Rejoignez-nous

Actualité

Le Parlement pour la libre circulation

Publié

,

le

Tous les partis, à l'exception de l'UDC, ont rejeté l'initiative contre la libre circulation (archives). (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

L’initiative de l’UDC contre la libre circulation des personnes n’obtient pas le soutien du Parlement. Après le National, le Conseil des Etats a recommandé lundi, par 38 voix contre quatre et trois abstentions, de rejeter le texte.

L’initiative populaire « pour une immigration modérée » a fait l’objet d’un débat bien plus court qu’au National. Les positions esquissées alors se sont confirmées. Seuls quatre sénateurs du groupe UDC ont soutenu le texte. Tous les autres partis ont défendu la libre circulation.

Le projet exige que la Suisse règle l’immigration de manière autonome. Si le texte était accepté par le peuple, les autorités auraient un an pour négocier la fin de l’accord sur la libre circulation avec Bruxelles. Faute de solution dans ce délai, le Conseil fédéral devrait dénoncer l’accord dans le mois qui suit.

Suixit dur

Une telle situation ne serait pas un problème pour les initiants. « Lier accord commercial et accord de libre circulation est une mauvaise construction », a dénoncé Thomas Minder, reprochant au gouvernement de ne pas avoir de stratégie en matière d’immigration. Et l’indépendant schaffhousois, rattaché au groupe UDC, d’estimer que l’Union européenne (UE) ne laisserait de toute manière pas tomber un « bon client » comme la Suisse.

Un point de vue que ni les autres partis, ni la ministre de la justice ne partagent. Les conditions d’un « Suixit » pourraient être plus dures que celles d’un Brexit. Bruxelles n’a pas d’obligation de négociation avec la Suisse pour obtenir un nouvel accord, a souligné Karin Keller-Sutter.

« L’initiative conduirait à la fin des relations bilatérales avec l’UE telles que nous les connaissons », a abondé Christian Levrat (PS/FR). Et le Fribourgeois d’appeler au contraire à « remettre en marche le moteur européen », à « reconstituer un front européen ». Il faut récréer une alliance entre les milieux économiques et les organisations des salariés, et ainsi effacer les erreurs du passé, s’est-il enthousiasmé.

Se tirer une balle dans le pied

« Soutenir ce texte serait comme se tirer une balle dans le pied », a également critiqué Damian Müller (PLR/LU). A ses yeux, il s’agit de l’initiative la plus hostile à l’économie. Beaucoup d’emplois seraient perdus.

Le projet ne vise pas seulement à réduire l’immigration, il touche aussi à l’économie, la recherche et le développement, a-t-il poursuivi. L’accepter aurait des conséquences graves sur les capacités innovantes du pays. Et la concurrence est énorme dans ce domaine. « Nous ne devons pas devenir la risée de tous! »

Pénurie de main d’oeuvre

Les initiants estiment quant à eux que l’initiative résoudrait bien des problèmes. Il n’y a bientôt plus de place, a lancé Thomas Minder, en soulignant qu’aucun pays voisin n’accueille autant d’étrangers que la Suisse. L’immigration est, selon lui, à l’origine de la hausse des loyers, la perte des traditions, l’explosion de l’aide sociale et bien d’autres soucis.

Pour Marco Chiesa (UDC/TI), l’accord de libre circulation permet aussi un dumping salarial et une hausse de la criminalité. Reconnaissant que la situation était plus dure pour les régions frontalières romandes et tessinoises, la conseillère fédérale a cependant souligné que les travailleurs étrangers occupaient souvent les emplois délaissés par les Suisses.

Karin Keller Sutter a également mis avant le besoin grandissant en main-d’oeuvre qualifiée venue de l’étranger, avec l’arrivée à la retraite de nombreuses personnes. Abandonner la libre circulation aggraverait la pénurie sur le marché du travail. La Suisse a une stratégie en matière d’immigration, s’est encore défendue la ministre. Quand elle en a besoin, elle peut aller puiser dans l’énorme réservoir européen de main-d’oeuvre.

Le Conseil national ayant déjà recommandé le rejet de l’initiative, le texte est prêt pour les votations finales. Il devrait être présenté au peuple au printemps prochain.

 

Source / ATS.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

8 et 9 ans de prison pour les braqueurs de la Coop des Palettes

Publié

le

A Genève, le verdict du braquage de la Coop des Palettes est tombé ce midi. Le Tribunal criminel ne retient pas la tentative d’assassinat, mais seulement le brigandage aggravé. Il condamne les deux accusés à 8 et 9 ans de prison.

Huit et neuf ans de prison, ce sont les peines prononcées par le tribunal criminel à Genève à l’encontre des deux braqueurs de la Coop des Palettes. Le tribunal n’a pas retenu la tentative d’assassinat comme le demandait le Ministère public qui avait réclamé 12 ans de prison.

Lors de ce braquage en février 2016, quatre coups de feu avaient été tirés par les auteurs, alors âgés de 19 et 21 ans. Une employée et un client avaient été blessés. L’employée gravement, au pied. Montant du butin : 5300 francs. Le Tribunal criminel genevois les a reconnu coupables de brigandage qualifié. Le tireur a écopé d’une peine de 8 ans.

Ecoutez son avocat, Maître Vincent Spira.

Vincent Spira Avocat du tireur

Vincent Spira se dit satisfait de ce jugement et n’envisage pas de faire recours.

Prise de conscience

Les juges ont tenu compte du jeune âge des accusés au moment des faits, 19 et 21 ans. Leurs trois ans et demi de prison en détention préventive les a conduit au début d’une prise de conscience.

Le tireur a écopé d’une peine plus légère d’un an que son complice, qui n’était pourtant pas armé. Le complice a pris 9 ans, il a été considéré comme co-auteur des coups de feu. La réaction de son avocat, Maître Arnaud Moutinot.

Arnaud Moutinot Avocat du complice

Selon le Tribunal criminel, le complice écope d’une peine plus lourde en raison de sa participation à un autre braquage, celui d’une station-service. Son avocat envisage de faire recours contre ce verdict.

Trois autres prévenus comparaissaient devant le Tribunal criminel de Genève.

Deux pour avoir pris part, avec l’un des principaux accusés, à l’attaque de la station-service et le troisième pour avoir fourni l’arme ayant servi au braquage de la Coop. Les peines qui leur ont été infligées leur évitent un retour en prison.

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Coronavirus: les numéros de trois hotlines sont disponibles

Publié

le

Promise par la confédération, la hotline destinée à rassurer et informer sur la propagation du Coronavirus vient d’être communiquée. Le dispositif comprend en réalité trois numéros distincts afin de mieux orienter et traiter les demandes. Que ce soit à titre privé, professionnel ou parce qu’ils envisagent un voyage en Asie, les Genevois souhaitant obtenir des informations sur le coronavirus peuvent désormais contacter la hotline mise en place par l’office fédéral de la santé publique. La population souhaitant s’informer peut directement appeler le 058 463 00 00. Un autre numéro est dédié aux voyageurs 058 464 44 88. Enfin la dernière hotline se concentre sur les demandes des professionnels 058 462 21 00.

 

Continuer la lecture

Actualité

Genève dispose d’une économie solide selon S&P

Publié

le

La dernière évaluation du canton de Genève par l’agence de notation Standard & Poor’s (S&P) confirme la note de référence à long terme AA- attribuée au canton. Le Département des finances et des ressources humaines (DF) se félicite de cette nouvelle dans un communiqué publié ce mercredi.

La perspective associée reste stable, reflétant l’anticipation de l’agence selon laquelle le canton de Genève continuera de bénéficier d’une économie en expansion et sera en mesure de limiter tant les impacts financiers de la mise en œuvre de la réforme de la fiscalité des entreprises (RFFA) que ceux liés à la recapitalisation de la Caisse de prévoyance de l’Etat de Genève (CPEG).

La confirmation de la note s’appuie, selon S&P, sur une économie très solide et un cadre institutionnel favorable. Bien qu’elle anticipe une légère réduction du rythme de la croissance du PIB genevois en 2020, l’agence de notation relève que le canton peut s’appuyer sur un tissu économique diversifié et une concentration d’activités à forte valeur ajoutée.

Une assise rassurante pour les investisseurs

S&P considère que le canton continue d’afficher une gestion de la dette et de la liquidité adéquate, qui lui permettra de contrôler ses besoins de financement après la mise en œuvre de la réforme de la fiscalité des entreprises. L’agence de notation souligne le rôle pionnier du canton de Genève en matière d’obligations vertes. Il a en effet procédé, en 2017, à la première émission obligataire verte d’une collectivité publique suisse. En 2019, le canton a renouvelé cette démarche innovante avec l’émission d’une deuxième obligation verte pour un montant record de CHF 660 millions, dans le but de couvrir les investissements réalisés par le canton pour la construction de la liaison ferroviaire CEVA.

La gouvernance et la gestion financière du canton sont qualifiées de satisfaisantes par S&P, qui considère néanmoins que le Conseil d’Etat fait face à « des difficultés persistantes altérant sa capacité à mettre en œuvre des solutions structurelles et à se conformer à ses objectifs budgétaires et stratégiques ». S&P salue à ce titre l’engagement du Conseil d’Etat à limiter la détérioration des soldes budgétaires par des mesures destinées à maîtriser les charges de fonctionnement et à augmenter les recettes de fonctionnement de l’Etat dans le but de contenir la hausse de la dette. D’après l’agence de notation, ces objectifs sont indispensables afin que le canton de Genève puisse assurer le maintien des prestations à la population ainsi qu’un niveau élevé d’investissements.

Continuer la lecture

Automobile

La vignette autoroutière: c’est maintenant!

Publié

le

Vignettes autoroutière et Stick'Air (KEYSTONE/Martial Trezzini)

Alors que de nombreux Genevois se préoccupent de l’achat du macaron Stick’Air nécessaire pour rouler en ville en cas de pollution, la priorité reste l’achat de la vignette autoroutière 2020 avant vendredi soir.

Disponible depuis le mois de décembre, la vignette qui coûte 40 CHF est en vente à la douane, aux offices de poste, sur les aires de repos des autoroutes, aux stations service et certains petits commerces.

Des sanction dissuasives

200 francs, c’est le prix de l’amende si la police vous arrête et constate que vous ne disposez pas de la vignette 2020. Les faussaires encourent jusqu’à trois ans de prison cas de falsification d’une vignette. Tous les véhicules à moteur (voitures, motocycles, camions de livraison, etc.) et leurs remorques circulant sur autoroute et semi-autoroute doivent être munis de la vignette. Les véhicules de plus de 3,5 tonnes doivent disposent d’une vignette, sauf s’ils sont déjà soumis à la redevance sur le trafic des poids lourds.

Un collage encadré

Sur une voiture, l’autocollant doit être apposé derrière le pare-brise de manière bien visible à l’intérieur du véhicule. Le plus important est qu’il ne gêne pas la visibilité. Sur les motos et remorques, la vignette est à poser en un endroit facile d’accès. Il est absolument interdit de se servir de ruban adhésif ou d’un film plastique qui permettrait de retirer aisément la vignette pour l’apposer sur un autre véhicule. Si la police vous arrête, vous risquez plusieurs centaines de francs d’amende. Il est recommandé de retirer vos anciennes vignettes car la police peut amender les automobilistes qui maintiennent les anciens autocollants en raison des risques de diminution de la visibilité.

Continuer la lecture

Genève

Météo à Genève: le ciel est et restera densément couvert

Publié

le

Source: Pixabay

La pluie sera au programme aujourd’hui à Genève. Le ciel sera densément couvert. Et les maximales de 7°.

Demain: les nuages seront denses en matinée. Les averses seront plus faibles. Il fera 7° au maximum.

Vendredi: plus de pluie mais des nuages et même des éclaircies. Importante hausse pour les maximales qui seront de 13°.

Attention aux avalanches en Valais

En raison de chutes de neige, des avalanches spontanées sont attendues dans le canton du Valais. Un risque d’avalanche particulièrement élevé, de 4 sur une échelle de 5.

Depuis deux jours 30 à 50 cm de neige fraîche sont tombés. Les endroits dangereux se situent au dessus de 2 000 m. Les sports de neige en dehors des pistes sécurisées sont donc déconseillés.

 

Continuer la lecture