Rejoignez-nous

Sport

La météo perturbe le Tour de Romandie

Publié

,

le

Simon Pellaud et Primoz Roglic en discussion avant le départ. Le Valaisan de Swiss Cycling est pratiquement assuré de gagner le maillot de meilleur grimpeur et Roglic aura moins de montagne à escalader selon ses voeux. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La quatrième étape du Tour de Romandie entre Lucens et Torgon a été raccourcie en raison des risques météo. Elle passe de 176 km à 107,6 km.

Le départ sera donné à 14.35 à Lucens au lieu de 12.25. Le tracé sera directe et passera par Romont, Châtel-St-Denis, Vevey et Aigle. Les deux ascensions du Jaun et des Mosses ont été supprimées. Les meilleurs coureurs n’auront que la montée finale de 10,5 km vers Torgon pour se départager.

Les communes concernées par les changements de tracé avaient été averties hier. Le balisage du nouveau parcours avait également été effectué hier en prévision d’un changement.

Selon les organisateurs, la température ressentie au sommet du col des Mosses aurait été de -4 degrés.

Le dernier changement inopiné de parcours de la boucle romande datait de 2016 lors de la première étape, La Chaux-de-Fonds – Moudon. En raison de la neige tombée la nuit précédente, le le départ avait été déplacé à Mathod.

Ce changement de parcours fait en tout cas un heureux: Simon Pellaud. Le Valaisan de l’équipe de Swiss Cycling a pratiquement assuré son maillot de meilleur grimpeur. Pour le perdre, il faudrait que l’Italien Diego Rosa (Ineos) passe le premier lors de l’unique GP de la montagne à Torgon et que Pellaud ne marque aucun point. Les deux hommes se retrouveraient alors à égalité et l’Italien l’emporterait au nombre de premières places dans les côtes de la catégorie plus élevée.

Source : ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Ligue des Champions: PSG ambitieux et pas « traumatisé »

Publié

le

Ancien entraîneur des "jaunes et noirs" de la Ruhr, Thomas Tuchel retrouve son ex-club qui affronte Paris Saint-Germain mardi (©KEYSTONE/EPA/FRIEDEMANN VOGEL/archives).

Alors que Liverpool revient à Madrid, le Paris Saint-Germain part favori face à Borussia Dortmund. Leonardo, le directeur sportif du PSG, parle de son entraîneur et des ambitions de son club.

Encore un blockbuster? Après les frissons du printemps dernier, la Ligue des champions reprend avec des huitièmes à suspense, dès mardi (21h) avec Atlético-Liverpool et Borussia Dortmund-Paris Saint-Germain, avant le choc entre Manchester City et le Real Madrid la semaine prochaine.

Le tenant du titre Liverpool retrouve, mardi, le stade où il a décroché la coupe aux grandes oreilles en juin dernier. Face à l’Atlético, les « Reds » partent favoris, portés par une dynamique de résultats exceptionnels cette saison.

La dernière fois que les Anglais sont tombés lors d’une double confrontation en Coupe des Champions, c’était en 2009 face à Chelsea. Le challenge est donc de taille pour l’équipe de Diego Simeone, pas en grande forme mais qui devrait enregistrer le retour de son attaquant Alvaro Morata.

Leonardo : « pas un traumatisme »

L’autre match qui ouvre le bal mardi est un duel très attendu entre Borussia Dortmund et le Paris SG. Le PSG reste sur trois éliminations en huitièmes qui ont créé une atmosphère particulière autour du club. « On ne joue pas à la vie, à la mort! », a tenté de désamorcer Leonardo qui veut sortir de la « négativité » qu’il a constatée. Pour étayer ses propos, le directeur sportif brésilien revient sur les éditions précédentes.

Leonardo Nascimento de Araújo Directeur sportif de Paris Saint-Germain

 

L’incertitude autour de Neymar, attendu en Allemagne mais absent depuis début février en raison de côtes douloureuses, n’a pas contribué à apaiser une ambiance que le match nul à Amiens samedi en championnat (4-4) a plombé davantage. « Je ne suis pas inquiet », a pourtant assuré l’entraîneur Thomas Tuchel, qui retrouve en Allemagne l’équipe qu’il a dirigée de 2015 à 2017.

Leonardo Nascimento de Araújo Directeur sportif de Paris Saint-Germain

 

 

 

Source: keystone/ats/bb

Continuer la lecture

Course à pied

Course de l’Escalade: c’est signé jusqu’en 2024

Publié

le

La couse de l’Escalade est la plus grande course à pied de Suisse. Ce lundi la Ville de Genève a signé une convention de quatre ans avec le Comité d’organisation de la Course de l’Escalade représenté par Jerry Maspoli et Bruno Fries, respectivement Président et Vice-président de l’Association. La course traditionnelle est donc assurée contractuellement au moins jusqu’en 2024.

 

Sami Kanaan, Conseiller administratif, en charge du Département de la culture et du sport avec Jerry Maspoli et Bruno Fries, président et vice-président de la Course de l’Escalade

Un évènement sportif historique

L’histoire de la Course de l’Escalade, quant à elle, s’inscrit dans le cadre de la révolution du sport pédestre populaire engagée dans les années 1970. Ce rendez-vous sportif a été imaginé par le comité du Stade Genève, club d’athlétisme genevois, afin de donner un nouveau souffle au club et de créer une autre fête, une façon différente de commémorer l’Escalade. Le 16 décembre 1978 le lancement de la première Course de l’Escalade réunit 805 inscrits. On était loin d’imaginer le succès populaire qu’aura cet événement au fil des années. Cette épreuve rencontre rapidement un grand succès auprès du public, qui se masse dans les rues de la Vieille-Ville. Une course à pied doublée d’une fête populaire, qui va devenir très vite le plus grand événement du genre en Suisse, en incluant au fil du temps de nouvelles épreuves, soit des courses enfants (poussin-ne-s, écoliers et écolières et cadet-te-s), des courses adultes (par bloc, mixtes, Escaladélite, Fleximix et Relais), la Marmite costumée et le Walking. A partir de 2018, en raison du nombre grandissant de participant-e-s, la manifestation se prolonge et se déroule dorénavant sur deux jours, en offrant un meilleur confort, une plus grande sécurité et des nouvelles prestations pour les coureurs et coureuses mais également pour ses bénévoles.

Un partenariat quarantenaire

L’an dernier, la 42e édition réunit plus de 46’000 inscrit-e-s, confirmant le succès populaire indéniable de ce rendez-vous sportif.
La collaboration avec le Service des sports de la Ville de Genève débute dès 1979, une année seulement après sa création. A ce soutien logistique viendra s’ajouter, à partir de la 15ème édition, une aide financière, qui n’a cessé de croître pour atteindre CHF 90’000 en 2019. L’organisation conjointe depuis 2018 du Relais de l’Escalade, course symbolique visant à promouvoir des valeurs universelles a également renforcé les liens. Ce solide partenariat de plus de 40 ans a permis de faire face à l’augmentation des charges logistiques liées, d’une part, à l’ampleur qu’a prise la manifestation au fil des années et, d’autre part, à la complexification des demandes administratives, en particulier en lien avec la sécurité. Ce constat permet d’établir que la collaboration avec la Ville de Genève est devenue vitale au bon déroulement de la manifestation, il était donc essentiel de signer une subvention afin de consolider et de pérenniser la qualité de l’événement tel qu’il existe actuellement.

 

Continuer la lecture

Sport

NHL: retour de blessure victorieux pour le Valaisan Nico Hischier

Publié

le

L'attaquant des New Jersey Devils Nico Hischier (en blanc) lors d'un match face à Columbus. [Keystone/AP Photo/Paul Vernon]
Nico Hischier a signé un retour gagnant. Absent lors des six derniers matches des Devils en raison d’une blessure au genou, le Valaisan a connu les délices de la victoire. Roman Josi et Yannick Weber ont aussi connu le succès avec Nashville.

Sur sa glace de Newark, New Jersey a, en effet, battu Columbus 4-3 au shootout. Le no 1 de la draft 2017 a comptabilisé son 33e point de la saison à la faveur de son assist sur le 3-2 de Kyle Palmieri. Il a, en revanche, échoué dans l’exercice des tirs au but devant l’ex-gardien luganais Elvis Merzlikins.

L’assit de Nico Hischier (numéro 13):

Une soirée de  NHL durant laquelle le départ de deux pièces essentielles des Devils, le capitaine et défenseur Andy Greene aux Islanders et l’attaquant Blake Coleman à Tampa Bay, a été annoncé. Le transfert de Greene a valu une « promotion » au Suisse Mirco Müller, désormais associé à la star canadienne P.K. Subban dans la première paire défensive.

Résumé de la rencontre de New Jersey:

Nashville proche de la barre

Roman Josi et Yannick Weber ont, pour leur part, vécu un week-end magnifique avec deux succès sur Saint-Louis, le détenteur de la Coupe Stanley. Victorieux 4-3 dans le Missouri samedi, Nashville s’est imposé 2-1 sur sa glace grâce à une réussite de Kyle Turris à la 58e minute. Après ce succès, les Predators n’accusent plus qu’un point de retard sur la barre.

Résumé de la rencontre de Nashville:

ats/sey

Continuer la lecture

Football

Super League : quatre buts pour consolider le quatrième rang

Publié

le

Boris Cespedes, à droite, freine l'action de Mimoun Mahia. Les Servettiens ont retrouvé toute leur efficacité dans le dernier quart du match (©KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi).

Net vainqueur du FC Zurich (4-1) dimanche, Servette n’est plus qu’à trois points du troisième rang occupé par le FC Bâle grâce à l’efficacité de ses attaquants. Titularisé en pointe, Kyei a ouvert le score en première mi-temps avant que Kone, entré en seconde période, ne fasse trembler les filets adverses à trois reprises.

Est-ce un dimanche à marquer d’une pierre blanche ? En tous cas, les Servettiens ont gagné face au FC Zurich en soignant la manière. Ils ont battu pour la deuxième consécutive en trois matches un adversaire direct pour les places européennes. Se créant de nombreuses occasions de but. ils ont eu le mérite de remettre sans cesse l’ouvrage sur le métier pour remporter une victoire nette. Ce faisant, ils ont également fait plaisir aux 7052 spectateurs présents à la Praille.

Alain Geiger : des choix tactiques judicieux

Pour forger ce succès si important au regard du classement, chacun des joueurs composant le compartiment offensif a apporté sa pierre à l’édifice. Titularisé en lieu et place de Koro Kone, Grejohn Kyei a été le seul à faire trembler les filets lors des quarante-cinq premières minutes. Entré en jeu pour l’attaquant franco-ghanéen pour la dernière demi-heure, le buteur ivoirien a trouvé le chemin des filets dans les instants qui ont suivi. Il a ensuite récidive à deux reprises pour doubler le total de buts inscrits dans ce championnat. Pas mal pour un remplaçant en panne de confiance !

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Autre élément déterminant, Miroslav Stevanovic s’est l’auteur de trois assists. Décalé à gauche lors de cette vingt-deuxième journée, Timothé Cognat a adressé l’avant-dernière passe sur les deux premiers buts. Quant à Varol Tasar, il n’a cessé d’ouvrir des brèches dans une arrière-garde zurichoise qui est une des plus perméables du championnat.

Tout cela revient à dire que l’entraîneur « grenat » a une nouvelle fois fait des choix particulièrement judicieux. Pourtant, à en croire certains observateurs, ce n’était pas gagné d’avance. Mais semaine après semaine, le mentor valaisan de la Praille démontre sa capacité à mettre (ou remettre) ses joueurs sur les rails pour qu’ils puissent donner la pleine mesure de leur talent ; dimanche, il a trouvé la bonne formule pour remporter trois points très précieux.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Ludovic Magnin : « le score aurait pu être 12-8! »

Dans le camp des visiteurs, c’était évidemment la soupe à la grimace. Les joueurs de Ludovic Magnin ont longtemps caressé l’espoir d’obtenir un résultat positif. Mais, au contraire de Koro Kone, leur buteur-maison Blaž Kramer – lui aussi entré en jeu au milieu de la seconde mi-temps – a raté par deux fois le but de l’égalisation. Pour l’entraîneur vaudois, c’était le tournant du match.

Ludovic Magnin Entraîneur du FC Zurich

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Le Salon de l’auto de Genève maintenu

Publié

le

"Nous sommes prêts à tous les scénarios, même à annuler si l'Office fédéral de la santé publique nous l'ordonne", selon le directeur Olivier Rihs. (archives) (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L’épidémie de coronavirus ne fait pas peser de menace majeure sur le Salon de l’auto de Genève, du moins en l’état actuel.

« Pour le moment, nous suivons exactement ce que l’Office fédéral de la santé publique et les autorités sanitaires du canton nous disent de faire. (…) Il n’y aucune raison aujourd’hui d’annuler quoi que ce soit », a indiqué vendredi à AWP le directeur Olivier Rihs.

M. Rihs rappelle qu’il n’y a pas d’infection confirmée en Suisse. Le Geneva International Motor Show (Gims) va ainsi se montrer « vigilent comme il faut l’être lors de grands rassemblements ».

Les quatre exposants chinois et deux hongkongais annoncés ont confirmé leur présence. « Nous les accompagnons dans leurs démarches afin qu’ils soient accueillis de la meilleure manière possible. De leur côté, il font leur possible pour ne pas amener quoi que ce soit en Suisse », explique le directeur du Gims. Les constructeurs chinois Aiways, Changan et le hongkongais Apex Motors figurent notamment parmi les exposants provenant de la zone à risque.

« Les visiteurs qui proviennent de l’Asie ne représentent même pas 1% » du total », souligne le directeur, citant les statistiques de l’édition 2019. L’exposition du Gims à cette région est moindre, par rapport à son homologue de Barcelone, dont 25% de la fréquentation dépend de l’Asie. Le comité du Mobile World Congress a d’ailleurs décidé d’annuler l’édition 2019 dans la capitale catalane en raison du coronavirus, a-t-on appris cette semaine.

Paré à tous les scénarios

Il n’y a pas lieu de paniquer pour l’instant, assure Olivier Rihs. « Nous sommes prêts à tous les scénarios, même à annuler si l’Office fédéral de la santé publique nous l’ordonne. Mais cela impliquerait un cas de force majeure. » Un tel scénario mettrait la fondation organisatrice dans une situation délicate financièrement, car il n’existe aucune assurance pour ce genre de cas.

Le nombre de billets vendus et celui des journalistes inscrits sont supérieurs par rapport à l’édition 2019. Il n’y a pas de baisse constatée depuis l’éclatement de l’épidémie, selon M. Rihs.

Aux craintes liées au coronavirus, s’ajoute la défection de grandes marques comme Opel ou Ford, indépendamment de la crise sanitaire. Le directeur du salon demeure confiant. « Quand vous avez du contenu qui disparaît, c’est toujours préoccupant. D’un autre côté, les 17 marques qui ne seront pas là ne représentent que 25% du volume vendu en Suisse », relativise Olivier Rihs, qui affirme que de grands constructeurs – notamment allemands – seront au rendez-vous,

Le Salon de l’auto de Genève se tiendra du 5 au mars à Palexpo. Ce sera la première et la dernière édition sous la houlette d’Olivier Rihs, qui quittera le bateau afin d’assumer dès le 1er mai des fonctions dirigeantes au sein de TX Group (ex-Tamedia).

Source: ATS

Continuer la lecture