Rejoignez-nous

Politique

PS et MCG unis pour défendre la retraite de la police

Publié

,

le

Plus de 7000 signatures contre la dégradation des conditions  de retraite de la police.

7005 signatures exactement pour s’opposer à la nouvelle loi sur la caisse de prévoyance de la police et du personnel de prison à Genève. Les deux référendums couplés d’Ensemble à Gauche et du Mouvement des citoyens genevois ont fait carton plein en récoltant quelque 2’000 paraphes de plus que requis, le minimum étant fixé à 5’100. Ils ont déposé leur récolte au service des votations ce matin. L’étrange alliance s’oppose au rattrapage de la cotisation à la caisse de pension par les seuls employés. Pablo Cruchon, candidat au Conseil d’Etat pour la formation d’Ensemble à gauche :

Pablo Cruchon candidat au Conseil d'Etat pour Ensemble à Gauche

La charge financière pour un policier ou pour un gardien de prison équivaudrait à plusieurs milliers de francs, selon le président du syndicat de la police judiciaire. Frédéric Mulmann.

Frédéric Mulmann Président du syndicat de la police judiciaire

La formation d’Ensemble à Gauche dénonce une « loi Maudet ». Pablo Cruchon:

Pablo Cruchon candidat au Conseil d'Etat pour Ensemble à Gauche

Le référendum sur la loi sur la Caisse de prévoyance des fonctionnaires de police et des établissements pénitentiaires sera soumis au peuple en juin 2018.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Berne soutient les parlementaires non-réélus

Publié

le

Rosmarie Quadranti (PBD/ZH) fait partie des parlementaires qui n'ont pas été réélus dimanche. (©KEYSTONE/WALTER BIERI)

Certains parlementaires ne s’attendaient probablement pas à être éjectés du Parlement dimanche. Si l’un d’entre eux se trouvait dans une situation difficile, il peut demander une aide transitoire, mais c’est une des dernières fois que cette offre s’applique.

Il y a presque trois ans, Natalie Rickli, ex-conseillère nationale et ex-membre du gouvernement zurichois, avait lancé une initiative parlementaire visant à abolir l’aide transitoire introduite en 2003. Le texte devrait maintenant passer devant les Chambres fédérales.

De trois à sept personnes pourraient soumettre une demande, a dit lundi Mark Stucki des services du Parlement à Keystone-ATS. Si elles n’ont pas encore atteint l’âge de la retraite, elles peuvent demander une aide transitoire pendant deux ans. Un montant total de 170’000 francs est disponible.

Faire une telle demande reste difficile: « Une simple lettre ne suffit pas », souligne M. Stucki. Les candidats doivent dévoiler leur situation financière à la délégation qui prendra la décision finale.

Les parlementaires concernés ne se sont pour la plupart pas encore posé la question. La Tessinoise Roberta Pantani de la Lega qui n’a pas été réélue dimanche après huit ans à Berne ne sait pas encore si elle va recourir à cette aide ou non. Comme elle a un emploi, elle penche cependant plutôt pour le non, a-t-elle dit.

Si Rosmarie Quadranti, conseillère nationale (PBD/ZH) non-réélue, déposait une demande d’aide, elle ne le dirait pas. Elle va relancer sa société et attend un mandat dans un conseil d’administration: « Il pourrait y avoir besoin de femmes dans ces cercles ».

Le Fribourgeois Jean-François Rime (UDC) n’aura pas besoin d’aide, a-t-il répondu en riant. Il est probablement l’un des rares parlementaires à payer plus d’impôts que ce qu’il perçoit avec son mandat au Conseil national.

Presqu’un million en 14 ans

De 2004 à 2018, près de 923’000 francs ont été versés pour des parlementaires dans le besoin selon la commission des institutions politiques du Conseil national (CIP). Le montant des versements a beaucoup varié d’une année à l’autre, mais a toujours culminé l’année suivant les élections fédérales.

Sept parlementaires non-réélus ont reçu une aide transitoire pour la période 2011-2015. Entre 2015 et 2019, deux parlementaires non-réélus ont sollicité ce fonds.

Source: ATS

Continuer la lecture

A la une

#EF2019 : Ce qu’il faut retenir des élections fédérales à Genève.

Publié

le

Hier, dimanche 20 octobre 2019, nous votions pour nos représentants à l’échelle fédérale. Vingt-quatre heures après les résultats, que faut-il retenir de ces élections ? Quels sont les faits marquants à l’échelle nationale et pour notre canton ?

 

Le Tsunami vert déferle sur le palais fédéral

Les grands gagnants de cette élection, ce sont les Verts. Le parti gagne dix-sept sièges au Conseil National à la suite du scrutin de dimanche et devient ainsi la quatrième force politique du pays au détriment du PDC qui, perdant trois sièges, est relégué à la cinquième place.

L’UDC, le PS et le PLR conservent leurs positions mais perdent des sièges.

 

Un Conseil National plus jeune et plus féminin

Parmi les faits marquants de ces élections, deux records notables : un nombre record d’élues femmes et une moyenne d’âge des parlementaires qui n’a jamais été aussi basse.

 

A Genève,  les Verts sont la première force politique du canton.

 

La vague verte genevoise confirme la tendance nationale

La tendance nationale est valable également pour notre canton où les Verts s’imposent comme première force politique en gagnant deux sièges pour le Conseil National. Les trois sièges des Verts vont à Lisa Mazzone, Nicolas Walder et Delphine Klopfensetin Broggini qui a réagit aux résultats sur Radio Lac.

Destination Berne Delphine Klopfenstein Broggini (Verts)

Pas de surprise pour elle suite à la campagne menée par Lisa Mazzone. Selon elle, la population s’est retrouvée dans le discours porté par les Verts durant cette dernière et cela explique l’excellent score réalisé par le parti.

Une droite en difficulté suite aux affaires

La droite genevoise est quant à elle mise en difficulté et paye lors de ces élections les récentes affaires Maudet, Barazzone et plus récemment Dal Busco. Le PLR perd notamment un siège et sa place de premier parti du canton. Une démobilisation de l’électorat PLR et PDC qui était à prévoir mais dont l’ampleur a été sous-estimée selon Pascal Sciarini, politologue à l’Université de Genève et invité de Radio Lac hier.

Destination Berne Pascal Sciarini, professeur

Pascal Sciarini, politologue UNIGE, en direct sur Radio Lac dimanche 20 octobre.

Un momentum pour Lisa Mazzone, en pôle position pour le Conseil des Etats

Le duo Lisa Mazzone (Verts) – Carlo Sommaruga (PS) arrive en tête dans la course au Conseil des Etats dont le second tour aura lieu le 10 novembre prochain. Un duo qui a su convaincre en adressant des problématiques actuelles et concernantes pour la population.

Lisa Mazzone (Verts) devant Uni Mail dimanche 20 octobre

Lisa Mazzone, grande gagnante de ces élections à la fois du côté du Conseil National et du Conseil des Etats, considère représenter un momentum à la fois dans un contexte de prise de conscience écologique et de l’urgence climatique mais aussi suite aux récents mouvements féministes réclamant plus d’égalité entre les sexes en particulier dans le domaine professionnel (Grève du 14 juin).

Destination Berne Lisa Mazzone (Verts)

 

Pour plus de détails concernant les élections fédérales 2019, nous vous invitons à découvrir nos autres articles sur le sujet :

Et à réécouter nos émissions sur le sujet.

 

Continuer la lecture

Actualité

Simonetta Sommaruga parle rail et énergie à Delhi

Publié

le

Simonetta Sommaruga a rencontré le ministre de l’aviation civile, Hardeep Singh Puri, avec lequel elle a notamment évoqué le développement du secteur des drones. (©KEYSTONE/EPA/STR)

L’Inde souhaite coopérer plus étroitement avec la Suisse pour le renforcement de son réseau ferroviaire. La ministre suisse des transports Simonetta Sommaruga a donné lundi à Delhi le coup d’envoi des travaux à ce propos et inauguré le Swiss railtech networking forum.

La collaboration entre les deux pays va se poursuivre au niveau technique, précise le Département fédéral des transports de l’énergie et de la communication (DETEC) dans un communiqué.

L’Inde est intéressée par des technologies innovatrices, du bon matériel roulant et le savoir-faire, fondamentaux pour l’électrification des lignes ferroviaires, la modernisation des gares et pour optimiser l’exploitation et les horaires.

Simonetta Sommaruga, en visite en Inde, s’est entretenue avec le ministre des chemins de fer Piyush Goyal dans ce cadre. Elle a souligné la longue tradition ferroviaire commune aux deux pays. Une collaboration renforcée, englobant également des coopérations avec les hautes écoles, s’inscrit dans l’intérêt des deux parties, estime-t-elle.

Le Swiss railtech networking forum, qui avait lieu à la veille de l’ouverture de la plus grande foire ferroviaire d’Asie, était lui organisé par l’ambassade de Suisse en Inde.

Energie, gestion des déchets et eau

Avec le ministre en charge de l’électricité et des énergies renouvelables, Raj Kumar Singh, la ministre suisse a parlé de la transformation du système énergétique. L’Inde, qui investit dans le développement des énergies renouvelables, a notamment lancé un des plus grands programmes solaires du monde.

Accompagnée de représentants de différentes entreprises suisses actives dans l’énergie, les technologies propres et l’industrie ferroviaire, la cheffe du DETEC a visité des projets énergétiques et environnementaux.

A Bangalore, dans le sud du pays, elle a notamment vu un centre d’innovation d’ABB ainsi que les installations solaires qui approvisionnent l’aéroport en électricité. La ministre a aussi participé à un débat organisé avec Swiss Re consacré à la finance verte. Il s’agissait de savoir dans quelle mesure il est possible de favoriser des investissements respectueux du climat.

À Coimbatore, également dans le sud, Simonetta Sommaruga a visité une installation de biogaz et un projet de gestion des eaux. Ces deux projets ont été réalisés dans le cadre du programme CapaCITIES de la Direction du développement et de la coopération (DDC).

Pour les métropoles indiennes connaissant une forte croissance, il est important de trouver des solutions permettant d’utiliser de manière économe l’énergie et l’eau, de moderniser les transports publics et de limiter la hausse des émissions de CO2, souligne le DETEC.

Développement des drones

La ministre suisse a également rencontré le ministre de l’aviation civile, Hardeep Singh Puri, avec lequel elle a notamment évoqué le développement du secteur des drones.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

L’accord sur le Brexit discuté à Westminster

Publié

le

Le Parlement britannique a commencé à siéger pour une séance exceptionnelle entièrement consacrée à l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, prévue le 31 octobre. (©KEYSTONE/EPA UK PARLIAMENTARY RECORDING UNIT/UK PARLIA)

Le Parlement britannique a commencé à siéger samedi matin pour une séance exceptionnelle entièrement consacrée à l’accord de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, prévue le 31 octobre.

Les députés devraient voter dans l’après-midi sur le deal révisé conclu in extremis jeudi entre Londres et Bruxelles. Le résultat s’annonce extrêmement serré, lors de cette première séance à se dérouler un samedi depuis la guerre des Malouines il y a 37 ans.

« Il est temps que la Chambre des Communes rassemble ce pays » en soutenant l’accord conclu avec les Européens, a déclaré le Premier ministre Boris Johnson, avant l’entame du débat. « Le parlement a aujourd’hui une chace historique de réaliser le Brexit. (…) Un Brexit réel! », a-t-il insisté.

Le dirigeant conservateur a ensuite défendu point par point le texte élaboré par les négociateurs britanniques et européens. Tout nouveau report serait « inutile, coûteux et destructeur », selon lui.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Violences et scènes de chaos à Barcelone

Publié

le

La police a répondu aux lancers de pierres des manifestants par des tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes. (©KEYSTONE/EPA EFE/TONI ALBIR)

De violents affrontements entre militants indépendantistes radicaux et forces de l’ordre ont provoqué des scènes de chaos vendredi soir à Barcelone. Les heurts ont éclaté après une manifestation pacifique monstre contre la condamnation des dirigeants indépendantistes.

Après des heures de guerre de positions près du commissariat central entre radicaux, lançant des pierres ou des objets métalliques, et forces de l’ordre, répondant par tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes, les troubles se sont ensuite étendus au reste du centre-ville, ont constaté des journalistes de l’AFP.

De nombreux feux ont été allumés, notamment sur la place de Catalogne en haut des célèbres Ramblas, et des barricades élevées dans de nombreuses rues par des centaines de manifestants masqués ou casqués, criant « les rues seront toujours à nous ». La police a aussi utilisé un canon à eau à leur encontre.

Dans cette ville très prisée des touristes internationaux, la police régionale a conseillé en anglais sur son compte Twitter de « ne pas approcher » des zones du centre-ville en raison d' »actes violents et de sérieux incidents ».

Près de 500 blessés

Vers 01h00, heure suisse, la situation « paraissait plus calme », selon un porte-parole de la police régionale. Après des heurts lors du blocage de l’aéroport par plus de 10’000 personnes lundi, Barcelone avait déjà vécu des scènes de guérilla urbaine de mardi à jeudi, d’une magnitude moins importante que vendredi soir.

Nées de la frustration d’une partie de la base indépendantiste, deux ans après l’échec de la tentative de sécession de 2017, ces violences ont marqué un tournant pour le mouvement séparatiste qui s’est toujours targué d’être non violent.

Selon un bilan du ministre de l’intérieur Fernando Grande-Marlaska, avant que les violences ne s’exacerbent dans la soirée, 128 personnes ont été interpellées depuis le début de la mobilisation indépendantiste lundi, tandis que 207 policiers ont été blessés.

Au total, selon les services d’urgence, près de 500 personnes ont été blessées depuis le début de la semaine dans la région, dont 60 vendredi soir à Barcelone.

Avant que ces troubles n’éclatent, une manifestation monstre avait réuni 525’000 personnes, selon la police municipale, dans une ambiance festive, point d’orgue de la mobilisation entamée lundi contre la condamnation par la justice espagnole de neuf dirigeants indépendantistes à des peines de neuf à 13 ans de prison pour la tentative de sécession de 2017.

Source: ATS

Continuer la lecture