Rejoignez-nous

Actualité

L'Ukraine remporte l'Eurovision 2022, la Suisse 17e

Publié

,

le

Avant la finale déjà, le groupe ukrainien Kalush Orchestra était donné favori. (© Keystone/AP/LUCA BRUNO)

Le groupe ukrainien Kalush Orchestra a remporté samedi soir à Turin le 66e concours de l'Eurovision de la chanson. La Suisse, représentée par l'Appenzellois Marius Bear, termine à la 17e place.

Le groupe Kalush Orchestra, dont la chanson "Stefania" mêle hip-hop et musique traditionnelle, a recueilli 631 points, devant le Britannique Sam Ryder et son titre "Space Man" (466 points) et la chanteuse espagnole Chanel avec "Slo Mo" (459 points).

Après avoir été élu à la 12e place par le jury, le participant suisse Marius Bear a essuyé un revers lors du vote du public. Les spectateurs lui ont attribué zéro point, ainsi qu'à sa chanson "Boys Do Cry" ("Les garçons pleurent"). Avec 78 points, la Suisse s'est finalement classée 17e, une meilleure place que ce que les bureaux de paris avaient prédit.

La dernière place était cette année occupée par l'Allemagne avec six points. La France est avant-dernière.

Troisième victoire

"Notre courage impressionne le monde, notre musique conquiert l'Europe", a réagi le président ukrainien Volodymyr Zelensky sur Facebook.

C'est la troisième victoire de l'Ukraine dans ce concours après celle de 2004 et surtout l'édition 2016 - deux ans après l'annexion de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie - avec Jamala et le titre "1944", une chanson racontant la déportation des Tatars par Staline.

Comme lors des deux demi-finales organisées cette semaine à Turin, une marée de drapeaux bleu et jaune du pays sous la mitraille de l'armée russe a déferlé dans l'arène du Pala Olimpico de la capitale piémontaise (nord-ouest de l'Italie) où se sont produits les 25 finalistes.

"S'il vous plaît, aidez l'Ukraine et Marioupol! Aidez Azovstal", a appelé sur scène le chanteur du Kalush Orchestra, Oleh Psiuk, dont la prestation a été ovationnée. Les messages politiques sont généralement proscrits à l'Eurovision mais les organisateurs ont fait savoir que l'Ukraine ne serait pas disqualifiée pour ces propos.

"Nous comprenons les sentiments profonds autour de l'Ukraine dans ce contexte et considérons que les commentaires du Kalush Orchestra et d'autres artistes exprimant leur soutien au peuple ukrainien sont de nature humanitaire plus que politique", a fait savoir l'Union européenne de Radio-Télévision (UER), organisatrice de l'événement.

Dispense provisoire

L'UER avait exclu la Russie de la compétition le lendemain de l'entrée des troupes russes en Ukraine le 24 février.

L'Ukraine a recueilli la note maximum - 12 points - de plusieurs ex-républiques ou pays satellites de l'Union soviétique: la Pologne, pays en Europe ayant accueilli le plus grand nombre de réfugiés ukrainiens depuis le début de la guerre, la Moldavie, la Lettonie, la Roumanie et la Lituanie.

A six sur scène, les membres du groupe ukrainien, tous en âge de combattre, bénéficiaient d'une dispense provisoire délivrée par le gouvernement de Kiev, mais ils devront rentrer chez eux prendre les armes dès la fin du concours. L'un d'eux est resté au pays.

"Un membre du groupe a rejoint la défense territoriale de Kiev au troisième jour de la guerre", confiait le chanteur Oleh Psiuk à l'AFP avant la finale de samedi soir. "Nous sommes très inquiets pour lui, nous espérons le retrouver sain et sauf à notre retour".

L'Eurovision à Marioupol?

Selon les règles de l'Eurovision, la prochaine édition du concours devrait se tenir en Ukraine, qui serait selon les mots d'Oleh Psiuk "une Ukraine nouvelle, intégrée, développée et florissante".

Pour Volodymyr Zelensky, l'Eurovision 2023 devra se tenir dans la ville de Marioupol "libre, pacifique et reconstruite". Stratégique ville portuaire d'Ukraine, Marioupol est toujours intensément bombardée par les Russes selon Kiev.

Le président du Conseil européen, Charles Michel a lui dit souhaiter que l'édition 2023 de l'Eurovision se tienne "à Kiev dans une Ukraine libre et unie", tandis que la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a rappelé: "L'UE est avec vous".

Le Premier ministre britannique Boris Johnson s'est félicité d'une victoire qui reflète le "soutien indéfectible" de l'Europe aux côtés de l'Ukraine.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Suisse

Mois de février le plus doux depuis le début des mesures en 1864

Publié

le

La première quinzaine de février a été particulièrement douce (image d'illustration). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Le mois de février qui s'achève bientôt est le plus doux depuis le début des mesures en 1864. En considérant l'ensemble de la Suisse, l'excédent de températures est de 4,9 degrés, selon MeteoNews. Les valeurs ont même été supérieures à la moyenne du mois de mars.

Dans la première quinzaine de février, l'excédent de températures était de 5 degrés en moyenne sur l'ensemble du territoire suisse, indique mardi Meteonews. Cet excédent devrait légèrement diminuer dans la deuxième moitié du mois, malgré des températures toujours supérieures à la moyenne.

Le précédent record pour un mois de février remontait à 1990, avec un excédent de 4,1 degrés. C'est surtout dans l'est de la Suisse, avec localement plus de 6 degrés, que l'écart a été le plus important. Dans l'ouest et le sud du pays également, l'excédent n'a jamais été inférieur à trois degrés.

Végétation précoce

La végétation se montre sensible à ces températures inhabituelles: elle est bien plus avancée que d'habitude à cette période de l'année, relève Meteonews. Les premiers pêchers et abricotiers sont déjà en fleurs, deux à trois semaines plus tôt que la normale. Leurs fleurs risquent toutefois de geler en cas de gel en mars, ce qui est probable.

En raison de deux situation de barrage assez marquées, le sud du pays a été nettement trop humide jusqu'à présent, note le service météorologique. L'est et l'ouest ont été légèrement trop arrosés, alors que les précipitations ont généralement été trop faibles dans le reste du pays. Sur l'ensemble de la Suisse, les pluies se situent plus ou moins dans la norme.

Jusqu'ici, la Suisse a enregistré un déficit d'ensoleillement d'environ 13%. Le soleil a globalement brillé normalement sur le Plateau, alors qu'ailleurs, le ciel était généralement trop nuageux, en particulier dans le Jura, dans le sud du pays et dans les Grisons.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Environnement

La Suisse devrait s'aligner sur l'UE pour autoriser des pesticides

Publié

le

La Confédération devra reprendre les décisions de l’UE pour l'homologation des produits phytosanitaires (archives). (© KEYSTONE/DPA/THOMAS WARNACK)

La Confédération devra reprendre les décisions de l’UE pour l'homologation des produits phytosanitaires. A l’instar du National, le Conseil des Etats a soutenu mardi par 27 voix contre 13 une motion du Centre sur ce sujet.

La liste des produits disponibles a été largement réduite et la protection des cultures est aujourd'hui déjà insuffisante. On peut craindre que des résistances n'apparaissent. En raison de la lenteur de la procédure d'homologation suisse, les agriculteurs ne disposent pratiquement pas de nouveaux produits, déplore l'auteur de la motion Philipp Bregy (Centre/VS).

Dans les pays voisins, les agriculteurs peuvent utiliser de nouvelles substances actives, à la fois plus efficaces et plus respectueuses de l'environnement. La Suisse devrait reconnaître l'homologation par l'UE de ces nouvelles substances actives. Celles-ci seraient ainsi disponibles plus vite sur le marché helvétique.

Le Conseil fédéral a certes mis en consultation une révision de l’ordonnance sur les produits phytosanitaires qui permettra de rapprocher la procédure d’homologation suisse de celle de l’UE. Mais les partis de droite du Conseil des Etats veulent des mesures supplémentaires. Il s'agit de protéger la production, comme celle des pommes de terre ou des cerises, ont plaidé plusieurs élus.

Pollution des eaux

Le PS, les Vert-e-s et le PVL se sont opposés à cet alignement. Céline Vara (Vert-e-s/NE) a rappelé le niveau problématique de pollution des eaux en Suisse. Et les homologations ne sont valables dans toute l’UE que pour les substances actives. Les produits en revanche sont examinés dans les différents pays et ne sont homologués que par zone.

Le Conseil fédéral s'est aussi opposé à la motion. Il a déjà pris plusieurs mesures pour faciliter la reconnaissance des autorisations de produits phytosanitaires délivrées dans l'UE, a déclaré la ministre de l'Intérieur Elisabeth Baume-Schneider.

Afin de reconnaître automatiquement l'approbation de substances actives dans l'UE, il est nécessaire d'avoir accès à l'ensemble du dossier contenant les données scientifiques. Pour cela, il faut un accord qui n'existe pas actuellement.

Sans données sur les propriétés des produits et sans le rapport d'évaluation des autorités de l'UE, il n'est pas possible de fixer des prescriptions d'utilisation adaptées aux conditions suisses. Une argumentation qui n'a pas suffi.

Le National avait accepté la motion par une courte majorité, de 92 voix contre 82 et 7 abstentions. Le Conseil fédéral va désormais devoir légiférer. Cela pourrait passer par une révision de la loi sur la politique agricole.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Trust refusé, mais libéralisation des fondations de familles en vue

Publié

le

La droite veut une libéralisation des fondations de familles pour les transmissions d'héritage, la gauche et Christian Dandrès (PS/GE) ont critiqué un système sordide (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

L'institution du trust ne verra pas le jour en Suisse. Mais la droite du Parlement a décidé de libéraliser les fondations de familles, comme alternative. La gauche a dénoncé un système "sordide" qui ne profite qu'aux grandes fortunes.

Afin d'éviter que les clients suisses ne doivent se tourner vers l'étranger, le Parlement avait chargé le gouvernement d'élaborer un projet pour instaurer le trust dans le droit suisse. Le Conseil fédéral y a renoncé, faute de consensus.

Le National a désormais choisi comme alternative de passer par une libéralisation des fondations de famille. Il a avalisé une motion en ce sens de Thierry Burkart (PLR/AG), déjà soutenue au Conseil des Etats.

La gauche était contre. "La majorité cherche à faire passer un instrument d'optimisation fiscale pour un outil en faveur des PME", a dit Christian Dandrès (PS/GE). "C'est un système sordide qui permettra à des immenses fortunes de se perpétuer dans le temps". Le Conseil fédéral aurait aussi préféré d'abord analyser la situation, en vain.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Durabilité: les institutions culturelles pourraient mieux faire

Publié

le

L'Opéra de Sydney remporte la palme en matière de durabilité sociale et environnementale avec un score de 98 points sur 100, selon l'étude (archives). (© KEYSTONE/EPA AAP/DAN HIMBRECHTS)

En matière de durabilité sociale et environnementale, les institutions culturelles sont à la traîne. Les Anglo-Saxons sont les plus avancés selon une étude internationale dirigée par l'Université de Lausanne (UNIL).

L'enquête a été menée sous forme de questionnaire auprès de 206 musées, théâtres et opéras de premier plan sur tous les continents. Les sondés ont été évalués selon des critères sociaux et environnementaux, a indiqué mardi l'UNIL dans un communiqué.

Les résultats, publiés dans la revue Sustainability: Science, Practice and Policy, montrent que pour 60% des sondés, les questions de durabilité n'ont été intégrées à leur stratégie que dans les cinq dernières années, voire moins. En moyenne, les institutions culturelles ont obtenu 37 points sur les 100 possibles.

Selon Julie Grieshaber, co-auteure de l'étude à l'UNIL, interrogée par Keystone-ATS, ces institutions auraient du fait de leur position privilégiée la possibilité de jouer un rôle de pionnier, mais la plupart ne le font pas.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Mobilité

Plus d'avions dans le ciel suisse, mais pas autant qu'en 2019

Publié

le

Archives (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)
Le trafic aérien a continué sa progression en Suisse en 2023, enregistrant une hausse de 5.1%, indique Skyguide mardi dans un communiqué. Il reste toutefois inférieur de 7,6% au niveau de 2019, avant la pandémie de coronavirus.

Avec la reprise du trafic de vacances, les vols vers et au départ des aéroports de Genève (+6,6%) et Zurich (+15,1%) ont cru plus que la moyenne entre 2022 et 2023, précise le contrôleur aérien. La ponctualité des vols civils contrôlés par Skyguide était, elle, "très élevée", avec 97,7% des vols à l'heure.

L'entreprise détenue majoritairement par la Confédération boucle l'année sur un bilan financier positif. Le résultat d'exploitation de Skyguide a augmenté de 9.5% en 2023, à 530 millions de francs.

Ce résultat est cependant inférieur aux attentes, explique l'entreprise, principalement parce que le trafic s'est redressé moins vite que prévu. Un autre facteur expliquant le bénéfice moins bon qu'attendu est la migration en cours de son système vers une nouvelle infrastructure technique virtualisée.

L'ancienne infrastructure n'est pas entièrement hors-service et ce double fonctionnement temporaire entraîne des coûts plus élevés, note le contrôleur aérien. Il augmente également les risques d'erreur: trois incidents ont eu lieu entre le début de l'année 2023 et aujourd'hui débouchant sur des perturbations du trafic aérien à l'aéroport de Zurich, sans toutefois compromettre la sécurité, selon Skyguide.

Continuer la lecture