Rejoignez-nous

Politique

La campagne pour le remboursement des soins dentaires est lancée

Publié

,

le

« Se soigner sans se ruiner ».

Le comité d’initiative pour le remboursement des soins dentaires lance sa campagne.

Cet article constitutionnel sera soumis au vote des Vaudois le 4 mars prochain, sans contre-projet. L’initiative lancée par l’extrême gauche en 2014 avait réuni 15’000 signatures.

Concrètement, elle demande que les frais de la santé bucco-dentaire de base soient entièrement pris en charge via une assurance publique cantonale. Le tout financé, par exemple, par une cotisation paritaire, prélevée sur le salaire de chacun.

Pierre Conscience, Coordinateur du Comité d’initiative :

Pierre Conscience Coordinateur, Comité d'initiative

Le Comité du « OUI » met en avant également l’importance de l’accès aux soins dentaires, en particulier pour les enfants et les plus vulnérables.

Pour la Conseillère nationale socialiste et Diabétologue vaudoise Brigitte Crottaz, la santé des dents et celle en général sont étroitement liées :

Brigitte Crottaz Conseillère nationale, PS

L’initiative demande aussi la mise en place d’un réseau de policliniques dentaires régionales.

Explications du Président des Verts vaudois, Alberto Mocchi :

Alberto Mocchi Président, Verts VD

Le Comité du « OUI » met en avant également l’importance de l’accès aux soins dentaires, en particulier pour les enfants et les plus vulnérables. La prévention est aussi un axe majeur de ce texte.

Bernard Borel, Pédiatre et ancien député POP au Grand Conseil vaudois :

Bernard Borel Pédiatre & ancien député POP

Notez que selon les partisans du « OUI », le remboursement des soins dentaires et ses nouveautés pourrait coûter plus de 300 millions de francs pas année.

Le sort de ce texte sera scellé le 4 mars prochain, dans les urnes.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Barazzone a aussi assisté à un Grand Prix de F1 à Abu Dhabi

Publié

le

Guillaume Barazzone révèle avoir lui aussi assisté au Grand Prix de formule 1 à Abu Dhabi l’an dernier. Le conseiller national et ancien maire de Genève en a fait l’annonce mercredi soir devant le Conseil municipal de la Ville de Genève. Il répondait à une question orale d’une élue d’Ensemble à gauche.

Le démocrate-chrétien a indiqué avoir été invité par un ami proche, un avocat espagnol habitant les Emirats. Il admet ne rien avoir payé mais réfute que ce soit les Emirs qui aient financé son voyage de plusieurs jours sur place.

Ce séjour fait écho à celui du conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet. Ce dernier s’est rendu en compagnie de sa famille, de son bras droit et d’un ami libanais à Abu Dhabi entre le 26 et 30 novembre 2015 sur invitation des autorités. Dans ce cadre, l’édile PLR est prévenu d’acceptation d’un avantage par la justice.

Continuer la lecture

Actualité

SolidaritéS déplore des « accusations mensongères »

Publié

le

Le parti genevois SolidaritéS a réagi mardi à la démission de quatre de ses membres, tous conseillers municipaux en Ville de Genève. Ariane Arlotti, Morten Gisselbaek, Maria Pérez et Tobia Schnebli ont claqué la porte du parti après plusieurs mois de grève. En cause: la gestion par les dirigeants du parti du conflit de travail entre Pablo Cruchon, le secrétaire de SolidaritéS et Maria Pérez, la secrétaire administrative. Une enquête interne a reconnu que Maria Pérez avait été victime d’atteinte à la personnalité. Mais, selon le quatuor, rien n’a été fait depuis pour régler le problème. La députée Jocelyne Haller, de SolidaritéS, réfute cette accusation et déplore cette démission en bloc:

Jocelyne Haller Solidarités

La rupture entre SolidaritéS et les démissionnaires semble toutefois actée. La preuve en est : le fait que Tobia Schnebli, venu à la conférence de presse de Solidarités ait été poussé vers la sortie.

A noter, l’enquête interne avait aussi mis en lumière du sexisme au sein du parti. Les explications sur ce point de la députée Jocelyne Haller:

Jocelyne Haller Solidarités

Les quatre démissionnaires continueront à siéger au Conseil municipal mais au Parti du Travail.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Quatre élus démissionnent de SolidaritéS

Publié

le

Leur décision n’a pas été facile à prendre. C’est à une démission en bloc qu’on assiste à Solidarités. Quatre conseillers municipaux en Ville de Genève claquent la porte du parti. Ariane Arlotti, Morten Gisselbaek, Maria Pérez et Tobia Schnebli ont fait ce choix après plusieurs mois de grève. En cause: la mauvaise gestion par les dirigeants du parti du conflit de travail entre Pablo Cruchon, le secrétaire de SolidaritéS et Maria Pérez, la secrétaire administrative. Une enquête interne a reconnu que Maria Pérez avait été victime d’atteinte à la personnalité. Mais, selon le quatuor, rien n’a été fait depuis pour régler le problème. Les explications de Tobia Schnebli, l’un des démissionnaires.

Tobia Schnebli Conseiller municipal en Ville de Genève

A titre personnel, Tobia Schnebli quitte SolidaritéS après 25 ans d’engagement au sein de ce parti. Non sans une certaine amertume:

Tobia Schnebli Conseiller municipal en Ville de Genève

Les quatre démissionnaires continueront à siéger au Municipal. Ils rejoignent le parti du travail. Résultat, le groupe Ensemble à Gauche change. Sur les huit élus, six sont désormais au PDT et deux seulement restent à SolidaritéS.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Des fonds publics pour la campagne de Pierre Maudet

Publié

le

Le fameux sondage sur les préoccupations des Genevois commandé par Pierre Maudet a été financé en partie par des fonds publics. Selon nos informations, la Junior Entreprise HEG de Genève a effectué plusieurs virements pour un montant total de 5’000 francs à titre de contribution. La justice genevoise enquête sur le financement de ce sondage dans le cadre de sa procédure ouverte contre le conseiller d’Etat pour acceptation d’un avantage après son voyage controversé à Abu Dhabi, fin 2015.

Fonds provenant de la Haute école de gestion

La Junior Entreprise HEG de Genève est une association à but non lucratif rattachée à la Haute école de gestion (HEG). Avec un budget de 35’000 francs pour l’année 2017, elle est financée à hauteur de 15% par le Département de l’instruction publique (DIP). De 2014 à 2016, elle est présidée par Vincent Daher. Ce dernier, membre du PLR genevois, n’est autre que le fils d’Antoine Daher, l’ami libanais de Pierre Maudet avec qui il s’est rendu aux Emirats.

Selon plusieurs sources concordantes, Antoine Daher devait récolter 35’000 francs pour prendre le pouls de la population, via un sondage, avant les élections cantonales d’avril 2018 où le magistrat libéral-radical a été réélu dès le premier tour. Ce procédé a été dénoncé pénalement le 27 août dernier par un petit patron invité à verser 5’000 francs. Il assure que d’autres contributeurs ont été sollicités.

C’est dans ce cadre que la Junior Entreprise HEG de Genève a versé un montant identique. Et ce n’est pas sans poser problème. D’une part, le versement n’a pas reçu le soutien du nouveau comité du bureau de la Junior Entreprise car il n’a pas été consulté. Ce qui est contraire à son règlement. Le comité va signaler ces agissements mardi au département des finances de la HEG. Le DIP sera également informé. Le nom de Vincent Daher nous est rapporté par plusieurs sources dans ce dossier car, selon elles, c’est sous son impulsion que la somme de 5’000 francs a été débloquée. Contacté, Vincent Daher réfute toutes ces allégations. Et de préciser qu’il a quitté ses fonctions de président en 2016.

Mais surtout, les fonds alloués à ce sondage par la Junior Entreprise représentent de l’argent public. De l’argent qui n’a pas à être utilisé pour le compte d’un candidat au Conseil d’Etat à des fins d’élection. Selon plusieurs pénalistes genevois que nous avons contactés, cela pourrait s’apparenter à un « détournement de fonds » et à un « abus de confiance ».

Pierre Maudet n’a, pour l’heure, pas répondu à nos questions.

@GhufranBron

Continuer la lecture

Actualité

La surveillance des assurés va trop loin, selon les opposants

Publié

le

Au nom des organisations de défense des handicapés, Francesco Bertoli a brandi un carton rouge contre la nouvelle loi sur la surveillance des assurés soupçonnés de fraude. (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Les assurés soupçonnés de fraude ne devraient pas pouvoir être surveillés sans l’autorisation d’un juge. Le comité contre la nouvelle loi, en votation le 25 novembre, a dénoncé lundi une surveillance arbitraire et un chèque en blanc donnés aux assurances.

Selon Kurt Pärli, professeur en droit social privé de l’Université de Bâle, « il faut se demander avant tout si les assurances sociales doivent surveiller ou si ce domaine ne devrait pas être exclusivement réservé à la police ».

« Si le législateur décide que les assurances sociales doivent avoir le droit de se mêler de la sphère privée des assurés par des surveillances, il est indispensable d’élaborer une loi bien réfléchie qui définisse les bases claires des modalités et limites de la surveillance », a-t-il poursuivi devant les médias à Berne. A ses yeux, le texte soumis au peuple ne remplit pas ces conditions.

Pour le professeur bâlois, la base légale n’est pas claire. Elle ne définit pas précisément si l’observation d’une personne n’est possible que sur son balcon ou si elle peut aller jusque dans l’appartement.

Trop de latitude aux assurances

Pour le conseiller national Adrian Wüthrich (PS/BE), président de l’organisation syndicale Travail.Suisse, la nouvelle loi est un chèque en blanc donné aux assurances. Celles-ci pourraient décider elles-mêmes d’une surveillance et la confier à des détectives privés. Elles auraient toute latitude pour décider si la suspicion initiale suffit à justifier une surveillance.

L’expertise d’un juge ne serait pas nécessaire et aucun organe indépendant ne devrait vérifier si l’ingérence dans la sphère privée est justifiée ou non, a expliqué M. Wüthrich. Lors des débats parlementaires, la commission compétente avait décidé dans un premier temps que les assurances devaient obtenir l’autorisation d’un juge pour surveiller un assuré.

« Toutefois, après un lobbying intense de la caisse nationale d’assurance accident (SUVA) et de l’Association suisse d’assurance, cette même commission a changé d’avis lors de la séance suivante et supprimé cette disposition », dénonce le président de Travail.Suisse. L’autorisation d’un juge n’est ainsi requise que pour localiser des personnes à l’aide de traceurs GPS.

Selon le Code pénal, toute fraude à la sécurité sociale est punissable et doit être sanctionnée, a rappelé Adrian Wüthrich. « Mais il appartient à la police et à la justice de clarifier la situation, et non pas aux assurances ni à leurs détectives privés. On ne saurait privatiser de telles tâches », insiste le socialiste.

Pire que des terroristes

Sara Stalder, directrice de la fondation pour la protection des consommateurs, s’oppose aussi clairement à la loi. Avec ce texte, « les assurés, soit nous tous, allons subir un traitement moins favorable que des criminels ou même des terroristes ». Pour elle, il ne faut pas se laisser manipuler par le puissant lobby des assurances. Le Parlement doit améliorer ce projet.

Les personnes handicapées craignent aussi de faire les frais de cette nouvelle base légale. « L’arbitre qui ordonne la surveillance ne peut faire partie ni de l’assurance invalidité (AI) ni de la SUVA, ni travailler pour une caisse maladie. Il doit être un juge indépendant. Ce principe de l’Etat de droit doit s’appliquer à nous tous », a plaidé Francesco Bertoli, membre de la fondation AGILE.

Le référendum a été lancé notamment par les socialistes, les Verts, le PDC genevois et les syndicats. Une multitude d’associations, à l’instar d’Amnesty International, soutiennent aussi le camp des opposants. La semaine passée, un comité libéral lancé par de jeunes politiciens de droite a lui aussi dénoncé la trop grande liberté donnée aux compagnies d’assurance.

Le Parlement a dû légiférer suite à une décision de la Cour européenne des droits de l’homme critiquant le manque de bases légales en Suisse concernant l’assurance accident. En juillet 2017, le Tribunal fédéral a considéré qu’il n’existait pas non plus de base légale suffisante pour l’AI. A la suite de ces arrêts, les deux assurances ont suspendu les observations.

Source ATS

Continuer la lecture