine + 1we / 2
• Demander une pension pour chaque enfant
• Percevoir les allocations familiales

La loi :

Pension pour Madame

Le couple est marié depuis 18 ans et Mme a travaillé à 30% dès la naissance du premier enfant. Elle travaille donc à 30% depuis 15 ans. De part le mariage et son taux d’occupation relativement bas, Mme a le droit, après divorce, à une pension alimentaire. Cette pension intervient pour maintenir Mme dans le niveau de vie qui était le sien pendant le mariage.
A-t-elle le droit à une pension à vie ? La réponse est non. Selon son âge, l’âge des enfants et son niveau d’éducation, il sera demandé à Mme de rehausser son taux d’occupation. Plus les enfants sont âgés et plus on pourra le lui demander. A l’inverse, plus elle est jeune, et plus on aura tendance à dire que le retour au travail sera «facile».
Outre ces éléments, si Mme retrouve un concubin, voire un mari, ses besoins seront revus à la baisse. Le nouveau droit considère que les concubins forment une communauté de toit, de table et de lit. Ils se doivent assistance, financièrement également. Attention pour Mr, les allocations familiales ne sont pas à déduire de la pension alimentaire. Il s’agit de deux prestations en argent différentes.

Pension pour les enfants

Les enfants ont évidemment le droit à une pension alimentaire. Ces derniers représentent une charge pour le parent détenant l’autorité parentale et la garde.
L’autre parent est donc débiteur et doit verser mensuellement un montant au parent gardien. Ce montant permet de couvrir une partie du loyer, la nourriture, l’habillement, les frais de santé, etc. Aucun montant strict n’est indiqué dans la loi.

Il existe deux méthodes :

La méthode du minimum vital :
Plus adaptée aux situations où le parent débiteur n’a pas beaucoup de moyens. On va se pencher sur la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et faillites qui préconise un montant minimal que représente l’enfant à charge ainsi que le minimum vital en dessous duquel le débiteur ne peut pas être exposé.
La loi fédérale renvoie à la loi cantonale, à Genève ce sont les Normes d’insaisissabilité, qui attestent qu’en cas de deux enfants de plus de 10 ans, ces derniers représentent une charge minimale de CHF 600.00 pour le parent ayant la garde. Pour un débiteur vivant seul, son minimum vital est fixé à CHF 1’200 cette année.

La méthode des tabelles :
Nommées tabelles zurichoises, qui indiquent de manière approximative le coût que représente un enfant pour un parent gardien. Le coût varie selon le nombre d’enfant et leur âge (donner l’exemple pour le cas, soit 2 enfants). L’échelle doit être appréciée selon les cantons.

Le montant de la pension évolue-t-il avec le temps ? Quand s’arrête-t-elle ?
Oui, selon l’âge des enfants, les montants changent. On retient en pratique 3 tranches d’âges donnant lieu à 3
montants théoriques de pension différents : 1-6 ans ; 7-12 ans ; 13-18 ans.
La pension continue au-delà de la majorité si l’enfant continue une formation académique continue. La limite est toutefois fixée à 25 ans.

En tant que père, y a-t-il des cas où j’ai le droit de ne plus verser de pension ?
Oui, notamment quand il s’avère que le parent débiteur est traité comme un parent « payeur ». L’ordre juridique suisse protège énormément la notion de famille. Il prévoit notamment que les enfants doivent voir le parent débiteur.
Si les relations s’aggravent et que les enfants refusent de voir le parent débiteur, sans faute de ce dernier évidemment, ce dernier pourra requérir du Juge que le montant de la pension soit réduit, voire supprimé.

Conclusion

Les tabelles zurichoises donnent un aperçu des coûts que représentent les enfants mais n’ont pas force de loi. Chaque cas est différent et il faut apprécier toutes les conditions du cas d’espèce.

La morale :

Concernant Madame

Expliquer à Mme que la charge des 2 loyers est trop importante et que c’est dommage de demander aux enfants de quitter l’appartement où ils ont grandi.
Proposer à Mme de résilier le bail de l’appartement qu’elle loue actuellement pour revenir s’installer dans l’appartement familial avec les enfants.
Rechercher activement un appartement plus petit pour lui avec une chambre pour les deux enfants étant donné qu’ils ne sont au final là que 4 nuits + 4 jours de week-end par mois.
Essayer ainsi d’économiser au-moins 500 ou 700 francs par mois.
Remercier Mme pour l’implication qu’elle a eue durant toutes ces années pour les enfants et le bon fonctionnement du ménage et le prendre réellement en considération.
Comprendre que l’infidélité est souvent très douloureuse et que celui qui est trompé se sent rabaissé, bafoué et déstabilisé. Mme n’a pas choisi de voir son monde s’écrouler et elle va avoir besoin de temps pour se reconstruire.
Expliquer à Mme que la loi ne prévoit pas de facto un droit à la pension alimentaire après le divorce mais que le fait qu’elle se soit consacrée à l’entretien du ménage et à l’éducation des enfants lui en donne le droit mais que ce montant est souvent limité dans le temps par les Tribunaux et doit servir entre autres à lui donner la possibilité de
réintégrer le marché du travail en vu de retrouver une autonomie financière.
Expliquer à Mme que plus rapidement elle sera autonome financièrement et plus rapidement elle se sentira libre en réduisant sa dépendance vis-à-vis de lui.
Etant donné qu’elle ne souhaite plus avoir à faire à lui depuis la séparation elle a d’autant plus intérêt de s’assumer et mettre le plus de distance entre eux.

Concernant les enfants

Malgré la séparation ne jamais oublier que c’est le couple qui est terminé et non pas la famille. Les enfants ne sont pas responsables de l’amour ni du désamour des parents.
Faire passer l’intérêt des enfants comme unique priorité permet bien des considérations vis-à-vis de l’autre parent et rend les relations plus cordiales et agréables.
Pour Mme comme pour les enfants, donnez-vous les moyens de prendre vos propres décisions et répondez, ensemble à vos besoins et limites.
Une fois les accords trouvés, procédez ensemble à la requête de divorce à l’amiable sur un site comme par exemple « easydivorce.ch ».

Les liens utiles :

www.easydivorce.ch
• Communauté des biens

Pendant le mariage il y a trois catégories de biens : ceux de l’épouse, ceux de l’époux, et ceux qui appartiennent aux deux. Ces derniers, appelés biens communs, sont déterminés par les époux dans le contrat de mariage et divisés entre les époux en cas de dissolution du régime. Si les époux souhaitent opter pour le régime de la communauté des biens, ils doivent conclure un contrat de mariage.

• Aide au calcul de la pension alimentaire
• Informations générales sur le divorce et ses effets
• Responsabilisation des couples dans les choix à prendre
• Coûts du divorce fortement réduits

www.ge.ch/justice/separation-divorce#divorce
• Renseignements généraux sur le divorce et ses effets
• Informations sur les procédures, les documents nécessaires et leurs coûts

Les différences pour le canton de Vaud ;
• Les bases légales sont identiques pour Genève et Vaud
• Il faudra uniquement adapter les coûts par rapport au Canton de Vaud

Auditeur 2 : Non-paiement de la pension alimentaire

Situation

Maud (prénom d’emprunt)
• 38 ans
• Divorcée depuis 3 ans
• 1 enfant 10 ans
• Lors du divorce :
Assistante de direction + de Frs 7’000
Vivait à GE
Garde partagée + pension du père Frs 400 + allocations 300
• Depuis 10 mois sur entente des parents :
La mère vit en Italie en concubinage
Travaille à temps partiel + 1500 euros
Le père prend l’enfant 90 % des vacances scolaires + pension idem + allocations idem

Prétentions :

• Faire payer au père la pension du mois de juillet qui est impayée
• Connaître ses droits pour le recouvrement
• Savoir quels sont les coûts
• Se préserver d’une pareille situation à l’avenir

Père de l’enfant

Marc (prénom d’emprunt)
• 37 ans
• Vit à Genève en concubinage avec 1 femme ayant 1 enfant à charge
• Collaborateur comptabilité + de 7’000
• Paie Frs 400 de pension + les allocations familiales reversées à la mère
• Paie les voyages de l’enfant pour qu’elle vienne en Suisse + l’assistance de vol pour enfants + charges extraordinaires

Prétentions :

• Refuse de payer la pension de juillet car l’enfant à passé 4 semaines en juillet + 2 semaines en août chez lui
• A payé en temps et en heure la pension d’août au complet
• Souhaite déduire toutes les années la pension du mois de juillet

La loi :

Mr prend l’enfant 90% des vacances scolaires. Il faut d’abord regarder si dans le dispositif légal (la convention de divorce), quelque chose était prévu à cet effet ou s’il était prévu que la pension soit payée mensuellement, toujours pour le même montant. On est à cheval entre le droit de la famille et le droit des contrats qui laisse une grande liberté aux parties pour décider de leurs engagements respectifs.
Mr ne doit pas oublier que la pension sert à couvrir des frais qu’il ne prend pas en charge, même en ayant les enfants en vacances à la maison. On pense principalement aux assurances maladie, à la part du loyer des enfants étant chez le parent gardien, les frais d’écolages etc.
Pour le recouvrement, nous entrons dans la loi fédérale sur les poursuites pour dettes et faillite. Il faudra intenter une poursuite contre Mr en paiement de la pension alimentaire. En cas d’opposition de Mr quant à la poursuite, il faudra passer devant un Tribunal pour lever l’opposition et accéder à la suite de la procédure.
Il y a donc des frais pour la mise en poursuite et des frais pour le Tribunal. Si Mr perd, Mme, peut réclamer le remboursement des frais qu’elle a engagés.
Pour se prémunir contre cette situation, un organisme existe pour vous assurer que le montant vous sera versé. A Genève, il s’agit du SCARPA. Sur Vaud, cet organisme se nomme le BRAPA.
Comment cela fonctionne en pratique ? Cet organisme sert d’intermédiaire entre le parent créancier et le parent débiteur. L’organisme paie chaque mois la pension et se charge de se retourner contre le parent débiteur en cas de non-paiement.
Cet organisme est très pratique car très souvent les conflits sont émotionnels, le parent débiteur se met vite en colère quand l’ex-conjoint le rappelle à ses devoirs. Il s’agit le plus souvent de non-paiement de la pension pour mettre le parent dans l’embarras ou en guise de vengeance. Avec le SCARPA ou le BRAPA, le parent débiteur a affaire à un organe neutre et la situation décrite ci-dessus n’est plus possible pour le parent débiteur. Le parent créancier n’a souvent ni les connaissances ni l’argent pour intenter une action en justice. L’organisme SCARPA ou BRAPA possède les compétences et la trésorerie pour intenter ce genre d’actions.

La morale :

• Prendre en considération que Mr a accepté de son plein gré de la laisser quitter la Suisse avec l’enfant malgré une garde partagée, et ce uniquement parce que la mère s’est mise en couple avec un homme habitant en Italie et que l’enfant a souhaité partir avec sa mère afin de se rapprocher de ses grands-parents maternels.
Mr vit et élève un enfant qui n’est pas le sien et cela augmente la sensation de manque de son propre enfant et crée un sentiment de conflit de loyauté très difficile à gérer.
Mr se prive de nombreux instants avec son enfant.
Mr n’a pas demandé à réviser la pension et la paie consciencieusement ainsi que tous les frais de transport comme les billets d’avion, l’assistance de vol pour enfant, etc.
Proposer à Mr de payer :
En 2018 ; pour le mois de juillet, les allocations familiales + la moitié de la pension
Dès 2019 ; pour chaque mois de juillet, uniquement les allocations familiales

Les liens utiles :

https://www.ge.ch/pensions-alimentaires-impayees/bases-legales
• L’essentiel sur les pensions alimentaires impayées

www.familles-geneve.ch/site/famille-en-difficulte-2/divorce-et-separation/pensions-alimentaires
• Informations générales sur les pensions alimentaires

https://www.ge.ch/pensions-alimentaires-impayees/contacter-scarpa

• L’essentiel sur le SCARPA

http://ge.ch/opf
• L’essentiel sur l’office des poursuites et faillites à Genève

Les différences pour le canton de Vaud ;

L’autorité compétente pour la non-paiement des pensions alimentaires est le :

• BRAPA
Bureau de recouvrement et d’avances sur pensions alimentaires
Av. des Casernes 2
1014 Lausanne
Tél. 021.316.52.21

Le lien de l’autorité compétente pour les poursuites et faillites est :

https://www.vd.ch/themes/economie/poursuites-et-faillites

 

10 septembre 2018

1) Licenciement • est-ce abusif ?
Bénédicte, 21 ans a été licenciée avec effet immédiat, est-ce que son licenciement est abusif ? L’équipe de Litigium répondra à ses questions le 10 septembre prochain.

2) On me doit de l’argent • que faire ?
Yves, 29 ans a prêté Frs 2’000 à un ami il y a 6 mois, malgré plusieurs relances il ne le rembourse pas, que peut-il faire pour recouvrer son argent ? L’équipe de Litigium répondra à ses questions le 10 septembre prochain.

3) Travaux dans mon appartement • qui paie ?
Claude, 38 ans souhaite repeindre son appartement. Sa régie refuse d’entrer en matière, qui doit payer ces travaux ? L’équipe de Litigium répondra à ses questions le 10 septembre prochain.

Vous souhaitez poser une question sur les autres thèmes :

17 septembre
• Clause de non-concurrence : comment y palier ?
• Loyers impayés : Quels sont mes risques ?
• Mon assurance refuse de me rembourser : Puis-je recourir contre cette décision ?

Contactez Benjamin : benjamin@radiolac.ch

1 commentaire

1 commentaire

  1. Christian

    4 septembre 2018 à 8 h 16 min

    Bonjour
    Un cadre bancaire qui gagne 18’000 francs et qui pleure pour ne pas payer 2500.- francs pour loger ses enfants ainsi que 2000.- francs de pension pour les nourrir (il lui reste 13’500 pour inviter sa copine au restaurant…) c’est assez pathétique.

Laisser un commentaire

Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Moi Manon stagiaire chez Radio Lac

#06 Moi, Manon, 24 ans, stagiaire chez Radio Lac

Publié

le

(KEYSTONE/Christian Beutler)

Episode #06: Retour à l’école

Je viens tout juste de quitter au final, la grande école. 6 ans d’études au total, dans des domaines assez différents, des classes un peu particulières. Au milieu de mes études, j’avais même fait une « pause », pendant laquelle j’avais travaillé dans des écoles. Cet épisode-là m’avait permis de me rendre compte que j’adorais cet univers, travailler avec les enfants et globalement, tout ce qui les concerne, droits et problématiques inclus.

C’est pour cela qu’après avoir rencontré des patrouilleuses scolaires, j’ai sauté sur l’occasion lorsque leur coordinatrice nous a proposé de venir assister à une des formations données dans les classes de petits. Cette session avait pour but d’informer les écoliers sur les bons gestes à avoir pour traverser la route et aller à l’école en sécurité.

En pleine cour de récré

Après avoir contacté l’école et la directrice, nous avons pu convenir d’une date pour assister à cet événement. Je me suis donc rendue dans l’école du Mail, proche de Plainpalais, avec un rendez-vous prévu dans une classe de 1P. Avant la formation des patrouilleuses, c’était l’heure de la récréation pour les nombreux élèves de l’école, l’occasion pour moi de me replonger dans l’ambiance un peu agitée des enfants qui se mélangent joyeusement.

Lorsque la cloche sonne, tous les enfants se rangent dans leur coin et attendent patiemment leur professeur. Pendant ce moment de récréation, je fais la connaissance du maître qui va m’accueillir quelques instants dans sa classe. Luca est très avenant, on voit que tous les élèves l’apprécient beaucoup, d’ailleurs des anciens de sa classe lui courent dans les bras lorsque nous traversons la cour.

Il me présente alors à la vingtaine de petits qui compose sa classe. Ils sont d’abord très impressionnés, mais qui ne l’aurait pas été, à quatre ans devant une inconnue. Ça ne dure jamais longtemps et quand nous nous mettons en route pour monter en classe, j’ai déjà trois enfants qui viennent me donner la main. Il y en a un en particulier qui est très intéressé par l’interview que je m’apprête a faire. Je lui explique que j’ai dans mon sac un « super-micro bleu », et que je lui montrerai comment il marche. Il a les yeux qui brillent a cette idée, autant que moi la première fois que l’on m’a parlé d’interview.

Quand la formation commence, les enfants se font très discrets et timides. Ils restent attentifs plus de 40 minutes, un exploit pour le maître, et pour les patrouilleuses aussi. Après les avoir interrogés sur cette formation, je tente de faire un son avec un enfant. J’ai donc montré au petit curieux de tout à l’heure comment fonctionnait le micro et l’enregistreur, et il s’est très bien débrouillé pour m’expliquer les gestes que venaient de lui enseigner les patrouilleuses.

En parlant d’enfants, nous avons reçu vendredi la visite d’une classe dans les studios, ce qui m’a replongé dans cette ambiance et dans cette interview que j’avais particulièrement appréciée.

Bon week-end et rendez-vous comme chaque fois dimanche prochain!

 

Continuer la lecture

Moi Manon stagiaire chez Radio Lac

#05 Moi, Manon, 24 ans, stagiaire chez Radio Lac

Publié

le

La pollution lumineuse était beaucoup moins présente ce soir du 26 Septembre au Salève. (©Yuting Gao / Pexels)

#Episode 05 : Une soirée au Salève

La semaine dernière, un événement de grande ampleur a eu lieu à Genève et cela a mobilisé une grande partie des équipes. Le jeudi 26 septembre, une grande opération s’est tenu dans tout le Grand Genève: les lumières publiques des communes se sont éteintes, plongeant la ville dans le noir. Le but était simple: permettre de voir les étoiles, reconnecter les gens à la nature et à la nuit et faire un geste pour la biodiversité qui souffre de ces lumières artificielles au quotidien. 

J’avais eu l’occasion d’assister à la conférence de presse pour cet événement avec Tadeusz Roth, journaliste à Radio Lac, et suite à la préparation de quelques articles sur les animations prévues ce soir-là, on m’a proposé d’assister à l’événement depuis les hauteurs du Salève, d’où la vue sur le bassin genevois, le lac et les alentours est magnifique.

La mission là-haut était de pouvoir interroger quelques personnes, au vu de la présence de plusieurs présidents de syndicats, d’élus, de membre de la société astronomique de Genève et du Musée d’histoire naturelle. Du beau monde réuni et engagé pour la prise de conscience collective sur la nécessité discutable d’allumer toute les lumières la nuit. 

J’avais déjà écris mon article en amont pour gagner du temps sur la publication le soir-même. Je suis donc montée par les toutes petites routes jusqu’au sommet de la montagne. C’était un voyage déjà assez éprouvant, mais magnifique. A ce moment-là, la nuit n’était pas encore tombée, et le ciel était assez dégagé, le soleil filtrait à travers les Alpes et les quelques nuages. Entre les champs de moutons et les autres journalistes déjà présents sur le plateau, j’ai réussi à me frayer un chemin pour observer la vue et le soleil en train de se coucher sur Genève. 

Le froid et le vent sont tombés en même temps que le soleil, sous la ligne d’horizon. Les participants à la randonnée eux aussi ont commencé à arriver jusqu’au stand, et j’ai donc préparé mon micro pour les interroger sur leurs premières impressions. 

Malheureusement, une variante à laquelle je n’avais pas pensé s’est immiscée par la même occasion, la nuit, tout simplement! 

Dans le noir complet, avec seulement quelques petites lumières très faibles autour du stand, j’essayais tant bien que mal de repérer l’attachée de presse, ou des visages connus, mais impossible de combattre l’obscurité. J’ai donc dû me diriger vers chaque personne que j’arrivais à localiser puis lui demander qui il était, tout simplement, ce qui était assez inconfortable. Le vent assez fort s’est rajouté pour ne pas faciliter l’interview.

Au final, j’ai tout de même pu discuter avec des personnes engagées et passionnées, ce qui était très enrichissant. Tous les enregistrements se sont bien passés, et j’ai finalement sorti mon article le soir-même, malgré les nombreuses modifications que j’y ai apporté. C’est ça de travailler dans le noir…

Quant aux étoiles, le soleil de la fin d’après midi s’était enfuit pour laisser la place aux cieux nuageux. Malgré tout, il a révélé quelques bijoux d’étoiles, pour les plus patients et passionnés. En tant que néophyte, cette nuit était vraiment belle pour moi aussi, en enseignements, rencontres et découvertes.

Je vous retrouve dimanche prochain!

 

Continuer la lecture

Blog

#04 Moi, Manon, 24 ans, stagiaire chez Radio Lac

Publié

le

Micro sur la rue, direction Plainpalais, objectif micro trottoir.

Episode #04 Exercice pratique en extérieur

Maintenant que je sais tenir un micro, que je sais faire quelque petites manipulations techniques, et que je suis un peu moins hésitante dans les tâches de ce stage, je peux y aller. Dans la rue.

Des gens pressés retournent au travail, écouteurs dans les oreilles. Ils traversent au milieu des voitures, se bousculent, se fusillent du regard ou baissent les yeux. Mais pas uniquement. Il y a aussi les amoureux, qui marchent mains dans la main en souriant, les amis qui partage un fast-food, avançant d’un pas nonchalant, les hommes d’affaires qui profitent des rayons de soleil sur Plainpalais, costumes impeccables et petites mallettes, et puis les rêveurs qui regardent en l’air. 

C’est plutôt vers eux que je me dirige, sac Radio Lac à l’épaule et enregistreur Tascam dans la main. Ma mission aujourd’hui, c’est de rechercher les voix de Radio Lac. Ces voix, ce sont les auditeurs, qui nous diront où ils écoutent Radio Lac, leur impression sur la Radio. Barbara m’a donné ses bons plans pour aborder les trottoirs à la rencontre des passants, et me voilà partie.  Le but est d’avoir des réactions vraies, bien sûr, mais souvent le micro impressionne, nous avons donc préparé quelques phrases parmi lesquelles chacun peut piocher.

Je sais que j’aurai plusieurs refus. Je sais que ça ne sera pas de tout repos, et que je risque d’essuyer des regards fuyants, des « non merci » polis…  

Mais c’est aussi ça le jeu et la réalité du terrain. Et la contrepartie est très agréable. Certaines  interventions m’ont particulièrement marquées, comme ces deux garçons qui partageaient leur repas. Ils étaient très amusés à l’idée de passer au micro, mais qui ont mis plusieurs minutes à choisir LA phrase parfaite. Un monsieur qui ne voulait pas passer au micro mais qui aurait préféré aller boire un café… Deux amies qui voulaient parler en même temps et dire la même chose… Et enfin, à la fois drôle et touchant, le héros de ma dernière anecdote: un jeune homme qui s’est senti particulièrement inspiré lorsque je lui ai dit qu’il pouvait s’exprimer librement s’il voulait. Il incarnait le style moderne de la rue.

Comme un petit poème, je vous livre ses paroles:

Un passant

« Souvent, à Plainpalais j’écoute Radio Lac, quand je suis monotone, à mes heures perdues, nostalgique, quand je repense à ma vie d’avant, la vie d’artiste. »

Quand je suis revenue dans les locaux de la radio, un peu sous le coup de cette nouvelle expérience, j’étais surtout contente de savoir que dans mon petit appareil se trouvait de nouvelles voix pour la Radio.

A bientôt et bon week-end à tous!

Continuer la lecture

Blog

#03 Moi, Manon, 24 ans, stagiaire chez Radio Lac

Publié

le

Episode #03 Premier micro et bureau définitif

Déjà presque trois semaines que je suis en stage dans la rédaction de Radio Lac, et ce ne sont pas les découvertes qui ont manquées dernièrement. Les premiers jours, plutôt calmes, ont vite laissé la place à quelques surprises et de nouvelles missions. 

Comme je l’ai déjà dit, j’apprécie particulièrement la littérature de manière générale, donc quand j’ai appris que Benjamin Smadja allait enregistrer un auteur Genevois cette après-midi là, j’ai sauté sur l’occasion et lui ai demandé de le suivre dans le studio. L’auteur, Guillaume Rihs, est très naturel et à l’aise au micro. Il nous présente son nouveau livre  avec simplicité et humour. Avant de commencer l’enregistrement, il me donne un exemplaire à feuilleter pendant l’interview. 

J’aime bien ce format en puzzle, les conversations s’enchaînent. Mais tandis que le journaliste pose ses questions, je commence à m’inquiéter un peu. En effet, l’auteur répond en me jetant parfois un regard, je me dis que ce pourrait être un problème, étant donné qu’il est filmé et que moi, je suis censé être invisible, juste observatrice! Pour autant, Benjamin n’arrête pas l’interview, et quelques échanges plus tard, il lance au micro: “Manon est avec nous dans le studio, je vous ai donné le livre au début de l’interview, qu’est ce que vous en retenez?”.

Sueur froide ou bouffée de chaleur, je ne sais plus trop ce qui s’est passé à ce moment, mais je n’étais en tout cas pas du tout préparée à dire mes premiers mots. Dans l’urgence, je garde la face et rapproche le micro. Au final, quelques phrases plus tard, je me dis que ce n’était pas si terrible, pour une première expérience. Et même plutôt sympa en fait. La dernière fois que j’étais au micro c’était pour casser les oreilles de mes parents, sur ma chaîne Hifi, c’est donc une promotion radicale.

Installation permanente

En marge de cet événement, ma semaine a aussi été marquée par mon installation à mon propre bureau. En effet, jusque là, j’empruntais celui des absents de la rédaction. Et pour moi, qui disait bureau à soi disait installation d’un poste de travail agréable. Je n’avais jusque là jamais eu d’espace à moi lors de mes précédents jobs, je les avais  toujours partagés avec des collègues. J’ai donc installé un calendrier pour tenir les événements à jour, mon carnet genevois, et un cadre photo avec celui qui partage ma vie.

Ce dernier élément a beaucoup fait parlé à la rédaction, et chacun y est allé de son commentaire ou de sa petite blague, ce qui m’a fait bien rire et m’a confortée dans l’idée que s’aménager un petit coin personnel, même au travail, c’est important.

D’ailleurs, sur chaque bureau on voit la petite touche de son propriétaire : livres, jeux de société, biscuits, accessoires, plantes, trophées, chapeaux, peluches…. Comme quoi, je ne suis pas la seule !

Bonne fin de week-end et rendez-vous dimanche prochain pour la suite de ces aventures.

Continuer la lecture

Moi Manon stagiaire chez Radio Lac

#02 Moi, Manon, 24 ans, stagiaire chez Radio Lac

Publié

le

Le studio principal de Radio Lac

Episode #02 A quoi ressemble un studio de radio ?

C’est vrai, le sujet parait simple, mais je vais vous parler de cet espace intriguant. Car qui, parmi les auditeurs et les novices de la radio comme moi peuvent se vanter de savoir à quoi ressemble vraiment un studio ? 

Depuis quelques années, les émissions sont filmées et on peut donc mettre des visages sur les voix qui nous accompagnent tous les jours, et sur le lieu en question. 

Mais le studio, c’est un peu plus que ça. Alors à quoi ça ressemble ? Et bien la bonne réponse, c’est que ça dépend, même si on y retrouve souvent les même caractéristiques: murs recouverts de plaques d’insonorisation, micros, tables de mixage, casques… Et donc caméras!

Ici, les studios ont chacun leur fonction et une sorte d’atmosphère personnelle. 

Il y a bien sûr celui dans lequel le direct de Radio Lac se tient chaque jour, avec des néons bleus au plafond, une grande table centrale, ordinateurs et tables de mixage. Toujours connecté à l’actualité, un écran diffuse les dernières nouvelles, et l’image de la radio est toujours présente sur les écrans derrière les invités. Benjamin, qui anime l’antenne de 16h à 19h, me montre les principales fonctions, les sons pré-enregistrés, et c’est un peu comme prendre un cours de mandarin.

 

Studio d’enregistrement

Accueil des invités

Ce studio, j’ai eu l’occasion d’y entrer pour enregistrer les interventions de scientifiques du CERN, en vue de préparer les Open Days. Dans ce cas, les invités sont enregistrés et filmés par John et Alex, réalisateurs, et même s’ils ont visiblement un certain trac à l’idée d’être passé à la radio, ils prennent vite leur aise une fois au micro. 

Je découvre aussi un studio dans lequel se passent les interviews par téléphone, et la plupart des enregistrements d’invités. Un petit studio de montage de son, aux murs en reliefs de mousse isolante et un grand studio pour One FM, radio du groupe Média One dont fait aussi partie Radio Lac. Les locaux sont vastes et parfois une porte ouverte révèle encore une nouvelle surprise. 

Pour moi, le studio représente l’antre des journalistes, un endroit à la fois intimiste et très convivial, unique et universel, d’une simplicité biblique et ultra technique. Un endroit où se sont succédés de nombreux journalistes et personnalités, c’est assez impressionnant de ressentir l’écho des histoires et des expériences.

J’ai hâte de commencer à travailler dans ces espaces, apprendre à monter les sons et utiliser les tables d’enregistrement, capturer des témoignages. Cette nouvelle semaine m’a déjà permis de rentrer un peu plus dans le concret de Radio Lac. 

Vous en saurez plus dimanche prochain !

Continuer la lecture