Rejoignez-nous

Sport

Mondial: La Suisse dans le dernier carré!

Publié

,

le

L’équipe de Suisse est en demi-finales du Championnat du Monde! A Herning, la sélection de Patrick Fischer a battu la Finlande 3-2 et affrontera le Canada samedi.

Historique! La Suisse a remporté un succès probant face à l’une des meilleures nations du monde. Parfaitement dans son plan de match, l’équipe nationale a réussi à dégoûter la Finlande, à frustrer Sebastian Aho, à signer l’un des plus beaux exploits de son histoire. De ceux à ranger à côté des victoires à Stockholm en 2013 et des victoires aux Jeux de Turin face au Canada et à la République tchèque. Mais là, la Suisse s’est imposée dans une partie à élimination directe, pas dans un match de poule. Cela rend la victoire encore plus belle.

En décrochant la médaille d’argent à Stockholm en 2013, la Suisse avait obtenu le droit de se rendre au banquet des chefs. Mais depuis cet exploit, elle n’avait plus eu l’outrecuidance de taper du poing sur la table. C’est une chose de pouvoir regarder les grands dans les yeux, c’en est une autre de pouvoir leur jouer un mauvais tour. Après le tiers initial, l’impression générale laissée par les hommes de Patrick Fischer était plutôt positive en dépit du 1-0 finlandais. Un but inscrit par le défenseur Nutivaara, laissé seul par Hofmann au deuxième poteau (8e).

L’attaque helvétique avait réussi à tourner dans la zone de défense finlandaise, à ressortir gagnante des duels, sans pour autant parvenir à inquiéter véritablement le gardien Harri Sateri. Mais ça, c’était lors des vingt premières minutes. Car les vingt suivantes ont donné lieu à une petite démonstration helvétique. En un peu plus de trois minutes entre la 30e et la 34e, les Suisses ont renversé la vapeur avec la manière. Corvi, Vermin et Hofmann ont frappé tour à tour. Des buts marqués tout près d’un gardien Sateri loin d’être exceptionnel qui ont permis à la formation à croix blanche de rêver très fort.

Et un rêve tout à fait palpable parce que les Finlandais ont soudainement semblé prenables. Rod et Scherwey ont continué leur travail de sape, les attaquants suisses ont fini leurs charges et les défenseurs ont limité les bourdes de manière drastique. Préféré à un Reto Berra sans doute pas à 100%, Leonardo Genoni a tenu la baraque de façon admirable. Au final, tous les éléments ont été réunis pour faire de ce Finlande-Suisse un match référence pour Patrick Fischer, un morceau de justesse et de bravoure.

A l’interview, les Suisses admettaient vouloir aller plus loin. Ils n’ont pas menti. Ils vont maintenant s’attaquer au momument canadien qui a dominé la Russie en prolongation. Et cette équipe a les moyens de poser des problèmes aux joueurs à la Feuille d’érable. Qui en douterait après cette rencontre hallucinante?

(Source ATS – Photo ©KEYSTONE/AP/PETR DAVID JOSEK)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Quand Servette imite l’Equipe de Suisse…

Publié

le

Auteur du seul but servettien, Varol Tasar a redonné de l'espoir à ses coéquipiers à l'heure de jeu... (© Stéphane Chollet).

Le Stade de Genève a attiré près de 30’000 spectateurs en l’espace de cinq jours pour les matches Suisse – Eire (2-0) et Servette – Saint-Gall (1-2). L’occasion de relever quelques similitudes entre le onze grenat et les « Rouges » de Vladimir Petkovic. 

Les « Verts » ont été à l’honneur lors de la semaine écoulée à la Praille. D’abord ceux d’Irlande, puis ceux de Suisse orientale. Victoire pour les Helvètes mardi, défaite pour les Servettiens dimanche. Les points communs entre les équipes recevantes ne manquent pas. La volonté de construire, de produire du jeu et d’aller de l’avant, d’abord. En soi, rien de nouveau. Ce qui l’est davantage, c’est le système de jeu choisi par Alain Geiger pour affronter les Brodeurs. Une sorte de 3-4-2-1 ou de 3-4-3 suivant les moments du match. Un système qui ressemble trait pour trait à celui par le coach national helvétique. L’inaugurer contre les troisièmes de Super League comportait une part de risque et pourtant, le mentor valaisan a bien failli gagner son pari.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Une invraisemblable erreur de positionnement

En revanche, s’il est une similitude dont on se serait bien passé, c’est celle entre le but encaissé à Copenhague par les Helvètes et le second but saint-gallois mentionné par Alain Geiger. On ne peut se contenter de parler d’erreur individuelle. Timothé Cognat perd le ballon alors qu’il est le dernier défenseur, certes. Il fait le mauvais choix, ça ne fait aucun doute. Mais il se trouve à soixante mètres de ses buts – au moins – quand il récupère le cuir. Comment expliquer que – côté grenat – chacun des dix joueurs de champ se trouvent dans les trente-cinq (ou quarante) derniers mètres adverses (les images TV ne laissent planer aucun doute à ce sujet) au cours de la première minute de la seconde mi-temps, alors que Servette n’est mené que d’une longueur ?
Comme lors du but encaissé par l’Equipe de Suisse au Danemark, il s’agit d’une erreur de positionnement collective totalement incompréhensible à un tel niveau de compétition.

 

L’apport des latéraux

Quoi qu’il en soit, la comparaison ne s’arrête pas là. Sous le maillot national, ce sont Stephan Lichtsteiner et Ricardo Rodriguez qui sont chargés de l’animation sur les côtés. Sous le chandail grenat Anthony Sauthier et Dennis Iapichino jouent le même rôle. En défense centrale, le mentor valaisan de la Praille a choisi de titulariser Christopher Routis entre Vincent Sasso, décalé à gauche, et Steve Rouiller qui a coulissé vers la droite. En équipe nationale, c’est le trio Akanji-Schär-Elvedi qui est chargé de stabiliser l’arrière-garde.
Dans l’axe du milieu de terrain, Cognat et Maccoppi ont repris dimanche à leur compte le rôle de Zakaria et de Xhaka.
En attaque, Grejohn Kyei a pour mission de jouer les fers de lance. Là en revanche, plus aucun parallèle n’est possible. Car du haut de la tribune, le constat est sans appel: l’apport de Kyei n’est en rien comparable à celui de Seferovic. Mais l’entraîneur servettien ne lui marchande pas sa confiance pour autant. Au contraire, il prône la patience avec lui car il croit en son potentiel.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Servette excellent durant les 44 dernières minutes !

Heureusement, les quarante-quatre minutes restantes ont offert beaucoup nombre de satisfactions au trop maigre public présent (4’784 spectateurs !). La percussion retrouvée sur le côté gauche, comme sur le côté droit, grâce à la rentrée plus que probante de Iapichino, qui a trouvé le chemin des filets sur une remise de Schalk signalé hors-jeu. Un but annulé pour une question de centimètres. Un peu de malchance sur cette action mais il s’en est fallu de peu pour que l’option choisie par le coach grenat porte ses fruits. D’où certains regrets au terme de la partie.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Pour la première fois de la saison, le onze grenat se soit montré dangereux sur son flanc autant que sur le côté droit. Avec le retour de Miroslav Stevanovic agendé pour le déplacement à Sion samedi 26 octobre, Servette aura véritablement les moyens de mettre ses adversaires sous pression.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

 

Heureux retour pour Rüfli

On a trouvé un Genevois heureux au terme des nonante minutes : Vincent Rüfli. Huit ans après fêté la promotion en Super League sous le maillot grenat, le latéral droit qui a joué les derniers instants derniers de la partie sous le maillot saint-gallois était heureux de retrouver le gazon de la Praille.

Vincent Rüfli Latéral droit du FC Saint-Gall

 

 

Photo: © Stéphane Chollet

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

volleyball

Genève Volley mise autant sur ses juniors que sur ses Américaines

Publié

le

Laetitia Perroud (n°14) et Alyssa Aveni (n° 9) occupent tour à tour le poste de libero à Genève Volley.

Battues à deux reprises ce week-end par le NUC (0-3), puis à Guin (1-3), les volleyeuses de Châtelaine ont cependant trouvé des raisons d’espérer. Face aux favorites de ce championnat, elles sont allées crescendo 

Un seul point récolté en trois matches, le premier bilan comptable n’est pas rose pour Genève Volley qui se voulait plus ambitieux au moment d’entamer cette nouvelle saison. Mais à y regarder de plus près, les motifs de satisfaction ne manquent pour les joueuses de Ludovic Gruel, même après la défaite concédée (0-3) vendredi soir face au Neuchâtel Université Club. Les championnes de Suisse en titre qui l’ont emporté avec des scores très nets (25-13 à chaque fois) lors des deux premières manches ; lors de la troisième, en revanche, les volleyeuses de Châtelaine ont offert une belle résistance ne s’inclinant que de cinq points après avoir sauvé plusieurs balles de matches.

Laetitia Perroud Libero de Genève Volley

 

Outre la résistance offerte face aux Neuchâteloises en fin de partie, le fait d’avoir pu aligner deux joueuses de moins dix-huit ans constitue une source de promesse pour l’avenir. L’une de ces juniors, Alyssa Aveni n’est âgé que de quinze ans seulement. Pourtant, elle a joué durant la plus grande partie de la troisième manche. Ce qui réjouit son aînée Laetitia Perroud qui a, pour sa part, vingt-trois ans, seulement…

Laetitia Perroud Libero de Genève Volley

 

Toujours au rayon jeunesse, la blessure de la centrale américaine Liesl Engelbrecht, arrivée cet été, a ouvert la voie à une autre junior Johanna Rémy…

Sebastien Ruffieux Président de Genève Volley

 

Le pari est pris. Et en attendant, toutes ces jeunes volleyeuses pourront s’aguerrir au contact des cinq  Américaines que compte, au total, la première équipe de Genève Volley.

 

 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Football

Deux adversaires pour Servette : le gazon et Saint-Gall

Publié

le

Steve Rouiller déterminé avant le match contre Saint-Gall

Le championnat reprend ses droits après la pause de l’équipe nationale avec un double défi pour Servette dimanche (16h) au Stade de la Praille. Les Grenat devront faire face à une double opposition : la pelouse et les Brodeurs.

Défi sportif, d’abord puisque l’équipe genevoise aura fort à faire face aux troisièmes de Super League ; s’ils sont conscient de la valeur de leurs adversaires, les Servettiens doivent surtout se concentrer sur leur propre jeu pour espérer renouer avec la victoire. Cette victoire qui fuit les néo-promus depuis fin août. Etat des lieux avec le coach « grenat » Alain Geiger

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Alain Geiger : « Le terrain est foutu depuis Liverpool ! »

Autre défi pour le onze grenat : les conditions de jeu en raison du piteux état du gazon qui a mal supporté les précipitations de ces derniers jours et la tenue du match Suisse – Irlande. Pour Alain Geiger qui s’est exprimé au sujet de l’état du terrain vendredi, Servette va devoir adopter un jeu plus direct face à Saint-Gall.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

 

Steve Rouiller : « Gagner nos duels. »

La pelouse continue donc à poser bon nombre de problèmes aux footballeurs qui sont condamnés à évoluer dessus. Cette surface de jeu pâtit d’une maintenance extrêmement compliquée qui nécessite traitements de longue durée et entretien méticuleux. Gare au moindre impair dans le suivi : les conséquences sont immédiates et les remèdes prennent du temps à faire effet. Principaux utilisateurs, les joueurs ne peuvent que constater les dégâts ! Si le défenseur central Steve Rouiller déplore autant que son entraîneur les conditions de jeu avec lesquelles lui et ses coéquipiers doivent composer, il fait contre mauvaise fortune bon cœur.

Steve Rouiller Défenseur central du Servette FC

 

 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Genève-Servette s’offre un deuxième derby cette saison

Publié

le

Le gardien de Genève-Servette, Robert Mayer est mis à contribution par le Lausannois Bertschy. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Genève-Servette s’est offert son deuxième derby lémanique de la saison en National League. Les Genevois ont battu 2-1 Lausanne au terme d’un match échevelé.

Depuis l’inauguration de leur nouvelle patinoire le 24 septembre, les Lausannois ont disputé onze matches en 24 jours. Un rythme de fou qui laisse des traces, surtout après leur démonstration de force mardi contre les Tchèques de Trinec qu’ils ont fini par battre au terme d’efforts colossaux.

Tout cela pour expliquer un début un peu émoussé des Vaudois. Une période qui a permis à Genève-Servette d’ouvrir le score grâce à Jeremy Wick. Le Canado-Suisse a jailli la canne à bout de bras pour surprendre Boltshauser (7e), qui avait été étonnamment préféré à Tobias Stephan.

Par la suite, le LHC a retrouvé un peu de sa superbe. Les Vaudois ont dominé la fin de la première période et surtout le tiers-temps intermédiaire. Mais un Robert Mayer absolument impeccable dans ses buts a sérieusement compliqué leur tâche.

D’autant plus que Bertschy et Jooris ont écopé d’une pénalité presque en même temps: 1’45 » à 5 contre 3 pour le meilleur jeu de puissance de la Ligue, c’était une aubaine pour Wingels et ses coéquipiers. Mais un Boltshauser attentif et un certain manque d’imagination n’ont pas permis aux Genevois de prendre le large.

Par la suite, le match s’est emballé. Les deux équipes ont connu tour à tour leur période de domination dans un derby enjoué et passionnant. Les Vaudois ont même tiré plus souvent au but que leur adversaire, mais les meilleures occasions sortaient des cannes genevoises à l’image du poteau de Maillard (31e).

La décision s’est dessinée quand Simon Le Coultre a sorti une passe en diagonale qui a complètement surpris la défense vaudoise. Winnik, parfaitement lancé, n’a laissé aucune chance à Boltshauser (49e). Un peu sur courant alternatif ces dernières semaines, les joueurs de Patrick Emond se sont un peu rassurés.

De surcroît, ils ont retrouvé leur défenseur-vedette, Henrik Tömmernes, qui a souffert pour son retour mais qui a été déjà largement utilisé par son entraîneur. Du côté de Lausanne, à l’image de Bertschy, on a beaucoup entrepris mais sans grand succès, avec un important déchet dans le jeu.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Moscou: Bencic toujours en course pour le Masters

Publié

le

Belinda Bencic dans le dernier carré: encore une victoire et le Masters deviendra possible (©KEYSTONE/AP/CHARLES KRUPA)

Belinda Bencic est toujours en course pour disputer, à la fin du mois, le Masters à Shenzhen.

La Saint-Galloise s’est qualifiée pour les demi-finales du tournoi de Moscou en dominant la Belge Kirsten Flipkens 7-6 (10/8) 6-1.

Or Bencic, actuellement dixième joueuse mondiale, a besoin de se hisser jusqu’en finale dans la capitale russe pour déloger l’Américaine Serena Williams de la huitième et dernière place qualificative. Elle a déjà obtenu une bonne nouvelle vendredi puisque la WTA 8, la Belge Kiki Bertens, s’est inclinée en quart de finale face à Kristina Mladenovic (6-4 2-6 6-1).

La Française sera justement l’adversaire de Bencic samedi en demi-finale. Un défi de taille puisque Bencic est menée 3-1 dans ses duels, restant sur trois défaites depuis sa victoire en… 2015 à Bois-le-Duc.

Source: ATS

Continuer la lecture