Rejoignez-nous

Suisse

Le CDF repère des lacunes dans la sécurité des données de Ruag

Publié

,

le

Le logo de Ruag Holding AG à Emmen, dans le canton de Lucerne. (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Le Contrôle fédéral des finances (CDF) constate des lacunes de sécurité lors du transfert des données du groupe d'armement Ruag vers le Département de la défense (DDPS). Dans son rapport d'audit, il demande des "ajustements".

L'audit de la sécurité informatique a montré que le transfert des systèmes et des données a été "largement réussi", malgré des projets de suivi qui ne sont pas terminés, écrit le CDF, l'organe supérieur de surveillance financière de la Confédération, dans son rapport publié lundi.

La gouvernance informatique et l'organisation en matière de sécurité informatique sont "adéquates", mais d'importants travaux d'ajustement restent nécessaires. La coopération avec la BAC (Base d'aide au commandement de l'armée) fonctionne, mais n'est pas encore bien établie, indique le CDF.

Lors de l'intégration des systèmes dans leur nouvel environnement, aucun contrôle de conformité en matière de sécurité n'a été effectué à large échelle, ce qui a entraîné un "risque important", en particulier pour les applications reliées à Internet, écrit le CDF. Il demande que l'armée (BAC) effectue systématiquement des contrôles de conformité de la sécurité.

Le CDF demande une solution plus rapide

La mise en place d'un système de gestion de la sécurité de l'information avec les activités d'audit contribuent à une sécurité de l'information sur le long terme, indique le rapport du CDF. La gestion des risques et la gestion de la continuité des activités sont en cours de réalisation. Mais cette dernière ne devrait être opérationnelle qu'en 2023. Le CDF invite Ruag AG à trouver une solution plus rapide.

En mars 2018, le Conseil fédéral a décidé de fusionner les unités d'affaires de l'ancienne entreprise Ruag, presque exclusivement actives pour l'armée suisse, dans une nouvelle société du groupe Ruag MRO Holding AG (MRO CH), soit dans sa filiale Ruag AG. Ces parties devaient être dissociées du reste du groupe Ruag (Ruag International), qui mène des activités civiles et militaires internationales.

Scission

La scission a également touché les technologies de l'information et de la communication (TIC) de Ruag. Il a été décidé d'en confier la responsabilité au Département fédéral de la défense (DDPS). L'ensemble de l'infrastructure et des systèmes TIC a été réorganisé et les données reprises dans le périmètre de sécurité de la Base d'aide au commandement de l'armée (BAC). Les exigences de sécurité de la Confédération doivent donc être respectées.

Selon une estimation de septembre 2020, le projet de dissociation devrait coûter entre 81 et 86 millions de francs suisses. Sur les 57 millions de francs dépensés jusqu'à fin septembre, 34 millions de francs sont attribuables à la scission des TIC. Le projet concerne environ 2500 employés de MRO CH sur plus de 20 sites en Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Les tirs de loups efficaces à court et moyen terme

Publié

le

Les attaques sont plus probables dans les régions où des loups isolés transitent, plutôt que dans les régions où des loups isolés sont présents de manière permanente (image d'illustration) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les tirs de loups ayant croqué des animaux de rente sont un moyen efficace à court et moyen terme pour réduire les dommages chez les éleveurs. En outre, les troupeaux protégés par des chiens de protection subissent en général moins de pertes.

Tels sont les résultats principaux du rapport "Attaques de loups sur des animaux de rente - Efficacité des mesures de gestion" publié mercredi. L'étude lancée en janvier 2020 par le centre de vulgarisation Agridea et la fondation Kora a été soutenue financièrement par l'Office fédéral de l'environnement. Elle porte sur les années 2004 à 2019.

Selon ce rapport, aucun dommage n'est survenu dans la plupart des régions d'estivage de petit bétail dans les zones où le loup est présent. Seules quelques régions d'estivage auraient été fortement touchées pendant une ou plusieurs années, les auteurs les qualifiant de "hotspots".

Grands alpages escarpés

Les dommages interviennent surtout sur les grands alpages au relief accidenté et là où de nombreux moutons sont estivés pendant une longue période. En outre, les attaques sont plus probables dans les régions où des loups isolés transitent, plutôt que dans les régions où des loups isolés sont présents de manière permanente. Les loups isolés ont causé moins de dommages que les couples de loups.

Le rapport note en outre que le nombre d'animaux de rente tués lors d'attaques de loups était nettement inférieur lorsque des chiens de protection des troupeaux étaient utilisés. Les pertes n'ont toutefois pas pu être totalement évitées. Les chiens de protection sont en effet moins efficaces dans les régions d'estivage très accidentées et recouvertes de forêts.

Abattage efficace

L'étude a également comparé le nombre d'animaux de rente tués dans les zones où une autorisation de tir a été délivrée. Il ressort que l'abattage de loups isolés ayant causé des dommages permet à court et moyen terme de réduire les prédations. Les régions concernées sont restées un peu plus longtemps sans loup après les tirs.

Il faudrait reconduire l'analyse dans les années à venir pour évaluer l'efficacité de cette mesure sur les meutes et les jeunes loups. L'étude constate qu'il existe en Europe "peu d'études sérieuses" sur l'efficacité des mesures de protection des troupeaux.

Selon ces études, les clôtures électriques correctement installées semblent être les plus efficaces. L'efficacité des clôtures électriques n'a toutefois pas pu être examinée dans l'étude. Une étude dans ce domaine serait hautement nécessaire.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Nouveau repli des recettes pour Hotelplan en raison de la pandémie

Publié

le

La patronne de Hotelplan, Laura Meyer, se veut optimiste et table sur "un fort besoin de rattrapage" en matière de voyages. (archives) (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Hotelplan Group, filiale du géant de la grande distribution Migros, a une nouvelle fois fait les frais de la pandémie de coronavirus et des restrictions sanitaires l'année dernière. Le variant Omicron est venu perturber la marche des affaires du nouvel exercice.

Le tour opérateur a vu son chiffre d'affaires fondre de 15,3% sur un an à 684,8 millions de francs sur l'exercice décalé 2020/2021 (novembre 2020 à fin octobre 2021). Le repli est encore plus marqué pour la précédente période, avant l'éclatement de la pandémie, avec des recettes divisées par deux comparé à l'exercice 2018/2019.

"Bien que les carnets de réservations aient été constamment plus remplis qu'en 2020 durant les mois d'été et que les unités commerciales d'Hotelplan Suisse, vtours et Interhome Group aient même affiché durant des semaines un volume de réservations supérieur à celui de 2019, année sans pandémie, la perte subie durant les mois d'hiver (novembre 2020 à avril 2021) n'a pas pu être compensée", a précisé Hotelplan mercredi dans un communiqué.

Espoir de rattrapage

Le nouvel exercice 2021/2022 a été marqué dès son démarrage par l'apparition du variant Omicron et son cortège de mesures sanitaires. Ces dernières ont "entraîné une baisse des réservations, qui n'a pas encore été suivie d'un retour à la normale", a ajouté la société.

Hotelplan se veut néanmoins positif, grâce notamment à un niveau des nouvelles réservations nettement supérieur à celui de l'exercice précédent.

"Nous sommes optimistes pour l'avenir et tablons, pour la totalité des unités commerciales, sur un fort besoin de rattrapage et partant, sur une bonne saison de printemps et d'été", a indiqué la directrice générale Laura Meyer.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Le Conseil fédéral n'ira pas aux JO d'hiver

Publié

le

Des activistes de la cause tibétaine ont protesté mi-janvier contre la tenue des Jeux. Ils ont demandé au Conseil fédéral de n'envoyer aucun représentant en Chine (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le Conseil fédéral ne se rendra pas à Pékin pour les Jeux olympiques et paralympiques d'hiver. Il renonce à sa présence en raison de la situation sanitaire, indique-t-il mercredi.

La situation sanitaire est toujours tendue en Suisse. De plus, les restrictions sanitaires appliquées en Chine empêcheraient des rencontres bilatérales substantielles ou de réels contacts avec les athlètes suisses, précise le gouvernement.

Le Conseil fédéral encouragera les athlètes depuis la Suisse. Il sera représenté par l'ambassadeur sur place, a précisé devant les médias André Simonazzi, porte-parole du gouvernement.

Les 24e Jeux d'hiver doivent se dérouler du 4 février au 13 mars 2022 dans la capitale. Les participantes et participants évolueront uniquement dans une "bulle" sanitaire, afin d'éviter toute importation du virus.

Appels au boycott

Plusieurs voix critiques appellent au boycott des Jeux au niveau diplomatique et de représentation des gouvernements. Les Etats-Unis ont demandé au CIO de repousser les Jeux, en raison de la situation actuelle des droits humains en Chine. Les discriminations et les attaques contre la minorité musulmane des Ouïghours, qualifiées par certains pays de génocide, sont notamment pointées du doigt.

L'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Grande-Bretagne, le Canada et le Japon ont suivi la décision états-unienne de n'envoyer aucun représentant diplomatique à Pékin. La Chine a annoncé des représailles. En Suisse aussi, certaines voix se sont élevées pour appeler à un boycott.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 43'199 nouveaux cas de coronavirus en 24 heures

Publié

le

Plus de 42'000 personnes ont été hospitalisées en Suisse depuis le début de la pandémie (image d'illustration). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La Suisse compte mercredi 43'199 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 13 décès supplémentaires et 170 malades ont été hospitalisés.

Il y a sept jours, l'OFSP avait annoncé 38'015 cas, soit 5184 de moins. Le même jour, il dénombrait 25 décès et 154 hospitalisations supplémentaires.

Actuellement, 660 personnes se trouvent aux soins intensifs. Les patients Covid-19 occupent 24,90% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 76,40%.

Durant les dernières 24 heures, les résultats de 113'528 tests ont été transmis. Le taux de positivité s'élève à 38%, contre 36,4% il y a une semaine. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,21.

Le variant Omicron représente 93,8% des cas de coronavirus séquencés ou examinés dans les laboratoires sur sept jours, avec un délai de deux semaines environ.

Près de 80'000 personnes en isolement

Selon l’OFSP, 79'773 personnes se trouvent actuellement en isolement après avoir été testées positives au coronavirus. Et 51'366 autres ayant eu des contacts avec des personnes infectées ont été placées en quarantaine.

Au total, 68,16% des Suisses ont déjà reçu deux doses de vaccin. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans, la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 77,54%, indique l'OFSP. Par ailleurs, 73,35% des personnes âgées de 65 ans et plus et 38,08% de la population totale ont déjà reçu une dose de rappel.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 419'948, soit 4821,8 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Depuis le début de la pandémie, 2'046'259 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 16'912'207 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 12'298 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 42'651.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Enquête administrative ouverte au Service de renseignements

Publié

le

Le SRC est sous enquête administrative pour des informations obtenues sans autorisation (illustration). (© KEYSTONE/OBS/JIJOMATHAI - STOCK.ADOBE.COM)

Le Service de renseignements de la Confédération (SRC) est sous enquête administrative, annonce mercredi le Département de la défense. Des informations soumises au secret des télécommunications ont été obtenues sans l'aval du Tribunal fédéral, comme le veut la loi.

Entre 2015 et 2020, le domaine Cyber du SRC a obtenu des informations soumises au secret des télécommunications à propos d'éventuelles cyberattaques. Les mesures de surveillance concernaient des cyberattaquants étrangers qui ciblaient la Suisse, des intérêts suisses ou des installations étrangères à partir de la Suisse, indique le Département de la défense (DDPS) dans un communiqué.

Or de telles mesures sont soumises à autorisation en vertu de la loi sur le renseignement et ne sont autorisées qu'avec l'approbation du Tribunal administratif fédéral. Une telle autorisation n'a pas été demandée. De plus, le trafic réseau de serveurs utilisés par les cyberattaquants a été enregistré sans autorisation judiciaire.

La direction du SRC a interrompu ces activités après avoir reçu les premières informations sur d'éventuelles irrégularités et a entamé fin avril 2021 des "clarifications approfondies". Le suppléant du directeur du SRC en charge des affaires a subordonné jusqu'à nouvel avis le domaine Cyber à l'unité de direction Analyse.

Juge mandaté

L'enquête administrative ouverte par le DDPS sera confiée à l'ancien juge fédéral Niklaus Oberholzer, sous réserve de l'accord de la Délégation des commissions de gestion du Parlement. Cette dernière a été informée des décisions et mesures déjà prises, au même titre que l'Autorité de surveillance indépendante des activités de renseignement.

La question de l’ouverture d’une enquête formelle par les commissions de gestion, en sus des auditions de diverses personnes déjà planifiées, n'est pas encore tranchée, précise le DDPS. Le dépôt d'une plainte pénale est également examiné. Le Conseil fédéral a été informé de la situation mercredi.

Au sein du SRC, le domaine Cyber a pour mission d'identifier et d'empêcher à un stade précoce les cyberattaques contre les systèmes informatiques.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture