Rejoignez-nous

Techno

En Chine, la reconnaissance faciale s’invite dans le métro

Publié

,

le

benoit rouchaleau Le monde de demain

Le Monde de Demain : En Chine, la reconnaissance faciale est partout… Jusque dans les transports en commun.

On le sait la reconnaissance faciale est déjà bien implantée en Chine avec une armée de caméras installée dans tous les recoins du pays, et bien nouvelle incursion dans le métro de la ville de Shenzhen, dans le Sud de la Chine, qui expérimente des bornes de reconnaissance faciale dans 18 de ses stations.

But de la manœuvre : fluidifier le trafic dans les gares bondées… Gain de temps effectivement puisqu’il suffit de se présenter face à une caméra avant d’entrer dans le métro. Le montant de votre titre de transport est ensuite automatiquement prélevé sur votre compte. Au préalable, l’utilisateur devra juste enregistrer ses données faciales dans le système et indiquer son mode de paiement.

A Shenzen, le dispositif expérimental compte 28 guichets automatiques et 60 distributeurs de tickets qui permettent d’accéder à la rame. Le système permet également aux personnes âgées, 60 ans et plus, de prendre leur billet de métro gratuitement.

Est-ce que le dispositif pourrait s’étendre ?

Oui après Shenzen, d’autres villes comme Jinan, Shanghai, Qing dao, Nanjing et Nanning expérimentent elles aussi ce système de reconnaissance faciale. Et par exemple, 500 personnes utilisent déjà chaque jour ce nouveau système à Jinan.

Et si le test s’avère convaincant, c’est tout le pays qui sera ainsi équipé. Restera encore à régler quelques problèmes pour les jumeaux ou les sosies. Sans parler de la question de l’enregistrement de tous vos déplacements mais en Chine, ce n’est pas la 1ère des préoccupations.

 

 

 

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Une veste emojis pour les cyclistes

Publié

le

Photo : Ford

Le monde de demain : on sait enfin à quoi servent les émojis… 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

C’est le constructeur américain Ford qui a eu l’idée d’une « veste emojis », vous savez ces petits smiley jaunes qui sourient, pleurent ou font des clins d’œil… Ils auraient des vertus apaisantes sur la route. En tout cas, ils faciliteraient la communication entre cyclistes et automobilistes.

L’idée est née dans le cadre d’une campagne de sensibilisation : ils ont lancé une application qui vous plonge dans la peau d’un cycliste sur la route. La particularité, c’est que le cycliste en question porte un prototype de veste sur laquelle s’affichent des émojis.

Des diodes lumineuses  ont été intégrées dans le dos de la veste et permettent donc d’afficher 6 types d’expressions et de messages : un smiley heureux, mécontent ou neutre, un clignotant gauche ou droite et un panneau danger en cas de coup de frein ou d’obstacle à proximité.

Le tout sans lâcher le guidon puisque tout est contrôlé grâce à une petite télécommande placée directement sur le guidon du vélo.

Est-ce que le projet a des chances d’être commercialisé ? 

Ford précise que la veste n’en est, pour l’instant, qu’au stade de « démonstration de faisabilité », c’est-à-dire qu’il faut d’abord vérifier la viabilité du concept avant de le développer, éventuellement, à plus grande échelle.

Il s’agit donc pour l’heure d’une création « unique en son genre » qui n’est pas disponible à l’achat mais certains se plaisent à rêver de la voir sortir avec tous les émojis possibles, dont l’un des derniers nés à venir en 2020 : l’émojis fondue avec drapeau suisse.

Continuer la lecture

Techno

Internet: Google et autres réseaux privés ont bien le droit de censure

Publié

le

Les géants technologiques comme Google ont toute liberté pour supprimer des contenus sur leurs plateformes internet, sans enfreindre la Constitution américaine, selon un jugement rendu mercredi par un tribunal de Californie.

La décision de la cour d’appel de San Francisco rejette la plainte d’un média conservateur, PragerU, qui accusait YouTube d’avoir enfreint le premier amendement de la Constitution qui régit notamment la liberté d’expression et de la presse.

Cet article de la Constitution s’applique aux institutions gouvernementales mais pas aux entités privées. Or malgré ses deux milliards d’utilisateurs mensuels, YouTube, propriété de Google, « reste un forum privé, pas un forum public soumis à l’examen de la justice en vertu du premier amendement », écrit la cour d’appel.

De son côté, PragerU estimait que Google avait enfreint la loi en limitant « de manière arbitraire » l’accès à certaines de ses vidéos portant sur des sujets aussi variés que « les différences homme-femme » ou « des questions environnementales ».

Le média conservateur affirmait que des vidéos similaires mises en ligne par des médias plus libéraux n’avaient pas subi le même traitement.

La plateforme YouTube s’est félicitée de la décision de la cour d’appel de confirmer un jugement pris en première instance.

« Les produits Google ne font pas de discrimination politique », a déclaré un porte-parole de YouTube, Farshad Shadloo, dans un communiqué transmis à l’AFP. « Nous prenons toutes les précautions pour concevoir nos produits et appliquer nos procédures de manière à ne pas tenir compte des penchants politiques », assure-t-il.

De son côté, PragerU a dit ne pas vouloir en rester là. « Ce jugement est bien sûr une déception mais nous n’allons pas abandonner la lutte et allons continuer à alerter le public sur la censure des idées conservatrices par les géants de la tech », a déclaré le responsable du marketing de PragerU, Craig Strazzeri.

La directrice générale du média, Marissa Streit, a quant à elle déploré que la cour d’appel de San Francisco « soit elle aussi effrayée par Goliath, Google ».

Continuer la lecture

Actualité

Demain, même les robots transpireront

Publié

le

Le monde de demain : dans la série on n’arrête pas le progrès, voici le robot qui transpire… 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Qu’est-ce qui a bien pu passer dans la tête des chercheurs de Cornell University de New York aux Etats-Unis ? Et bien tout simplement ils se sont inspirés de l’être humain et de sa sudation qui permet de réguler sa température… Ils ont donc voulu adapter le processus à une main robotisée qui serait donc dotée d’un système de refroidissement grâce à la transpiration.

Oui mais pourquoi ? Pour améliorer la durée de vie et l’endurance de certains robots. Une main robotique qui transpire, reste au frais et ça lui permet de fonctionner pendant de plus longues périodes sans risque de surchauffe des composants internes.

Comment fait-on transpirer une main robotisée ? 

Tout d’abord, les chercheurs ont imprimé les doigts du robot en 3D à l’aide d’hydrogel, qui peut absorber de grandes quantités d’eau. Ce sont des doigts mous dans lesquels ils ont implanté de petits réservoirs contenant de l’eau. Lorsque le plastique atteint 30 degrés, les pores s’ouvrent et l’eau est poussée vers la surface.

Résultat concret : L’évaporation de l’eau réduit la température de surface de 21 ° en 30 secondes. Cela fonctionne tellement bien que même l’être humain ne serait pas capable de refroidir ses membres aussi facilement.

Reste encore à réguler le processus car à force de transpirer, de tels robots seraient susceptibles de glisser ou de manquer d’eau à évaporer. Un peu comme les humains finalement… Les scientifiques vont maintenant à s’atteler à faire boire les robots. Un peu comme les humains finalement…

 

Continuer la lecture

Automobile

Gagnez vos places pour le GIMS 2020 !

Publié

le

L’historique salon de l’automobile de Genève, le GIMS Swiss revient du 5 au 15 mars 2020 à Palexpo. Une nouvelle édition qui se concentre sur la mobilité du futur et les technologies alternatives et durables dans un contexte de lutte pour le climat.

Le Geneva International Motor Show promet cette année encore de nous offrir des innovations et des modèles inédits à ne pas rater. Et Radio Lac vous offre vos invitations pour le salon! Rendez-vous à la fin de cette article pour participer.

gims-swiss-salon-auto-geneve

Affiche 2020 du GIMS Swiss

GIMS Swiss 2020, le salon de l’auto à Genève

L’édition 2020 du salon de l’automobile suisse, le GIMS Swiss se déroulera du 5 au 15 mars 2020 à Palexpo à Genève. Pendant 10 jours, vous pourrez découvrir les nouveaux modèles des constructeurs et les dernières innovations en terme de mobilité. Des marques les plus connues telles que Seat, BMWRenault aux plus prestigieuses comme Pagani, Bentley ou Porsche pour ne citer qu’elles, les constructeurs les plus renommés de la planète exposeront leurs modèles dans les halles de Palexpo.

geneva-motor-show-2020

La dernière citadine efficiente, la concept-car pleine d’innovations technologiques ou l’hypercar de rêve, il y en aura pour tous les goûts et les passionnés seront conquis par cette édition qui allie à la perfection passion, innovation et tradition pour vous plonger dans l’univers automobile de la plus belle des manières.

 

GIMS Tech : la mobilité du futur au coeur des innovations des constructeurs

Vous êtes fans de nouvelles technologies? Passionnés par la mobilité du futur? Ou simplement curieux de savoir quels projets peuvent émerger chez les constructeurs pour demain? Le GIMS Swiss 2020 vous propose GIMS Tech, une plateforme consacrée à la mobilité du futur. De la voiture connectée à la voiture volante en passant par les véhicules autonomes, le salon vous propose ainsi de découvrir et d’expérimenter les nouvelles technologies et les nouveaux services développés par les constructeurs automobiles mais aussi par des start-ups ou autres acteurs de la mobilité.

 

GIMS Discovery : Découvrez les technologies alternatives pour une mobilité plus respectueuse de la planète

Pour la première fois au GIMS Swiss 2020, vous pourrez vivre une expérience unique sur le GIMS Discovery, un circuit intérieur de 456m alternant virages, longues courbes et lignes droites. Pendant 10 minutes, il vous sera possible de tester l’une des voitures aux typologies variées comme électriques, hybrides, hydrogènes ou encore au gaz naturel, le tout supervisé par l’équipe du TCS.

Plusieurs marques comme Porsche, Audi, Hyundai, Toyota ou Volkswagen se sont prêtées au jeu en mettant à disposition leurs modèles. Un bon moyen de mettre en avant la mobilité responsable et des motorisations plus respectueuses de l’environnement tout en offrant aux visiteurs une expérience inoubliable.

 

Gagnez vos invitations pour le Geneva International Motor Show 2020

Alors on vous a convaincu d’aller faire un tour au GIMS Swiss 2020 ? C’est parfait car Radio Lac vous offre vos invitations !

Pour participer, rien de plus simple. Il vous suffit de vous inscrire en remplissant le formulaire ci-dessous.

Vous pouvez aussi multiplier vos chances de gagner en écoutant Radio Lac et en jouant à l’antenne.

Les gagnants tirés au sort seront contactés directement par la radio.

 

Continuer la lecture

Actualité

Un signal WIFI 10 fois meilleur

Publié

le

Le monde de demain: on a tous connu ce moment où le signal WIFI décline… La solution ? Un WIFI à la puissance décuplée…

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Les chercheurs du MIT au Massachusetts se sont penchés  sur les faiblesses de la puissance du signal WIFI. Et ils ont ébauché une solution qui pourrait rendre le réseau sans fil 10 fois meilleur.

Un « super WIFI » grâce à un prototype de tapisserie intelligente qui se pose sur un mur et qui fonctionne « comme un miroir ou comme une lentille ». Elle est constituée de 3000 minuscules antennes sans fil qui sont orientées par un logiciel et qui dirigent ou reflètent les ondes WIFI directement vers l’objet connecté qui en a besoin.

Le dispositif nommé RFocus permettrait ainsi d’améliorer jusqu’à 10 fois la qualité de réception et 2 fois la bande passante. Plutôt que d’ajouter des antennes à l’émetteur, à votre smartphone  ou à votre montre connectée, et bien là, on amplifie le signal vers le récepteur en ajoutant des antennes sur une surface externe de votre environnement.

Est-ce que c’est une technologie coûteuse ? 

Même pas…  Les scientifiques affirment que chacune de ces antennes ne coûtent que quelques centimes et consommant très peu d’énergie. Par ailleurs, les antennes ne demandent aucune énergie puisqu’elles n’émettent pas de puissance par elles-mêmes.

Reste encore à améliorer le prototype et trouver un de le fabriquer à grande échelle. Au final, cela pourrait ressembler à une sorte de papier peint WIFI, où aucun câblage ne serait requis.

 

 

 

 

Continuer la lecture