Rejoignez-nous

Sport

Meeting de Lucerne: Wanders rapide

Publié

,

le

Julien Wanders à l'aise sur 3000 m à Lucerne (©KEYSTONE/ALEXANDRA WEY)

Julien Wanders tient une forme épatante. Le Genevois a « sauvé » la Suisse à Lucerne lors du 3000 m qu’il a fini à la troisième place en 7’43 »62.

Très heureux de son 5000 m à Athletissima vendredi dernier, Julien Wanders se présentait à Lucerne sur une distance moins favorable à ses qualités de fondeur. Mais le Genevois sait ce qu’il fait et il avait envie de tester sa vitesse et d’améliorer son record (7’50 »35). Résultat, le Genevois a explosé son meilleur temps de près de sept secondes. Il n’est plus très loin du record de Suisse de Markus Ryffel (7’41 »05).

Programme chargé pour Mujinga Kambundji avec le 100 m et le 200 m. Sur la ligne droite, la Bernoise avait dans l’idée de faire un peu mieux que ses 11 »27 de Lausanne. Eh bien la sprinteuse a déchanté en demi-finale. Seulement 6e de sa série en 11 »53, la femme la plus rapide de Suisse n’a pas eu l’occasion de se mesurer aux meilleures en finale.

Heureusement, pour son premier 200 m de la saison, la Bernoise aux racines congolaises a semblé mieux dans sa course pour réussir une 3e place en 22 »90 et décrocher la limite pour les Mondiaux de Doha.

Déception en revanche pour Alex Wilson. Le sprinter bâlois voulait frapper un grand coup et pourquoi pas améliorer son record de Suisse (19 »98), il a terminé dernier en coupant son effort avant la ligne d’arrivée (20 »98). Victoire pour le Jamaïcain Bloomfield en 20 »53.

Soirée maussade également du côté de Selina Büchel et Kariem Hussein. Sur 800 m, la St-Galloise n’a pas su faire mieux que 5e (2’02 »54) dans une course très peu relevée et gagnée en 2’00 »84 par la Britannique Sarah McDonald. Sur 400 m haies, le champion d’Europe 2014 a fini 5e en 50 »66.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Yule gagne le slalom de Kitzbühel

Publié

le

Une magnifique victoire pour Daniel Yule (©KEYSTONE/AP/FP)

Daniel Yule (26 ans) a fêté sans doute le plus beau succès de sa carrière. Le Valaisan s’est imposé dans le mythique slalom de Kitzbühel, pour signer son troisième succès de l’hiver.

C’est le premier Suisse à remporter le slalom dans la station autrichienne. Deuxième après la première manche, Yule n’a pas craqué en finale. Il l’a emporté devant l’Autrichien Marco Schwarz (à 0 »12) et le Français Clément Noël (à 0 »37), vainqueur l’an dernier.

« C’est incroyable, gagner ici était un rêve », a déclaré Yule devant les caméras de la télévision. « Même si ce n’est pas la descente, s’imposer à Kitzbühel est quelque chose de magnifique. Il n’y a que des grands noms dans la liste des vainqueurs », a poursuivi le Valaisan.

Daniel Yule, avec cette nouvelle victoire, occupe la deuxième place du classement du slalom avec 435 points. Il accuse 17 longueurs de retard sur Kristoffersen avant le rendez-vous de Schladming mardi en nocturne.

Etonnant leader après le premier parcours avec le dossard no 34, le Norvégien Lucas Braathen a terminé au quatrième rang à 0 »49, à égalité avec son compatriote Henrik Kristoffersen.

Reto Schmidiger a terminé dans le top 10 avec un bon neuvième rang à 0 »79 de Yule. Il a bien progressé après son 18e rang au terme de la manche initiale. Ramon Zenhäusern a pour sa part dû se contenter du onzième rang à 0 »93. Excellent dixième à mi-parcours, le Genevois Tanguy Nef a malheureusement été éliminé lors de la seconde manche.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Open d’Australie: Federer qualifié

Publié

le

Victoire et qualification pour Federer (©KEYSTONE/EPA/hm)

Vainqueur de Márton Fucsovics en quatre sets, Roger Federer jouera les quarts de finale de l’Open d’Australie.

Après un premier set qui fut l’un des plus transparents qu’il a livré au cours de sa carrière, Roger Federer a pris le contrôle de la partie pour s’imposer après 2h11′ de match. Il s’est qualifié pour la 57e fois pour un quart de finale d’un tournoi du Grand Chelem – il a disputé son premier à Paris en 2001 – et pour la 15e fois à Melbourne. Deux chiffres qui soulignent, s’il le faut encore, que sa carrière peut tenir de l’irréel.

Après avoir été poussé dans ses derniers retranchements vendredi soir par John Millman, Roger Federer a eu la partie bien plus facile contre Marton Fucsovics. Le jeu plat du Hongrois qui s’est très vite éteint après le gain de la première manche lui convenait beaucoup mieux. Il fallait seulement remettre la machine en route après le magnifique combat de vendredi. Le score reflète parfaitement la physionomie de cette rencontre. Après le premier set, il n’y avait plus qu’un seul joueur sur le court.

Federer affrontera le centième joueur mondial

Mardi, Roger Federer affrontera Tennys Sandgren (ATP 100) qui s’est hissé pour la deuxième fois de sa carrière en quart de finale de l’Open d’Australie à la faveur de son succès en quatre sets, 7-6 (7/5) 7-5 6-7 (2/7) 6-4 devant Fabio Fognini (no 12) au terme d’une rencontre que l’on n’attendait peut-être pas aussi belle. Elle aurait, surtout, pu connaître une autre issue si Fabio Fognini n’avait pas été sanctionné d’une faute de pied à…. 5/5 au tie-break du premier set. La perte de cette première manche qu’il avait dominée aux points a, en effet, trop longtemps affecté l’Italien qui avait déjà livré lors de ses deux premiers tours deux parties en cinq sets fort éprouvantes. Furieux, il a refusé de serrer la main de l’arbitre Damien Dumusois. « Je n’ai aucun respect pour lui », fulmine-t-il.

L’ancien joueur de l’Université de Tennessee n’a rien volé. Il n’a pratiquement rien lâché devant l’Italien pour signer une cinquième victoire devant un joueur classé parmi les vingt meilleurs mondiaux dans un tournoi du Grand Chelem. « Bourreau » de Matteo Berrettini au deuxième tour, il se présentera face à Roger Federer qu’il affrontera pour la première fois avec sans doute l’idée de s’inspirer de l’exemple de John Millman: entraîner son adversaire dans un véritable combat physique.

Si Roger Federer s’impose devant Tennys Sandgren, il se qualifiera pour les demi-finales sans avoir affronté un seul des quarante premiers joueurs du monde. Le dernier joueur à avoir emprunté un tel boulevard fut Rafael Nadal lors de son succès à l’US Open en 2017.

Continuer la lecture

Football

Super League : reprise victorieuse, mais laborieuse pour Servette

Publié

le

L'attaquant ivoirien Koro Kone (en blanc) ouvre le score après 15 secondes de jeu ; le gardien neuchâtelois Laurent Walthert est impuissant (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott).

Servette a gagné son match de reprise à Neuchâtel (2-1) grâce à des buts inscrits par Kone et Tasar. Kamber a réduit l’écart pour Xamax en tout début de seconde mi-temps avant de se faire expulser peu avant l’heure de jeu…

Cette fois-ci, ça y est. Servette a enfin réussi à gagner à la Maladière pour la première fois depuis plus de seize ans (03.09.03) et la toute première fois dans le nouveau stade et cette pelouse synthétique. C’est ce qu’on retiendra de ce brumeux soir de janvier neuchâtelois. Après un but inscrit par Koro Kone sur un centre parfait de Miroslav Stevanovic alors qu’on jouait depuis une quinzaine de secondes de jeu, les choses sont devenues beaucoup plus difficiles pour les visiteurs qui ont passablement souffert. Les « rouges et noirs » se sont créés quatre occasions de but nettes avant la mi-temps: par Raphaël Nuzzolo dont le tir a été dévie du bout des doigts en corner par Jeremy Frick (11e), puis par un ancien Servettien Samir Ramizi dont la volée acrobatique a frôlé la cadre des buts servettiens alors que Frick était battu (27e), ensuite par Gaëtan Karlen dont l’envoi a obligé le dernier rempart genevois à une nouvelle parade et par Arbenit Xhemajli dont le coup de tête a laissé le portier visiteur pantois avant de sortir d’un rien.
En seconde période, les Xamaxiens se ménagés de nouvelles occasions : ils ont souvent contraint le gardien servettien à la parade. Mais la palme est revenu à Nuzzolo qui raté un but tout fait dans les tous derniers instants du match.
Les Servettiens, eux, ont réussi à tirer les marrons du feu, marquant au tout début et tout à la fin de la première période. L’essentiel est là. Trois points et un pas de plus vers le maintien, objectif numéro un du club, en repoussant ses adversaires du jour, avant-dernier et potentiellement barragiste à seize points. Que pouvait-on demander de plus d’un match de reprise?

Kone débloque d’entrée son compteur

A ‘issue du match, Koro Kone n’était pas le moins heureux des Hommes lui a permis à ses couleurs de prendre l’avantage d’entrée de jeu ; un apport décisif et surtout bienvenu pour celui qui n’a guère été en vaine l’automne passé.

Koro Kone Attaquant du Servette FC

 

Quant à l’entraîneur Alain Geiger, une prestation peu convaincante de son équipe, il préférait retenir en premier lieu des enseignements positifs de cette partie…

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Alain Geiger : « on a eu peur ! »

Outre les trois points engrangés, le fait d’avoir gagné à Neuchâtel pour la première fois depuis près de dix-sept ans, la toute première fois dans le nouveau stade et sur sa pelouse synthétique, représentait une satisfaction pour le camp servettien. Au contraire de ce qui s’est passé à Neuchâtel en octobre dernier, Servette n’a pas été rejoint au score après avoir mené 2-0…
Quant à dire que c’est le signe d’une progression, il y a un pas que le coach grenat ne franchit pas !

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Super League : Servette a les arguments pour confirmer

Publié

le

Anthony Sauthier (en blanc) et Servette retrouvent Neuchâtel Xamax et Nuzzolo (au premier plan) samedi à l'occasion de la reprise (©KEYSTONE/Peter Klaunzer/acrhives).

Cinquièmes de Super League avec vingt-sept points à mi-championnat, les Servettiens tenteront de confirmer leurs excellents résultats du premier tour ces prochains mois. Leur défense, la deuxième meilleure de Super League après le FC Bâle, constitue un atout important pour y parvenir. 

L’heure de la reprise a sonné sur les terrains de Suisse et du Liechtenstein pour les deux premiers catégories de jeu nationales. En Challenge League, le Lausanne-Sport a fait match nul à Schaffhouse (0-0) vendredi soir.

De son côté, Servette entame son second tour samedi (19h) à Neuchâtel face à Xamax. Auteurs d’un excellent parcours, les Servettiens occupent le cinquième rang de Super League et totalisent vingt-sept points à mi-championnat ; d’excellentes dispositions à confirmer ces prochains mois. Pour y parvenir, ils sont partis une dizaine de jours au Portugal pour un camp d’entraînement.

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

Un important travail englobant les principes aspects du jeu a donc été effectué. Rien de surprenant à cela. Mais Alain Geiger ne se contente pas de savourer cet excellent premier tour. Loin de là. Il a mis l’accent sur des phases de jeu où les néo-promus ont été en difficulté lors de la moitié initiale du championnat. Les explications du demi relayeur lyonnais Timothé Cognat nous permettent de lever un coin du voile.

Timothé Cognat Demi axial du Servette FC

 

Geiger « plus exigeant » depuis la promotion

Etre présent et concerné, ça paraît logiquement exigible de la part d’un footballeur professionnel évoluant au plus haut niveau… Reste à savoir comment faire en sorte que les joueurs fassent preuve de la concentration nécessaire. A entendre le dernier rempart servettien, l’entraîneur exige – sans surprise – davantage de ses joueurs depuis qu’ils évoluent en Super League…

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

« La mise à l’écart de Wütrich nous a affecté »

Servette aborde le second tour avec un contingent légèrement remanié par rapport à l’été dernier. L’arrivée Park, notamment, et le fait que Wütrich, le seul joueur suisse du compartiment offensif, ne soit plus convoqué ces prochains mois a un impact important sur le fond de jeu « grenat ». Le Sud-Coréen misant davantage sur sa vitesse, le Neuchâtelois misant plutôt sur sa maîtrise du ballon et sa vision du jeu…

Jeremy Frick Gardien du Servette FC

 

Jeremy Frick (en vert) et les Servettiens ont été affectés par le fait que Sébastien Wütrich (tout à gauche) ne fasse plus partie du contingent.

Le club « grenat » et le meneur de jeu ne s’étant pas entendu sur une prolongation de contrat (qui se termine en juin) malgré plusieurs mois de négociations, celui-ci ne revêtira plus le maillot servettien. Dans un contingent aussi soudé, le départ annoncé d’un cadre bien intégré provoque forcement une émotion. Ce qui se passe au SFC arrive ailleurs, comme le souligne Frick. Une chose est sûre, en revanche, il n’y a aujourd’hui plus aucun joueur suisse dans le compartiment offensif si on excepte le junior Ricardo Alves désormais intégré à la première équipe. A l’heure où les entraîneurs doivent le nombre de non-HTP (joueurs non formés localement), ce fait n’est pas sans importance.

 

Tasar latéral pour progresser défensivement

Au cours de ce stage, les vingt-deux joueurs du contingent ont obtenu du temps de jeu ; ce qui a permis à l’entraîneur de tester différentes variantes et d’aligner certains éléments à des postes où ils n’ont pas l’habitude d’évoluer.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

Par ailleurs, le mentor valaisan de la Praille attend de ses joueurs en général et de ses attaquants en particulier davantage de flexibilité…

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Alain Geiger et Servette a repondu aux questions de la presse vendredi dans la zone mixte du Stade de Genève (© KEYSTONE/Martial Trezzini).

 

Serey Dié et Tafer en renfort

Les deux premiers rendez-vous pour les néo-promus samedi à Neuchâtel, puis huit jours plus tard contre Thoune s’annoncent décisifs pour eux. Deux succès leur permettraient d’assurer virtuellement leur maintien.
Pour le match de reprise, ils affronteront une équipe renforcée par les arrivées d’Yanis Tafer et de Geoffrey Serey Dié.
Qu’en pense Alain Geiger ?

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Reste à savoir si la façon de jouer des « rouges et noirs » a changé avec l’arrivée des renforts mentionnés plus haut. Le mentor valaisan de la Praille nous dit quel type d’adversaire il s’attend.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

Continuer la lecture

Sport

Open d’Australie: Belinda Bencic éliminée

Publié

le

Belinda Bencic (à gauche) félicite Anett Kontaveit qui était bien plus forte samedi. (©KEYSTONE/AP/MDB KAJ)

Le jeu de massacre se poursuit dans le simple dames de Melbourne. Après Naomi Osaka et Serena Williams, c’est au tour de Karolina Plsikova et de Belinda Bencic de mordre la poussière.

Belinda Bencic s’est inclinée 6-0 6-1 en 49 minutes devant Anett Kontaveit (no 28). Submergée d’entrée de jeu par le punch de l’Estonienne au service et en coup droit, Belinda Bencic n’a pas existé dans ce match. « J’ai été dépassée par les événements, avoue Belinda Bencic. J’avais déjà connu ce même sentiment d’impuissance, à Istanbul en 2014 face à Caroline Woznicaki. » En Turquie, la Danoise l’avait battue 6-0 6-0.

Incapable de se procurer la moindre balle de break, Belinda Bencic n’a pas témoigné de l’efficacité voulue au service pour tenir le choc face à une adversaire en pleine confiance. A 24 ans, l’Estonienne se hisse pour la quatrième fois en huitième de finale d’un tournoi du Grand Chelem. Lundi face à la Polonaise Iga Swiatek (WTA 56), elle aura une occasion en or de passer une première fois ce cap du quatrième tour.

Belinda Bencic a donc conclu d’une manière abrupte une tournée de début d’année en demi-teinte. Battue d’entrée à Shenzhen et éliminée en quart de finale à Adelaïde et en seizième de finale à Melbourne, elle n’a pas vraiment justifié son rang de no 7 mondiale. « Je ne suis pas une joueuse de début de saison », souligne-t-elle. Avec la Fed Cup à Bienne contre le Canada, le tournoi de Saint-Pétersbourg qu’elle va peut-être ajouter à son programme, Dubaï et Doha, elle espère retrouver avec l’enchaînement des matches le bon timing qui lui fait encore défaut en ce début d’année.

Sur la Rod Laver Arena, Karolina Plsikova a été, pour sa part, battue 7-6 (7/4) 7-6 (7/3) devant Anastasia Pavlyuchenkova (no 30). La Tchèque a galvaudé deux balles de deuxième set pour concéder sa première défaite devant la Russe en sept rencontres… A 27 ans, elle peut commencer à s’interroger si elle gagnera un jour un titre du Grand Chelem tant son bras se crispe dans les moments cruciaux d’une rencontre.

 

 

Source: ATS

Continuer la lecture