Rejoignez-nous

Sport

Indian Wells: Démonstration de Federer

Publié

,

le

Personne ne parvient pour l’heure à stopper Roger Federer en 2018.

Filip Krajinovic (ATP 28), sans doute le meilleur joueur serbe du moment, s’en est rendu compte à son tour à l’occasion de leur 4e tour à Indian Wells. Le finaliste du dernier Masters 1000 de Paris-Bercy a été impuissant dans un match que l’on annonçait pourtant périlleux pour le Bâlois. Roger Federer s’est imposé 6-2 6-1 en 59 minutes pour se hisser en huitième de finale, où l’attend le Palois Jérémy Chardy (ATP 100).

Dans un match couperet – sa place de no 1 mondial était en jeu comme elle sera contre Chardy et lors d’un éventuel quart de finale -, Roger Federer a eu besoin de quatre jeux avant de trouver son rythme de croisière pour toucher parfois au sublime. Il a, en effet, livré une performance de choix lundi dans le désert californien où il a cueilli le titre à cinq reprises déjà.

Filip Krajinovic a cherché à battre Roger Federer en cadence. Malgré un bagage technique certain, le Serbe a très vite mesuré que sa tâche s’apparentait à une véritable mission impossible. Capable des plus beaux contres, capable aussi des plus belles variations, Roger Federer a connu un moment de grâce entre la fin du premier set et le début de second. Il a gagné ainsi sept jeux de rang et a réussi une série de dix-sept points enlevés consécutivement sur son engagement. Comme pour signifier que cette année, il y a, pour l’instant, lui et les autres !

En huitième de finale, Jérémy Chardy, malgré sa belle victoire lundi sur son compatriote Adrien Mannarino et son retour improbable samedi devant Fabio Fognini contre lequel il avait accusé un set et deux breaks de retard, est promis au même sort que Krajinovic. Le Français ne peut même pas s’appuyer sur sa victoire sur le Bâlois en mai 2014 sur la terre battue de Rome pour croire que cette rencontre d’Indian Wells puisse tourner en sa faveur. Au Foro Italico, le Bâlois venait de fêter la naissance de ses jumeaux. Gagner ce jour-là sans aucune préparation aurait fait de lui un véritable extraterrestre.

(Source ATS)

Photo : ©KEYSTONE/EPA/JOHN G. MABANGLO

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Genève-Servette: un pilier se retire

Publié

le

Kevin Romy alliait puissance et technique. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L’un des piliers du Genève-Servette, Kevin Romy (34 ans) a décidé de mettre un terme à sa carrière professionnelle malgré un contrat encore valable deux ans.

Formé au HC La Chaux-de-Fonds, le Neuchâtelois a ensuite posé son sac de hockey aux Vernets en 2002 alors que l’équipe venait de décrocher sa promotion en National League. Lui et son compère Thomas Déruns avaient affronté juste avant d’arriver le club genevois en finale de LNB.

Après deux brillants exercices avec le club genevois, il a été engagé par le HC Lugano alors entraîné par Larry Huras. Il a passé sept saisons sous les couleurs luganaises avec un titre de champion de Suisse en 2006.

Lors de son passage à la Resega, il a acquis son statut d’international à part entière. Il a fêté sa première cape le 8 février 2005 contre l’Ukraine à Huttwil (4-0) et il a terminé sa carrière internationale de manière un peu amère le 2 mai 2017 aux Vernets contre le Canada (1-4), victime de l’ultime cut avant le Championnat du monde à Paris pour sa 153e sélection.

Ce centre, qui alliait puissance et technique, est revenu à Genève-Servette en 2012. Il avait terminé meilleur compteur des Genevois lors de sa première saison de son retour.

Celui qui a porté le numéro 88 raccroche ses patins après deux saisons difficiles, lors desquelles il a dû faire face à de nombreuses blessures qui l’ont tenu éloigné des patinoires à de multiples reprises. Il a disputé 840 matches de National League.

« Après 19 ans de hockey professionnel, j’ai pris la décision d’arrêter ici ma carrière. Ce fût une décision difficile, très difficile. Mais l’accumulation des blessures de ces deux dernières saisons m’ont empêché d’évoluer à 100% pour l’équipe. Je préfère donc fermer le livre pour en ouvrir un autre », explique Romy dans un communiqué du club. Ce féru d’aviation va sans doute trouver une autre voie dans les airs.

Source: ATS

Continuer la lecture

Sport

Football: pas d’euphorie chez les Servettiens

Publié

le

Après le point pris à Berne face aux Young Boys, Sébastien Wütrich met en garde contre tout excès de confiance avant la venue du FC Sion samedi…

Pas d’euphorie chez les Servettiens au lendemain du match nul obtenu face aux Young Boys (1-1) dimanche à Berne. Ils le répètent en chœur : rien n’est acquis. Ils s’attendent à rencontrer un adversaire revanchard samedi (19h) au Stade de Genève. Battu 4-1 sur son terrain par le FC Bâle, le FC Sion a connu une reprise difficile, ce qui incite le meneur de jeu grenat Sébastien Wütrich à se méfier de la réaction d’orgueil de la formation valaisanne.

Sébastien Wütrich Meneur de jeu du Servette FC

 

Des lacunes rapidement comblées

La force de caractère et la lucidité des Servettiens expliquent la performance réalisée au Stade de Suisse dimanche. Les difficultés rencontrées en début de rencontre s’explique essentiellement par des lacunes dans l’organisation défensive ce qui a donné aux champions de Suisse la latitude pour mettre les néo-promus sous pression.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Un peu de réussite et un arrêt déterminant du gardien Jeremy Frick a permis aux visiteurs pour le plus grand de leur coach, soulagé que son équipe ait pu limiter les dégâts.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Même au moment où Servette semblait maîtriser la situation, le mentor valaisan de la Praille, visiblement peu satisfait par moments, n’a cessé de donner des consignes repositionner ses troupes.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Des enseignements qui serviront à n’en pas douter pour les prochaines échéances à commencer celle de samedi contre le FC Sion.

 

Continuer la lecture

Sport

Football: Servette à la hauteur de l’événement

Publié

le

Auteur de l’égalisation, le meneur de jeu Sébastien Wütrich a été l'un des Servettiens les plus en vue à Berne.

Les néo-promus ont tenu en échec les Young Boys, champions en titre (1-1) dimanche. De retour en Super League après six ans d’absence, ils ont réalise une performance digne d’éloge. Seules les dix premières minutes très difficiles pour les visiteurs.

A voir la maîtrise affichée lors de ce match de reprise face aux « jaunes et noirs » de la capitale fédérale, Servette ne devrait sûrement pas faire de la figuration cette saison. Certes, une hirondelle ne fait pas le printemps et un bon résultat, même face aux doubles champions de Suisse en titre, ne fait pas une saison. Mais dimanche, les Grenats se sont montrés à la hauteur de l’événement et surtout des attentes placées en eux. Malgré un premier quart d’heure très hésitant. Auteur de l’égalisation, Sébastien Wütrich nous explique pourquoi les Servettiens ont éprouvé autant de peine à entrer dans la partie…

Sébastien Wütrich Meneur de jeu du Servette FC

 

 

Pour le président Didier Fischer, l’ouverture du score a peut-être libéré les visiteurs.

Didier Fischer Président du Servette FC

 

 

Ce qui a le plus surpris l’entraîneur valaisan de Servette, c’est la prestation du compartiment défensif!

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Sport

Le GSHC se renforce

Publié

le

Genève-Servette a mis la main sur un attaquant d’expérience. Le club genevois a signé pour un an son quatrième étranger, le Canadien Eric Fehr.

Agé de 33 ans, ce centre droitier aux caractéristiques défensives et au puissant gabarit (1m93/94 kg) possède une solide expérience (722 matches de NHL) et une bague de champion remportée en même temps que la Coupe Stanley avec Pittsburgh en 2016. La saison dernière il évoluait à Minnesota où il a inscrit 15 points (7 buts) en 72 parties.

Il portera le numéro 16.

Sources : ATS et Service de presse GSHC

Continuer la lecture

Sport

Alain Geiger: « notre objectif, c’est le maintien! »

Publié

le

Pour l'entraîneur grenat Alain Geiger, Servette doit avant tout viser le maintien cette saison.

Entraîneur du Servette football club, Alain Geiger se garde bien de tout excès d’optimiste à la veille de la reprise du championnat de Super League. Selon lui, son équipe devra lutter pour se faire sa place parmi les dix meilleures formations helvétiques. 

Le championnat de Suisse de Super League reprend ses droits dès vendredi. Le retour de Servette dans l’élite du ballon helvétique constitue sans nul doute le fait marquant de ce nouvel exercice. Les attentes sont grandes à la veille du premier rendez-vous dimanche (16h) à Berne contre les Young Boys. Pour le capitaine Anthony Sauthier, il s’agit ni plus, ni moins que d’un match-événement, synonyme de moments intenses à vivre…

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

 

Affronter d’entrée de jeu les champions en titre reste un sacré défi pour les néo-promus grenats. On peut toutefois se demander si c’est un avantage ou un inconvénient d’affronter les « jaunes et noirs » (qui ont perdu le défenseur genevois Kevin M’Babu et le demi Djibril Sow notamment à l’intersaison) de la capitale fédérale si tôt dans la saison…

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

 

Quoi qu’il en soit, les Servettiens pourront compter sur quatre renforts de poids. De quoi rendre bon nombre de supporters optimistes. Mais l’entraîneur Alain Geiger se charge de tempérer leurs ardeurs.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Reste à savoir si Servette devra renoncer partiellement au moins à son style de jeu offensif de la saison dernière.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Sur le plan tactique, le travail a commencé sur le terrain dès le début de la préparation ou presque. Les Servettiens ont travaillé plusieurs systèmes à l’entraînement.

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

 

 

 

 

 

Continuer la lecture