Rejoignez-nous

Sport

Football: un Super Servette en Super League !

Publié

,

le

La Praille était en fête vendredi soir! Vainqueurs du Lausanne-Sport (3-1) dans le match au sommet de Challenge League, les Grenats retrouvent l’élite du ballon helvétique six ans après l’avoir quittée devant plus de 20’000 spectateurs ravis!

79-99-19: les neufs ont à nouveau porté bonheur au SFC. Quarante ans après la fabuleux quadruplé, vingt ans après le dernier titre de champion de Suisse, le club grenat a une nouvelle fois vécu un moment historique.
Et tout s’est passé comme espéré pour les Servettiens. Comme dans un rêve ou presque. Une ouverture du score rapide, après quelques trois minutes de jeu. Un corner botté par Wütrich, trouve la tête de Rouiller, monté aux avant-postes, pour celle de Miroslav Stevanovic qui parachève le travail.

 

Un certain suspense aussi pour que la fête soit plus belle. L’autogoal du gardien Frick qui a raté sa sortie sur le premier coup de coin lausannois de la partie a débouché trente minutes assez indécise. Le jeu s’équilibrant, les visiteurs ont pu croire en leurs chances, entrevoyant la possibilité de remettre en question des leaders de Challenge League.

Peu avant la pause, un incident allait provoquer une longue interruption du jeu : le télescopage de Rouiller et d’Oliveira suite à un choc tête contre tête entre le défenseur servettien et le demi offensif lausannois. Le premier nommé s’est pas relevé, pas le second qui a été emporté sur une civière.

Deux buts en trois minutes

La seconde période a permis aux joueurs d’Alain Geiger de faire étalage de leurs qualités, notamment sur de rapides transition défense – attaque. Leur domination devenant toujours plus nette au fil des minutes, ils ont fait la différence au meilleur moment; deux buts coup sur coup inscrits par Alphonse, puis Imëri ont assommé les visiteurs.

Seul l’envahissement du terrain par les spectateurs a laissé planer quelques instants le spectre d’une défaite par forfait. Les impatients ayant regagné leur place, la rencontre a pu se terminer dans de bonnes conditions.

Ainsi, ce n’est qu’après 113 minutes passées sur le gazon de la Praille que le coup de sifflet final allait retentir, le capitaine Anthony Sauthier a alors vu son rêve d’enfant devenir réalité.

Anthony Sauthier Capitaine du Servette FC

 

Arrivé en août peu avant le premier derby, le seul gagné par le LS (1-0), l’attaquant ivoirien Koro Kone était lui aussi tout à sa joie.

Koro Kone Attaquant du Servette FC

 

Un pari gagné et du « bonheur » !

De son côté, Alain Geiger savoure aujourd’hui le bonheur d’avoir retrouvé l’élite avec un club dont il a marqué l’Histoire. Après six ans en grenat (81-87) et 112 sélections en Equipe de Suisse, sa carrière d’entraîneur ne lui avait guère réservé de satisfaction. De retour dans notre pays après plusieurs années passées en Afrique ou au Moyen-Orient, il a su relevé ce défi au moment opportun. Au coup de sifflet, il tenait avant tout à partager ses moments de joie simple en ayant une pensée pour plus malheureux que lui…

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

 » Quinze ans de mauvais souvenirs effacés ! « 

Quant au président Didier Fischer, il mesurait le chemin parcours ces quatre dernières années. Ayant permis au club d’éviter d’extrême justesse une nouvelle faillite, il a dû composer avec une rétrogradation administrative après la non-obtention de la licence, puis les accidents de parcours au cours des 36 mois qui ont suivis le retour en Challenge League jusqu’à cette heureuse issue…

Didier Fischer Président du Servette FC

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Wawrinka chute d’entrée à Genève

Publié

le

Stan Wawrinka n'a pas su enchaîner après le premier set (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Stan Wawrinka ne gagnera pas le Geneva Open une troisième fois. Le Vaudois a chuté dès son premier match.

Stan Wawrinka a voulu jouer les gros bras, mais n’a pas tenu la distance lors de son entrée en lice au Geneva Open. Le Vaudois (ATP 27) s’est incliné 3-6 6-3 6-4 devant le Bosnien Damir Dzumhur (ATP 57e), subissant ainsi un troisième revers inquiétant de suite à l’aube de Roland-Garros.

A croire que Wawrinka, sacré à deux reprises au Parc des Eaux-Vives (2016 et 2017), avait surtout envie de faire mal à son adversaire. Très peu de demi-mesures dans le jeu du Vaudois mais des frappes, de la puissance, et encore de la puissance. Pas toujours accompagnée, cependant, de maîtrise.

C’est à force de coups de boutoir que le triple vainqueur en Grand Chelem a fait sauter la (bonne) défense d’un Dzumhur coriace et combatif. Le premier « come on » que s’est autorisé Wawrinka, dans le sixième jeu, a été annonciateur du seul break de la première manche, quoique celui-ci ait été retardé (il a finalement fallu cinq balles de break pour conclure).

Pourtant, comme ce fut le cas lors de ses récentes défaites en Masters 1000, la semaine passée contre David Goffin à Rome ou en avril à Monte-Carlo contre Marco Cecchinato, ce gain du premier set a tout sauf libéré Wawrinka. Lequel a perdu deux fois son engagement dans un deuxième set abandonné au Bosnien.

Si Wawrinka avait eu la bonne idée de prendre les devants rapidement dans la manche décisive (3-0), il n’a pas su conserver cet avantage jusqu’au bout. La faute, principalement, à un tennis trop brouillon qui confirme que le Vaudois n’est pas en pleine possession de ses moyens.

Dzumhur en a bien profité et affrontera jeudi Radu Albot (ATP 45). Le Moldave s’est défait 6-1 6-7 (3/7) 6-4 de l’Argentin Juan Ignacio Londero.

Source ATS

Continuer la lecture

Le Club Sport

A la découverte du Pony Games avec Spirit Pony Games de Laconnex

Publié

le

Une membre de l'équipe des Spirits Pony Games de Laconnex en action

Un sport équestre mais qui n’a rien de semblable à ce que l’on peut voir au Concours hippique de Genève: Radio Lac vous présente le pony games.

Un sport qui demande adresse, réflexion et agilité tout en maîtrisant un poney lancé à différentes allures. Pour en parler trois cavalières des Spirit Pony Games de Laconnex étaient les invitées du Club Sport: Audrey Parmelin-Progin, Caroline Parmelin et Marie Willy, l’occasion de faire plus ample connaissance avec ce sport méconnu mais spectaculaire.

Pony Games Avec les Spirits Pony Games de Laconnex

Pour en savoir plus: 

Le site de la Fédération suisse: https://mgaswitzerland.ch/

Le site des Spirit Pony Games de Laconnex: http://spiritponygames.com/

L’équipe des Spirit Pony Games de Laconnex

Continuer la lecture

Emissions

Geneva Open: Exit Dimitrov

Publié

le

Dimitrov a été battu en trois sets par Delbonis (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Vainqueur de ses deux tours des qualifications, Grigor Dimitrov a chuté sur le premier obstacle du tableau principal au Geneva Open.

Le Bulgare, retombé à la 47e place mondiale, a gâché une belle entame de match face à l’Argentin Federico Delbonis (ATP 84) pour finalement s’incliner 1-6 6-4 6-2.

Le vainqueur du Masters 2017 a, l’espace d’un set, retrouvé le brio et la légèreté qui avaient fait de lui l’avenir du tennis. Ce premier set survolé 6-1 en 22 minutes (il y avait 5-0 après 15 minutes de jeu), en passant en revue toute une panoplie de coups maîtrisés et décisifs.

Toutefois, comme souvent depuis de longs mois, la machine s’est enrayée, sous les yeux incrédules du coach Radek Stepanek (son autre entraîneur, Andre Agassi, n’était pas dans les tribunes). Il est vrai que Delbonis, après avoir touché le fond, a eu le mérite de remonter en surface. Mais impossible de ne pas penser que Dimitrov a fait l’essentiel du travail pour permettre à l’Argentin d’empocher la deuxième manche et, ainsi, prendre le contrôle des opérations.

Car, en pur terrien qu’il est, Delbonis est patiemment venu à bout de son adversaire, se rappelant aux souvenirs d’un public genevois qui l’avait vu éliminer Stan Wawrinka en quart de finale de l’édition 2015. Résistant aux attaques de Dimitrov, il a surgi du bois pour mener 3-1 dans l’ultime set et ne plus être rejoint ensuite.

A noter l’élimination, en 8e de finale du double, du Genevois Johan Nikles. Associé à l’ancien no 1 mondial de la spécialité, le Serbe Nenad Zimonjic (âgé de bientôt 43 ans), il s’est incliné 6-4 6-2 face au duo Cristian Garin (CHI)/Juan Ignacio Londero (ARG).

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

La légende de Formule 1 Niki Lauda est mort

Publié

le

La légende de Formule 1 Niki Lauda s'est éteint paisiblement à l'âge de 70 ans, a communiqué sa famille dans la nuit de lundi à mardi. (©KEYSTONE/APA/APA/HANS KLAUS TECHT)

Le triple champion du monde autrichien de Formule 1 Niki Lauda n’est plus. L’ancien pilote automobile et entrepreneur s’est éteint paisiblement entouré de ses proches lundi à l’âge de 70 ans, indique dans la nuit sa famille « avec une profonde tristesse ».

« Ses exploits uniques en tant que sportif et entrepreneur sont et resteront inoubliables. Son dynamisme infatigable, sa franchise et son courage demeurent un modèle et une référence pour nous tous, peut-on lire dans ce texte signé par la famille Lauda et envoyé à l’agence de presse autrichienne APA.

Au cours de l’été 2018, Niki Lauda avait subi une transplantation pulmonaire à l’Allgemeine Krankenhaus (AKH) de Vienne. Il avait pu quitter l’établissement en octobre avant de devoir y retourner en janvier en raison d’une grippe. A l’occasion de son 70ème anniversaire, le 22 février, Lauda avait envoyé un petit message à la radio autrichienne affirmant qu’il reviendrait en pleine forme.

L’ancien sportif est à la tête du conseil de surveillance de l’équipe Mercedes depuis 2012.

Grave accident

Les poumons du triple champion du monde avaient déjà été endommagés lors de son très grave accident de Formule Un le 1er août 1976 sur le circuit de Nürburgring (Allemagne). A 220 km/h, sa Ferrari s’était enflammée et le coureur autrichien avait inhalé des vapeurs toxiques pendant près d’une minute avant d’être dégagé de sa voiture par quatre autres pilotes.

Depuis cet accident, Niki Lauda a souffert de divers problèmes de santé: en 1997 et 2005, il a également subi deux transplantations rénales. Il arbore en toutes occasions depuis cet épisode une casquette rouge censée masquer ses brûlures.

Le sportif est notamment devenu une légende car il était revenu concourir sur le circuit 42 jours seulement après l’accident. « Un retour rapide derrière le volant faisait partie de ma stratégie de ne pas rester trop longtemps chez moi et de ruminer ce qui m’était arrivé », avait-il confié plus tard. Son duel contre le Britannique James Hunt lors des mondiaux de 1977 a été porté à l’écran en 2013 dans le film « Rush ».

Vingt-cinq Grands Prix

Né à Vienne en 1949, Andreas Nikolaus Lauda connu sous le nom de « Niki » Lauda, n’a pas vingt ans lorsqu’il effectue en 1968 sa première course automobile, à l’insu de ses parents, au volant d’une mini-Cooper offerte par sa grand-mère. Il court en Formule 3 dès 1970 et fête un an plus tard sa première victoire en Formule 2.

S’il effectue le 15 août 1971 sa première course en F1 avec l’écurie March, c’est avec Ferrari que sa carrière décolle réellement: première pole position en Afrique du Sud, puis première victoire le 28 avril 1974 en Espagne. L’année suivante le couvre de gloire. Il remporte son premier titre de champion du monde en 1975, un deuxième en 1977 et un troisième en 1984, cette fois-ci avec Mc Laren. Au total, il a remporté 25 victoires de Grands Prix.

« Loin du public, c’était un mari, un père et un grand-père aimant et attentionné. Il nous manquera beaucoup », écrit encore la famille dans son message aux médias. Niki Lauda était le père de quatre enfants.

Passionné d’aviation

A sa carrière de sportif, ce fils d’industriel, passionné d’aviation, ajoute celle d’entrepreneur. Il développe sa propre compagnie aérienne en 1979. Lauda Air vivra ses heures les plus sombres en 1991, lorsqu’un appareil de la compagnie effectuant la liaison Vienne-Bangkok s’écrase en Thaïlande, tuant ses 223 passagers.

A la fin des années 1990, il revend sa flotte au concurrent Austrian Airlines (AUA). En 2003, il lance une nouvelle compagnie sous le nom de Niki, qu’il revend à AirBerlin en 2011.

Après la faillite d’Air Berlin, le passionné d’aviation récupère Niki et se lance en 2016 dans l’aviation privée avec Laudamotion. Cette dernière appartient actuellement à 75% à la compagnie irlandaise à bas prix Ryanair

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Geneva Open: Wawrinka serein

Publié

le

Moment de détente pour Wawrinka ce matin à l'entraînement. (©KEYSTONE/ALAIN GROSCLAUDE)

Stan Wawrinka, qui entrera en lice mercredi au Geneva Open, dresse un bilan positif de son début et se dit très satisfait de sa condition actuelle.

Et ce même si le Vaudois a connu l’élimination d’entrée de jeu la semaine dernière au Masters 1000 de Rome face à David Goffin. « Cette défaite (ndlr: 4-6 6-0 6-2) ne remet rien en cause, assure le no 27 mondial. Elle découle simplement de plusieurs choses que j’ai mal gérées au que cela concerne le tennis, le physique ou le mental. C’est la forme du jour qui a décidé de l’issue du match, il y a des jours comme ça. »

Wawrinka aborde ainsi avec sérénité le tournoi de Genève, où il s’est imposé en 2016 et 2017, tremplin qui doit le conduire à Roland-Garros la semaine prochaine. « Je suis content de mon début d’année. J’ai réintégré le top 30, ce qui prouve que je suis sur le bon chemin, je joue bien, je m’entraîne bien, j’espère pouvoir disputer plusieurs matches ici. »

Le Vaudois en jouera un au minimum, mercredi, face à l’Espagnol Feliciano Lopez ou au Bosnien Damir Dzumhur. Deux profils très différents. « Ce sont même des opposés », glisse un Wawrinka pour qui il donc impossible de déjà se projeter.

Source: ATS

Continuer la lecture