Rejoignez-nous

Sport

Triathlon: Silke Pan va traverser 26 lacs en 15 jours

Publié

,

le

Marraine du La Tour Genève Triathlon, la para-cycliste Silke Pan se lance un défi titanesque traverser 26 lacs en 15 jours. Au total, elle devra parcourir plus de 1000 km à la force des bras!

Les organisateurs du Triathlon de Genève ont fait fort pour la trentième édition! D’abord, le lancement de la distance « half », l’équivalent d’un semi-« ironman ». Un record de participation largement battu: plus de 3000 concurrent(e)s inscrits toutes catégories confondues et 600 personnes sur la liste d’attente. Des têtes d’affiche à la hauteur de l’événement avec le Genevois Thomas Huwiler, vainqueur l’an dernier, et surtout Silke Pan, marraine de la trentième édition du La Tour Genève Triathlon.
Ancienne trapéziste-contorsionniste, paraplégique (à cause d’une lourde chute) depuis plus onze ans, elle est devenue une adepte de handbike, le para-cyclisme, discipline dans laquelle a été vice-championne du Monde voilà 48 mois…

Un défi en entraînant un autre, elle a décidé de se lancer dans une aventure épique: la traversée de vingt-six lacs en l’espace de quinze jours, en commençant par le Lac Léman à l’occasion de la trentième édition où elle s’aligne dans la catégorie découverte (250 m de natation, 8,5 km de handbike, 2,5 km en fauteuil de course).

Silke Pan Para-triathlète

 

Après ces tribulations lacustres, Silke Pan retournera à sa discipline de prédilection: le para-cyclisme avec l’ambition de se qualifier pour les Jeux d’été à Tokyo !

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

L’Equipe de Suisse joue son destin à la Praille

Publié

le

Vladimir Petkovic. Coach National, et Oliver Riedwyl, préparateur physique (de dos à gauche). Aucun droit à l'erreur pour l'Equipe de Suisse face à l'Eire.

Alors que Vladimir Petkovic et ses joueurs s’apprêtent à tout entreprendre pour battre l’Irlande mardi (20h45), la Fondation du Stade a tout entrepris pour que ce match se joue dans les meilleures conditions. 

Genève accueille mardi soir le match le plus important de l’année pour l’Equipe de Suisse ! Face à l’Irlande, les Helvètes sont dans l’obligation de remporter les trois points. Ça sera également le cas en novembre face à la Géorgie, puis à Gibraltar lors des deux derniers rendez-vous de ce tour qualificatif. Reste à savoir quel est l’ambiance au sein de la sélection helvétique et comment les joueurs font-ils face à cette pression ?

Granit Xhaka  Demi axial de l'Equipe de Suisse

 

Deux buts encaissés

Pour gagner encore faut-il marquer des buts. Or, les Irlandais n’en ont encaissé que deux lors des 6 premiers matches qualificatifs. trouver le chemin des filets s’annonce tout sauf facile pour les « Rouges »…

Granit Xhaka  Demi axial de l'Equipe de Suisse

 

Plus d’intensité

Une tâche difficile attend donc les « Rouges » de Vladimir Petkovic. Pourtant, Kasper Schmeichel aurait rassuré le portier helvétique Yann Sommer : les Irlandais seraient, selon les propos qu’on prête au gardien danois, bien trop faibles pour mettre en difficulté l’Equipe de Suisse… Pour le coach national, il ne s’agit pas de prendre ces déclarations (réelles ou supposées) au sérieux. Bien au contraire, car Vladimir Petkovic se méfie des Irlandais.

Vladimir Petkovic Coach national de l'Equipe de Suisse

 

Un autre match en coulisse

Mais un autre match se joue en coulisse. La Fondation du Stade de Genève prépare depuis des mois la venue des « Verts » irlandais. Un membre du Conseil de Fondation est chargé de l’organisation des matches internationaux : Frédéric Renevey, conseiller administratif à Lancy. Pour lui, pas de préoccupation en rapport avec d’éventuels fauteurs de troubles, mais beaucoup de travail pour celui mène de front sa carrière politique et son activité d’enseignant.

Frédéric Renevey Membre du Conseil de Fondation du Stade

 

Un gazon parfait

Parmi les chantiers : le gazon hybride, attaqué cet été encore par des champignons. Aujourd’hui, ça n’est plus qu’un mauvais souvenir. Ce match décisif pour la qualification à l’Euro pourra se jouer sur une pelouse en parfait état. La Fondation du Stade a pris une série de mesure qui ont reçu l’aval de l’Association Suisse de Football.

Frédéric Renevey Membre du Conseil de Fondation du Stade

 

Un nombreux public est attendu au Stade de Genève pour ce Suisse – Irlande. Plus de 22’400 billets ont été vendus jusqu’à lundi en début d’après-midi. La capacité maximale de l’arène genevoise est de 26’000 spectateurs pour ce match. 3’100 Irlandais seront présents dans le Stade.

Continuer la lecture

Actualité

Crans-Montana quitte le Magic Pass

Publié

le

L'abonnement Magic Pass, valable été comme hiver, réunit plus de 30 stations dans les cantons du Valais, de Vaud, de Fribourg, de Neuchâtel et du Jura. Lundi les remontées mécaniques de Crans-Montana-Aminona (VS) ont annoncé qu'elles se retiraient du (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La société de remontées mécaniques de Crans-Montana-Aminona (CMA) quittera l’abonnement de ski Magic Pass à la fin de la saison d’hiver, a annoncé lundi son directeur Maxime Cottet. Ce sésame qui réunit plus de 30 stations romandes « ne répondait pas à nos attentes ».

« Nos propositions de modifications de l’offre n’ont pas été entendues, aujourd’hui nous ne renouvellerons donc pas le contrat qui nous lie au Magic Pass jusqu’à fin avril 2020 », explique le directeur de CMA lors d’un entretien avec Le Temps publié lundi. Crans-Montana-Aminona est le plus grand des domaines skiables du forfait et génère environ un quart de son chiffre d’affaires.

CMA voulaient notamment interdire aux détenteurs du Magic Pass d’accéder à leurs pistes aux heures de pointe. La station du Haut-Plateau souhaitait obtenir la création d’un Magic Pass Premium pour lequel les clients auraient du payer un supplément pour profiter du domaine skiable. Mais les autres membres de la coopérative ont refusé à l’unanimité lors de leur assemblée générale le 24 septembre.

« Pourtant elles n’avaient rien à perdre, puisque cela ne changeait rien pour elles, et nous, nous avions tout à y gagner », estime Maxime Cottet. A la suite de ce refus, CMA avait demandé fin septembre un délai de réflexion de deux mois à l’administration du Magic Pass. La société valaisanne avait obtenu quinze jours de préavis, soit jusqu’au 15 octobre.

Formule de répartition

Si le directeur reconnaît que le sésame lancé en 2017 a revigoré l’industrie du ski et permis d’attirer une nouvelle clientèle à Crans-Montana, il estime aussi que ses clients traditionnels souffrent de la nuisance en période de forte affluence. Maxime Cottet note aussi que la règle de répartition « pénalise nos recettes ».

La formule de répartition des rentrées du Magic Pass entre les stations est gardée secrète. Il existe une base commune. Une partie varie en fonction de la fréquentation de la station.

Avant cet abonnement, « notre chiffre d’affaires évoluait entre 15 et 25 millions par année. Le Magic Pass a permis de réduire cette volatilité du revenu, mais a plafonné à 21 millions nos recettes, alors que notre seuil de rentabilité est à 23 millions », explique le directeur. Et de conclure que « cette garantie de revenu minimum nous coûte vraiment trop cher. »

En été comme en hiver

Fin janvier, CMA avait déjà menacé de quitter le Magic Pass si le produit n’était pas réaménagé. Les deux parties avaient finalement annoncé en février poursuivre leur collaboration pour les trois éditions à venir, soit jusqu’en 2022.

L’abonnement Magic Pass est valable été comme hiver. Il réunit plus de 30 stations dans les cantons du Valais, de Vaud, de Fribourg, de Neuchâtel et du Jura et coûte jusqu’au 11 novembre 549 francs, selon son site internet. Saas Fee (VS), Leukerbad (VS) et Les Prés-d’Orvin dans le Jura bernois sont les nouveaux venus en 2019.

 

Source : ATS.

Continuer la lecture

Football

L’Equipe de Suisse joue son match le plus important à Genève !

Publié

le

Le capitaine Stephan Lichtsteiner et l'Equipe de Suisse jouent une grande partie de son destin mardi à Genève. (©KEYSTONE/Laurent Gilliéron/archives)

Les « Rouges » de Vladimir Petkovic jouent mardi à Genève (20h45) face à l’Eire leur match le plus important depuis les huitièmes de finale de la Coupe du monde en Russie (défaite face à la Suède 0-1). Ils doivent impérativement remporter les trois points en jeu pour avoir encore leur destin entre les mains.

Battus samedi à Copenhague par le Danemark (0-1), les Helvètes se retrouvent dos au mur. Ce revers évitable les placent dans une situation difficile. Mardi au Stade de Genève dès 20h45, ils devront remporter la totalité de l’enjeu, pas pour assurer leur participation à l’Euro, mais pour rester dans la courses à la qualification. Car la victoire est obligatoire. En perdant à nouveau des points, ils n’auraient plus leur destin entre leur mains. Leur salut passeraient alors par les matches de barrage au printemps prochain.

Les joueurs de Vladimir Petkovic semblent intrinsèquement supérieurs à une Irlande tenue en échec samedi à Tbilissi par la Géorgie (0-0). Mais ils semblaient aussi nettement supérieurs aux Danois durant près d’une heure de jeu au Telia Parken… Mais les qualités techniques et un niveau de jeu parfois excellent ne leur ont pas suffi pas pour gagner la moindre confrontation directe face aux prétendants dans ce groupe D du tour qualificatif de l’Euro’20.

 

Un placement hasardeux

C’est cela qui doit changer mardi sur le gazon de la Praille. Pour y parvenir, il faudra – entre autres – éviter d’encaisser à nouveau un but dans les dix minutes. Samedi dans la capitale danoise, les errements défensifs helvétiques, avec une défense centrale aux abois, ont permis à Povlsen de se présenter seul face à Yann Sommer : pris de court, le latéral gauche Ricardo Rodriguez et le demi axial Granit Xhaka n’ont pas été le moins du monde en mesure d’apporter la moindre aide à leur gardien.

Yann Sommer Gardien de l'Equipe de Suisse

 

Le fait d’encaisser un tel but suscite un wagon de questions. Qu’il soit né d’une inspiration géniale ou d’un coup de chance de Chrisian Eriksen – une sorte de passe aveugle – ne change rien à l’affaire. Coupables dans leur placement sur cette action, Nico Elvedi, Fabian Schär et Manuel Akanji avaient peut-être oublié qu’un 0-0 au final demeurait un excellent résultat. Sans les nommer ouvertement, Yann Sommer et Stephan Lichtsteiner, mais aussi Admir Mehmedi avaient, devant les micros, de la peine à comprendre comment les trois défenseurs centraux avaient pu se faire piéger de la sorte…
Car si on peut également souligner le manque d’efficacité offensive des Helvètes, Stephan Lichtsteiner qui va plus loin que son gardien réclame une analyse approfondie des circonstances qui ont mené à ce but… Valentin Danzi de Radio Fribourg a rencontré l’emblématique capitaine helvétique juste après le coup de sifflet final.

Stephan Lichtsteiner Capitaine de l'Equipe de Suisse

 

Trouver la faille contre l’Eire

Mardi à la Praille, l’Equipe de Suisse devra trouver à la fois la clé face au bloc bas des Irlandais et témoigner d’une rigueur extrême sur les balles arrêtées adverses avec son gardien qui préfère, on le sait, défendre sa ligne plutôt que l’espace. Enfin, elle sera toujours privée comme à Dublin et à Copenhague de son meilleur joueur, Xherdan Shaqiri.

Par ailleurs, Elvedi, Schär et Akanji ne sont pas les seuls coupables. Même si les Helvètes ont eu la « malchance » de tomber sur un gardien en état de grâce avec un Kasper Schmeichel auteur de quatre magnifiques arrêts, d’autres joueurs ont déçu. On pense au manque de percussion des latéraux, au déchet technique d’un Breel Embolo et à la discrétion d’un Haris Seferovic qui peine à confirmer les dispositions démontrées la saison dernière. Remarquable en première période, Granit Xhaka a, pour sa part, baissé pied en fin de match. Le capitaine d’Arsenal devra mardi donner le ton juste. En l’absence de Shaqiri, il devra, en faisant valoir ses qualités techniques et sa vision du jeu, montrer la voie à l’équipe. Il devra enfin jouer le rôle qui est le sien, celui de stratège.

 

Petkovic veut un stade plein

A Copenhague, Vladimir Petkovic a lancé un véritable appel au peuple. Le coach national veut voir un stade plein et des supporters capables de soutenir son équipe avec la même ferveur que les supporters danois samedi. Plus de 20’000 billets vendus, l’ambiance devrait être au rendez-vous. Aux joueurs d’enflammer le public pour que cette soirée du 15 octobre soit celle de la grande réconciliation, celle du grand pardon plutôt pour oublier le naufrage de Saint-Pétersbourg que personne n’avait vraiment vu venir.

 

 

Source : ATS/ld/6rr/vd/bb

 

 

Continuer la lecture

Actualité

National League: Genève se remet la tête à l’endroit

Publié

le

Deniss Smirnovs profite d'une passe magique de Simon Le Coultre pour inscrire le 4-1 (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Genève-Servette a mis fin à une série négative de quatre revers de suite lors de la 12e journée de National League. Les Aigles ont dominé Langnau 6-3, alors que Fribourg a rechuté contre Bienne 4-1.

S’il ne fallait retenir qu’une statistique de ce match, ce serait celle des tirs après le premier tiers. Six pour Genève-Servette et quatre buts inscrits. Les Grenat ont su profiter de leurs opportunités en maximisant leurs chances. Et quand le power-play tourne du feu de dieu, difficile de contrer les bonnes intentions des joueurs de Pat Emond.

Après quatre défaites, les Genevois ont retrouvé de l’allant. Comme quoi le 5-6 contre Davos laissait bien entrevoir du mieux dans le jeu des Aigles. Comme depuis le début de la saison, les jeunes ont sonné la charge et confirmé leur talent. Deniss Smirnovs et Simon Le Coultre ont chacun compté un but et une passe. Mention spéciale au 4-1 du Letton à licence suisse avec une passe parfaite du Combier.

Fribourg, c’est non

Fribourg espérait enchaîner enfin un deuxième succès après la victoire contre Rapperswil. Mais la venue du leader Bienne ne constituait pas le meilleur des adversaires pour une formation en proie au doute et lanterne rouge. La deuxième sortie du duo Dubé-Rosa n’a donc pas été couronnée de succès. Les Dragons se sont cassé les dents sur un Jonas Hiller totalement à son affaire. De l’autre côté de la glace, Reto Berra n’a pas été à la hauteur en encaissant trois buts entre les jambes. Le Zurichois a notamment mal paru sur le 3-1 signé Forster.

Gottéron a cherché à créer, à provoquer, mais le 3-1 est tombé au pire des moments et a coupé les jambes des Fribourgeois. Desharnais et Cie vont maintenant se déplacer à Lugano samedi chez des Tessinois qui n’ont pas joué ce soir.

Battu par Bienne aux tirs au but (3-2), Zoug semble de nouveau reparti sur d’excellentes bases. Vainqueurs de Plzen en Champions League mercredi en alignant cinq goals sans réplique, les joueurs de Dan Tangnes ont servi la même médecine à des Léventins dépassés. Grégory Hofmann a signé un doublé dans une rencontre remportée 5-1.

A quoi voit-on que le Berne de cette saison n’est pas le Berne habituel? A son incapacité à clore le débat. En avance de trois buts (0-3 et 1-4) à Rapperswil, les Ours n’ont pas su gérer leur coussin de sécurité comme ils en ont l’habitude. Pire, ils se sont inclinés en prolongation (5-4) face à une équipe toujours privée de son meilleur élément, Roman Cervenka.

Source: ATS

Continuer la lecture

volleyball

Chênois Volley mise sur un effectif plus homogène

Publié

le

Membre du comité en charge de la première équipe, Michel Lamas est confiant avant le début de la saison

Pénalisé la saison dernière par les blessures à répétition de son topscorer Luka Babic, Chênois a raté la qualification pour les demi-finales des play-offs. Les banlieusards genevois disposent aujourd’hui d’un effectif plus équilibré qui devrait leur permettre de viser un top 4 synonyme de participation à une Coupe d’Europe.

Le championnat de Ligue Nationale A reprend ses droits samedi et Chênois aborde cette nouvelle saison avec des ambitions renouvelées. Objectif avoué : une qualification pour les demi-finales de play-offs, synonyme de participation aux Coupe d’Europe interclubs. Un objectif raté la saison dernière à cause de la blessure du top scorer Luka Babic… Touché en novembre, ce dernier a ensuite été écarté jusqu’au terme du championnat…  Afin de prévenir les mésaventures du précédent exercice, les dirigeants ont apporté les retouches nécessaires à l’effectif chênois. Principal avantage de ce remaniement : les performances chênoises ne dépendent plus seulement de la présence d’un seul joueur.

Michel Lamas Comité de Chênois Volley

 

Par ailleurs, passablement de joueurs genevois ont trouvé place dans le nouveau contingent.

Michel Lamas Comité de Chênois Volley

 

Chênois est toujours aussi ambitieux, mais la concurrence s’annonce quand même rude lors de la saison qui démarre en cette mi-octobre. Au moins quatre équipes semblent en mesure de prétendre au titre national.

Michel Lamas Comité de Chênois Volley

 

La présence de l’entraîneur espagnol Carlos Carreño Cejudo représente un des atouts majeurs des volleyeurs de Chêne. Sous sa houlette, la formation des bords de la Seymaz a énormément progressé.

Michel Lamas Comité de Chênois Volley

 

Prendre un bon départ est essentiel pour réussir une bonne saison. Or, affronter les néo-promus de Traktor Bâle n’est pas une sinécure. Les Rhénans comptent bon nombre de joueurs extrêmement talentueux dans leurs rangs.

Michel Lamas Comité de Chênois Volley

 

Et ça ne passe pas suffisamment bien en championnat, la Coupe de Suisse aussi mener les Chênois à une compétition européenne. Mais cette voie est beaucoup plus aléatoire.

Michel Lamas Comité de Chênois Volley

Continuer la lecture