Rejoignez-nous

Leman Express

Ces Savoyards vont chanter Cé qu’è lainô à Genève

Publié

,

le

Le groupe Lou Reclan deu Shablè

Léman Express, oblige, les liens transfrontaliers se tissent davantage à l’occasion de l’inauguration du nouveau réseau de transport régional. Samedi 14 et dimanche 15 décembre, en gare de Cornavin, des festivités seront organisées pour le lancement des premiers trains. Dans ce cadre, quelques jours après l’Escalade, la compagnie 1602 y chantera le “Cé qu’è lainô”. Une tradition à ce moment de l’année.

L’association historique sera à cette occasion accompagnée d’une formation musicale chablaisienne basée à Thonon, Lou Reclan de Shablè, qui interprètera les couplets de l’hymne genevois sur le sol suisse. Rappelons que sur les 68 strophes de la chanson, près de la moitié décrivent la mise à morts de prisonniers savoyards. Cette période de l’histoire n’est heureusement aujourd’hui plus source de tensions entre Genevois et Savoyards.

Odile Lalliard Membre du groupe Lou Reclan de Shablè

Selon l’enseignante Magali Gobber, le texte ne devrait pas poser problème en terme de langue car cette formation est habituée aux chants en franco-provençal savoyard. Il existe déjà une communauté linguistique entre savoyards et genevois.

“Une excellente nouvelle” pour un historien de l’Escalade 

Pour Henri Roth, auteur de les mascarades oubliées de l’Escalade (Slatkine): “La compagnie de 1602 s’ouvre à la région. La fête de l’Escalade doit évoluer dans ce sens là avec notre ville, notre canton. On n’a plus de murailles ou une armée de douaniers autour du canton. L’idée de fédérer toute la région est excellente. On devrait oublier que cet évènement historique a opposé savoyards et genevois. Tous ensemble nous pouvons nous inspirer de l’histoire genevoise pour regarder vers l’avenir. Quoi de mieux que de chanter ensemble pour regarder vers cet avenir commun, conclut le passionné d’histoire genevois.

Henri Roth

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Le Léman Express tourne à plein régime dès ce mercredi

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

La fin des mouvements sociaux en France va enfin permettre au Léman Express d’être opérationnel pour la première fois sur l’ensemble de son parcours. Les lignes 2 et 3 qui desservent respectivement Annecy et Le-Fayet-Saint-Gervais seront inaugurées.

Après un premier bilan positif donnée lundi, le Léman Express va encore vivre une journée spéciale. Ce mercredi le déploiement intégral du train transfrontalier devrait être effectif plus de cinq semaines après la date prévue. L’ensemble des lignes pourront être desservies en raison de l’arrêt des grèves en France. Rappelons que le mouvement social relatif à la réforme des retraites a amputé le nouveau réseau et limité la desserte au tronçon suisse et à Annemasse. Pour la première fois depuis son lancement, le RER genevois va couvrir l’ensemble du réseau transfrontalier. Les détails de Mario Werren, directeur de Lemanis.

Mario Werren Directeur de Lemanis

 

Quelques soucis à régler

En dépit de la mise en circulation totale du Léman Express, quelques soucis subsistent toujours et sont en cours de résolution. Notamment en ce qui concerne le problème des places aux heures de pointe. Les explications de Mario Werren, directeur de Lemanis.

Mario Werren Directeur de Lemanis

Pour rappel, selon les premières estimations, le RER genevois transporte 25’000 voyageurs par jour en moyenne entre Coppet et Annemasse et entre Genève et la Plaine. Une évaluation plus précise des chiffres de fréquentation devrait être faite en mai ou en juin.

Continuer la lecture

Actualité

Mario Werren: « Le Léman Express est une belle réussite »

Publié

le

Un mois après la mise en circulation du Leman Express, Mario Werren, directeur de Lemanis considère le train transfrontalier comme une réussite. La fréquentation est déjà très bonne en dépit d’une mise en service partielle du fait des grèves qui sévissent en France.

Le premier bilan du Leman Express après un mois d’exploitation est très positif et c’est une surprise selon Mario Werren. Le directeur de Lemanis explique qu’il s’attendait à une montée en puissance un peu plus lente et que la fréquentation est plus élevée que prévue. En dépit des mouvements sociaux qui touchent la France, le Leman Express a pu assurer une grande partie de son tracé. Les explications de Mario Werren, directeur de Lemanis.

Mario Werren  Directeur de Lemanis

 

Un métro pour les Genevois

Le Léman Express serait donc une réussite et utilisé aussi bien par les Genevois que par les Français. C’est ce que révèlent les observations de Lemanis lors de ce premier mois d’activité. Par ailleurs, la population genevoise utiliserait le Leman Express comme un métro pour se rendre d’un bout à l’autre de la ville. Les détails de Mario Werren, directeur de Lemanis.

Mario Werren  Directeur de Lemanis

 

Des soucis mineurs

Si le Leman Express semble sur les bons rails, tout n’est pas rose. Le transport transfrontalier affronte encore quelques problèmes techniques et logistiques. Une situation qui n’inquiète pas Mario Werren qui rappelle que le train est encore en rodage et que ces soucis jugés mineurs seront réglés avec le temps.

Mario Werren  Directeur de Lemanis

Le directeur de Lemanis a d’ailleurs pu constater l’évolution des interrogations des usagers entre les mois qui ont précédé le lancement et la période qui a suivi la mise en route du Leman Express. Les explications de Mario Werren, directeur de Lemanis.

Mario Werren  Directeur de Lemanis

La mise en place de l’ensemble de l’offre devrait être assurée dans les prochaines semaines en fonction de l’évolution des mouvements sociaux qui touchent la France.

Continuer la lecture

Actualité

Le Léman Express est inauguré

Publié

le

Le Léman Express est inauguré. Les premiers trains avec les responsables officiels suisses et français sont partis de Coppet (VD) et de La Roche-sur-Foron (Haute-Savoie, France) pour rejoindre la gare de Genève-Eaux-Vives peu après 14 heures. Les menaces de grève pesaient sur la circulation du premier train côté français, le programme a finalement pu être respecté.

Alors que Serge Dal Busco participait aux festivités suisses, le président du Conseil d’Etat s’est rendu en France pour symboliser le rapprochement entre les différents territoires frontaliers du Grand Genève. Sur Radio Lac, Antonio Hodgers estime que pour les Genevois, le Léman Express sera considéré comme un métro. Il permettra de se déplacer en ville rapidement. Il améliorera la vie genevoise dans la mesure où les frontaliers pourront abandonner la voiture. Les habitants éloignés du centre de Genève pourront par exemple sans encombre rejoindre l’hôpital.

Antonio Hodgers avec Christian Dupessey, maire d’Annemasse et Président Annemasse Agglo

Antonio Hodgers Président du Conseil d'Etat

Parmi les officiels français, le président de la région Auvergne -Rhône-Alpes, interrogé par Benoît Rouchaleau de Radio Lac s’est adressé aux frontaliers en rappelant son soutien à ceux et celles qui travaillent en Suisse. Il a valorisé l’opportunité pour l’économie locale de pouvoir attirer plus facilement la clientèle genevoise. Pour Laurent Wauquiez, le Léman Express est une possibilité de rapprochement supplémentaire entre sa région et le Canton de Geneve. Les deux territoires présentent des caractéristiques communes comme l’excellence des universités, des start-up et des qualités de gestion des comptes publics.

Laurent Wauquiez Président de la région Auvergne-Rhône-Alpes (France)

 

Continuer la lecture

Actualité

Un RER qui doit transformer une région

Publié

le

Le Léman Express est inauguré jeudi lors de trois cérémonies à Coppet (VD), la Roche-sur-Foron (F) et Genève-Eaux-Vives. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

C’est le grand jour pour le Léman Express. Le plus vaste réseau transfrontalier d’Europe est officiellement inauguré jeudi, trois jours avant son ouverture au public.

Trois cérémonies sont programmées jeudi, les premières dès 11h00 sur sol vaudois à Coppet et français à La Roche-Sur-Foron. Les invités et autorités se retrouveront ensuite à 14h00 à la gare de Genève-Eaux-Vives. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, la conseillère d’Etat vaudoise Nuria Gorrite et son homologue genevois Serge Dal Busco participeront notamment aux festivités.

Côté français, plusieurs personnalités politiques sont également attendues, mais pas la ministre des transports Elisabeth Borne. Celle-ci a annulé son déplacement alors que la France se trouve en plein conflit social.

Ces grèves pourraient d’ailleurs occasionner des accrocs pour le lancement du réseau sur la partie française, mais pas du côté suisse. « Les grèves ne menacent pas la mise en service du Léman Express », avait assuré en début de semaine son directeur Mario Werren, dans une interview à la RTS.

Chantier du siècle

Attendu de longue date, le Léman Express devra maintenant tenir les immenses promesses placées en lui, à savoir de révolutionner la mobilité de la région.

La mise en place du réseau franco-valdo-genevois n’a été rendue possible que grâce à la construction du CEVA, un tronçon ferroviaire d’une longueur de 16 kilomètres, qui permet de relier les deux rives du canton de Genève en connectant la gare d’Annemasse (F) à celle de Cornavin. Cette ligne est la colonne vertébrale du RER ouest lémanique.

Considéré par les autorités genevoises comme le chantier du siècle, le CEVA aura coûté environ 1,6 milliard de francs à la Suisse et plus de 230 millions d’euros à la France. Le premier coup de pioche a été donné en novembre 2011. Côté genevois, cinq stations nouvelles ou entièrement réhabilitées jalonnent la ligne.

Le chaînon manquant

Grâce au CEVA, chaînon ferroviaire manquant entre la Suisse et la France, un impressionnant réseau, composé de 230 kilomètres de lignes et 45 gares, peut être mis en service. Il permettra d’aller en train de Coppet (VD) à Annemasse, de Genève à Thonon-les-Bains (F), de Cluses (F) à Meyrin (GE).

Le RER couvre une région où habitent plus d’un million d’habitants. Ce mode de transport devrait notamment être utilisé par les nombreux pendulaires qui, côté français, sont souvent condamnés à prendre leur voiture, faute de solution alternative pour se rendre à leur travail. Les autorités espèrent ainsi un désengorgement des routes.

Une réduction de 12% du trafic automobile est attendue à l’heure du pointe du matin. Cinq des six lignes du Léman Express desserviront 30% des actifs qui résident hors du canton de Genève et qui y travaillent. L’offre de places P+R va s’étoffer pour atteindre 9’200 places, en 2023.

Transformations urbaines

Le Léman Express agit aussi comme un formidable moteur en matière d’urbanisation. Des quartiers sortent de terre autour des stations, des immenses périmètres sont réaménagés, des logements et des commerces voient le jour. La mutation est aussi en cours en France. A Annemasse, le périmètre de la gare se métamorphose.

Le matériel roulant du Léman Express est composé de rames Régiolis du constructeur français Alstom et de rames FLIRT du fabricant suisse Stadler. Au centre du réseau, entre Genève et Annemasse, six trains par heure et par sens circuleront. Le trajet entre Genève et Annemasse sera de 22 minutes.

 

Source / ATS

Continuer la lecture

Actualité

Que pensent les Genevois du Leman Express?

Publié

le

Dans un peu plus de deux semaines sera mis en service le Leman Express. Ce train transfrontalier qui va desservir Genève et son agglomération ne laisse personne indifférent. Dans les médias, les politiques y vont tous de leur opinion personnelle. Mais qu’en pensent réellement les habitants de Genève? Radio Lac est parti à la rencontre des Genevois et des Genevoises pour savoir ce qu’ils pensent vraiment du Leman Express. 

C’est assurément LE sujet de cette fin d’année. Après des années de négociations, de travaux et de votations, le projet du Léman Express va finalement voir le jour le 15 décembre prochain. Présent partout dans les médias, le sujet divise des deux côtés de la frontière. Aussi bien en Suisse qu’en France, les arguments concernants la mobilité, l’environnement, les dépenses et l’insécurité fusent. Et les Genevois et les Genevoises, ils en pensent quoi?

Une bonne nouvelle pour réduire le trafic et l’environnement

La plupart des Genevois interrogés tombent d’accord: le Leman Express est une excellente nouvelle pour désengorger le trafic d’une ville submergée chaque jour par des milliers de véhicules. Conséquence directe de cette réduction de véhicule tant attendue, les bienfaits pour un environnement moins pollué sont également soulignés et applaudis. C’est le cas de Luca et de Martin, un cycliste qui en a marre de respirer la fumée des pots d’échappements.

Luca, habitant de Genève

Martin, habitant de Genève

Néanmoins, certains Genevois sont plus sceptiques et ne sont pas convaincus que le nouveau train transfrontalier va véritablement réduire le trafic à Genève, à l’image de Guillaume, un Genevois qui pense que le trafic va stagner plutôt que de se réduire.

Guillaume, habitant de Genève

D’autres Genevois se félicitent de l’arrivée du Leman Express, car il va simplifier les trajets des deux côtés de la frontière. Les Genevois pourront se rendre en montagne plus facilement et le train va faciliter la vie des habitants de France Voisine qui viennent travailler à Genève. C’est l’opinion que défendent Julien et Mika.

Julien, habitant de Hermance à Genève

Mika, habitante de Confignon à Genève

Les dépenses et l’insécurité, les soucis des Genevois

Parmi les Genevois les plus réticents ou les moins convaincus par le projet, deux sujets reviennent systématiquement: le coût du projet et l’insécurité à Genève. Côté financier, les dépenses exorbitantes et les nuisances des travaux qui y sont liés dérangent les Genevois qui considèrent les coûts pharaoniques par rapport au résultat final. C’est notamment le cas de Yoann et de Paule, deux habitants de Genève qui remettent en cause le coût des travaux.

Yoann, habitant de Genève

Paule, habitante de Genève

Concernant le pôle qui a trait à l’insécurité, les Genevois et Genevoises interrogés mettent en avant les nombreux faits divers de ces dernières années ainsi que les problèmes actuels qui concernent des bandes de jeunes venus de l’autre côté de la frontière. Les habitants de Genève ont peur qu’en facilitant encore plus l’accès à Genève, l’insécurité explose et que les faits divers se multiplient. C’est le cas de Sara et de Jean-Jacques, tous deux Genevois.

Sara, habitante de Genève

Jean-Jacques, habitant de Genève

Environnement, mobilité, insécurité, finance, les Genevois sont divisés sur les nombreux sujets qui entourent le Leman Express. En attendant l’inauguration le 15 décembre prochain, les débats continuent. Seul l’avenir nous dira si ce projet transfrontalier est une grande réussite ou un échec colossal.

Continuer la lecture