Rejoignez-nous

Economie

Moderna demande une autorisation pour être administré aux 12-17 ans

Publié

,

le

Moderna demande l'autorisation de Swissmedic pour la vaccination des adolescents de 12 à 17 ans. (© KEYSTONE/DPA/MARKUS SCHOLZ)

Moderna dépose une demande d’autorisation de mise sur le marché auprès de Swissmedic pour la vaccination des adolescents de 12 à 17 ans contre le Covid-19. Ce vaccin ne peut pour l’instant administré qu’à des personnes de 18 ans et plus.

Jusqu’ici, seul Pfizer/BioNTech a reçu l’autorisation début juin de Swissmedic d’être administré aux 12-15 ans.

Swissmedic, l’Institut suisse des produits thérapeutiques, analyse dans le cadre d’une procédure en continu les données qui lui sont transmises, dont les résultats d’un vaste essai clinique en cours qui est mené sur des jeunes de 12 ans et plus, a-t-il fait savoir dans un communiqué vendredi.

L’institut statuera sur l’extension d’indication en question dès qu’il disposera de preuves suffisantes de la sécurité, de l’efficacité et de la qualité de ce vaccin contre le Covid-19 dans cette tranche d’âge.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

La BNS relève son estimation d’inflation pour 2021 et 2022

Publié

le

Le renchérissement doit désormais atteindre 0,4% (0,2% en mars) sur l'exercice en cours, 0,6% (0,4%) en 2022 et 0,6% (0,5%) à nouveau en 2023, prévoit la BNS (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La BNS relève sa projection de croissance du produit intérieur brut (PIB) en 2021 à 3,5%, contre 2,5% à 3,0% en mars. La banque centrale a par ailleurs révisé ses prévisions d’inflation pour l’année en cours et les deux suivantes.

Le renchérissement doit désormais atteindre 0,4% (0,2% en mars) sur l’exercice en cours, 0,6% (0,4%) en 2022 et 0,6% (0,5%) à nouveau en 2023, détaille le rapport trimestriel de stabilité monétaire.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

La Banque nationale suisse maintient le statu quo monétaire

Publié

le

L'institut d'émission "reste disposé à intervenir au besoin sur le marché des changes en tenant compte de l'ensemble des monnaies", a-t-il souligné, estimant que le franc était toujours "à un niveau élevé" (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

La Banque nationale suisse (BNS) a maintenu jeudi, sans surprise, sa politique monétaire inchangée, à l’instar de ses grandes homologues américaine (Fed) et européenne (BCE). L’institut d’émission veut notamment soutenir la reprise économique après la crise sanitaire.

Le taux directeur et le taux d’intérêt négatif appliqué aux avoirs à vue ont été maintenus à -0,75%, a indiqué la banque centrale helvétique dans un communiqué.

L’institut d’émission « reste disposé à intervenir au besoin sur le marché des changes en tenant compte de l’ensemble des monnaies », a-t-il souligné, estimant que le franc était toujours « à un niveau élevé ».

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Les exportations horlogères de mai ont reculé par rapport à 2019

Publié

le

En mai 2021, les exportations horlogères se sont envolées de 174,2% sur un an à 1,8 milliard de francs (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

En mai 2021, les exportations horlogères suisses ont progressé au même niveau qu’en mai 2020. En comparaison avec 2019 toutefois, soit avant la crise sanitaire, elles ont reculé de 11,9%, en raison d’un « effet de base défavorable », selon la FH.

Au cours du mois sous revue, les exportations horlogères se sont envolées de 174,2% sur un an à 1,8 milliard de francs, indique jeudi la Fédération de l’industrie horlogère suisse (FH). La chute enregistrée une année auparavant, de -67,9%, « n’a ainsi pas été intégralement compensée, mais le secteur peut tout de même envisager un retour à la normale plus tôt que ce qui était attendu en début d’année ».

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Loi Covid-19 une nouvelle fois adaptée – Aides prolongées

Publié

le

Les Allemands du coach Joachim Low attendent les Français à Berlin. (© KEYSTONE/AP/Federico Gambarini)

Les indépendants et les clubs sportifs pourront bénéficier d’aides financières au-delà de l’été. La dernière divergence dans la loi Covid-19 est en voie d’être réglée. Le Conseil des Etats a renoncé à un statut d’exception pour les porteurs d’un certificat Covid.

Jusqu’au bout, les élus ont bataillé sur la question des exemptions dont devraient bénéficier les porteurs d’un certificat sanitaires. Le Conseil des Etats a insisté pour permettre aux vaccinés, guéris et testés négatifs d’être exemptés de restrictions d’accès d’abord pour les établissements et manifestations puis seulement pour les foires. Le National préférait lui s’en remettre au Conseil fédéral.

Finalement, la conférence de conciliation a opté pour ne pas donner de privilèges aux titulaires d’un certificat Covid. Le Conseil des Etats a suivi jeudi sans opposition. Le conseil peut vivre avec cette solution, a indiqué pour la commission Hannes Germmann (UDC/SH). Le National doit encore se prononcer.

Pour rappel, les jeunes UDC ont annoncé le lancement d’un nouveau référendum contre la loi Covid-19 adoptée en mars, notamment sur la question du certificat. Selon eux, ce document divise la population et crée une société à deux vitesses.

Mesures pas contestées

La mini-adaptation de la loi est ainsi quasiment sous toit. Les dispositions proposées par le Conseil fédéral n’étaient pas contestées. Les parlementaires tous partis confondus étaient d’accord pour que certains dispositifs d’aide ne disparaissent pas brusquement, notamment pour des domaines qui seraient encore restreints dans leurs activités par des mesures anti-Covid.

Les allocations pour perte de gain (APG) seront prolongées jusqu’au 31 décembre 2021. Jusqu’à présent, un tiers des 3,1 milliards prévus ont été utilisés. Une demande de crédit supplémentaire n’est pas prévue. Les APG versées dans le cadre du Covid étaient limitées à l’origine jusqu’à la fin juin.

Les Chambres ont également supprimé le plafond de 115 millions de francs pour les contributions à fonds perdu aux clubs sportifs professionnels et semi-professionnels. Elles étaient jusqu’à présent calculées sur la base de la saison 2020/2021.

Allant au-delà de ce que demandait le Conseil fédéral, le Parlement a encore accepté de prolonger jusqu’au 31 décembre le calcul de l’indemnité en cas de réduction de l’horaire de travail pour les bas salaires. Cela permet aux revenus à plein temps de moins de 3470 francs de toucher une indemnité à 100%.

Pas d’exception pour la culture

Les Chambres ont encore décidé de prolonger les facilités pour la tenue des assemblées générales de sociétés par voie électronique. Les dispositions valent jusqu’à l’entrée en vigueur de la modification du droit de la société anonyme, vraisemblablement en 2023.

Dans un premier temps, les députés avaient décidé de prolonger les mesures dans le domaine de la culture jusqu’au 30 avril 2022 afin d’aider ce secteur à sortir de la crise. Mais les sénateurs n’ont pas voulu d’un traitement particulier. Un avis auquel s’est finalement rallié le National dans la dernière ligne droite.

Le ministre des finances Ueli Maurer a assuré que le Conseil fédéral avait commandé un rapport d’ici au 9 septembre pour évaluer les besoins encore ouverts de tous les secteurs. Il sera toujours possible de prolonger les soutiens en temps opportun.

Retour à la normalité

Enfin, le Parlement a complété la loi Covid-19 par un article qui précise les conditions de sortie de la crise. Les restrictions de capacité dans les établissements, entreprises et manifestations devront être levées dès que toute la population adulte souhaitant être vaccinée l’aura été. Selon la majorité, il fallait envoyer un signal au Conseil fédéral pour le retour à la normalité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Les centres commerciaux ont perdu 1 milliard de francs en 2020

Publié

le

Le recul du chiffre d'affaires des 191 temples suisses de la consommation - dont le 3e de Suisse, Balexert, à Genève, ici à l'image - a atteint l'an dernier 5,8%", soit un milliard de francs de manque à gagner (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les centres commerciaux suisses ont perdu environ un milliard de francs de recettes l’an passé, reflet des fermetures ordonnées pour lutter contre la pandémie. Le repli s’est révélé moins fort que redouté du fait des achats de rattrapage.

« Le recul du chiffre d’affaires des 191 temples suisses de la consommation a atteint l’an dernier 5,8% », soit un milliard de francs de manque à gagner, a précisé jeudi Swiss Council of Shopping Places dans un communiqué. L’organisation a évalué les pertes de recettes du semi-confinement de printemps à 1,87 milliard de francs.

Une fois rouverts, ces lieux ont pu rattraper en partie l’absence de chiffre d’affaires, grâce à un rebond d’achats de la part des consommateurs. L’alimentation, le bricolage, les jeux et articles de loisirs, l’électronique domestique et l’ameublement ont enregistré « des ventes records » en raison d’une demande accrue.

Tous les centres commerciaux n’ont pas été touchés de la même manière. La baisse des ventes a été plus contenue dans les petits centres commerciaux de proximité, disposant d’une forte proportion de produits alimentaires, quand les grands complexes, avec une large offre dans l’habillement, les loisirs ou la restauration, ont davantage souffert.

Parmi les plus grands emplacements de Suisse, le Glattzentrum de Wallisellen a vu ses recettes s’amoindrir de 14% à 514 millions de chiffre d’affaires et le Shoppi Tivoli de Spreitenbach, tous deux près de Zurich, a enregistré un recul de 15% à 345 millions de francs.

En revanche, le Mall of Switzerland à Ebikon (Lucerne) n’a été pénalisé qu’à hauteur de 1% à 218 millions et le Shopping Arena de St-Gall de 3% à 213 millions.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture