Rejoignez-nous

Suisse

Litfiba à Lausanne et à Zurich pour sa dernière tournée

Publié

,

le

La dernière tournée de groupe italien Litfiba passe par Lausanne et Zurich. Photo: Le chanteur Piero Pelu lors d'un concert sur la Piazza Grande à Locarno en juillet 2015. (© KEYSTONE/TI-PRESS/DAVIDE AGOSTA)

Le groupe de rock italien Litfiba, mené par Piero Pelù et Federico "Ghigo" Renzulli, quitte la scène après 42 ans de carrière avec "L'ultimo girone". Cette dernière tournée passera par Lausanne et Zurich en décembre.

Il y a un an en décembre 2021, Litfiba annonçait sa dernière tournée en 2022 après 42 ans de carrière. "Nous avons senti que c'était le bon moment pour quitter la scène", explique le guitariste Ghigo Renzulli. Lui et le chanteur Piero Pelù répondent aux questions de Keystone-ATS depuis Florence, où ils disent qu'il fait un froid glacial et humide.

La dernière tournée

La tournée a débuté à la fin du mois d'avril avec des dates en Italie, à Rome et dans leur Toscane natale, à Florence et à Lucca.

Choisir 20 à 25 morceaux pour leurs derniers concerts parmi les 180 chansons de leur répertoire n'est pas simple. "Nous faisons des choix radicaux, parfois à regret", relève le guitariste. Les deux hommes ont prévu trois "setlists" différentes pour cette dernière partie de la tournée. Ils proposeront encore un set acoustique.

Le chanteur Piero Pelù dit ne pas avoir de chansons préférées: il les aime toutes: "de la première à la dernière". Le guitariste Ghigo Renzulli cite lui un autre musicien italien Pino Daniele, "ogni scarrafone è bello a mamma sua" (chaque oiseau est beau pour sa propre mère), ajoutant que "chaque chanson fait partie de ma vie".

42 ans de carrière

Litfiba est né en octobre 1980 "dans une cave humide et enfumée servant de salle de répétition à la Via de' Bardi à Florence", peut-on lire sur leur site web. Le groupe a connu de nombreux changements au cours de sa carrière tant dans sa composition que sur le plan musical.

"Les différentes formations ont toujours été un laboratoire ouvert à la transformation", estime le chanteur. Chaque disque est différent: "c'est un travail très stressant d'essayer de nous surprendre nous-mêmes et d'en faire de même avec le public." Le duo estime avoir relevé le défi avec les séries d'albums Trilogie du pouvoir dans les années 1980, Tétralogie des éléments la décennie suivante et Trilogie des états depuis 2000.

Les chansons, ancrées dans le contexte politique avec un regard critique, restent très pertinentes même plusieurs années après. Piero Pelù cite l'exemple de "Resta", "un texte publié pendant la catastrophe de Tchernobyl" qui parle du nuage radioactif qui a frappé l'Europe, ajoutant que "nous vivons toujours le même cauchemar".

Retour à Lausanne et Zurich

La tournée européenne compte deux étapes en Suisse: le 16 décembre aux Docks de Lausanne, avant-dernière date de la tournée, et le jour précédent au Volkshaus de Zurich. Le concert à Lausanne affiche complet.

Litfiba a joué pour la dernière fois aux Docks il y a 12 ans. Mais le groupe de Florence est souvent venu dans les festivals en Suisse romande dans les années 80 et 90 comme au Paléo à Nyon, au Montreux Jazz ou à Leysin, sans oublier leurs concerts dans le mythique club de la Dolce Vita à Lausanne. Dans la même ville, on les a aussi entendus au Casino de Montbenon et à Vennes.

Les rockers italiens se sont également produits à plusieurs reprises à Zurich. "Je pense que c'est la troisième ou quatrième fois que nous jouons au Volkshaus. La première fois, c'était dans les années 90", se souvient le guitariste.

Litfiba donnera son dernier concert à Milan le 22 décembre, mais il ne jouera pas en Suisse italienne. Le groupe de rock de Florence a souvent joué au Tessin, à Lugano, Locarno et Bellinzone.

2e maison

"La Suisse est un peu comme notre deuxième maison. Les pays francophones tels que la France et la Belgique nous ont toujours accueillis à bras ouverts même si nous avons choisi de chanter en italien", dit le guitariste: "c'est un amour durable".

Et cela se voit dans les publics qui viennent les écouter. A Lausanne et à Zurich, les Helvètes seront au moins aussi nombreux que les Italophones à avoir fait le déplacement pour leur dernier concert. Les musiciens sont sensibles au fait que leur musique est appréciée au-delà de la barrière des langues.

"Un camping-car suisse vient de passer devant ma maison, c'est un signe", s'exclame le chanteur. "Nous sommes chargés à bloc, préparez-vous", lance-t-il pour boucler l'interview. Pour les (re)voir une dernière fois, il ne reste plus qu'à se procurer des billets pour le concert de Zurich le 15 décembre, au Bataclan à Paris le 9 décembre, à Bruxelles le 11 décembre ou à Milan le 22 décembre.

https://www.litfiba.net/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Santé

Novartis a soigné croissance et rentabilité au 1er trimestre

Publié

le

Le géant pharmaceutique Novartis a augmenté ses ventes sur les trois premiers mois de l'année. (archive) (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Le géant pharmaceutique Novartis a engrangé sur les trois premiers mois de l'année un chiffre d'affaires de 11,83 milliards de dollars (10,78 milliards de francs), en hausse de 9,5% sur un an.

L'excédent d'exploitation (Ebit) de base a suivi une courbe plus ascendante encore, atteignant 4,54 milliards. Le bénéfice net apuré de tout élément jugé inopportun a gagné 13,9% à 3,68 milliards, indique la multinationale dans un communiqué mardi.

La performance s'inscrit dans le haut des projections des analystes consultés par l'agence AWP. Le chiffre d'affaires était attendu à 11,49 milliards, l'Ebit ajusté à 4,30 milliards et le bénéfice net de base à 3,49 milliards.

La direction se montre un peu plus optimiste pour l'année en cours qu'à la fin janvier.

La croissance organique doit désormais s'établir à environ 10% et l'Ebit de base entre 10% et 15%. L'hypothèse reste conditionnée à l'absence de lancement d'un générique du moteur de ventes Entresto aux Etats-Unis.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Kühne+Nagel ploie en début d'année

Publié

le

Kühne+Nagel a vu ses recettes nettes reculer sur les trois premiers mois de l'année. (archive) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le logisticien Kühne+Nagel a vu ses résultats flancher au premier trimestre, tant au niveau des recettes que de la rentabilité. La direction a affirmé avoir engagé la maîtrise les coûts.

Sur les trois premiers mois de l'année, le groupe schwytzois a vu ses recettes nettes reculer de 18% sur un an à 5,51 milliards de francs, alors que son résultat d'exploitation (Ebit) s'est contracté de 39% à 376 millions, a-t-il annoncé mardi.

Le bénéfice net ressort quant à lui à 278 millions, en chute de 40% comparé au premier trimestre 2023.

Alors que le chiffre d'affaires est ressorti nettement en dessous des prévisions des analystes interrogés par l'agence AWP, l'Ebit a légèrement dépassé les attentes du marché.

Le groupe s'est félicité d'avoir réduit de 12% les coûts par unité dans le fret maritime et de 14% dans l'aérien. L'abandon des structures de direction régionales devrait également apporter sa pierre à l'édifice.

La direction n'a formulé aucune perspective de croissance pour l'exercice en cours.

Précédemment, l'entreprise avait indiqué viser à moyen terme un taux de conversion de 25% à 30%, contre 22% en 2023. La stratégie baptisée "Roadmap 2026" cible même un taux de 40% pour les frets maritimes et aérien. Dans le transport terrestre et la logistique contractuelle, le groupe anticipe respectivement plus de 10% et 7 à 9%. Le commerce électronique constitue l'un des moteurs de croissance de cette stratégie. L'entrée sur de nouveaux marchés figure au programme.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Sport

8 des 25 meilleurs joueurs du monde au Parc des Eaux-Vives

Publié

le

Nicolas Jarry revient à Genève défendre son titre. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La neuvième édition du Geneva Open qui se déroulera du 18 au 25 mai prochain au Parc des Eaux-Vives promet. Elle réunira huit des vingt-cinq meilleurs joueurs du monde.

Le vainqueur de Barcelone Casper Ruud (ATP 6) emmène l'entry list de l'ATP qui comprend également Taylor Fritz (ATP 13) et Ben Shelton (ATP 15). Si les venues du Norvégien et des deux Américains avaient été déjà officialisées, les présences de Tommy Paul (ATP 16), de Sebastian Baez (ATP 19), du tenant du titre Nicolas Jarry (ATP 23), de Jan-Lennard Struff (ATP 24) et de Tallon Griekspoor (ATP 25) viennent enrichir le tableau de l'unique tournoi ATP 250 organisé en Suisse romande.

Déjà présent en 2017 avec un parcours qui l’avait mené jusqu’aux demi-finales, Kei Nishikori sera également de la partie. Le Japonais a bénéficié d’un classement protégé pour intégrer le tableau dont le cut est fixé au 51e rang. Il convient de préciser que la liste d’attendre comprend deux grands noms avec Dominic Thiem, le vainqueur de l’US Open 2020, et Matteo Berrettini, finaliste à Wimbledon en 2021.

Entry list du Gonet Geneva Open 2024 : 1. Casper Ruud (NOR/ATP 6).

2. Taylor Fritz (USA/ATP 13). 3. Ben Shelton (USA/ATP 15)4. Tommy Paul (USA/ATP 16). 5. Sebastian Baez (ARG/ATP 19). 6. Nicolas Jarry (CHI/ATP 23). 7. Jan-Lennard Struff (GER/ATP 24). 8. Tallon Griekspoor (NED/25). 9. Jiri Lehecka (CZE/ATP 31). 10. Jordan Thompson (AUS/33). 11. Fabian Maroszan (HUN/ATP 37). 12. Jack Draper (GBR/ATP 43). 13. Christopher Eubanks (USA/44). 14. Facundo Diaz Acosta (ARG/ATP 47). 15. Asian Karatsev (RUS/ATP 48). 16. Kei Nishikori (JPN/48). 17. Thomas Machac (CZE/ATP 50). 18. Marcos Giron (USA/ATP 51).

Quatre joueurs issus des qualifications, trois autres repêchés au titre de "special exempt" et enfin trois au bénéfice d’une wild card complèteront le tableau principal.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Santé

La biotech helvétique a profité d'un regain de fonds en 2023

Publié

le

Des sociétés non cotées de la Biotech ont collecté un total de 600 millions. (archive) (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Les entreprises biotechnologiques helvétiques ont profité l'an dernier d'un net afflux de liquidités, au sortir d'un exercice 2022 placé sous le signe de la frugalité.

Les levées de fonds du secteur ont ainsi rebondi de moitié pour dépasser à nouveau les 2 milliards de francs, indique mardi le Swiss Biotech Report annuel publié par le cabinet EY et la faîtière du secteur notamment.

Le regain d'investissements s'est porté pour l'essentiel sur des sociétés non cotées, qui ont collecté un total de 600 millions. Noema Pharma a levé 103 millions, Alentis Therapeutics 94 millions, Rejuveron 67 millions, Nouscom 65 millions et Newbiologix 45 millions, égraine le rapport.

Leurs homologues négociées en Bourse ont engrangé 1,4 milliard, dont 415 millions de francs pour le zougois Moonlake Therapeutics un an après son introduction au Nasdaq par le truchement d'un véhicule d'acquisition dédié (Spac) et 144 millions de dollars pour Oculis, à l'occasion là aussi d'une accession au Nasdaq par Spac interposé.

Les recettes du secteur dans son ensemble de leur côté ont inscrit une nouvelle marque de référence à 7,3 milliards, contre 6,8 milliards en 2022 et 3,7 milliards un an plus tôt. Les dépenses de recherche et développement par contre se sont contractées à 2,4 milliards, contre 2,7 milliards il y a deux ans.

Les effectifs se sont stabilisés autour de 19'000 équivalents plein temps.

Les auteurs du rapport relèvent aussi un regain d'activité sur le front des fusions et acquisitions, avec notamment le rachat pour plus d'un milliard de dollars du bâlois Vectivbio par le massachussetais Ironwood Pharmaceuticals ou pour quelque 450 millions de francs de son voisin champêtre T3 Pharmaceuticals par l'allemand Boehringer Ingelheim. Un autre bâlois, Vertical Bio, est tombé dans l'escarcelle du français Pierre Fabre pour un montant non dévoilé.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Hockey

Les Zurich Lions visent un premier break

Publié

le

Portieu du LHC, Connor Hughes devra encore sortir le grand jeu mardi (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

L'acte IV de la finale des play-off de National League se déroule ce soir à Malley, dès 20h.

Mené 2-1 dans la série, Lausanne devra imposer sa loi sur sa glace, comme les hommes de Geoff Ward l'avaient fait dans un match 2 remporté 4-2 face aux Zurich Lions.

Mais le LHC ne peut pas se permettre la moindre baisse de régime face au "Z", qui cherchera à signer le premier break dans cette finale. Il a pu le constater à nouveau samedi dans le troisième match, où les Lions zurichois ont profité d'un trou d'air de trois minutes des Vaudois pour inscrire deux buts et renverser la vapeur.

Lausanne devra entamer ce match avec la même intensité que celle affichée samedi par les Zurichois en début de partie. La gestion des temps faibles sera primordiale, tout comme celle des situations spéciales. Le LHC est ainsi resté "muet" en supériorité numérique samedi malgré deux opportunités, dont une alors qu'il menait encore 2-1 au début de la seconde période.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture