Rejoignez-nous

Politique

Urbanisme et mobilité seront coordonnés aux Cherpines

Publié

,

le

Le grand projet des Cherpines devrait accueillir ses premiers habitants en 2021.

Ce sont au total 4000 logements qui seront construits, soit 900 de plus que prévu. 2500 emplois devraient être crées sur 58 hectares répartis sur Confignon et Plan-Les-Ouates. Ce lundi matin, le Canton de Genève et ces deux communes ont signé une convention de coordination entre urbanisme et mobilité. En clair, à chaque étape du projet, une certaine offre de transport doit être respectée.

Mais que faire en cas de retard sur des infrastructures de transport par exemple ?

La réponse d’Antonio Hodgers, conseiller d’Etat en charge de l’aménagement, du logement et de l’énergie :

 

Antonio Hodgers Conseiller d’Etat en charge de l’aménagement, du logement et de l’énergie

 

La première mesure qui devra être respectée par exemple, c’est l’extension du tram 15 pour l’arrivée des premiers habitants en 2021. Les explications de Sylvie Jay, conseillère administrative de Confignon :

 

 

Sylvie Jay Conseillère administrative de Confignon

 

Les communes et le canton souhaiteraient également que le futur Léman Express puisse desservir Les Cherpines.

Enfin, sachez qu’une séance d’information publique sur le projet est programmée à ce mercredi à 18h à l’Ecole de commerce Aimée-Stitelmann à Plan-les-Ouates.

 

Photo: « Préfiguration du parc des Charrotons », © Archigraphie

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Luc Barthassat rejoint le MCG

Publié

le

Luc Barthassat rejoint le MCG et se présente au Conseil administratif de la Ville de Genève. Il l’a confirmé, à Radio Lac, ce mercredi, à 7h20.

Luc Barthassat ne sera pas resté longtemps sans parti. Il nous a confirmé, ce mercredi, rallier le Mouvement des Citoyens Genevois et se présenter au Conseil administratif de la Ville de Genève, comme l’annonçait le GHI. L’ancien conseiller d’Etat forme un ticket avec le conseiller municipal, Daniel Sormani, avec un programme centré sur les transports,  l’environnement et la lutte contre la pollution.

Les raisons de son ralliement au MCG.

Luc Barthassat Ancien conseiller d'Etat

Un choix qui peut surprendre, mais qui est tout sauf de l’opportunisme, assure le conseiller d’Etat.

Luc Barthassat Ancien conseiller d'Etat

Pas d’opportunisme, ni d’ambition personnelle ?

Luc Barthassat Ancien conseiller d'Etat

Luc Barthassat avait quitté le PDC, il y a moins d’un mois, le jugeant trop à gauche. Il n’est pas le premier élu démocrate chrétien à rejoindre le MCG : Mauro Poggia avait lui, aussi, fait ce choix, en 2009 ; un choix gagnant pour Mauro Poggia, qui a, depuis, été élu au Conseil d’Etat. 

Le ticket Luc Barthassat / Daniel Sormani doit encore être validé par l’assemblée des délégués du MCG, lundi prochain.

 

Continuer la lecture

Actualité

Isabelle Moret et Hans Stöckli présidents

Publié

le

Félicitée par Maya Graf (Verts/BL), la nouvelle présidente du Conseil national Isabelle Moret (PLR/VD) - à gauche - a été la mieux élue de tous les temps, dépassant le record établi en 2011 par Hansjörg Walter. (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Les Chambres fédérales seront présidées par une femme et par un homme durant les douze mois à venir. Isabelle Moret (PLR/VD), 48 ans, est devenue lundi la première citoyenne de Suisse. Au Conseil des Etats, la tâche reviendra à Hans Stöckli (PS/BE), 67 ans.

Marquant le coup d’envoi de la 51e législature, Isabelle Moret a été élue par 193 voix sur 198 bulletins valables, le meilleur résultat de tous les temps. Le record était détenu jusqu’ici par Hansjörg Walter (UDC/TG) en 2011 et ses 185 voix. La libérale-vaudoise succède à la socialiste tessinoise Marina Carobbio qui avait obtenu un score moyen de 154 voix l’an dernier.

Isabelle Moret, avocate de formation, se qualifie de « libérale progressiste » et est une politicienne aguerrie. Elle siège au Conseil national depuis 2006 et a été vice-présidente du PLR suisse durant huit ans.

La Vaudoise sera secondée par l’UDC Bernois Andreas Aebi, premier vice-président, et la verte Irène Kälin (AG), deuxième vice-présidente. Ils ont été élus par 178 voix sur 191 bulletins valables, respectivement 112 voix sur 169 bulletins valables.

« Charnière »

Dans son discours, la nouvelle présidente a annoncé une législature « charnière », grâce notamment à la présence de nombreuses femmes sous la coupole fédérale. Le Parlement doit « empoigner ces thématiques fortes sur lesquelles les Suisses attendent de nous des réponses claires et rapides »: l’égalité salariale, les retraites, une planète plus durable et la santé, a-t-elle souligné.

Avant la nouvelle présidente, la doyenne de fonction Maya Graf (Verts/BL) et le plus jeune élu Andri Silberschmidt (PLR/ZH) ont donné le coup d’envoi à une « nouvelle ère ». Cette législature « historique » voit siéger le Parlement le plus « féminin, jeune et écologiste » de notre histoire, a lancé la Verte. Le Zurichois a tenu à rendre hommage aux « anciens » alors que le Parlement rajeunit. Un changement qui ne restera pas sans effet, selon lui.

Plurilinguisme à l’honneur

Au Conseil des Etats, Hans Stöckli a été élu 39 voix sur 41 bulletins valables. L’ancien maire de Bienne succède à Jean-René Fournier (PDC/VS) alors que la fonction aurait dû revenir cette année à Géraldine Savary (PS/VD), qui a renoncé à se représenter aux élections fédérales.

Hans Stöckli qui entame sa troisième législature dans cette Chambre veut représenter la force bilingue sous la Coupole fédérale. Il est le 15e Bernois à présider le Conseil. Il sera assisté d’Alex Kuprecht (UDC/SZ), premier vice-président et de Thomas Hefti (PLR/GL), deuxième vice-président.

Le Biennois a offert un vibrant plaidoyer pour le plurilinguisme en Suisse. « Le multilinguisme est la clé de l’intégration sociale, économique et politique. Et il reste encore beaucoup à faire », a lancé le président, qui s’est exprimé dans les quatre langues nationales.

La thématique formera, avec la formation à la politique et le renforcement de l’identité du Conseil des Etats, les trois points cardinaux de son mandat de président, a-t-il affirmé.

Assermentation

Auparavant, les 200 membres du Conseil national ont prononcé les traditionnels « je le jure » ou « je le promets » dans leur langue respective en présence du Conseil fédéral. Soixante-sept nouveaux députés ont fait leur entrée. Florence Brenzikhofer, qui succédera à Maya Graf élu au Conseil des Etats, ne devrait prêter serment que mercredi.

Au Conseil des Etats, ils étaient 19 nouveaux à prêter serment, dont neuf Romands. Trois autres devront attendre avant de faire leur assermentation: outre Maya Graf, il s’agit de Matthias Michel (PLR/ZG) et Othmar Reichmuth (PDC/S/). Leur élection est encore sujette à recours et n’a pas encore été validée par leur canton. Quant à Maya Graf, elle siège d’ici là encore au Conseil national.

Source: ATS

Continuer la lecture

Environnement

1174 signatures pour sauver les arbres en ville de Genève

Publié

le

Une pétition veut interdire la coupe d’arbres en Ville de Genève. Lancée par les verts et le Parti du travail, elle a récolté 1174 signatures et elle a été déposée ce lundi au Conseil municipal. Le texte réclame un moratoire. Dans l’intervalle seuls les arbres malades ou dangereux pourraient être abattus et les coupes devraient faire l’objet d’une information à la population en bonne et due forme. L’information fait particulièrement défaut sur les chiffres, selon Delphine Wuest, cheffe de groupe des verts au Conseil municipal de la Ville de Genève.

Delphine Wuest Cheffe du groupe des verts au Conseil municipal

La pétition réclame également que trois arbres soient replantés pour un arbre coupé. Selon l’âge de l’arbre, il faudra davantage d’individus pour remplacer l’effet climatiseur de ce dernier. Et les plantages ne sont pas toujours convaincants, selon Delphine Wuest.

Delphine Wuest Cheffe du groupe des verts au Conseil municipal

Ce mardi soir les verts devraient amener une surprise à la séance du Conseil municipal. Une motion du PS, des verts, du MCG et du Parti du travail concernant les arbres est actuellement en commission.

Continuer la lecture

Actualité

100’000 enfants touchés par la pauvreté

Publié

le

"Il est intolérable que le développement des enfants pâtisse de l'insuffisance des revenus de leurs parents ni que ces enfants soient sanctionnés à cause de la situation familiale dans laquelle ils grandissent", s'est pour sa part alarmé Hugo Fasel, (©Keystone/DOMINIC FAVRE)

Caritas tire la sonnette d’alarme sur la pauvreté des enfants en Suisse. Plus de 100’000 enfants sont touchés et les chiffres ne cessent d’augmenter ces dernières années, selon l’oeuvre d’entraide. Elle interpelle le Conseil fédéral et le Parlement.

« La Confédération ne manifeste aucune volonté d’agir. Le Conseil fédéral abandonne la lutte contre la pauvreté aux cantons, ce qui engendre une inégalité des chances », a dénoncé lundi à Berne Caritas. Ses responsables demandent instamment au nouveau Parlement de « prendre les choses en main et de créer le cadre juridique d’une lutte nationale contre la pauvreté des enfants ».

La Suisse compte quelque 1,7 million d’enfants, dont 103’000 qui sont touchés par la pauvreté. « Autrement dit, dans chaque classe d’école, il y a en moyenne un enfant pauvre, et si on compte les enfants vivant dans la précarité juste au-dessus du seuil de pauvreté, ils sont même trois par classe », a expliqué Marianne Hochuli, responsable du secteur Etudes de l’ONG.

Un tiers des personnes recourant à l’aide sociale sont des enfants et adolescents. Les enfants représentent le groupe d’âge le plus important des ayants droit à l’aide sociale. « Il est intolérable que le développement des enfants pâtisse de l’insuffisance des revenus de leurs parents ni que ces enfants soient sanctionnés à cause de la situation familiale dans laquelle ils grandissent », s’est pour sa part alarmé Hugo Fasel, directeur de Caritas Suisse.

Vaud à la pointe

« Il existe des mesures efficaces pour lutter contre la pauvreté des enfants. Quatre cantons en fournissent la preuve. Genève, Vaud, Soleure et le Tessin ont introduit les prestations complémentaires pour familles, engendrant un net recul du nombre de familles qui doivent faire appel à l’aide sociale », explique l’œuvre d’entraide.

Toutes les évaluations montrent que l’instrument est « efficace et que les taux de pauvreté ont notablement baissé dans ces cantons ». Le modèle du canton de Vaud est particulièrement efficace. Les prestations complémentaires pour familles y sont versées jusqu’à l’adolescence. De plus, le canton prend à sa charge la plus grande partie des coûts de garde des enfants et rembourse les coûts de la santé, poursuit Caritas.

Le fait qu’en dépit de ces expériences positives, il n’existe pas d’instrument comparable dans les 22 autres cantons montre clairement que la politique fédérale doit maintenant intervenir, insiste Caritas. L’ONG affirme s’engager pour que la Confédération mette en place une loi-cadre qui inscrit dans la législation l’instrument des prestations complémentaires pour familles et l’introduise partout en Suisse.

« La Confédération doit fixer des règles minimales pour sa structure et définir son cofinancement des prestations. Les prestations complémentaires pour familles favorisent la responsabilité personnelle, incitent à travailler et sont administrativement moins lourdes que l’aide sociale », soulignent les responsables de l’oeuvre d’entraide.

Nombreuses causes à la pauvreté des enfants

Il y a de nombreuses raisons à la pauvreté des enfants en Suisse. Un enfant coûte entre 7000 et 14’000 francs par an, un coût particulièrement lourd pour les parents à faibles revenus, relève Caritas. Environ 70% des enfants touchés par la pauvreté en Suisse grandissent dans des familles de « working poor ».

Il y a par ailleurs des lacunes en matière d’harmonisation entre vie professionnelle et vie familiale, ce qui pose de gros problèmes notamment aux familles occupant des emplois dans des conditions précaires. Le divorce représente un risque et les enfants de familles monoparentales sont en moyenne plus souvent touchés par la pauvreté que les autres.

Caritas rappelle aussi que la Suisse se situe au-dessous de la moyenne européenne en ce qui concerne les investissements en faveur de l’enfance et de la famille.

Source : Keystone-ATS

Continuer la lecture

Actualité

Hong Kong « toujours en colère »

Publié

le

Un manifestant surveille la foule alors que des policiers bloquent une rue de Hong Kong dimanche. (©KEYSTONE/AP/NG HAN GUAN)

La police a tiré gaz lacrymogène et gaz poivre dimanche à Hong Kong. Des dizaines de milliers de manifestants pro-démocratie sont retournés dans les rues une semaine après leur victoire dans les urnes.

Les militants pro-démocratie renouent ainsi, après une brève trêve, avec les manifestations massives qui mobilisent depuis six mois les habitants de l’ex-colonie britannique, inquiets d’une mainmise croissante de la Chine érodant leurs droits et libertés.

Cette journée de mobilisation avait valeur de test pour les autorités et les manifestants, après des élections locales marquées par une écrasante victoire du camp pro-démocratie auquel Pékin et l’exécutif local refusent toute nouvelle concession.

Retour des confrontations

Mais elle a vu aussi le retour de confrontations violentes entre certains manifestants et des policiers, qui ont tiré des gaz lacrymogènes sur la foule comprenant y compris des enfants.

Les Hongkongais qui prenaient part à l’un des trois rassemblements autorisés dimanche par les autorités étaient déterminés à mettre la pression sur les autorités hongkongaises pour qu’elles accèdent à leurs demandes.

Le rassemblement avait commencé dans le calme, les habitants arrivant par ferry et train. Une petite fille a entonné des slogans réitérant les revendications du mouvement, notamment la mise en place d’un véritable suffrage universel pour choisir les gouvernants de Hong Kong, rétrocédé par la Grande-Bretagne à la Chine en 1997.

Une partie du cortège a été arrêtée par un cordon de police. Les forces de l’ordre ont demandé aux manifestants de ne pas avancer, affirmant qu’ils s’écartaient de l’itinéraire autorisé.

La police a pulvérisé du gaz poivre, puis tiré des gaz lacrymogènes en divers endroits.

Plusieurs rassemblements

Dimanche matin, des enfants et des personnes âgées avaient participé à une manifestation pacifique qui s’est déroulée sans incident. Dans l’après-midi, un rassemblement de moindre envergure s’est déroulé devant le consulat américain afin de remercier Washington pour son soutien au mouvement de contestation.

Le principal rassemblement s’est dispersé dans le calme à la tombée de la nuit, mais certains manifestants ont rejoint d’autres lieux de la ville.

Dans la soirée, des gaz lacrymogènes ont été tirés dans plusieurs endroits, alors que des militants radicaux vandalisaient des commerces considérés comme pro-régime et lançaient des projectiles contre la police. Les policiers ont procédé à plusieurs arrestations, selon des témoins.

Les organisateurs de ces manifestations avaient appelé les participants à demeurer « très modérés », redoutant un retour de la violence qui a émaillé les rassemblements, en particulier au cours des derniers mois.

Vidéo d’une agression

Dimanche, une vidéo circulait sur internet montrant un manifestant agressant brutalement un homme qui essayait de dégager une barricade.

Dans cette séquence filmée, le commentateur se moque de la victime qui trébuche avant de s’effondrer après avoir été frappée à la tête avec un lourd objet. Du sang s’écoule de sa blessure. La police a confirmé cet incident dans un communiqué, précisant que « jusqu’à présent, personne n’a été arrêté » et que « la victime, souffrant d’un grave traumatisme crânien, a été hospitalisée ».

Le chef de la police hongkongaise, Chris Tang Ping-keung, a souligné dimanche à la radio que cette attaque, qui s’est produite samedi soir à Mong Kok, « aurait pu tuer ».

Le mouvement pro-démocratie a débuté en juin en réaction à un projet de loi visant à autoriser les extraditions vers la Chine continentale. Celui-ci a depuis été suspendu, mais les manifestants ont élargi leurs revendications pour obtenir plus de démocratie.

Source: ATS

Continuer la lecture