Rejoignez-nous

Sport

Cérémonie de clôture: les Jeux sont faits

Publié

,

le

Thomas Bach a clôturé dimanche les JO 2018 d’hiver de Pyeongchang, des « Jeux de nouveaux horizons », a-t-il estimé.

Les autorités sud-coréennes ont transmis le témoin à leurs homologues chinois, qui organiseront les prochains JO, en 2022 à Pékin.

« La technologie numérique a permis à davantage de monde dans un plus grand nombre de pays de voir les sports d’hiver par de multiples modes. Par conséquent, je peux vraiment dire: les Jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang 2018 sont les Jeux de nouveaux horizons », a lancé le président du CIO avant de déclarer « clos » les JO, selon la tradition.

(Source ATS)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Football

Super League : quatre buts pour consolider le quatrième rang

Publié

le

Boris Cespedes, à droite, freine l'action de Mimoun Mahia. Les Servettiens ont retrouvé toute leur efficacité dans le dernier quart du match (©KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi).

Net vainqueur du FC Zurich (4-1) dimanche, Servette n’est plus qu’à trois points du troisième rang occupé par le FC Bâle grâce à l’efficacité de ses attaquants. Titularisé en pointe, Kyei a ouvert le score en première mi-temps avant que Kone, entré en seconde période, ne fasse trembler les filets adverses à trois reprises.

Est-ce un dimanche à marquer d’une pierre blanche ? En tous cas, les Servettiens ont gagné face au FC Zurich en soignant la manière. Ils ont battu pour la deuxième consécutive en trois matches un adversaire direct pour les places européennes. Se créant de nombreuses occasions de but. ils ont eu le mérite de remettre sans cesse l’ouvrage sur le métier pour remporter une victoire nette. Ce faisant, ils ont également fait plaisir aux 7052 spectateurs présents à la Praille.

Alain Geiger : des choix tactiques judicieux

Pour forger ce succès si important au regard du classement, chacun des joueurs composant le compartiment offensif a apporté sa pierre à l’édifice. Titularisé en lieu et place de Koro Kone, Grejohn Kyei a été le seul à faire trembler les filets lors des quarante-cinq premières minutes. Entré en jeu pour l’attaquant franco-ghanéen pour la dernière demi-heure, le buteur ivoirien a trouvé le chemin des filets dans les instants qui ont suivi. Il a ensuite récidive à deux reprises pour doubler le total de buts inscrits dans ce championnat. Pas mal pour un remplaçant en panne de confiance !

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Autre élément déterminant, Miroslav Stevanovic s’est l’auteur de trois assists. Décalé à gauche lors de cette vingt-deuxième journée, Timothé Cognat a adressé l’avant-dernière passe sur les deux premiers buts. Quant à Varol Tasar, il n’a cessé d’ouvrir des brèches dans une arrière-garde zurichoise qui est une des plus perméables du championnat.

Tout cela revient à dire que l’entraîneur « grenat » a une nouvelle fois fait des choix particulièrement judicieux. Pourtant, à en croire certains observateurs, ce n’était pas gagné d’avance. Mais semaine après semaine, le mentor valaisan de la Praille démontre sa capacité à mettre (ou remettre) ses joueurs sur les rails pour qu’ils puissent donner la pleine mesure de leur talent ; dimanche, il a trouvé la bonne formule pour remporter trois points très précieux.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Ludovic Magnin : « le match aurait pu se terminer sur un score de 12-8! »

Dans le camp des visiteurs, c’était évidemment la soupe à la grimace. Les joueurs de Ludovic Magnin ont longtemps caressé l’espoir d’obtenir un résultat positif. Mais, au contraire de Koro Kone, leur buteur-maison Blaz Kramer – lui aussi entré en jeu au milieu de la seconde mi-temps – a raté par deux fois le but de l’égalisation. Pour l’entraîneur vaudois, c’était le tournant du match.

Ludovic Magnin Entraîneur du FC Zurich

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Le Salon de l’auto de Genève maintenu

Publié

le

"Nous sommes prêts à tous les scénarios, même à annuler si l'Office fédéral de la santé publique nous l'ordonne", selon le directeur Olivier Rihs. (archives) (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L’épidémie de coronavirus ne fait pas peser de menace majeure sur le Salon de l’auto de Genève, du moins en l’état actuel.

« Pour le moment, nous suivons exactement ce que l’Office fédéral de la santé publique et les autorités sanitaires du canton nous disent de faire. (…) Il n’y aucune raison aujourd’hui d’annuler quoi que ce soit », a indiqué vendredi à AWP le directeur Olivier Rihs.

M. Rihs rappelle qu’il n’y a pas d’infection confirmée en Suisse. Le Geneva International Motor Show (Gims) va ainsi se montrer « vigilent comme il faut l’être lors de grands rassemblements ».

Les quatre exposants chinois et deux hongkongais annoncés ont confirmé leur présence. « Nous les accompagnons dans leurs démarches afin qu’ils soient accueillis de la meilleure manière possible. De leur côté, il font leur possible pour ne pas amener quoi que ce soit en Suisse », explique le directeur du Gims. Les constructeurs chinois Aiways, Changan et le hongkongais Apex Motors figurent notamment parmi les exposants provenant de la zone à risque.

« Les visiteurs qui proviennent de l’Asie ne représentent même pas 1% » du total », souligne le directeur, citant les statistiques de l’édition 2019. L’exposition du Gims à cette région est moindre, par rapport à son homologue de Barcelone, dont 25% de la fréquentation dépend de l’Asie. Le comité du Mobile World Congress a d’ailleurs décidé d’annuler l’édition 2019 dans la capitale catalane en raison du coronavirus, a-t-on appris cette semaine.

Paré à tous les scénarios

Il n’y a pas lieu de paniquer pour l’instant, assure Olivier Rihs. « Nous sommes prêts à tous les scénarios, même à annuler si l’Office fédéral de la santé publique nous l’ordonne. Mais cela impliquerait un cas de force majeure. » Un tel scénario mettrait la fondation organisatrice dans une situation délicate financièrement, car il n’existe aucune assurance pour ce genre de cas.

Le nombre de billets vendus et celui des journalistes inscrits sont supérieurs par rapport à l’édition 2019. Il n’y a pas de baisse constatée depuis l’éclatement de l’épidémie, selon M. Rihs.

Aux craintes liées au coronavirus, s’ajoute la défection de grandes marques comme Opel ou Ford, indépendamment de la crise sanitaire. Le directeur du salon demeure confiant. « Quand vous avez du contenu qui disparaît, c’est toujours préoccupant. D’un autre côté, les 17 marques qui ne seront pas là ne représentent que 25% du volume vendu en Suisse », relativise Olivier Rihs, qui affirme que de grands constructeurs – notamment allemands – seront au rendez-vous,

Le Salon de l’auto de Genève se tiendra du 5 au mars à Palexpo. Ce sera la première et la dernière édition sous la houlette d’Olivier Rihs, qui quittera le bateau afin d’assumer dès le 1er mai des fonctions dirigeantes au sein de TX Group (ex-Tamedia).

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Le Volley Masters disparaît

Publié

le

Une scène du match Thaïlande - Italie en mai 2019 (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

C’est fini pour le Volley Masters de Montreux. Le tournoi international, qui se déroulait depuis 1984, n’existera plus. L’Association du Montreux Volley Masters a voté sa dissolution vendredi soir.

Le tournoi 2020 avait préalablement déjà été annulé en décembre 2019 en raison de l’indisponibilité des meilleures nations de la planète, notamment asiatiques et sud-américaines, qui préparent les Jeux olympiques de Tokyo. Selon les organisateurs, les conditions sportives et financières, actuelles et dans un futur proche, ne permettent plus d’organiser le tournoi qui accueillait des équipes féminines de très haut niveau. Il n’y aura donc pas de 35e édition sur la Riviera vaudoise.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

L’équipe nationale s’alignera à nouveau sur le Tour de Romandie

Publié

le

Claudio Imhof et Simon Pellaud de l'équipe nationale suisse avaient animé la course sur le dernier Tour de Romandie. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L’équipe nationale suisse disputera à nouveau le Tour de Romandie cette année. La sélection de Swiss Cycling a reçu une invitation de la part des organisateurs comme en 2019.

Cette nouvelle participation s’inscrit dans le cadre des mesures de promotion du cyclisme suisse en vue des Mondiaux 2020 à Aigle-Martigny et 2024 à Zurich.

Du 28 avril au 3 mai prochain, une sélection nationale de sept athlètes sera engagée sur les routes de la boucle romande. En l’absence d’équipe helvétique aux deux plus hauts échelons du cyclisme mondial – Continental Pro et World Tour –, des cyclistes suisses pourront ainsi se familiariser avec le rythme du plus haut niveau.

L’année dernière, les coureurs de l’équipe nationale avaient animés la course. Simon Pellaud avait remporté le maillot du meilleur grimpeur et le Prix de la combativité. Suite à ses bonnes performances, le coureur valaisan a d’ailleurs signé un nouveau contrat avec une équipe professionnelle (Androni/ITA) pour la saison 2020, tout comme ses coéquipiers sur le Tour de Romandie et le Tour de Suisse Patrick Schelling et Fabian Lienhard.

Le maillot à croix blanche du Swiss Cycling Team avait également suscité un fort sentiment d’identification auprès du public suisse. « Nous avons pu constater que la participation d’une équipe nationale à une épreuve du World Tour avait été très positive, tant au niveau sportif que populaire. Nous sommes donc ravis de répéter l’expérience cette année », se réjouit le directeur Sport de Swiss Cycling Thomas Peter dans un communiqué de la Fédération. La sélection des coureurs suisses sera annoncée mi-avril.

Comme annoncé en fin d’année dernière, une équipe nationale sera également au départ du Tour de Suisse 2020 début juin.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

La patineuse blessée au JOJ critique le comité de Lausanne 2020

Publié

le

L'accident avait eu lieu dans la Vaudoise Arena à Malley, lors de la répétition d'un numéro pour la cérémonie des JOJ de Lausanne 2020 (archives). (©Keystone/GABRIEL MONNET)

L’artiste patineuse grièvement blessée lors d’une répétition de la cérémonie d’ouverture des JOJ 2020 de Lausanne va mieux. Pour la première fois, elle donne sa version des faits: « Non, je n’ai pas perdu l’équilibre, il y a eu un problème technique ».

Le 7 janvier dernier, la patineuse russe de 35 ans Olga Sevastianova, domiciliée en Allemagne où elle se trouve actuellement dans un hôpital, se blessait grièvement à la patinoire de Malley. Tractée au-dessus de la glace alors qu’elle répétait un numéro pour la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de la jeunesse (JOJ), elle était tombée de cinq mètres de haut.

La Russe avait été admise au CHUV dans un état grave, sa vie étant même en danger. Les circonstances du drame ne sont toujours pas établies. Une enquête est toujours en cours. Police et organisateurs avaient toutefois parlé d’une perte d’équilibre.

Dans une interview accordée samedi à 24 Heures, la Russe s’exprime pour la première fois sur les circonstances de l’accident et donne des nouvelles sur son état de santé. Elle critique au passage le comité de Lausanne 2020 et le Comité international olympique (CIO).

Foie, tête, côtes, main et oeil touchés

M. Sevastianova dit être désormais sauvée mais que la reconstruction s’annonce longue et éprouvante. « Beaucoup de choses ont évolué positivement, c’est sûr, mais par rapport à ce qui était mon état normal avant l’accident, il reste beaucoup à faire. D’ailleurs, personne ne peut garantir que je vais me rétablir à 100% », raconte-t-elle dans le quotidien vaudois.

« Mon foie a été très endommagé, c’était le plus gros danger pour ma vie et donc la partie qui a été opérée en premier. Le lendemain de l’accident, la pression sanguine dans ma boîte crânienne était très élevée et, pour mieux la contrôler, il a fallu enlever une partie de l’os. Il vient d’être replacé, il est maintenu par des agrafes. J’ai également passé quelques jours dans un coma artificiel. Finalement, j’ai eu quatre côtes cassées et les os d’une main complètement éclatés. Les chirurgiens ont mis 4h30 pour les reconstituer ».

« J’ai déjà réappris à marcher, à boire et à manger mais il reste du travail. Je vais peut-être devoir être réopérée de la main droite car elle n’a plus aucune sensibilité. Certains os de mon visage ont aussi été fracturés, des nerfs ont été endommagés et ça a touché mon œil droit. Il est légèrement désaxé. Donc je vois double. Si ça ne s’arrange pas, il faudra aussi une opération », détaille la victime.

« Aucun soutien » des JOJ et du CIO

L’acrobate nie catégoriquement la thèse de la perte d’équilibre. « Il y a une chose dont je suis absolument sûre, c’est que je n’ai pas perdu l’équilibre mais qu’il y a eu un problème technique. Je ne sais pas qui en est responsable mais l’enquête pénale en cours devra le dire. Je fais confiance à la justice », affirme-t-elle.

Elle dit aussi n’avoir aucun soutien du comité d’organisation des JOJ de Lausanne et du CIO. « Je n’ai aucun contact avec eux. Je suis soutenue par mes amis, par les inconnus qui ont fait des dons en ma faveur et par le personnel merveilleux du CHUV. Les gens qui m’ont fait venir à Lausanne ne me témoignent aucun soutien et cette absence de considération me pèse beaucoup », confie la patineuse.

La question de la prise en charge financière finale reste en suspens, selon elle. « Il y a beaucoup d’intervenants dans l’organisation des JOJ et, pour l’instant, ils se renvoient la balle ». Une amie patineuse a lancé une campagne de « crowfunding » sur les réseaux sociaux pour venir en aide à l’artiste patineuse.

Mme Sevastianov dit ne pas savoir si elle pourra repatiner un jour. « En tout cas, je ne pourrai plus jamais réaliser les numéros que j’exécutais avant, ils demandent trop d’aptitudes que je ne retrouverai pas ».

Source: ATS

Continuer la lecture