Rejoignez-nous

Politique

L’entreprise Caran d’Ache ira à Bernex (GE)

Publié

,

le

Le fabricant d’instruments d’écriture Caran d’Ache, fleuron de l’industrie genevoise, va quitter Thônex (GE) pour s’installer à Bernex (GE) dans une optique de développement. Le déménagement pourrait être effectif aux alentours de 2022-2023.

Le gouvernement genevois a présenté mercredi les conditions liées à cette relocalisation. « Il était en premier lieu fondamental que Caran d’Ache reste dans le canton de Genève », a expliqué le conseiller d’Etat Antonio Hodgers. L’entreprise, qui exporte crayons et stylos dans le monde entier, est un symbole du « Geneva made ».

En quittant Thônex, Caran d’Ache va laisser un terrain libre sur lequel le Conseil d’Etat entend construire du logement. Un déclassement en zone ordinaire est prévu, alors qu’un tel périmètre devrait en principe être transformé en zone de développement, a souligné M. Hodgers.

La zone de développement autorise en effet une densité plus élevée. La commune de Thônex, tout comme certains riverains, voyait toutefois cette perspective d’un très mauvais oeil. Il a finalement été négocié avec elle un déclassement en zone ordinaire. La solution permettra aussi à Caran d’Ache de s’y retrouver financièrement.

Environ 450 logements devront voir le jour sur la parcelle qui appartient entièrement à Caran d’Ache, dont des coopératives et des logements pour personnes âgées. Des locaux pour des activités diverses sont également envisagés, ainsi que des espaces publics qui restent encore à définir et un demi-groupe scolaire.

Plus accessible

Carole Hubscher, la présidente du conseil d’administration de Caran d’Ache, a manifesté sa satisfaction devant les médias à propos de la convention qui a été adoptée. A Bernex, dans la zone industrielle des Rouettes, l’entreprise trouvera un environnement propice à son développement, proche de l’autoroute.

Conseiller administratif de la commune de Thônex, Pascal Uehlinger est aussi très content de la solution proposée, qui permet à Caran d’Ache de respecter son plan financier tout en évitant une densification élevée du périmètre libéré. Thônex a déjà fait beaucoup d’efforts en matière de logements sociaux et de zones de développement, a-t-il rappelé.

Source : ATS.

Crédit Photo : (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Doris Leuthard tire le bilan de ses douze ans à Berne

Publié

le

La conseillère fédérale Doris Leuthard a tiré le bilan de ses plus de 12 ans au Conseil fédéral: des acquis et beaucoup de défis encore à relever. (©KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

A l’occasion de sa conférence-bilan lundi à Berne, Doris Leuthard s’est réjouie des objectifs atteints que ce soit sur l’axe du Gothard ou en matière de financement des infrastructures routières et ferroviaires. L’idée d’un fonds pour la numérisation est lancée.

« Nous avons désormais le fonds d’infrastructure ferroviaire (FIF) et le fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA). Pourquoi pas un Fonds pour le numérique », a annoncé la conseillère fédérale sortante lors d’une rencontre informelle avec la presse.

Le ministre des finances Ueli Maurer étudie l’idée, a-t-elle ajouté. Selon elle, ce fonds serait le bienvenu, car il faut investir dans ce domaine et les défis nécessitent beaucoup d’argent. Elle-même l’a constaté durant ses douze ans et demi au Conseil fédéral.

Rien que la communication avec les médias a radicalement changé sous l’effet de la numérisation. Réseau sociaux, comptes twitter… tout va plus vite. « Vous êtes importants; c’est dans l’intérêt de l’Etat », a-t-elle lancé à l’attention des journalistes, souhaitant un quatrième pouvoir capable de faire contrepoids à la propagande et à l’infox.

Concordance

Aujourd’hui, des forces nationalistes se lèvent partout en Europe. Pour la ministre sortante, il est plus important que jamais de rechercher des solutions politiques équilibrées, que ce soit entre les générations, entre la ville et la campagne ou envers les différents milieux d’intérêts, a-t-elle souligné.

Le respect à l’égard des minorités est important pour l’avenir. Interrogée sur le danger d’une polarisation croissante en Suisse dans la perspective des élections fédérales de 2019, elle s’est montrée prudente. « Les blocs politiques existent et le rôle des libéraux-radicaux sera décisif », a-t-elle dit.

Sur le récent échec de la loi sur le CO2 au Parlement, elle a répété que les mesures envisagées étaient économiquement bonnes et pas du tout préjudiciables à l’économie. Si la Suisse, « bonne élève », ne fait rien, elle perdra son influence au niveau international, a ajouté la ministre de l’environnement.

Discrète sur son avenir

Interrogée sur ses plans d’avenir, la ministre de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) se réjouit d’abord de ne plus être une personne publique. « Il y a une vie après la politique ». Elle suivra les décisions du Conseil fédéral, mais a promis de ne pas s’immiscer dans les affaires.

Sur son avenir personnel, l’Argovienne est restée évasive. Elle a reçu des propositions et se décidera en février. Questionnée sur ses domaines de prédilection, elle a cité le développement durable, le changement climatique, des dossiers qu’elle connaît bien. Quant à un éventuel coup de pouce à son parti le PDC aux élections fédérales, elle fera l’une ou l’autre apparition dans son canton.

L’UE, un des défis à venir

Elle s’est montrée « fière » des résultats obtenus dans les deux départements qu’elle a dirigés: le FIF et FORTA, le tunnel de base du Gothard complété en 2020 par le Ceneri, la votation sur le 2e tunnel routier du Gothard, la politique énergétique, la première étape de la loi sur l’aménagement du territoire, l’assurance chômage stabilisée… « Pas mal d’acquis qui permettent de bien positionner la Suisse ».

Mais les défis à venir sont encore nombreux. La question européenne, s’annonce notamment pleine d’incertitudes. La consultation que le Conseil fédéral vient de lancer sur l’accord cadre entre la Suisse et l’UE peut toujours déboucher sur des rapprochements. Et le renouvellement des institutions européennes l’année prochaine pourrait aussi apporter une dynamique nouvelle, selon l’Argovienne.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

La Commission européenne prolonge l’équivalence boursière

Publié

le

Johannes Hahn, le commissaire européen en charge des relations de voisinage, a annoncé lundi à Bruxelles que l'équivalence boursière doit être prolongée de six mois (archives). (©KEYSTONE/EPA/VALDRIN XHEMAJ)

La reconnaissance de l’équivalence boursière suisse est prolongée de six mois, a annoncé lundi la Commission européenne. Les négociations sur un accord-cadre ne sont pas assez avancées. Et sans accord-cadre, les accords existants ne seront plus adaptés.

Lors d’une conférence de presse, le commissaire européen Johannes Hahn, en charge de la politique de voisinage et des négociations d’élargissement, a rejeté toute nouvelle négociation au sujet de l’accord-cadre avec la Suisse.

« Ce que nous avons ne sera pas modifié, mais pour l’avenir, nous avons besoin d’un accord-cadre. C’est pourquoi cela fait près de quatre ans que nous négocions. Le projet d’accord est bon. Les deux parties ont fait des pas vers l’autre. La balle est dans le camp de Berne. »

La Commission européenne a décidé d’une prolongation de six mois afin de laisser du temps à la Suisse. Les Etats membres de l’UE doivent encore donner leur avis, d’ici mercredi. Mais cela ne devrait être qu’une formalité.

Dossiers liés

La Suisse et l’UE négocient un accord-cadre institutionnel depuis 2014, avec des achoppements répétés. Pour cette raison, la Commission européenne a limité en décembre dernier la reconnaissance de l’équivalence boursière à un an et lié sa prolongation à des progrès sur l’accord-cadre.

Bruxelles a conditionné lundi une prolongation de l’équivalence boursière au-delà de juin 2019 à « un avis positif du Conseil fédéral », sur l’accord-cadre, a souligné M. Hahn. « Ce n’est pas un accord à la carte », a-t-il encore lancé.

Début décembre, le Conseil fédéral a pour sa part lancé une vaste consultation sur le projet d’accord-cadre obtenu. Le chef des affaires étrangères Ignazio Cassis avait alors affirmé devant les médias que le gouvernement soutient le paquet sur de nombreux points, mais pas tous. Selon lui, l’accord est insuffisant pour être paraphé.

Adaptations suspendues

L’Union européenne refusera à l’avenir d’adapter les accords existants tant qu’un accord-cadre n’est pas signé. L’UE ne veut pas renégocier tous les accords liés au marché intérieur « juste parce que nous modifions notre droit », précise le commissaire.

Si l’UE maintient ce cap, il n’y aura plus d’actualisation concernant le domaine de l’élimination des entraves techniques aux échanges, la libre circulation des personnes, l’agriculture et les transports terrestres et aériens.

Protéger sa place financière

Le Département fédéral des finances (DFF) a pris acte de la décision de l’UE de prolonger l’équivalence boursière pour six mois. Les mesures prises pour protéger la Bourse suisse restent cependant de mise en cas de besoin. Le Conseil fédéral a révisé une ordonnance de manière à obliger les bourses européennes à demander une reconnaissance pour négocier des actions de sociétés suisses sur leur plateforme.

L’idée est que les investisseurs de l’UE puissent continuer à négocier les actions helvétiques sur les bourses suisses sans violer le droit européen. Cette ordonnance ne déploiera pas d’effets tant que l’UE continue de reconnaître les règles qui prévalent en matière d’échange de papiers valeur avec la bourse suisse.

Le ministre des finances, Ueli Maurer, avait indiqué vendredi dernier que cette prolongation limitée à un semestre est difficilement compréhensible. Pour le Conseil fédéral, il ne doit pas y avoir de lien entre l’accord-cadre institutionnel entre la Suisse et l’UE et l’équivalence boursière.

Pour la bourse suisse SIX, une équivalence durable de la bourse est la priorité, a dit son porte-parole Julian Chan à AWP. Cela permet de garantir la sécurité juridique.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Genève se dote d’un budget excédentaire

Publié

le

C’est fait! Le Canton de Genève a un budget pour 2019. Il présente un excédent de près de 28 millions. A la mi-journée, le budget a été accepté par 52 voix contre 43 et une abstention. Et après plus de douze heures de débats. La majorité composée de la gauche et du MCG a imposé des dépenses supplémentaires pour la santé et le social.

Le chef de groupe PS, Thomas Wenger estime que “c’est un budget solidaire, responsable et nécessaire”. Il se réjouit des “moyens supplémentaires engagés pour subvenir aux besoins de la population qui augmente et qui vieillit”.

Ensemble à gauche partage son point de vue. Il faut dire que c’est la gauche radicale qui a imposé une rallonge de 25 millions. En faveur des HUG, de l’hospice général ou encore de l’aide à domicile. Les amendements de la gauche radicale ont été repris par le Conseil d’Etat. Le gouvernement voulait en effet obtenir une majorité et décrocher un budget plutôt que de tomber sous les douzièmes provisoires.

Tout sourire, le député d’Ensemble à Gauche, Jean Burgermeister s’est réjouit de cette “victoire de haute lutte”. Sa réaction:

Jean Burgermeister Député d'Ensemble à Gauche

Jean Burgermeister dénonce « le dogme de compression budgétaire » à droite:

Jean Burgermeister Député d'Ensemble à Gauche

Le PLR et le PDC ont, eux, déploré la méthode et le résultat. « Ce budget ne plaît pas à tout le monde, mais il a trouvé une majorité », a relevé la conseillère d’Etat, chargée des finances, la PLR Nathalie Fontanet, citée par l’ATS.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Replay: il sera encore possible de sauter la publicité

Publié

le

Les téléspectateurs pourront continuer à sauter la publicité lorsqu'ils regardent la télévision en différé (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Les téléspectateurs pourront continuer à sauter la publicité dans un programme diffusé en différé. Le National a renoncé vendredi à brider cette possibilité dans la révision de la loi sur le droit d’auteur. Il a ensuite approuvé le projet à l’unanimité.

La balle passe dans le camp du Conseil des Etats. La réforme doit adapter les droits des artistes et la lutte contre le piratage à l’ère d’Internet. Elle est le fruit d’un compromis d’un groupe d’experts que le gouvernement avait dû réactiver après la consultation pour trouver la solution soumise au Parlement au bout de cinq ans de travaux.

Equilibre fragile

Pour préserver cet équilibre fragile, le National ne s’est quasiment pas écarté des propositions du gouvernement. Une chaîne de télévision ne pourra pas empêcher que le spectateur saute la publicité dans un programme diffusé en différé.

La majorité a enterré par 182 voix contre 6 un article de sa commission qui aurait permis aux chaînes de négocier directement avec les opérateurs sur la question. L’aval de la chaîne aurait été réputé acquis sauf révocation expresse par le diffuseur et il aurait été impossible d’interdire le zapping publicitaire pour une émission précise.

Le problème avait été soulevé dans le cadre de la révision de la loi sur les télécommunications. Mais le Parlement y a juste précisé que les opérateurs ne peuvent pas modifier les programmes suisses qu’ils enregistrent et diffusent. Le coeur du problème devait être réglé dans la loi sur le droit d’auteur.

Tous les orateurs ont toutefois estimé que ce n’était pas le bon endroit. Il n’a jamais été question d’interdire aux téléspectateurs de regarder la publicité en différé, ont été obligé d’insister les rapporteurs de la commission.

Enjeu controversé

Seules les grandes chaînes sortiraient gagnantes d’une négociation avec les opérateurs sur le saut de la publicité, beaucoup d’argent est en jeu. Mais la somme est controversée, a relevé Andrea Gmür (PDC/LU).

La situation doit d’abord être analysée en détail, a aussi trouvé Simonetta Sommaruga. Selon la conseillère fédérale, une seule chose est sûre: les câblo-opérateurs paient aux chaînes 35 millions de francs pour la diffusion en différé, zapping publicitaire inclus.

Du côté des diffuseurs, la Communauté d’intérêts radio télévision estime à 100 millions les pertes dues aux « zapping » de la publicité. Les opérateurs Swisscom, UPC, Salt et Sunrise ont avancé avant le débat qu’ils versaient déjà plus de 120 millions aux sociétés de gestion. Ils craignaient de devoir verser de nouvelles indemnités aux chaînes, avec un surcoût à la clé pour les consommateurs. Ou de perdre des clients au profit d’offres comme celles de Netflix.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

A Genève, la gauche en passe de faire voter le budget

Publié

le

Le Canton devrait probablement réussir à se doter d’un budget pour 2019. Et ce dès aujourd’hui. Les débats budgétaires ont commencé hier. L’accord trouvé en commission des finances a tenu pendant la plénière. Les amendements proposés par Ensemble à Gauche sont acceptés par la majorité les uns après les autres. En tout, la rallonge devrait atteindre 25 millions. En faveur de l’Hospice général, des HUG ou encore de Police-Secours.

De son côté, le Conseil d’Etat avait déjà revu sa copie en novembre. Profitant de recettes fiscales à la hausse, le gouvernement avait présenté un projet de budget excédentaire de 60 millions. Une mouture qui prévoyait 338 postes supplémentaires. Il a finalement accepté d’aller plus loin pour trouver une majorité, grâce au ralliement d’Ensemble à Gauche. Les explications du président du Conseil d’Etat, Antonio Hodgers:

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

Au final, tous les amendements devraient être adoptés d’ici la fin des débats. De quoi faire bondir le député PDC, président du parti, Vincent Maitre:

Vincent Maitre  Député PDC

Le député PDC persiste et signe, selon lui, la hausse du nombre de postes n’est pas la solution:

Vincent Maitre Député PDC

Pendant ce temps, dehors, un peu plus de 300 manifestants se sont rassemblés devant l’Union internationale des télécommunications. Leur objectif: défendre la fonction publique. Paroles de manifestants:

La secrétaire syndicale du Syndicat Interprofessionnel de Travailleuses et Travailleurs (SIT), Françoise Weber revient sur les revendications des fonctionnaires:

Françoise Weber Secrétaire syndicale du SIT

@marie_prieur

Continuer la lecture