Rejoignez-nous

Techno

Un nouveau système de paiement européen en réflexion

Publié

,

le

L’Europe rêve d’un nouveau mode de paiement…

 

benoit rouchaleau Le monde de demain

20 établissements bancaires planchent en effet sur la création d’un nouveau dispositif européen qui permettrait à terme de se passer de Visa, Mastercard,  Paypal et autres géants étrangers de la technologie.

Vous imaginez que l’idée met en ébullition le secteur : d’ailleurs le projet s’appelle PEPSI, pour « Pan European Payment System Initiative ». Son ambition : gérer toutes les formes dématérialisées de paiements instantanés, soit par carte, par virement, par prélèvement ou par mobile. PEPSI vise ainsi au moins 60% des paiements électroniques en Europe.

On en est encore qu’aux balbutiements, mais le responsable monde cartes de BNP Paribas, a fait une allusion au projet récemment lors d’une conférence, en évoquant des «discussions» entre des banques «qui représentent une grosse partie de l’Europe».

Que sait-on concrètement du projet ?

Honnêtement pas grand-chose, dès qu’il est question de gros sous et de souveraineté des paiements en Europe, les regards deviennent fuyants et les discussions passent en mode sourdine. Aucun groupe bancaire n’a d’ailleurs souhaité s’exprimer officiellement sur la question jusqu’à présent.

D’autant qu’il est question de remettre en cause la toute-puissance de Visa et Mastercard, les 2 mastodontes du secteur, talonnés par les réseaux chinois de paiement, comme Alipay ou WeChat Pay.

A quand donc un paiement PEPSI ? Rien n’est moins sûr, on se souvient que les banques européennes avaient déjà lancé une initiative quasiment similaire en 2012 mais le projet Monnet n’avait pas abouti.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Un robot indien à la conquête de l’espace

Publié

le

Le monde de demain : Après les humains, les animaux ou les plantes envoyés dans l’espace, bientôt un robot humanoïde…

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

L’Inde nourrit de grands projets spatiaux, dont celui d’envoyer un robot en orbite d’ici décembre 2020. Le robot en question est presque déjà prêt, il vient d’être présenté par la très sérieuse « Organisation indienne pour la recherche spatiale ».

Il ou elle plutôt puisque le robot a une apparence de femme astronaute : avec de longs cheveux bruns, des très fins, un buste et 2 bras mais pas de jambes… C’est ce que les scientifiques appellent un demi-humanoïde qui ne peut que se pencher sur le côté et vers l’avant. Elle a également un nom. Elle s’appelle « Vyommitra », ce qui en sanskrit qui veulent dire « ami de l’espace ».

Quel est le but d’envoyer un humanoïde dans l’espace ? 

Le robot aura les mêmes tâches que les astronautes humains. Il s’en est expliqué d’ailleurs de vive voix lors de sa présentation à la presse, je la cite : « Je peux assurer une surveillance grâce aux paramètres du module, vous alerter et effectuer des opérations de maintien du vaisseau. Je peux effectuer des activités comme des opérations sur le panneau de commande ».

L’objectif de la mission sans équipage est de comprendre quel est l’impact des voyages dans l’espace sur le corps humain. Donc de simuler un vol avant d’envoyer de réels astronautes dans l’espace. Ce qui est prévu à priori pour 2022.

Continuer la lecture

Actualité

Un oreiller anti-ronflement révolutionnaire

Publié

le

Photo : Motion Pillow

Le monde de demain : Une nouvelle solution pour ceux qui subissent les ronflements de leur conjoint…

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

On vous a déjà parlé des pinces, des masques, des patchs et autres ceintures à vibrations qui vous promettent monts et merveilles, et bien voici un nouveau produit à votre secours : un simple oreiller.

Oui mais pas n’importe quel oreiller : celui-ci est à mémoire de forme, à l’intérieur on trouve 4 airbags et un système de gestion de la pression. Et surtout il est relié à un petit boîtier, avec microphone intégré, que l’on pose sur la table de chevet et qui détecte les fréquences de ronflements.

La subtilité, c’est que dès que l’oreiller s’adapte continuellement au dormeur et dès que le système perçoit un ronflement, et bien l’oreiller se “gonfle” automatiquement pour vous forcer à incliner la tête et ainsi faciliter l’ouverture du pharynx et le passage de l’air.

C’est pour demain ou il faudra attendre mille et une nuits ?

C’est pour bientôt… La nouvelle version automatique du « Motion Pillow » vient d’être dévoilée par ses créateurs, une société sud-coréenne.  Il sera bientôt disponible à la vente.

Il faut compter environ 400 francs de budget, mais pour ceux qui connaissent ces désagréments, peut-être que la tranquillité n’a pas de prix.

Continuer la lecture

Actualité

Demain, y aura-t-il encore un pilote dans l’avion?

Publié

le

Photo by KML from Pexels
Le monde de demain : Une première mondiale pour l’avionneur Airbus… 
Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Vous connaissez le film parodique des années 80 « Y a-t-il un pilote dans l’avion ? » Et bien la réponse est non il n’y a pas de pilote dans l’avion…

C’était le 18 décembre dernier à Toulouse en France, Airbus a fait décoller un de ses avions long-courrier, un A350, sans l’intervention des pilotes. Et pas qu’une fois… A 8 reprises, l’appareil a décollé du tarmac uniquement grâce au pilotage automatique, sans avoir recours aux 2 pilotes et 3 ingénieurs qui étaient à bord.

Petit miracle de technologie que l’on doit comme souvent à l’intelligence artificielle qui contrôle le bon positionnement de l’avion sur la piste jusqu’au décollage. Ajouter à cela un programme de reconnaissance visuelle qui permet l’analyse en temps réel des images des bandes au sol sur la piste. Et le tour est joué…

Le pilote n‘a eu qu’à toucher qu’une seule manette: celle des gaz placée en position « décollage ».

A la veille de trajets complètement automatisés ? 

Non l’idée dans un 1er temps est d’automatiser les trajets entre l’aérogare et le point de décollage et à plus long terme, l’ambition serait de laisser un seul pilote aux commandes des appareils, au lieu de 2 actuellement. Sachant que pour l’heure, seuls les vols d’avion-cargo pourraient utiliser cette technologie.

Une avancée technologique mais un gain financier aussi puisque cela permettrait une économie de 10 milliards d’euros pour le secteur aéronautique.

Et puis il reste encore un autre obstacle à lever : faire accepter aux passagers d’être piloté par une machine, aussi intelligente soit-elle…

Continuer la lecture

Actualité

Une appli de reconnaissance faciale qui sait tout de vous

Publié

le

Le monde de demain : une application qui risque de mettre fin à votre anonymat… 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Imaginez demain, il vous suffira de prendre une photo d’un inconnu dans la rue pour tout savoir de lui : son nom, son adresse ou ses comptes sur les réseaux sociaux.

Une mise à nue que l’on doit à l’application ClearView, qui a été développée par une start-up depuis 2016 mais les médias ont commencé à s’y intéresser fin 2019 après qu’elle a servi à identifier un suspect en Floride. D’ailleurs, elle est déjà utilisée par des centaines d’agences gouvernementales aux États-Unis, dont le FBI. Ça c’est le bon côté de la médaille.

Le mauvais côté, c’est que c’est la fin de notre vie privée… Comment sait-elle tout de nous ? 

Elle est dopée à l’intelligence artificielle et elle fonctionne avec un algorithme qui va comparer une photo à une base de données que l’on nourrit nous-même tous les jours : les quelques 3 milliards de photos que l’on trouve sur Facebook, Twitter ou Instagram.

Et quand elle a débusqué la personne, elle envoie un lien vers les sources trouvées, c’est-à-dire toutes les photos de vous qui ont été publiées sur les réseaux sociaux. L’entreprise annonce un taux d’identification de 75%.

La bonne nouvelle c’est que pour le moment, Clearview n’est pas disponible pour le grand public. La moins bonne c’est que le New-York Times cite des témoignages selon lesquels ce sera le cas un jour, et directement sur nos smartphone.

Fini l’anonymat de la jolie jeune-fille  ou du charmant jeune-homme croisé dans la rue, fini aussi la discrétion de grèvistes qui manifestent.

Mieux même ou pire, la start-up imagine déjà pouvoir intégrer l’application  dans des lunettes connectées, ce qui permettraient d’obtenir en temps réel, dans votre champ de vision, l’identité de toutes les personnes que vous croisez dans la rue. Le monde de demain n’est pas que réjouissant.

Continuer la lecture

Actualité

Demain, les drones voleront comme des oiseaux

Publié

le

Photo : Stanford University

Le monde de demain : quand les drones s’inspirent de la nature…

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Aujourd’hui la plupart des drones volent à plat avec de petites hélices latérales qui leur donnent un air d’hélicoptère et bien demain on pourrait voir apparaître des modèles beaucoup agiles et gracieux qui ressembleraient à des oiseaux.

Des chercheurs de l’université de Stanford aux Etats-Unis ont minutieusement étudié les ailes des pigeons pour comprendre la mécanique de leurs ailes et créer  leur « PigeonBot », un drone avec des ailes formées de 40 vraies plumes.

Le robot volant téléguidé a déjà été testé en vol. Avec succès. Il y a d’ailleurs une vidéo du « PigeonBot » qui montre cette démonstration réussie. C’est impressionnant.

Reproduire le vol des oiseaux, un vieux rêve… Comment y sont-ils parvenus ?

Le secret qu’ont percé les scientifiques : c’est qu’ils se sont rendu comptent que les oiseaux utilisent principalement leurs poignets et leurs doigts pour se diriger. Et qu’ils adaptent leurs ailes en vol, en les collant les unes aux autres, face aux rafales pour glisser sur le vent.

Les scientifiques ont donc mis au point un modèle informatique qui reproduit le mouvement des ailes. Ils ont imprimé un squelette en 3D et installé une paire d’ailes et une petite hélice motorisée à l’avant qui sert à propulser le pigeon robot et le tour est joué… Verdict le drone est capable de prendre des virages serrés, de planer et surtout de se fondre dans le décor, beaucoup plus discrètement que les drones d’aujourd’hui.

On imagine d’ailleurs que son utilisation pourrait avoir un large spectre, du poétique pigeon voyageur au plus furtif pigeon militaire.

 

Continuer la lecture