Rejoignez-nous

Techno

Un bateau sans capitaine, ni équipage

Publié

,

le

University of Birmingham’s Human Interface Technologies Team (HIT)

Le monde de demain : Après les voitures sans conducteur, voici le bateau  autonome…

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Imaginez un navire capable de relier Plymouth en Angleterre et Plymouth dans le Massachussetts, sans personne à la barre, ni équipage…

C’est le défi lancé par l’ONG Promare et IBM qui entendent ainsi fêter les 400 ans de la première traversée des colons anglais vers les États-Unis.

C’était en septembre 1620, le navire « le Mayflower » avait quitté l’Angleterre pour rejoindre le nord du continent américain. 400 ans plus tard, son héritier bardé de technologie va refaire le parcours de 5000 km sauf que c’est une intelligence artificielle qui va prendre les commandes.

A quoi ressemble-t-il ce Mayflower, nouvelle génération ? 

C’est un trimaran entièrement autonome, sans connexion extérieure, il est doté de panneaux solaires, d’éoliennes et d’un moteur diesel pour le propulser.

Et à la place du capitaine, une intelligence artificielle fournie par IBM  qui est capable de détecter des objets et donc d’éviter les obstacles et autres dangers en mer.

La traversée est prévue en septembre 2020. Au-delà de l’exploit maritime et technologique, il s’agira aussi de mener des expériences dans le domaine de la cyber-sécurité maritime, la surveillance des mammifères marins ou encore l’étude des micro-plastiques.

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Une bague pour déverrouiller votre smartphone

Publié

le

Le monde de demain : Un nouveau moyen de déverrouiller nos smartphones… 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Après les mots de passe, les codes, l’empreinte digitale et la reconnaissance faciale, demain c’est une bague qui pourrait nous permettre de déverrouiller nos téléphones et nos ordinateurs ou même d’ouvrir la porte de notre appartement.

Un prototype vient d’être imaginé par l’entreprise Kaspersky, la société spécialisée dans la cybersécurité s’est associée à un joaillier pour mettre au point cette bague. C’est un bijou classique au 1er abord, sauf que celui-ci intégrerait une empreinte digitale artificielle, créée en impression 3D. La partie supérieure ressemble à une forme de caoutchouc que vous positionnez sur le lecteur d’empreintes de votre smartphone.

En quoi est-ce qu’elle est plus fiable ou plus sécurisée que nos empreintes digitales ? 

Ce n’est pas tant la fiabilité de nos empreintes digitales qui est pointée du doigt par Kaspersky mais le risque de se les faire voler. Elles sont uniques et le problème c’est que si vous vous faites pirater vos données biométriques, et bien elles perdent toute leur valeur.

On ne peut pas les changer ou les réinitialiser, à la différence de la bague. En cas de vol de votre bijou, vous n’aurez  qu’à prendre une autre bague, avec une nouvelle empreinte. Et vos données personnelles resteront en sécurité.

Continuer la lecture

Actualité

Des cameras pour détecter les automobilistes qui téléphonent

Publié

le

Photo by Acharaporn Kamornboonyarush from Pexels

Le monde de demain : En Australie, l’intelligence artificielle au service de la sécurité routière… 

Benoît Rouchaleau Le monde de monde

On ne va pas se mentir, cela nous est tous arrivé de passer un appel alors que l’on est au volant.

Et bien en Nouvelle-Galles du Sud, on a trouvé une solution technologique pour verbaliser les contrevenants, C’est d’ailleurs une 1ère mondiale : des caméras dopées à l’intelligence artificielle qui peuvent repérer  si le conducteur d’une voiture tient un téléphone en main.

Il s’agit de caméras fixes ou mobiles qui fonctionnent de jour comme de nuit et quelques soient les conditions météo. Les images sont d’abord analysées par une intelligence artificielle, avant de passer entre les mains d’un agent de l’administration qui devra vérifier et confirmer ou non l’infraction des automobilistes.

Et c’est pour bientôt ?

C’est le monde de demain dès aujourd’hui… Après une phase de tests de 6 mois et quelques 100 000 flagrants délits relevés, le dispositif est en service depuis début décembre. 45 caméras ont déjà été installées dans Sydney et ses environs, sans être signalées par des panneaux.

Et en cas d’infraction, ils encourent une amende de 344 dollars australiens, l’équivalent de 230 francs. La buche est portée à 300 francs dans un périmètre scolaire et au retrait de 5 à 10 points sur le permis selon le lieu de l’infraction.

A terme, l’ambition est de parvenir à réduire de 30 % le nombre de tués sur les routes. Le gouvernement local espère ainsi contrôler 135 millions de véhicules sur les 5 prochaines années.

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Demain les cabines d’essayages seront virtuelles

Publié

le

Le monde de demain : Nouvelle tendance dans le monde de la mode 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Imaginez, demain, vous êtes en train de faire du shopping, vous flashez sur un pantalon ou un chemisier mais vous avez la flemme de vous déshabiller et d’aller l’essayer en cabine.

Voilà la solution : la cabine d’essayage virtuelle. Elle est composée de panneaux lumineux, de caméras et de rétroprojecteurs et elle fonctionne sur le principe de la photogrammétrie.

Pour comprendre ce dont il s’agit : ce sont 125 caméras qui photographient la personne sous tous les angles. Et toutes ces données sont ensuite compilées pour donner une vision 3D de la personne, son avatar numérique en quelque sorte.

Et du coup vous n’avez plus besoin d’enfiler le vêtement pour voir comment il vous sied et vous pouvez même essayer les vêtements directement sur les sites internet, en utilisant votre fichier 3D, enregistré à vos mensurations exactes.

Le but, c’est de faciliter l’achat ?

Oui de favoriser l’acte d’achat en boutique et en ligne, c’est en tout cas l’espoir des créateurs et des vendeurs qui rappellent qu’aujourd’hui « il y a 60 % d’abandon de panier sur les sites de ventes en ligne parce qu’on hésite sur la taille du vêtement. » 

Autre argument développé : l’argument écologique, en considérant que si vous avez vos mensurations exactes, la possibilité d’essayer virtuellement, et bien cela devrait limiter le nombre de retours et l’empreinte écologique des livraisons.

Noter qu’un acteur belge « Cabin 3D » est déjà dans les starting bloc, il qui aimerait commercialiser sa cabine d’ici 1 ou 2 ans.

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Un piano intelligent qui peut composer de la musique tout seul

Publié

le

Photo by Juan Pablo Serrano Arenas from Pexels

Le monde de demain : Le rêve de tout musicien raté, le clavier intelligent qui sublime votre musique…

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

On a tous pianoté quelques séries de notes sur un clavier mais sans le talent suffisant pour les transformer un vrai morceau. Alléluia ! Amazon a la solution : un clavier de 2 octaves et 32 touches qui peut composer des morceaux grâce à son intelligence artificielle.

Son nom : DeepComposer. Son utilisation est on ne peut plus simple : vous jouez une petite mélodie et le système est capable de l’enrichir instantanément avec des accompagnements jazz, rap, pop ou rock…

Ça fonctionne comment ?

DeepComposer repose sur des réseaux adverses génératifs, c’est un type d’intelligence artificielle qui est capable de produire des données à celles qu’on lui a fourni, dans le cas présents des morceaux rock, pop, jazz ou classique.

Pour autant Amazon assure que l’ambition n’est pas de remplacer les compositeurs, mais de donner un moyen ludique aux développeurs d’expérimenter l’intelligence artificielle et le fonctionnement de réseaux adverses génératifs.

Sachez toutefois que le clavier est déjà disponible uniquement aux États-Unis pour 99 dollars. Pour utiliser l’IA d’Amazon, il faudra ensuite payer un tarif horaire, en fonction du temps d’utilisation du clavier.

Continuer la lecture

Actualité

Des robots qui trient les déchets à votre place

Publié

le

Photo Google

Un robot intelligent et utile, puisqu’il trie nos déchets…

 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Vous le savez, Google est partout, jusque dans nos poubelles. Une filiale de l’entreprise américaine vient de mettre au point un robot capable de trier nos déchets à notre place. La tâche est fastidieuse, alors autant la confier à une machine…

D’autant que l’ambition était de faire en sorte que ce robot apprenne par lui-même. On ne programme plus seulement les robots, on les autonomise… Pour ce faire, il a donc d’abord fallu l’entraîner, les chercheurs ont misé sur la simulation pour accélérer son processus d’apprentissage.

C’est-à-dire que des milliers de robots se sont entraînés chaque nuit à déplacer virtuellement des ordures dans différents bacs de tri fictifs. Le plastique dans le bac à plastique, le verre dans le bac à verre, etc.

Les données ont ensuite été envoyées vers de vrais bras mécaniques qui ont mis en pratique l’entrainement. Et à leur tour, les machines ont fait remonter leur expérience pour améliorer le processus.

Est-ce que ces robots trieurs sont efficaces ?  

Les résultats sont jugés prometteurs… Le robot est ainsi capable de reconnaître un déchet en fonction de la matière qui le compose, puis de l’associer aux bacs de stockage qui correspond.

Après une batterie de tests dans la vie réelle, dans des bureaux de l’entreprise, et bien les 1ers résultats sont là : le taux de déchets mal triés a pu être réduit par 4, passant ainsi de 20 à 5%.

Malheureusement, le dispositif reste expérimental : il coûte encore trop cher pour être commercialisé, mais Google ouvre la voie aux machines qui nous remplacent. Tant que ce n’est que pour les tâches fastidieuses, tout va bien…

 

Continuer la lecture