Rejoignez-nous

Politique

Genève: rééquilibrage à l’exécutif

Publié

,

le

A Genève, le nouveau Conseil d’Etat sera composé de trois magistrats de droite, trois de gauche et un MCG. La non-réélection dimanche du PDC Luc Barthassat fait perdre la majorité à l’Entente bourgeoise.

« Le rééquilibrage du Conseil d’Etat permettra d’aborder les enjeux importants, comme la réforme de la fiscalité des entreprises, avec un nouvel élan », espère le socialiste Thierry Apothéloz. Il a été élu dimanche avec 9’370 suffrages d’avance sur le magistrat sortant, selon les résultats anticipés. De fait, l’élection d’un second PDC à l’exécutif en 2013 ne reflétait pas le poids électoral du parti.

« Incarnation de la fonction »

Si le parlé populaire de Luc Barthassat, 57 ans, ainsi que sa propension à recourir aux réseaux sociaux avaient séduit en 2013, son bilan à la tête du Département de l’environnement, des transports et de l’agriculture n’a pas suffi à le faire réélire dimanche. Arrivé 9e au premier tour le 15 avril, il n’a pas réussi à combler son retard et a terminé 7e dimanche, avec 32’701 voix.

« Luc Barthassat a été jugé sur sa personne et non sur son bilan », a déploré le président du PDC Bertrand Buchs, qui estime que le magistrat sortant a été lâché par la droite. Pour le président du PLR Alexandre de Senarclens, « la problématique est liée à sa façon d’incarner la fonction de conseiller d’Etat. » Quant à M. Barthassat, il a indiqué qu’il analysera sa défaite plus tard.

Trois à droite

Avec Nathalie Fontanet, 53 ans, l’exécutif comptera une deuxième femme. Arrivée en 4e position (43’485 voix), la députée permet au PLR de conserver le siège du président du Conseil d’Etat François Longchamp, qui ne se représentait pas.

La candidate figurait sur le ticket de l’Entente bourgeoise avec le PLR sortant Pierre Maudet, 40 ans. Le magistrat en charge du Département de la sécurité et de l’économie avait été élu au premier tour. L’autre PDC sur cette liste était le grand argentier PDC Serge Dal Busco qui est arrivé en 2e position dimanche (47’896 voix).

Siège récupéré

L’exécutif comptera un second nouvel élu en la personne de Thierry Apothéloz, 47 ans, arrivé 6e (42’071 voix). L’élection du conseiller administratif de Vernier, qui représente l’aile modérée du PS, permet à son parti de récupérer le siège perdu en 2009.

Il complète le trio de gauche, aux côtés de la socialiste Anne Emery-Torracinta, 59 ans, et du Vert Antonio Hodgers, 42 ans. Mise en difficulté en fin de mandat, la cheffe du Département de l’instruction publique, de la culture et du sport est arrivée 5e (42’252 voix), tandis que le magistrat Vert, en charge de l’Aménagement, du Logement et de l’Energie, est arrivé 3e (46’732 voix).

Avec le MCG

Le septième membre du nouveau gouvernement, qui entrera en fonction le 1er juin, sera le MCG Mauro Poggia, 58 ans. Le conseiller d’Etat en charge du Département de l’emploi, des affaires sociales et de la santé a été le mieux élu dimanche avec 48’806 suffrages, un score qui ne reflète pas l’affaiblissement de son parti. « Les majorités au Conseil d’Etat ne se feront pas sans le MCG », a-t-il commenté.

Onze candidats se présentaient dimanche. La députée d’Ensemble à Gauche Jocelyne Haller est arrivée 8e (25’171 voix), le conseiller national UDC Yves Nidegger 9e (23’001 voix), le viticulteur hors parti Willy Cretegny 10e (19’246 voix) et le « Prophète » Paul Aymon 11e (8946 voix). Le taux de participation s’est élevé à 33,13%, selon ces premiers résultats.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

L’Europe en mode week-end électoral

Publié

le

Week-end d'élections en Europe (ici en Roumanie). Les résultats officiels ne commenceront à être publiés que dimanche tard dans la soirée pour les 28 pays de l'UE. (©Keystone/EPA/ROBERT GHEMENT)

Trois nouveaux pays entrent dans la danse des élections européennes samedi, puis une vingtaine dimanche, pour choisir les nouveaux membres du Parlement européen. Les sondages laissent présager une nouvelle montée en puissance des partis populistes et d’extrême droite.

L’ampleur de cette poussée, son impact sur l’équilibre des forces au sein de l’hémicycle européen et ses conséquences pour la course aux postes clés au sommet de l’Union constituent des enjeux politiques majeurs de ces élections. Pourtant, un fort taux d’abstention parmi les 427 millions d’électeurs estimés est à nouveau redouté.

Après les Britanniques et les Néerlandais jeudi, suivis le lendemain des Tchèques (qui votent sur deux jours) et des Irlandais, c’est au tour des Lettons, des Maltais et des Slovaques de voter samedi.

Dans les 21 autres pays de l’UE, dont la France, l’Allemagne et l’Italie, le vote aura lieu dimanche. Les résultats officiels ne commenceront à être publiés que dimanche tard dans la soirée pour les 28 pays de l’Union.

Surprise néerlandaise

Aux Pays-Bas, le vote de jeudi a réservé une première surprise: les estimations placent les travaillistes (PvdA) de Frans Timmermans, candidat à la succession de Jean-Claude Juncker à la tête de la Commission européenne, devant les libéraux (VVD), et devant les populistes (FvD) qui étaient pourtant attendus en force.

La Slovaquie en revanche enverra probablement au moins un député d’extrême droite au Parlement européen, selon les analystes. En République Tchèque, où le vote a lieu pour la deuxième journée consécutive, le mouvement populiste ANO du premier ministre tchèque, le milliardaire Andrej Babis, part favori.

Globalement, l’ensemble des forces eurosceptiques, populistes et nationalistes devraient selon les sondages enregistrer une nette progression au sein du Parlement européen, où siègent pour cinq ans 751 eurodéputés jouant un rôle clé dans l’élaboration des lois européennes. La Ligue du ministre de l’Intérieur italien Matteo Salvini, portée par son discours anti-migrants et hostile aux institutions bruxelloises, pourrait ainsi gagner de nombreux sièges.

Match Macron – Le Pen

Quant au RN de son alliée Marine Le Pen, cheffe de l’extrême droite française, il est en tête des intentions de vote en France, devant la liste soutenue par le président Emmanuel Macron, qui ambitionne pourtant de jouer un rôle pivot au sein du nouveau Parlement européen. L’actuel groupe commun de la Ligue et du RN, l’ENL, qui compte actuellement 36 élus, devrait sortir renforcé des élections, avec plus d’une soixantaine d’élus selon les sondages.

Le groupe populiste EFDD, où siège le Mouvement Cinq Etoiles italien et que devrait rallier le nouveau parti europhobe du Britannique pro-Brexit Nigel Farage, devrait lui aussi progresser.

D’après les sondages, ces élections devraient quoi qu’il en soit être marquées par la fin du bipartisme entre les chrétiens démocrates du PPE et les sociaux-démocrates (S&D), qui dominaient ensemble le Parlement européen depuis 1979. Ils ne devraient plus réunir à eux deux la majorité des sièges. Tandis que les libéraux (ALDE), espèrent du coup être incontournables en devenant la troisième force du Parlement, grâce notamment à une alliance avec les futurs élus macronistes.

Source : ATS

Continuer la lecture

Actualité

Irlande: les pro-UE en tête des européennes

Publié

le

Les Irlandais ont voté pour les centristes pro-UE lors des élections européennes, selon des sondages sortie des urnes. (©KEYSTONE/EPA/STRINGER)

Le parti pro-européen du Premier ministre irlandais Leo Varadkar, le Fine Gael, était en tête des élections européennes organisées vendredi en Irlande, selon des sondages sortie des urnes. La campagne a été dominée par le Brexit.

Les centristes du Fine Gael étaient en tête dans deux des trois circonscriptions irlandaises tandis que les Verts remportaient Dublin, selon des sondages.

En votant vendredi à Dublin, M. Varadkar a averti que le Brexit entrait dans une phase « très dangereuse », après la démission annoncée de la Premier ministre britannique Theresa May qui pourrait être remplacée par un « brexiter » plus dur, selon lui.

« Mais quoi qu’il se passe, nous resterons calmes », a-t-il assuré. « Nous allons continuer à créer, renforcer et approfondir nos alliances dans toute l’Union européenne et nous ferons en sorte de protéger l’Irlande », a-t-il ajouté.

Dans la circonscription du sud, Fine Gael a recueilli 16% des suffrages, selon ces sondages sortie des urnes, tandis que l’autre parti centriste important, Fianna Fail, et la formation de centre gauche Sinn Fein étaient à 13%. A Dublin, les Verts recueillaient 23% des bulletins de vote, suivis par Fine Gael (14%) et Fianna Fail (12%).

La plupart des principaux partis politiques se sont fortement mobilisés pour renforcer la place du pays dans le projet européen. Une manière d’atténuer les conséquences du Brexit pour l’économie irlandaise.

Actuellement douze au Parlement, les eurodéputés irlandais gagnent lors de ce vote deux nouveaux sièges, récupérés parmi ceux qui devraient bientôt être libérés par les Britanniques.

Source : ATS

Continuer la lecture

Actualité

Voyage de Barazzone: procédure classée

Publié

le

Le voyage du conseiller administratif de la Ville de Genève et conseiller national Guillaume Barazzone à Abu Dhabi en novembre 2017 était bien strictement privé. Le Ministère public a classé la procédure le concernant pour acceptation d'un avantage ( (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le voyage du conseiller administratif de la Ville de Genève Guillaume Barazzone à Abu Dhabi en novembre 2017 était bien privé. Le Ministère public a classé la procédure ouverte pour acceptation d’un avantage.

« L’enquête a en effet confirmé en tous points les explications de l’intéressé, à savoir que le voyage lui avait été offert par un ami à titre privé, sans lien avec ses fonctions politiques », a indiqué vendredi le Ministère public. Guillaume Barazzone a fourni les preuves de la prise en charge du coût du voyage – un peu plus de 10’000 francs – par un ami de longue date résidant à Abu Dhabi.

En réponse à une question concernant les voyages privés des élus, le magistrat PDC, qui est par ailleurs conseiller national, avait indiqué en octobre au Conseil municipal avoir été invité à Abu Dhabi. Il avait précisé que ce voyage n’avait pas de caractère officiel, même s’il avait salué des personnalités lors du Grand Prix de Formule 1.

Cette révélation avait fait grand bruit au bout du lac, en raison de l’affaire Maudet. Le conseiller d’Etat PLR est poursuivi par la justice depuis le mois d’août pour acceptation d’un avantage en lien avec son voyage à Abu Dhabi en novembre 2015, aux frais du prince héritier de l’Emirat Mohammed bin Zayed Al Nahyane. Il avait d’abord affirmé qu’il s’agissait d’un voyage strictement privé.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Oui à la RFFA: la droite genevoise soulagée, la gauche inquiète pour la suite

Publié

le

Plus de 58%. C’est le score réalisé par le volet genevois de la RFFA. Concernant l’imposition des entreprises, les votants ont donné leur aval pour un taux unique de 13,99% à Genève. Fini les disparités entre les sociétés à statut spécial imposées entre 11 et 12% et les PME à 24%.

Aux yeux de Conseil d’Etat et de la droite, qui défendait la réforme, ce taux doit permettre de maintenir l’attractivité du canton auprès des multinationales, d’éviter leur fuite dans les cantons voisins. Et du coup, de préserver quelque 62000 emplois directs et indirects.

Ce résultat donne le sourire à Vincent Subilia, directeur général de la Chambre de commerce et d’industrie de Genève. Mais, comment avoir la garantie que les entreprises réinvestissent le gain généré par la RFFA dans le développement ou l’emploi? La réponse de Vincent Subilia:

Vincent Subilia Directeur général de la Chambre de commerce et d'industrie de Genève

« Ce n’est pas infamant quand on est patron d’une société de faire du bénéfice »

De son côté, la gauche peine à croire à cet effet positif. La réaction de Jocelyne Haller, députée d’Ensemble à Gauche:

Jocelyne Haller Députée Ensemble à Gauche

Une critique des actionnaires qui a le don d’agacer le président du PDC, Vincent Maître:

Vincent Maitre Président du PDC genevois

Ensemble à Gauche ne s’avoue toutefois pas vaincu. Le député Jean Batou annonce le dépôt d’un projet de loi ce lundi:

Jean Batou Député Ensemble à Gauche

Des craintes pour les prestations publiques

Face au oui à la RFFA, la socialiste Carole-Anne Kast, conseillère administrative de la Ville d’Onex, ne cache pas son inquiétude concernant les pertes fiscales attendues:

Carole-Anne Kast Conseillère administrative PS d'Onex

Des craintes pour l’avenir que partage Jocelyne Haller, particulièrement inquiète pour l’avenir des prestations publiques:

Jocelyne Haller Députée Ensemble à Gauche

Commentant à son tour le résultat du jour, la députée verte Delphine Klopfenstein Broggini tente de voir le verre à moitié plein et souligne le résultat du non à la RFFA:

Delphine Klopfenstein Broggini  Députée verte

Demain, la ministre des finances Nathalie Fontanet sera l’invitée de Radio Lac Matin après 7h15, pour revenir sur les résultats des votations.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Oui à la fiscalité des entreprises à Genève

Publié

le

Les Genevois ont accepté dimanche la réforme fiscale des entreprises et financement de l'AVS (RFFA) ainsi que sa déclinaison cantonale avec un taux unique à 13,99%. Dans la foulée, ils ont aussi dit "oui" à une hausse des subsides d'assurance-maladie (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les Genevois ont accepté dimanche à 62,18% la réforme fiscale des entreprises et financement de l’AVS (RFFA). Dans la foulée, ils ont aussi dit « oui » à 58,22% sa déclinaison cantonale. Le taux de participation s’est élevé à 45,29%.

La modification de la loi sur l’imposition des personnes morales (LIPM) prévoit un taux unique de 13,99% à Genève, contre aujourd’hui 11,6% pour les sociétés à statut spécial et 24,2% pour les autres. Défendu par le Conseil d’Etat et la droite, ce taux doit permettre de maintenir l’attractivité du canton auprès des multinationales et de préserver quelque 62’000 emplois directs et indirects.

Hausse des subsides

Conséquence: les pertes fiscales sont estimées à 186 millions de francs pour le canton et à 46 millions pour les communes en 2020. La principale contrepartie de 186 millions sous forme de subsides d’assurance-maladie a aussi été acceptée dimanche par 75,49% des votants.

Cette manne figurait dans le contre-projet à l’initiative de la gauche « Pour des primes d’assurance-maladie plafonnées à 10% du revenu du ménage! ». Celle-ci a recueilli 50,97% de votes pour. Mais la question subsidiaire visant à départager les deux objets en cas de double « oui » a donné le contreprojet gagnant à 53,90%.

Source ATS

Continuer la lecture