Rejoignez-nous

Football

L’Equipe de Suisse joue son match le plus important à Genève !

Publié

,

le

Le capitaine Stephan Lichtsteiner et l'Equipe de Suisse jouent une grande partie de son destin mardi à Genève. (©KEYSTONE/Laurent Gilliéron/archives)

Les « Rouges » de Vladimir Petkovic jouent mardi à Genève (20h45) face à l’Eire leur match le plus important depuis les huitièmes de finale de la Coupe du monde en Russie (défaite face à la Suède 0-1). Ils doivent impérativement remporter les trois points en jeu pour avoir encore leur destin entre les mains.

Battus samedi à Copenhague par le Danemark (0-1), les Helvètes se retrouvent dos au mur. Ce revers évitable les placent dans une situation difficile. Mardi au Stade de Genève dès 20h45, ils devront remporter la totalité de l’enjeu, pas pour assurer leur participation à l’Euro, mais pour rester dans la courses à la qualification. Car la victoire est obligatoire. En perdant à nouveau des points, ils n’auraient plus leur destin entre leur mains. Leur salut passeraient alors par les matches de barrage au printemps prochain.

Les joueurs de Vladimir Petkovic semblent intrinsèquement supérieurs à une Irlande tenue en échec samedi à Tbilissi par la Géorgie (0-0). Mais ils semblaient aussi nettement supérieurs aux Danois durant près d’une heure de jeu au Telia Parken… Mais les qualités techniques et un niveau de jeu parfois excellent ne leur ont pas suffi pas pour gagner la moindre confrontation directe face aux prétendants dans ce groupe D du tour qualificatif de l’Euro’20.

 

Un placement hasardeux

C’est cela qui doit changer mardi sur le gazon de la Praille. Pour y parvenir, il faudra – entre autres – éviter d’encaisser à nouveau un but dans les dix minutes. Samedi dans la capitale danoise, les errements défensifs helvétiques, avec une défense centrale aux abois, ont permis à Povlsen de se présenter seul face à Yann Sommer : pris de court, le latéral gauche Ricardo Rodriguez et le demi axial Granit Xhaka n’ont pas été le moins du monde en mesure d’apporter la moindre aide à leur gardien.

Yann Sommer Gardien de l'Equipe de Suisse

 

Le fait d’encaisser un tel but suscite un wagon de questions. Qu’il soit né d’une inspiration géniale ou d’un coup de chance de Chrisian Eriksen – une sorte de passe aveugle – ne change rien à l’affaire. Coupables dans leur placement sur cette action, Nico Elvedi, Fabian Schär et Manuel Akanji avaient peut-être oublié qu’un 0-0 au final demeurait un excellent résultat. Sans les nommer ouvertement, Yann Sommer et Stephan Lichtsteiner, mais aussi Admir Mehmedi avaient, devant les micros, de la peine à comprendre comment les trois défenseurs centraux avaient pu se faire piéger de la sorte…
Car si on peut également souligner le manque d’efficacité offensive des Helvètes, Stephan Lichtsteiner qui va plus loin que son gardien réclame une analyse approfondie des circonstances qui ont mené à ce but… Valentin Danzi de Radio Fribourg a rencontré l’emblématique capitaine helvétique juste après le coup de sifflet final.

Stephan Lichtsteiner Capitaine de l'Equipe de Suisse

 

Trouver la faille contre l’Eire

Mardi à la Praille, l’Equipe de Suisse devra trouver à la fois la clé face au bloc bas des Irlandais et témoigner d’une rigueur extrême sur les balles arrêtées adverses avec son gardien qui préfère, on le sait, défendre sa ligne plutôt que l’espace. Enfin, elle sera toujours privée comme à Dublin et à Copenhague de son meilleur joueur, Xherdan Shaqiri.

Par ailleurs, Elvedi, Schär et Akanji ne sont pas les seuls coupables. Même si les Helvètes ont eu la « malchance » de tomber sur un gardien en état de grâce avec un Kasper Schmeichel auteur de quatre magnifiques arrêts, d’autres joueurs ont déçu. On pense au manque de percussion des latéraux, au déchet technique d’un Breel Embolo et à la discrétion d’un Haris Seferovic qui peine à confirmer les dispositions démontrées la saison dernière. Remarquable en première période, Granit Xhaka a, pour sa part, baissé pied en fin de match. Le capitaine d’Arsenal devra mardi donner le ton juste. En l’absence de Shaqiri, il devra, en faisant valoir ses qualités techniques et sa vision du jeu, montrer la voie à l’équipe. Il devra enfin jouer le rôle qui est le sien, celui de stratège.

 

Petkovic veut un stade plein

A Copenhague, Vladimir Petkovic a lancé un véritable appel au peuple. Le coach national veut voir un stade plein et des supporters capables de soutenir son équipe avec la même ferveur que les supporters danois samedi. Plus de 20’000 billets vendus, l’ambiance devrait être au rendez-vous. Aux joueurs d’enflammer le public pour que cette soirée du 15 octobre soit celle de la grande réconciliation, celle du grand pardon plutôt pour oublier le naufrage de Saint-Pétersbourg que personne n’avait vraiment vu venir.

 

 

Source : ATS/ld/6rr/vd/bb

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

L’équipe de Suisse à un point de la qualification pour l’Euro 2020

Publié

le

L'équipe de Suisse ne devrait pas trembler à Gibraltar [KEYSTONE/Anthony Anex]

Sauf cataclysme, la Suisse se qualifiera ce soir pour l’Euro 2020. Elle devra pour ce faire, glaner au moins 1 point sur la pelouse de Gibraltar. Il s’agirait de son quatrième tournoi majeur d’affilée depuis la qualification manquée pour l’Euro 2012.

Alors bien sûr le conditionnel est de mise mais un match nul suffirait à la Suisse qui affrontera ce lundi soir à 20h45, la modeste équipe de Gibraltar, à Gibraltar. Une équipe que les Helvètes ont battu 4-0 lors du match aller en septembre dernier. 196e au classement FIFA, Gibraltar n’a pas marqué un seul point dans la phase de groupe actuelle mais cela ne veut pas dire pour autant que la Suisse sous-estimera son adversaire du soir.

Yann Sommer Gardien de la Suisse

 

Yann Sommer le dit « c’est le foot » et la Suisse est bien placée pour savoir que tout peut se passer à l’image d’octobre 2016 où la Suisse est passée à ça d’un match nul face à Andorre ou alors en 2008 et la défaite 2-1 de la Suisse face au Luxembourg, même si cette époque est révolue. Alors Le meilleur moyen de ne pas se perturber est de préparer ce match comme tout les autres…exactement ce que veut faire la Suisse.

Yann Sommer Gardien de la Suisse

 

Une défaite pourrait suffir

En l’état actuel des choses, la Suisse est deuxième de son groupe à 1 point derrière le Danemark mais à 2 points de l’Irlande troisième et première équipe éliminée.

Tout peut donc se passer ce soir, si la Suisse perd mais que le Danemark gagne à Dublin, la Suisse se qualifiera tout de même. Si la Suisse venait à perdre mais que l’Irlande venait à s’imposer à Dublin face au Danemark, la Nati devrait faire des playoffs pour se qualifier.

Alors même si tout est possible et que la superbe incertitude du sport est de rigueur, la Suisse doit rester sereine pour ce dernier match de la phase de groupe et tout autre résultat qu’une victoire serait une déception. Le gardien Yann Sommer en est conscient. Et ne veut pas prendre ce match à la légère…

Yann Sommer Gardien de la Suisse

Gibraltar – Suisse, coup d’envoi à 20h45.

Propos recueillis par notre envoyé spécial à Gibraltar Mathieu Germanier

Continuer la lecture

Football

Un néophyte évite le camouflet à l’Equipe de Suisse

Publié

le

Cedric Itten exulte et toute la Suisse respire (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Buteur providentiel, Cédric Itten a permis aux Helvètes d’arracher trois points d’importance capitale vendredi à Saint-Gall face à la Géorgie (1-0) lors de l’avant-dernier match qualificatif pour l’Euro ’20 et de franchir un grand pas vers la qualification pour la phase finale l’été prochain. 

Miné par les blessures, le onze helvétique s’est tiré d’affaire grâce au seul et unique de la partie inscrit par le régional de l’étape, Cedric Itten. Entré en lieu et place d’Albian Ajeti, le néophyte saint-gallois a armé une tête croisée imparable sur un centre venu de la droite adressé par le demi genevois Denis Zakaria. Cette action, la plus belle des joueurs de Vladimir Petkovic en seconde période, est arrivée au meilleur moment. Un épilogue rêvé pour ce joueur du cru qui a subi l’an dernier une terrible blessure qui aurait pu briser sa carrière. Ce but en or ouvre en grand les portes de l’Euro à l’Equipe de Suisse.

Sommer sauvé par le poteau

Touché au mollet lors de l’échauffement, Haris Seferovic a rejoint la longue liste des blessés. Dans ces conditions, la sélection helvétique a joué en demi-teinte en première mi-temps. Parfois inspirée dans le camp adverse, elle s’est montrée très fragile dans ses trente derniers mètres. La Géorgie est passée tout près de l’ouverture du score. Plus prompt que Manuel Akanji, Giorgi Kvilitaia voyait sa reprise repoussée par le poteau gauche de Yann Sommer. Ce n’est qu’à quelques minutes de la mi-temps que le défenseur central Nico Elvedi allait se montrer aussi dangereux avec une tête repoussée sur la ligne par un défenseur visiteur.

Un jeu mieux construit

En seconde période, l’Equipe de Suisse a réussi passer l’épaule grâce à un jeu plus construit à l’aide de redoublement de passes. Si la fébrilité défensive n’a pas disparu pour autant, cette approche a permis aux Helvètes de faire preuve d’une plus grande lucidité qui leur a permis de passer l’épaule et de faire un pas important en direction de la phase qualificative pour l’Euro.

 

Vladimir Petkovic: « Nous ne sommes pas encore qualifié ! »

Fidèle à son discours qui veut que le prochain match soit toujours le plus important, Vladimir Petkovic ne veut pas crier victoire. « Il convient de privilégier la récupération d’ici lundi. A Griballtar, je veux des joueurs qui soient parés tant sur le plan mental que sur le plan physique », poursuit le Coach National qui ne veut surtout pas que son équipe se prenne les pieds dans le tapis face à une formation qui reste tout de même sur une série de 27 défaites de rang dans des rencontres officielles.

Vladimir Petkovic reconnaît que ses joueurs ont laissé bien des forces vendredi pour battre la Géorgie (1-0). « La seconde période était comme un match de Coupe avec l’outsider qui prenait confiance au fil des minutes pour rendre le match de plus en plus difficile, souligne-t-il. Nous avons été un peu impatients. Il fallait composer avec le poids des absents et le manque de temps de jeu en club de certains joueurs. Nous avons eu de la peine parfois à trouver le bon équilibre. »

Heureusement, la réussite de Cédric Itten a délivré son équipe. « Je l’ai bien observé à l’entraînement. Il a d’énormes qualités, lâche Vladimir Petkovic. Il a franchi ce soir un pas important dans sa carrière et il m’a aussi adressé un signal important. »

Stephan Lichtsteiner: « Nous avons pris trop de risques ! »

Ravi de la performance de Cédric Itten – « il était déjà très bon à l’entraînement », glisse-t-il, Stephan Lichtsteiner jetait, pour sa part, un regard critique sur la copie rendue par l’équipe de Suisse. « Nous avons pris trop de risques en seconde période, lance le capitaine. Il s’en est fallu d’un rien pour que la Géorgie n’ouvre la marque. Tu prends un but et tu te retrouves à jouer ta qualification en mars en barrage… »

Stephan Lichtsteiner remarque que la Suisse « a dû composer sans six ou sept joueurs qui sont importants ». « Mais au final, cette victoire nous permet de faire un grand pas vers la qualification, ajoute-t-il. Je veux retenir un autre aspect positif avec la victoire: la Suisse peut vraiment compter sur un cadre élargi. Ce soir, on a vu une équipe qui a su quand même jouer au foot. » Mais qui aura provoqué de belles frayeurs tant à ses supporters qu’à son capitaine.

 

 

 

Source: ats-sport/keystone/ld/bb

Continuer la lecture

Football

Un nouveau maillot qui fait débat

Publié

le

L’ASF a choisi de présenter le nouveau maillot de l’Equipe de Suisse pour l’Euro’20 avant même la fin de la phase de qualification. Particularité : le premier chandail intronisé, portés par les Helvètes à l’occasion de Suisse – Géorgie, est le blanc.

Alors qu’on attend toujours la présentation du maillot rouge, la tenue à domicile, que les Helvètes porteront lors de la phase finale de l’Euro, le blanc, le deuxième maillot a dejà fait l’objet d’une présentation sur football.ch,  le site internet de l’Association Suisse de Football.
Ce nouveau chandail tranche avec les précédents.
Cette fois-ci, on ne se contente pas de parements rouges sur fond blanc, on trouve également des pointes de triangle, censés représenter les sommets de nos montagnes, de quatre couleurs différentes, rose, vert pâle, bleu et une quatrième couleur théoriquement du noir, mais à avoir la photo que j’ai sous les yeux ce serait plutôt du grenat.
Sur les réseaux sociaux, ce maillot n’a pas tardé à faire débat : on adore ou on déteste.
On a donc pris la température cet après-midi dans l’un des hauts-lieux du sport genevois, c’est-à-dire aux Vernets, auprès des passionnés pour connaître leurs impressions et leurs réactions sont assez contrastées.

Equipe de Suisse (nouveau maillot blanc) Réactions des supporters

 

Chose curieuse, ce maillot extérieur, sera inauguré à domicile vendredi (20h) lors du match Suisse – Géorgie à Saint-Gall…

Continuer la lecture

Football

Football: Servette retrouve des couleurs et sa cohésion

Publié

le

Varol Tasar a inscrit les deux premiers servettiens contre les Young Boys dimanche (archives).

Privé de victoire depuis le 25 août, le onze grenat s’est refait une santé en infligeant aux Young Boys, champions en titre, sa première defaite de la saison en championnat (3-0). Le signe que les néo-promus ont retrouvé leurs moyens.

La vérité d’un jour n’est pas celle du lendemain. Une phénomène qui s’est vérifié sur bon nombre de terrains de Suisse et du Liechtenstein. Vainqueur de Neuchâtel Xamax (6-0) en Coupe de Suisse jeudi soir, le Lausanne-Sport s’est pris les pieds dans le tapis dimanche à Chiasso (2-3). Xamax a, de son côté, tenu en échec le FC Bâle sur son terrain (1-1). Quant aux Young Boys, ils étaient invaincus depuis la reprise du championnat et venaient de marqueur seize lors de ces quatre derniers matches, Coupe de Suisse incluse.

La répétition des matches ont-elles raison des organismes « jaunes et noirs »? Les Servettiens n’en ont cure ! Ils étaient déterminés, organisés, prêts à donner la pleine mesure de leur talent. Résultat : ils ont joué leur meilleur match de la saison. Ils ont surtout retrouvés leur cohésion. Les duos fonctionnent à nouveau. Sauthier et Miroslav Stevanovic sur le côté droit, comme Iapichino et Tasar sur le côté gauche constituent une menace permanente en attaque. Ondoua et Cognat ont fait la preuve de leur complémentarité retrouvée dimanche à la Praille. Le Lyonnais se montre bien plus percutant, quand le demi défensif russo-camerounais est là pour le couvrir. Même Kyei joue un cran au-dessus de ses précédentes prestations.

« La défaite contre Saint-Gall nous a fait progresser ! »

De son côté, l’entraîneur servettien a souligné le fait que la réussite a davantage accompagné ses joueurs que deux semaines plus tôt contre Saint-Gall (1-2), tout se rejouissant de leurs progrès sur le plan athlétique.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Le fait que Servette monte en puissance doit beaucoup au regain de forme des cadres, qui avaient souvent (Ondoua, Cognat) ou longtemps (Iapichino) été blessés. Une fois rétablis, ils ont retrouvés la pleine possession de leurs moyens pour évoluer à leur meilleur niveau.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Le onze grenat a connu un passage à vide semblable à pareille époque l’an dernier, un étage plus bas certes (en Challenge League), avant de retrouver des couleurs grâce au retour en forme des certains éléments essentiels. Leur présence régulière a ensuite permis aux pensionnaires de la Praille d’enchaîner les succès pour s’envoler vers une promotion largement méritée au printemps.

Continuer la lecture

Football

Servette entre regrets et réflexion après le match nul à Sion

Publié

le

Les Servettiens Gaël Ondoua, Varol Tasar (20) et Vincent Sasso (de gauche à droite) s'opposent à Seydou Doumbia (88).

Le match nul entre Servettiens et Sédunois (1-1) samedi soir en Valais suscitent des questions dans les rangs des néo-promus qui oscillent entre la déception d’avoir raté une nouvelle occasion de remporter la totalité de l’enjeu et l’envie de tirer des enseignements positifs de cette rencontre. 

Toujours privé de victoire depuis le 25 août (4-0 à Thoune), Servette a une nouvelle fois dû se contenter d’un score de parité samedi soir. Les visiteurs avaient ouvert le score par Schalk (34e), l’équipe locale a égalisé par Doumbia sur penalty (40e). Un point de gagné ou deux de perdus : la question se pose.

Anthony Sauthier  Capitaine du Servette FC

 

Reste qu’en seconde période, les Servettiens qui ont pris la direction des opérations, n’ont plus réussi à trouver le chemin des filets. Satisfait de la performance de ses joueurs, Alain Geiger regrette en revanche leur manque d’efficacité offensive.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Le retour de la défense à quatre

Reste à évoquer le système de jeu. Le mentor valaisan de la Praille est revenu à une défense à quatre après la tentative de jouer à trois derrière du dimanche précédent contre Saint-Gall (1-2).

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture