Rejoignez-nous

Sport

Basketball: fin de saison pénible pour Genève Elite

Publié

,

le

Dernière du classement, Genève Elite pourrait être reléguée en Ligue Nationale B la saison prochaine, mais l’équipe de Robert Margot ne connaît pas encore son avenir.

Voilà une saison à oublier! Huitième et dernière de Ligue Nationale A, Genève Elite qui a payé un lourd tribut aux blessures, pourrait subir les affres de la relégation, mais rien n’est encore sûr. On ne sait pas si la première formation de LNB aura la volonté de rejoindre l’élite helvétique, dont un élargissement n’est par ailleurs pas à exclure. Bilan de la saison qui s’achève avec Robert Margot (entraîneur principal) et Angelica Haas (arrière-shooteuse et ailière).

Robert Margot et Angelica Haas Entraîneur et joueuse de Genève Elite Basket Féminin

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Coupe du Monde : Lara Gut Behrami reine de Crans-Montana

Publié

le

Lara Gut-Behrami signe un retour tonitruant au premier plan (©KEYSTONE/AP/Alessandro Trovati)

Bis repetita pour Lara Gut Behrami. La Tessinoise a aligné un deuxième succès en deux jours à Crans-Montana en s’imposant devant Corinne Suter (0 »02) et l’Autrichienne Nina Ortlieb (0 »05).

Voilà ce qu’une Lara Gut-Behrami en confiance est capable de réaliser. Lauréate de la première descente la veille, la skieuse de Comano bien évidemment faisait partie des favorites samedi, mais le fait d’avoir le dossard 17 d’une course partant trente minutes plus tard que celle de vendredi ne la plaçait pas dans les meilleures conditions.

Seulement la Tessinoise fait partie de ces championnes hors normes. Faisant fi de cette contrainte, la championne a trouvé le moyen de passer ses skis juste devant ceux de Corinne Suter. Un bonus de deux centièmes qui représente 56 centimètres! Une véritable poussière après 87 secondes de course. On est bien loin des 80 centièmes de la veille.

En retard au dernier temps intermédiaire, Lara Gut Behrami a effectué une magnifique partie finale pour reprendre 28 centièmes à sa compatriote et la priver d’un troisième succès en Coupe du monde. De son côté, la Tessinoise aligne une 26e victoire en Coupe du monde et rejoint des grandes dames comme Tina Maze et Michaela Figini.

Derrière les deux locomotives, les autres Suissesses ont connu davantage de problèmes. Priska Nufer a pris le 14e rang, alors que Joana Hählen n’a pu faire mieux que 24e, juste devant Michelle Gisin, encore une fois décevante avec son 27e rang.

Continuer la lecture

ski alpin

Coupe du Monde: doublé des Suissesses en descente à Crans-Montana

Publié

le

Les Suissesses Corinne Suter -à gauche - et Lara Gut ont fêté un doublé lors de la première descente féminine de Crans Montana vendredi (©KEYSTONE/AP Photo/Gabriele Facciotti)

Exceptionnelle Lara Gut ! La Tessinoise a remporté la première des deux descentes de Crans-Montana en distançant ses rivales et en reléguant sa dauphine Corinne Suter à huit dixièmes de la plus haute marche du podium.

La réponse d’une grande championne, voilà ce que Lara Gut-Behrami a apporté à Crans-Montana. Parfaite de haut en bas, la Tessinoise a signé son 25e succès en Coupe du monde, le huitième en descente. La skieuse de Comano n’avait plus connu pareille fête depuis le super-G de Cortina le 21 janvier 2018.

Cette victoire flamboyante sur le Haut-Plateau a mis du temps à arriver. On se souvient que lorsque la Coupe du monde était revenue au Mont-Lachaux voilà six ans, la Tessinoise faisait partie des grandes favorites sur une piste difficile taillée pour elle. Mais, trop gourmande, elle était sortie alors qu’elle était en train de réaliser une magnifique course.

Le succès suisse est total avec la deuxième place de Corinne Suter. A noter que l’air du pays fait du bien aux Suissesses, puisque le dernier doublé chez les dames remontait au 9 décembre 2017 lors du super-G de Saint-Moritz avec la victoire de Jasmine Flury devant Michelle Gisin.

Longtemps en tête, Corinne Suter n’a pu que reconnaître la supériorité de sa compatriote. Mais la leader du classement de la descente réalise une très belle opération puisqu’elle reprend des points à ses poursuivantes les plus menaçantes, Ester Ledecka et Federica Brignone en tête. Si la Schwytzoise négocie habilement la descente de samedi, elle pourrait s’adjuger le globe avant même la dernière course de Cortina lors des finales.

Déception en revanche pour Michelle Gisin qui a chuté dans le passage du Trou du renard. L’Obwaldienne voulait retrouver le bon « flow » dans cette discipline, mais elle n’a pas su trouver la ligne idéale sur le saut le plus impressionnant du parcours.

Lara Gut : « Tout est redevenu simple »

Lara Gut Behrami est redevenue celle qui pouvait mettre une seconde à ses adversaires lors de la première descente de Crans-Montana. Mais elle n’a pas sombré dans l’euphorie.

– Lara, quelle démonstration!

– C’est clair que je suis contente parce que ce n’était pas simple de chercher le bon truc, de réfléchir et de voir que l’instinct ne vient pas. Quand on réfléchit trop, cela devient trop compliqué. Et aujourd’hui j’ai réussi à faire l’inverse. C’était l’instinct, et c’était fluide.

Lara Gut Gagnante de la première descente de Crans-Montana

 

– Est-ce que cela peut être un tournant dans la recherche de cette perfection?

– Oui, tout est redevenu simple. Parfois ça prend du temps, parfois même des années pour arriver à ça. Mais cela ne veut pas dire que je vais tout gagner avec deux secondes d’avance. Peut-être que je vais retrouver la fluidité pour être rapide dans toutes les situations et pour pouvoir me battre dans toutes les courses.

– Est-ce que vous étiez surprise de voir du vert et 0 »80 d’avance à l’arrivée?

– Non, j’étais contente. C’est facile de prendre deux secondes quand on skie mal. Mais dès que ça clique, que le ski est sur la taille et que l’on est actif, cela permet de faire des temps pareils. Ce matin, j’avais imaginé que pour gagner il faudrait couper la ligne en 1’27, et plutôt proche des 1’26. Quand j’ai vu mon temps et que c’était ça (réd: 1’27 »11), j’étais heureuse. C’était la satisfaction d’avoir pu skier comme je le voulais.

Lara Gut Gagnante de la première descente de Crans-Montana

 

– Est-ce que vous avez reçu beaucoup de messages?

– Non, seulement de la part de mes proches. Parce que peu de monde a mon numéro (elle sourit). J’ai reçu les messages des personnes importantes dans la vie.

– On vous sent presque sur la réserve…

– Je n’ai jamais été une athlète qui fêtait une victoire pendant trois jours en sautant partout comme une hystérique. Je n’ai jamais été la fille qui ne parlait pendant trois semaines après une course qui s’est mal passée. J’ai toujours essayé de canaliser ça. Il m’est même arrivé par le passé de ne pas fêter une victoire parce que j’étais déjà concentrée sur la course à venir. Je suis contente, mais j’ai toujours dit que c’était la manche qui me procurait le plus d’émotions. Je vais profiter de savourer ça avec ma famille et mon team parce que ça a pris pas mal d’énergie. Ca reste une victoire, cela ne change pas la vie. Il y a des choses plus importantes, et j’ai la chance d’avoir trouvé cet équilibre. J’adore skier, c’est ma passion, mais j’ai aussi la chance d’avoir une famille et des gens à la maison qui m’aiment même quand je ne gagne pas et qui ne sont pas là pour me critiquer.

– Parce que vous avez l’impression que les médias ne sont là que pour ça?

– Non. Je dis justement qu’il y a des choses plus importantes dans la vie. J’aime le ski, qui est une passion mais aussi un travail. Il faut réussir à passer du professionnel au privé. Sur le circuit de Coupe du monde, tu es plus souvent avec tes coéquipières qu’avec ta famille. On apprend aussi avec elles, entre femmes. Tu te rends simplement compte que l’essentiel c’est ta famille. Et ce n’est une attaque contre personne.

 

 

 

Source : Keystone/ats/bb

Interview : Justin Grept

Continuer la lecture

Hockey sur glace

Le Québécois Jordan Caron aligné dès ce soir par le GSHC

Publié

le

Septième étranger mis sous contrat cette saison par le GSHC, Jordan Caron sera également le septième étranger a griffé la glace avec le maillot grenat cette saison, selon le site internet du GSHC. Arrivé cette semaine à Genève, le Québécois a reçu son permis de travail ce vendredi et sera aligné pour le match du jour face à Zoug. 

Jordan Caron découvrira ainsi une 3e ligue européenne différente après avoir patiné en Allemagne et en Russie. Il portera le numéro 67. Aucun étranger ne sera mis de côté pour laisser sa place puisque Eric Fehr est touché au bas du corps et sera absent 1 à 2 semaines. De même que Tommy Wingels, absent pour les 4 prochaines semaines suite à une blessure contractée à l’entraînement.

>> A lire aussi: Jordan Caron rejoint le GSHC

Retour de John Fritsche, Wingels absent

Absent depuis le 17 septembre, l’attaquant John Fritsche fera également son retour dans l’alignement. Guillaume Maillard et Robert Mayer eux sont absents et leur blessure est évaluée au jour le jour, précise le club sur son site internet.

Les matchs du week-end du GSHC (GSHC – Zoug vendredi puis Ambri – GSHC samedi) sont évidemment à suivre sur Radio Lac, prise d’antenne à 19h30.

 

Continuer la lecture

Course à pied

Semi-marathon: pas de nouveau record d’Europe pour Julien Wanders

Publié

le

[KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT]

Julien Wanders n’a pas battu son propre record d’Europe du semi-marathon à Ras Al Khaimah. Le Genevois est resté loin du compte aux Emirats avec un chrono de 1h00’46 ».

L’an dernier, Julien Wanders avait signé un temps de 59’13 » pour battre le record d’Europe. Vendredi, ce chrono de 1h00’46 » lui a toutefois permis de prendre la 11e place avec la consolation d’être le coureur européen le mieux classé d’une course particulièrement relevée.

Julien Wanders est passé en tête au 10e km. Mais au 15e, il n’a pas pu répondre aux attaques de ses rivaux. La victoire est revenue au Kényan Kibiwott Kandie en 58’58 ».

Par ailleurs, Ababel Yeshaneh Brihane a fait coup double chez les dames. L’Ethiopienne s’est imposée en 1h04’31 », nouveau record du monde à la clé.

Continuer la lecture

Football

Europa League : le FC Bâle prend une option sur la qualification

Publié

le

Nicholas Ioannou, à droite, fait preuve d'un engagement jeudi soir. En vain, Silvan Widmer et les Bâlois ont pris une sérieuse option sur la qualification pour les huitièmes de finale face à Apoel Nicosie (©Keystone/EPA/KATIA CHRISTODOULOU)

Le FC Bâle a pris une sérieuse option sur la qualification pour les huitièmes de finale en gagnant sur le terrain d’APOEL Nicosie (3-0).

Marcel Koller respire mieux. Le coach des derniers vainqueurs de la Coupe de Suisse a obtenu un premier sursis à la faveur du net succès (3-0) remporté à Chypre face à APOEL Nicosie en match aller des seizièmes de finale de l’Europa League.

A Nicosie où ils avaient bu la tasse en août 2018 face à l’Apollon Limassol en barrage de cette même Europa League, les Rhénans ont signé un succès amplement mérité. Ils ne s’attendaient sans doute pas rencontrer un adversaire aussi faible. Troisième de son championnat, APOEL a basculé dans la crise depuis des semaines et on a compris, à la vue de ce match, pourquoi la durée de vie d’entraîneur dans ce club peut être si brève.

Un but d’anthologie

Les Chypriotes ont, en effet, été incapables de la moindre réaction après l’ouverture du score de Raoul Petretta juste après le quart d’heure. Posté en ligne médiane, le gaucher italien a surgi sur une ouverture magnifique d’Eray Cömert pour ne laisser aucune chance au gardien slovène Vid Belec. Le FC Bâle s’est encore procuré deux belles occasions avant la pause par Silvan Widmer et par Arthur Cabral. Mais huit minutes après la reprise, Valentin Stocker a marqué le but de la sécurité. Le capitaine a doublé la mise à la conclusion du plus beau mouvement de la rencontre initié par Samuele Campo, lequel a rappelé sur cette action quel joueur magnifique il peut être. Au milieu de la seconde mi-temps, Cabral a enfoncé le clou avec une frappe imparable armée à l’orée de la surface de réparation.

Bua, Zhegrova, Zuffi et van Wolfswinkel absents

Le FC Bâle a, ainsi, assuré à 99,9 % sa qualification pour les huitièmes de finale. On voit mal comment APOEL pourrait renverser la situation jeudi prochain au Parc Saint-Jacques. Même s’ils abordaient cette confrontation dans la peau du favori, les Bâlois n’imaginaient pas forcer la décision aussi aisément en l’absence de Kevin Bua, d’Edon Zhegrova, de Luca Zuffi et de Ricky Van Wolfswinkel.

Pas le droit à l’erreur contre Servette

Le plus dur reste toutefois à faire pour Marcel Koller. Ce dimanche, l’entraîneur n’aura pas le droit à l’erreur lors de la venue du Servette FC. On le sait, les Genevois peuvent revenir à la hauteur du FCB en cas de succès. Et la belle parenthèse de Nicosie ne doit pas faire oublier une réalité qui explique pourquoi Marcel Koller est si contesté: le FC Bâle a tout simplement perdu quatre de ses cinq derniers matches de championnat.

Continuer la lecture