Rejoignez-nous

Archives

Exclu : le logo de la grève des femmes est l’œuvre d’une Lausannoise

Publié

,

le

C’est un logo que l’on voit partout depuis quelques semaines. Un poing levé dans un symbole féminin. Sur un fond violet.

C’est le logo choisi par les collectifs qui organisent la grève des femmes ce vendredi. Il est l’œuvre de Charlotte Passera, membre du collectif d’organisation vaudois. Sur le site internet, chacun et chacune surtout, peut le télécharger pour le mettre sur son profil Facebook ou Instagram. Il garnit aussi toutes les affiches de la campagne. Un logo comme signe de ralliement à la lutte des femmes, comme l’explique Charlotte Passera graphiste indépendante, du collectif vaudois de la grève des femmes.

Charlotte Passera Graphiste indépendante et membre du collectif vaudois de la grève

La lutte féministe qui a inspiré Charlotte Passera.

Charlotte Passera Graphiste indépendante et membre du collectif vaudois de la grève

La couleur violette n’est pas un hasard. Elle est historiquement associée aux revendications d’égalité et elle a été utilisée par les suffragettes au début du siècle.  Par le MLF ensuite, dans les années 70 et plus récemment en Espagne. La graphiste indépendante est ravie de voir son logo repris un peu partout et parfois décliné.

Charlotte Passera Graphiste indépendante et membre du collectif vaudois de la grève

Pour en garnir votre profil, vous pouvez le télécharger gratuitement sur le site officiel grève féministe du 14 juin. Il orne également les tee-shirts vendus sur les marchés.

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

50 ans depuis la construction du tunnel routier du Gothard

Publié

le

Les travaux pour percer le tunnel du Gothard ont commencé il y a 50 ans. (©KEYSTONE/PHOTOPRESS-ARCHIV/STR)

La construction du tunnel routier du Gothard a commencé il y a 50 ans en 1970. Le Tessin voulait se rapprocher du reste de la Suisse et les habitants des cantons alémaniques rejoindre le sud plus vite, au volant de leur voiture.

La construction a duré trois ans de plus que prévu et les coûts ont grimpé à 686 millions de francs au lieu de 306. La moitié de la facture en plus était liée à l’inflation, un quart a des problèmes géologiques, et le reste à des modifications du projet et des investissements qui se sont révélés nécessaires pendant les onze années de construction.

Jusqu’à 800 travailleurs ont été déployés sur les chantiers d’Airolo TI et de Göschenen UR. Ils ont travaillé 24 heures sur 24 en équipe (9,2 millions d’heures), ont fait exploser 2,8 millions kilos d’explosifs et ont cassé 1,6 million de mètres cubes de roche, ce qui correspond au volume de près de 3000 villas.

Dix-neuf mineurs ont été tués pendant les travaux dans le tunnel de près de 17 kilomètres de long. Cela correspond à un mort par kilomètre de tunnel et par minute de conduite.

Les travailleurs saisonniers

Des milliers d’immigrés italiens et d’autres pays européens ont travaillé dans ce tunnel. Isolés, sans guère de divertissement, ils ont d’abord affronté le racisme des indigènes, qui ne voyaient pas d’un très bon oeil cette population qui allait et venait au gré de l’avancement des travaux.

Mais comme seul un travailleur heureux est un bon travailleur, les habitants de la région se sont montrés plus conciliants avec les « Tschinggen » (les « macaronis »), comme les Alémaniques surnommaient les Italiens à l’époque. Ces derniers ont pu s’installer et faire venir leur famille.

Ces travailleurs se sont investis dans leur tâche. Sur les images télévisées du percement du tunnel le 16 décembre 1976, diffusée dans toute l’Europe, on peut voir plusieurs d’entre eux l’oeil humide.

Symbole de la Suisse

Dans son allocution au moment de l’ouverture du tunnel, le conseiller fédéral Hans Hürlimann, chef du département fédéral de l’Intérieur, a rappelé les liens séculaires qui unissaient la Suisse au Gothard. « Berceau des eaux et croisée des chemins menant au nord et au sud, le Gothard est à la fois le lieu où notre État plonge ses racines et le symbole de notre liberté sauvegardée. »

Sur place, le trafic motorisé a terni le rêve. Le passage de centaines de véhicules chaque jour a gâché la qualité de vie des personnes qui habitaient à proximité de l’autoroute et devalué leur maison. On craignait que la pollution de l’air n’impacte la forêt et que celle-ci se clairsemant, des villages de montagne ne doivent être évacués, car menacés par des avalanches, comme l’expliquaient des journalistes de la TV alémanique à l’époque.

A l’inverse, dans des villages dont les routes n’étaient plus empruntées comme Gurtnellen, les hôtels ont dû fermer les uns après les autres tandis que l’économie s’est mise à tourner au ralenti.

Le conseiller fédéral Hans Hürlimann s’est ainsi trompé sur deux points. Il affirmait dans son discours que ce tunnel n’était pas prévu pour un trafic dense, ni pour le transport de marchandises.

Attente pour le deuxième tube

Le deuxième tube s’est fait longtemps attendre, bien qu’il ait été prévu dès le départ, le tunnel de sécurité en était l’étape préliminaire. Aujourd’hui, un demi-siècle après la construction du premier tunnel, celui-ci a besoin d’être rénové, ce qui implique qu’il sera fermé pendant plusieurs années. En attendant, le 2e tube remplacera l’ancien. Il y a 4 ans, en février 2016, les Suisses ont approuvé cette proposition du Conseil fédéral et du Parlement.

L’Office fédéral des routes (OFROU) ne craint pas que le trafic enfle encore au Gothard, une fois le deux tubes en fonction. Après la rénovation, le second tube permettra un trafic unidirectionnel sur une voie avec une bande d’arrêt d’urgence latérale, ce qui améliorera la sécurité sans pour autant accroître la capacité, selon l’Office.

De plus, le trafic est régulé par un système au compte-gouttes depuis 2002. Il fait passer les camions un à un, à une cadence variant entre 60 et 150 véhicules par heure et par sens, en fonction de l’affluence des voitures de tourisme.

Le débit total est limité à 1000 unités-voitures particulières (UVP) par heure et par sens, un camion correspondant à 3 UVP. Selon l’OFROU, entre 3000 et 4000 camions traversent le tunnel chaque jour.

Continuer la lecture

GSHC

Laurent Strawson : « c’est vraiment déstabilisant! »

Publié

le

Des renvois jusqu'au 15 mars, plutôt que le huis clos, comme ici lors du match entre Genève-Servette et le Lausanne HC vendredi soir aux Vernets, tel a été le choix de la Ligue Nationale lundi (©KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi).

Le président du Genève-Servette HC n’a pas caché son désarroi face à la paralysie qui mine l’élite du hockey sur glace helvétique à cause du Covid-19. Laurent Strawson fait contre mauvaise fortune, bon cœur, même si une annulation pure et simple du championnat n’est pas à exclure.

Le sport suisse a vécu une journée importante lundi. Coronavirus oblige. En hockey sur glace, aucun match ne se jouera dans les patinoires avant le 15 mars ni en National League, ni en Swiss League !
Ce report concerne les quarts de finale des play-offs et le tour de classement en National League ainsi que les demi-finales des séries finales en Swiss League…
Le but : éviter de jouer à huis clos lors de la phase décisive du championnat en espérant une amélioration de la situation sanitaire.
Les présidents des clubs de National et Swiss League se réuniront le vendredi 13 mars pour voir la suite à donner au championnat.
Reste à connaître les implications d’une suspension du championnat pour les clubs, notamment Genève-Servette.

Me Laurent Strawson Président du Genève-Servette HC

 

 

Continuer la lecture

GSHC

National League : play-offs et tour de relégation reportés

Publié

le

Aucun match de play-off ou du tour de relégation ne se jouera en National League avant le 13 mars (© KEYSTONE/Adrien Perritaz).

Pas de match de play-off cette semaine. Les clubs des deux premières catégories de jeu helvétiques se réuniront le 13 mars.

Les play-offs de National (et Swiss League) ne débuteront (ne se poursuivront) pas le (vendredi 6) samedi 7 mars comme prévu initialement. Les instances dirigeantes des ligues professionnelles ont décidé de suspendre le championnat jusqu’au 16 mars. La mesure vaut pour les matches du tour de relégation en Ligue Nationale. Une séance est d’ores et déjà agendée au vendredi 13 mars pour décider de la suite à donner au championnat de Suisse dans les deux premières catégories de jeu nationales. Le sort des compétitions nationales est entre les mains du Conseil Fédéral. Si le gouvernement ne prolonge pas l’interdiction décrétée vendredi, les séries finales débuteraient le mardi 17 mars. Il s’agit d’abord éviter de jouer à huis clos lors de la phase décisive du championnat. On se donne également un peu temps en espérant une amélioration.

Denis Vaucher Directeur de la Ligue

 

On peut se demander en quoi ça pourrait consister ?

Denis Vaucher Directeur de la Ligue

 

Une chose est sûre : les présidents de club sont résolument opposés à des matches à huis clos, surtout pendant les séries finales.

 

 

Le communiqué publié lundi par la Ligue Suisse de Hockey sur Glace détaille les décisions prises.

Continuer la lecture

Actualité

Ligue Nationale: les Aigles battent les Dragons

Publié

le

L'attaquant fribourgeois Matthias Rossi, à gauche, est à la lutte avec l'attaquant genevois Timothy Kast, au centre, sous les yeux du gardien genevois Gauthier Descloux, à droite (©KEYSTONE/Laurent Gillieron).

Genève-Servette a renoué avec la victoire en battant Fribourg Gottéron sur sa glace (3-0). Berne a remporté la victoire de l’espoir (3-2) contre les Langnau Tigers.

La belle série de trois succès des Fribourgeois s’est interrompue abruptement face à des Servettiens bien décidés à se racheter de leur couac face au Lausanne HC (0-3). Le gardien Gauthier Descloux a brillé ce qui lui a permis d’effacer sa soirée difficile vécue contre les Lions de Zurich où il a encaissé une avalanche de buts (6-9). Il s’est montré intraitable face aux quelques actions dangereuses de Brodin et cie. Il a fêté son quatrième blanchissage de la saison.

Trois buts au deuxième tiers

Les joueurs de Patrick Emond ont fait la différence au cours de la deuxième période après avoir ouvert la marque grâce à une action personnelle de Smirnovs en supériorité numérique (23e). Ensuite, Karrer a « nettoyé » la lucarne de Berra (27e) et Winnik a dévié un tir de Maurer pour le 3-0 (28e).

Frank Rohrbasser, commentateur pour Radio Lac, a recueilli les impressions du dernier rempart servettien juste après le match.

Gauthier Descloux Gardien du Genève-Servette HC

 

Au classement, Genève-Servette récupère la troisième place de National League au détriment du HC Davos.

 

 

Source : Keystone/ATS/st/fr/bb

Continuer la lecture

Actualité

Rober Mayer quitte Genève-Servette pour Davos

Publié

le

Robert Mayer rejoindra Davos l'été prochain (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le jeu des chaises musicales se poursuit pour les gardiens de National League.

Le HC Davos a annoncé l’arrivée dès l’été prochain de Robert Mayer, peu après que Niklas Schlegel a quitté Berne pour rejoindre Lugano.

Robert Mayer (30 ans) a signé un contrat de quatre ans avec le club aux 31 titres de champion de Suisse. Le natif de Havirov en République tchèque évoluait depuis 2014 avec Genève-Servette, après avoir tenté l’aventure en Amérique du Nord. Engagé en 2009 par l’organisation du Canadien de Montréal, il n’a jamais évolué en NHL.

Ancien joueur des Kloten Flyers, l’international suisse arrivait en fin de contrat à Genève-Servette. Il a disputé 225 matches de National League avec le club des Vernets selon le communiqué de Davos. Cette saison, il affiche des statistiques de 2,61 buts encaissés par match et 91% d’arrêts en championnat.

« Nous n’aurons peut-être plus l’opportunité d’engager un gardien de cette stature dans un ou deux ans. Nous devions saisir cette chance », explique dans un communiqué le directeur sportif du HCD Raeto Raffainer, qui se dit pourtant « très satisfait » de ses deux portiers (Joren van Pottelberghe et Sandro Aeschlimann). Et qui ne sait pour l’heure pas avec quel duo Davos entamera l’exercice 2020/2021: « Je préfère avoir trois gardiens plutôt qu’un seul. »

Continuer la lecture