Rejoignez-nous

Sport

Swiss Indoors : un 8e titre pour Roger Federer à Bâle

Publié

,

le

Et de 8 ! Roger Federer a remporté pour la huitième fois les Swiss Indoors de Bâle. Il s’est imposé dimanche soir, en finale chez lui, face à l’Argentin Juan Martin Del Potro. Le score : 6-7, 6-4, 6-3, après plus de deux heures et demi de jeu. Rien n’a donc été simple pour le numéro 2 mondial. Roger Federer a soufflé le chaud et le froid dimanche après-midi. Rarement le public bâlois ne l’aura vu laisser filer une manche comme il l’a fait lors du set initial. Par deux fois, le Bâlois a eu un break d’avance et a même servi pour le gain du set, avant de se faire coiffer au poteau par Juan Martin Del Potro au tie-break. Un jeu décisif lors duquel il a mené 3-0.

Dans le 2e set, Roger Federer n’est pas passé loin de la correctionnelle puisqu’il a dû sauver deux balles de break. Il a ensuite parfaitement exploité un mauvais jeu de service de l’Argentin pour revenir à hauteur dans ce match.

C’est finalement lors du 3e set que le champion en lui a ressurgi. Alors qu’il avait perdu son engagement sur le premier jeu, Roger Federer a montré tout son orgueil pour livrer une fin de partie dont l’issue n’a plus laissé l’ombre d’une doute. Il prend ainsi sa revanche sur Juan Martin Del Potro qui l’avait privé de titre en 2012 et 2013 lors de « ses » Swiss Indoors ». Le n°2 mondial a su chasser les doutes pour toujours y croire dans cette partie. Roger Federer.

Roger Federer

Des propos recueillis par notre correspondante Emilie Muhmenthaler de Radio Fréquence Jura.

Sachez encore que Roger Federer renonce à s’aligner lors du Masters 1000 de Paris-Bercy qui débute aujourd’hui. Ses chances de terminer l’année à la 1ère place mondiale deviennent quasi nulles.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Tennis

Federer toujours en course aux Masters à Londres

Publié

le

Federer peut toujours rêver des demi-finales au Masters (©KEYSTONE/AP/ALASTAIR GRANT)

Roger Federer (no 3) est toujours en vie dans le Masters ATP de Londres.

Battu 7-5 7-5 par Dominic Thiem pour son entrée en lice, le Bâlois a dominé Matteo Berrettini (no 8) 7-6 (7/2) 6-3 dans la 2e journée du groupe Björn Borg.

Le sextuple vainqueur jouera donc sa place dans le dernier carré jeudi. Il défiera alors Novak Djokovic (no 2), qui ne sera de toute manière pas mathématiquement qualifié pour les demi-finales. Il reste sur cinq défaites face au Serbe, la dernière en date étant la plus mortifiante de sa carrière (finale du dernier Wimbledon).

Roger Federer, qui avait manqué son affaire face à Dominic Thiem, a su élever son niveau de jeu pour ce premier match-couperet. Mieux en jambes, plus relâché dans ses frappes, il a témoigné d’une grande solidité dans le « money time ». Et il ne s’est retrouvé qu’une seule fois en danger sur son service, alors qu’il menait 7-6 4-3.

Le Bâlois a fait la différence en l’espace de 10 minutes à peine. Il a survolé les débats dans le jeu décisif, profitant d’un coup droit manqué par son adversaire à 1/1 pour signer un premier « mini break ». Et il a enfoncé le clou en réalisant le premier break de cette rencontre dès le premier jeu de la deuxième manche.

Roger Federer, qui a effacé les trois balles de break auxquelles il a fait face (à 7-6 4-3), n’a donc pas fait mentir la statistique: il est invaincu lors de son deuxième match du Round Robin au Masters (17 succès). Pour ne pas échouer pour la deuxième fois seulement en 17 participations dès la phase de poules, il devra réussir jeudi ce qu’il n’a plus fait depuis quatre ans: battre Novak Djokovic.

Le Maître n’a plus vaincu le Serbe depuis le Masters 2015, à l’occasion de la 2e journée du Round Robin. Novak Djokovic, qui avait pris sa revanche cinq jours plus tard en finale de ce Masters, a d’ailleurs remporté 9 de leurs 11 derniers affrontements. Il avait, mais est-il besoin de les rappeler, écarté deux balles de match en finale du dernier Wimbledon…

Continuer la lecture

Hockey sur glace

Le retour de Tanner Richard renforce le power play servettien

Publié

le

Le rentrée de Tanner Richard devrait augmenter l'efficacité de Genève-Servette en attaque (© Bastien Gallay/archives).

Revenant de blessure, Tanner Richard, le fer de lance de l’attaque de Genève-Servette, s’apprête à griffer la glace mardi soir (19h45) de Fribourg. Sa rentrée devrait encore augmenter la force de frappe des Aigles notamment en supériorité numérique. 

Touché depuis plus de six semaines, Tanner Richard n’avait plus évolué sous le chandail des Aigles. L’attaquant canado-suisse est prêt à reprendre sa place au cœur de l’attaque servettienne. Un atout incontestable pour Patrick Emond et sa troupe qui veut confirmer sa très probante victoire sur le HC Lugano (4-0), remportée juste avant la pause de l’équipe nationale. Sur le plan offensif, en général, et lors des power play en particulier (le GSHC possède le troisième meilleur taux d’efficacité du championnat en supériorité numérique).

Arnaud Jacquemet Défenseur de Genève-Servette

 

Cette confrontation directe est la deuxième de la saison entre Aigles et Dragons. La première a tourné à l’avantage de la formation des bords de la Sarine qui s’est imposé après prolongation aux Vernets.

Arnaud Jacquemet Défenseur de Genève-Servette

 

Quatrième actuellement avant ce duel face à Fribourg Gotteron, Genève-Servette compte trente points récoltés en dix-neuf matches.

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Deutschland Cup: la Suisse cède face à la Russie

Publié

le

Patrick Fischer a vu son équipe s'incliner 4-3 tab à Krefeld pour le 3e et dernier match de la Deutschland Cup (©KEYSTONE/WALTER BIERI)

Pour son 3e match de la Deutschland Cup à Krefeld, la Suisse a concédé sa première défaite. Un revers 4-3 tab contre la Russie au terme d’une partie emballante.

C’est dans le troisième tiers que les joueurs de Patrick Fischer ont cru forger leur succès, en effaçant leur but de retard (42e) et en prenant une longueur d’avance cinq minutes plus tard en avantage numérique. Mais les Russes ont arraché l’égalisation pour forcer la tenue d’une prolongation où ils auraient pu l’emporter.

Tout s’est donc joué aux tirs au but et après un départ un brin poussif, les artistes ont trouvé la faille pour déjouer à trois reprises Melvin Nyffeler. La Suisse ne sait pas encore si elle va terminer au premier ou au deuxième rang de cette compétition. Il faudra attendre le résultat de l’Allemagne face à la Slovaquie dans l’après-midi.

Un bel état d’esprit

Rod et Cie ont su rebondir après une deuxième période compliquée qui a permis de constater que le travail en box-play avce Tommy Albelin avait été effectué avec sérieux pendant la semaine. Il y a notamment eu ces deux minutes à 3 contre 5 à la 26e où la Suisse a su faire le dos rond et aider parfaitement le portier Melvin Nyffeler.

Après Pius Suter la veille contre l’Allemagne, ce sont d’autres hommes qui ont prouvé leur valeur. Buteur jeudi contre la Slovaquie, Tyler Moy s’est signalé en inscrivant le 2-2 de très jolie façon et en assistant parfaitement Alessio Bertaggia sur le 3-2 en power-play.

Mention spéciale également à Simon Le Coultre, très habile pour identifier la séquence lors de l’ouverture de la marque au terme d’un beau « wraparound » (22e) et qui a trouvé le poteau à la toute fin du tiers médian. Et que dire de Jason Fuchs qui a bien failli marquer l’un des buts de l’année en faisant passer sa canne entre ses jambes avant de trouver le casque du gardien Tarasov sur le chemin du puck.

Face à cette deuxième garniture russe, la Suisse est clairement montée en puissance, bien aidée aussi par l’indiscipline de la Sbornaya. Mais il ne faut pas enlever de mérite à cette jeune équipe avec ses 23 ans de moyenne d’âge. Son envie et sa volonté de sauter sur les tirs adverses en fin de partie démontrent l’état d’esprit qui prévaut sous les casques helvétiques.

Source: ATS

Continuer la lecture

Sport

Le ciel se dégage pour Valentin Gautier à la transat en double

Publié

le

Valentin Gautier et Simon Kostner ont passé le cap le plus difficile, celui du Pot-au-Noir. Faisant équipe au sein de la Rösti Sailing Team, ils abordent la dernière ligne droite de la Transat Jacques Vabre chez les Class 40 avec la perspective de réussir une belle fin de course. Le duo 100% helvétique est à nouveau quatrième samedi en début de soirée après perdu un, voire deux rangs.

Le Pot-au-Noir est la hantise de tous les marins depuis des siècles. Le duo 100% helvétique l’a appris à ses dépens. La journée de vendredi a été pénible pour Valentin Gautier et Simon Kostner.

Valentin Gautier Rösti Sailing Team

 

Quatrièmes depuis plusieurs jours, l’équipage navigant à bord de la « Banque du Léman » a perdu du terrain pour rétrograder momentanément au sixième rang.Le Genevois est revenu sur ce moment difficile samedi en début d’après-midi.

Valentin Gautier Rösti Sailing Team

 

Le duo Gautier-Kostner a ensuite gagné un rang. Ce qui a permis aux Helvètes de revenir l’espoir dans la course. Malgré ce revirement favorable, leur situation n’est pas facile à vivre psychologiquement.

Valentin Gautier Rösti Sailing Team

 

Reste à savoir ce qu’on peut faire face aux conditions très particulières, parfois très changeantes du Pot-au-Noir: existe-t-il une stratégie ou la patience est-elle la seule issue?

Valentin Gautier Rösti Sailing Team

 

Quoiqu’il en soit, le marin genevois et son comparse zurichois bénéficient à nouveau de meilleures condition de vent, même si celui reste changeant.

Valentin Gautier Rösti Sailing Team

 

L’arrivée étant située à Salvador de Bahía. En attendant, il ne reste plus qu’à faire contre mauvaise fortune bon cœur, même si la situation est difficile vivre nerveusement, tant le spectre des stratégies envisageables parait limité.

Valentin Gautier Rösti Sailing Team

 

A bord de la « Banque du Leman », Valentin Gautier et Simon Kostner ont repris possession du quatrième rang samedi en tout début de soirée. Mais les écarts restaient infimes avec ses poursuivants.

 

Alan Roura a passé l’équateur. 

Provisoirement vingt-et-unième du classement dans la catégorie IMOCA, Alan Roura et Sebastien Audigane ont franchi un autre cap important: l’équateur. Navigant désormais à des vitesses plus élevées (de dix à quinze nœuds), ils ont pris rendez-vous pour une arrivée prochaine sur la côte au Nord-Est du Brésil…

 

 

 

Continuer la lecture

Course à pied

La Course de l’Escalade table sur 45’000 participants

Publié

le

DR

Lundi minuit marque la fin des inscriptions pour la Course de l’Escalade. Les organisateurs escomptent 45’000 participant-e-s pour la quarante-deuxième édition. Par ailleurs, trois entraînements en commun sont organisés d’ici fin novembre.

La Course de l’Escalade approche à grand pas : elle se déroulera une semaine plus tôt que d’habitude, en raison du marché de Noël, soit les 30 novembre et 1 décembre. On attend plus de 45’000 participants. Si vous aussi comptez être de la partie, c’est le dernier moment pour vous manifester, la clôture des inscriptions est agendée à lundi minuit dernier délai. Des records de participation ont régulièrement été battus ces dernières années. Qu’en sera-t-il cette fois ?

Jerry Maspoli Président du comité d'organisation de la Course de l'Escalade

 

Pour faciliter votre préparation des entraînements communs sont organisés chaque automne.

Jerry Maspoli Président du comité d'organisation de la Course de l'Escalade

 

Le quatrième entraînement a lieu dimanche dès 10h à Saint-Julien en Genevois, rendez-vous place de la Paguette.

Rendez-vous ensuite, une semaine plus tard, le 17 novembre, au CERN, à la Place des Particules, à 10h egalement.

Enfin, on a – comme d’habitude – gardé le meilleur pour la fin avec le sixième et dernier entraînement, qui débutera dimanche 24 novembre au Parc des Bastions. Une repetition generale pour bon nombre de participant-e-s comme pour les organisateurs…

 

 

 

Continuer la lecture