Rejoignez-nous

Sport

Football : pas d’exploit pour la Nati à Lisbonne

Publié

,

le

Battus 2-0 au Parc St-Jacques il y a plus d’un an, les Portugais ont répondu aux Helvètes sur le même score mardi soir à Lisbonne. La Suisse devra donc disputer les barrages pour la Coupe du Monde 2018.

Si les deux équipes affichent un équilibre dans la confrontation directe, la Nati a marqué moins de buts tout au long de la campagne et elle termine donc deuxième de son groupe. La déception était de mise hier soir dans le camp helvétique, mais le sélectionneur de la Nati, lui, trouvait le résultat logique :

Vladimir Petkovic Sélectionneur de l'équipe de Suisse

Les joueurs helvétiques ont pourtant affiché une belle maîtrise pendant plus de 30 minutes, sans être trop inquiétés, mais sans se créer de réelles chances. Toutefois à la 41ème minute, l’ouverture du score contre son camp de Johan Djourou a plongé la Suisse dans le doute… et elle ne s’est plus relevée.
Le malheureux défenseur tente d’expliquer ce qui s’est passé lors de cette action.

Johan Djourou Défenseur, équipe de Suisse

Johan Djourou était au micro de notre spécial avec la Nati, Hugo Da Custodia, de Radio Chablais.
Déçus de leur prestation d’hier soir, les joueurs de l’équipe de Suisse auront l’occasion de se racheter très rapidement. Dans un mois l’équipe helvétique aura le droit de disputer les barrages d’accès à la Coupe du Monde. Les adversaires potentiels de la Suisse sont déjà connus. La Nati pourrait défier dans un mois l’Irlande du Nord, l’Irlande, la Grèce ou la Suède. Elle sera fixée la semaine prochaine.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ski cross

Fanny Smith sur le podium à Nakiska

Publié

le

Fanny Smith (au premier plan) a dominé ses deux premières courses avant de devoir s'avouer vaincue en finale (archive) (©KEYSTONE/GE)

En tête de haut en bas dans son quart de finale et sa demi-finale, Fanny Smith a fauté dès les premiers mètres de la finale de l’épreuve Coupe du monde de Nakiska.

Au Canada, la Vaudoise a quand même terminé sur le podium, derrière la Suédois Sandra Naeslund et la Canadienne Brittany Phelan.

Smith semblait avoir tout en main pour décrocher son 22e succès en Coupe du monde, tant elle avait maîtrisé son sujet jusqu’à la finale. Las pour elle, son mauvais départ s’est avéré rédhibitoire. Au troisième rang après le premier intermédiaire, elle n’a jamais pu remonter ses adversaires.

Moins de réussite pour les skieurs masculins, Ryan Regez et Marc Bischofberger ayant terminé aux deux dernières places de la demi-finale dans laquelle ils figuraient tous deux. Regez a terminé au sixième rang final et Bischofberger au huitième. La victoire est revenue au Canadien Reece Howden.

Continuer la lecture

Volleyball

Genève Volley voit les play-offs s’éloigner

Publié

le

Shannon Berger (à gauche). Johanna Remy (n°5) et Ewine Guscetti (à droite) ont sans doute perdu plus qu'un match samedi dans leur salle.

Battues dans leur salle par Cheseaux (0-3), les volleyeuses de Châtelaine risquent fort de devoir lutter contre la relégation en LNB.

S’il y avait une rencontre à gagner c’était bien celle-là. Remporter les trois points, ou moins deux, était une nécessité pour espérer encore accrocher une huitième place synonyme de participation aux play-offs. Mais une première manche ratée (15-25) a d’emblée rendu la tâche de Genève Volley difficile. Une grosse déception pour les joueuses de la formation genevoise.

Ewine Guscetti Passeuse de Genève Volley

 

Au contraire du premier set, l’écart a été nettement moindre lors des deux suivants perdus 23-25, puis 21-25. D’où les regrets de Fabia Gnädinger, adjointe de Ludovic Gruel.

Fabia Gnädinger Assistante-coach de Genève Volley

 

Reste à savoir ce qui fait pencher la balance en défaveur des pensionnaires de la Salle Henri Dunant.

Ewine Guscetti Passeuse de Genève Volley

 

 

Continuer la lecture

Basketball

Genève Elite a fait plaisir à son public

Publié

le

Michaela Borg (n° 12), Asia Logan (topscoreuse), Anissa-Célia Toumi (au centre) et Emma Chardon (à droite) ont été à la hauteur de l’événement face aux leaders.

Les basketteuses de Plan-les-Ouates ont remporté une victoire encourageante face à Winterthour (84-70) samedi devant une assistance ravie.

Une rencontre menée tambour battant, un esprit de groupe sans faille et une adresse retrouvée voilà les ingrédients qui ont permis aux joueuses de Romain Petit de s’imposer face aux premières de classe après-midi à l’Ecole Le Sapay. Avec vingt points et onze passes décisives, la Lyonnaise Clémentine Morateur. arrivée en début de saison, a été l’une des joueuses les plus en vue. Elle n’a pas caché sa satisfaction après la partie.

Clémentine Morateur Meneuse de Genève Elite

 

Les Zurichoises faisaient pourtant figure d’épouvantail après leur victoire (75-54) face aux championnes de Suisse en titre (Elfic Fribourg) qui a réussi le triplé la saison dernière. La victoire remportée samedi n’en a que plus de saveur.

Anissa-Celia Toumi Pivot de Genève Elite

Continuer la lecture

Sport

Open d’Australie: Belinda Bencic confiante

Publié

le

Belinda Bencic prête pour sa septième campagne à Melbourne. (©KEYSTONE/AP/ALEXANDER ZEMLIANICHENKO)

C’est une Belinda Bencic résolument optimiste qui entamera ce mardi sa septième campagne déjà à Melbourne. « Ma préparation fut bonne. Je serai prête pour mon premier tour », assure-t-elle.

Elle sera opposée à la Slovaque Anna Karolina Schmiedlova (ATP 202) qui revient de blessure et contre laquelle elle reste sur une défaite l’an dernier à Hobart. « Je la connais très bien. Nous nous entraînons parfois ensemble. C’est une joueuse très bonne en défense », souligne la Saint-Galloise qui devra bien rebondir après sa défaite sans appel 6-3 6-1 concédée jeudi devant l’Américaine Danielle Collins et qui l’a privée d’un beau défi face à la no 1 mondiale Ashleigh Barty. « J’aurai bien voulu gagner ce match bien sûr, glisse-t-elle. Mais cette défaite n’a rien de tragique. J’ai toujours besoin de quelques matches en début d’année pour monter en puissance. »

Arrivée vendredi à Melbourne, elle n’a pas vécu ce « mardi noir » avec cette pollution de l’air qui a contrarié le déroulement du premier tour des qualifications. « A mon avis, on n’aurait pas dû faire débuter ces rencontres, lâche-t-elle. Le risque était grand non seulement pour les joueuses mais aussi pour les ramasseurs de balles. » Si cette situation devait se reproduire durant la quinzaine, Belinda Bencic préférera ne pas jouer. « Si on me laisse le choix toutefois… » Là est bien toute la question.

« Gagner en constance et être plus calme »

Belinda Bencic ne se fixe pas d’objectifs clairement définis pour 2020. « Je regarde match après match. J’ai toujours fonctionné de cette manière, glisse-t-il. J’espère à la fois gagner en constance et être plus calme sur le court. Au final, je veux bien sûr conserver ma place dans le top-ten. » Et pourquoi pas briller aussi en Fed Cup. Elle a confirmé sa présence au barrage de Bienne au lendemain de l’Open d’Australie qui opposera la Suisse au Canada. Si elle s’impose, la formation de Heinz Günthardt disputera la phase finale au printemps à Budapest.

Demi-finaliste de l’US Open et du Masters en 2019, Belinda Bencic affirme que le regard que les autres joueuses portent sur elle n’a pas changé depuis qu’elle joue dans la cour des grandes. « Je ne vois pas vraiment de différences, dit-elle. Et le fait d’être tête de série no 6 ne modifie non plus pas la donne. Il vous reste toujours sept matches à gagner pour remporter le titre. »

On le sait, Belinda Bencic participe à sa manière à l’aide apportée aux victimes des incendies qui ravagent l’Australie. Elle a décidé de verser 200 dollars pour chaque double faute commise. En trois matches à Brisbane, elle a contribué à l’effort consenti par toute la famille du tennis à hauteur de 2000 dollars. « J’ai le sentiment d’être dans les clous, s’amuse-t-elle. Mais je vais peut-être intégrer les aces pour augmenter la somme. » Cela ferait 2400 dollars de plus.

Continuer la lecture

Actualité

Melbourne: Roger Federer sur ses gardes

Publié

le

Roger Federer devant la presse samedi à Melbourne. (©KEYSTONE/AP/MDB)

Roger Federer aborde son 21e Open d’Australie un brin contrarié. Après avoir été pris à témoin dans la problématique du réchauffement climatique, il estime que le tirage au sort ne l’a pas gâté.

« Je débarque à Melbourne sans un seul match dans les jambes. L’idéal dans cette situation est de ne pas affronter au premier tour un adversaire parfaitement « lancé », dit-il. Ce n’est malheureusement pas mon cas avec Steve Johnson ! » Victorieux samedi du Challenger de Bendigo à 150 km au nord de Melbourne, l’Américain foulera la Rod Laver Arena avec l’idée que l’exploit est possible.

« Je le connais très bien pour l’avoir affronté deux fois et, surtout, pour m’être entraîné longtemps avec lui lors d’un Masters 1000 à Cincinnati, explique-t-il. Je sais qu’il a réussi l’une des plus belles carrières universitaires de l’histoire avant de passer professionnel. Il prend la balle très tôt en coup droit, il slice son revers, sa première balle est bonne et sa seconde solide. »

Déjà confronté par le passé à ce manque de repères au moment de frapper les trois coups à Melbourne, le Bâlois affirme avoir fait ce qu’il fallait pour se donner toutes les chances de bien négocier ce premier tour. « Je me suis bien entraîné. J’ai tout donné sur le court pour évoluer avec l’intensité voulue, dit-il. Mais un entraînement n’est pas un match. »

« Je ne lâcherai rien »

Il n’y a aucun danger pour que Roger Federer sous-estime Steve Johnson. Au cours de sa carrière, il n’a jamais péché par suffisance. Cette vertu est l’une des raisons qui expliquent sa formidable longévité. 2020 qui sera l’année de ses 39 ans ne sera pas, à l’entendre, l’année de trop. « La nouvelle génération était déjà prête à prendre la relève en 2019. Elle le sera encore davantage en 2020. Mais le « problème », c’est que Nadal est en bonne santé, que Djokovic est en forme et que je suis toujours là. Et pour gagner un titre du Grand Chelem, il faudra peut-être nous battre tous les trois, c’est-à-dire trouver la solution face à trois jeux bien différents ». Avec les propos qu’il tient, Roger Federer donne pratiquement raison à Stan Wawrinka qui parie que les titres du Grand Chelem seront toujours cette année la chasse gardée du « Big Three ». « Je ne sais pas. Peut-être. Le poids des ans commence à compter. Nous devenons les trois de plus en plus âgés, poursuit Roger Federer. Mais pour ma part, je ne lâcherai rien.

Roger Federer a relevé par ailleurs que les organisateurs avaient clarifié leur position quant à la possibilité de retarder des matches si l’air de Melbourne est trop pollué comme ce fut le cas mardi pour le premier tour des qualifications. On ne jouera pas si l’indice de la qualité de l’air (IQA) s’élève à 200. « Par comparaison, la norme pour les Jeux de Tokyo sera de 300, précise Roger Federer. Tout est clair désormais. Je n’ai pas le sentiment que je vais jouer avec ma santé cette prochaine quinzaine dans la mesure où les prévisions météorologiques sont favorables pour les prochains jours » Le Bâlois remarque toutefois que Tennis Australia a trop tardé pour apporter les éclaircissements demandés. « Bien communiquer est la clé de la réussite », souligne-t-il pour conclure.

Source: ATS

Continuer la lecture