Rejoignez-nous

Actualité

La Cité de la musique serait viable financièrement

Publié

,

le

@Carole Parodi

A Genève, la future Cité de la musique, contestée par un référendum, ne coûtera pas un franc supplémentaire au contribuable genevois. C’est ce qu’affirme la Fondation à l’origine du projet. Une affirmation contestée par les verts – Ville de Genève. Le peuple aura le dernier mot en juin prochain. 

Le fonctionnement de la Cité de la musique à Genève ne coûtera pas un sou de plus au contribuable. C’est ce qu’affirme la fondation qui pilote le projet sur lequel le peuple est amené à voter le 13 juin. Située à côté de la place des Nations, elle devrait accueillir la Haute école de musique et l’Orchestre de la Suisse romande. D’un coût de construction de 300 millions de francs, elle est entièrement financée par des privés. Son coût de fonctionnement, en revanche, est dans le collimateur des opposants au projet, tout comme l’abattage d’arbres. Selon François Abbé-Decarroux, Directeur de la HES-SO Genève, qui regroupe six HES dont la Haute école de musique, la Cité de la musique ne coûtera pas un centime de plus aux Genevois. François Abbé-Decarroux

Dr François Abbé-Decarroux
Directeur de la HES-SO Genève
Dr François Abbé-DecarrouxDirecteur de la HES-SO Genève

Le Canton s’est engagé à prendre en charge 2,5 millions de francs par an de frais de fonctionnement. Mais il reste encore 6,5 millions à trouver, selon le Conseiller municipal et co-président des verts-Ville de Genève, Omar Azzabi. Il craint que la Ville de Genève ne doive passer à la caisse.

Omar Azzabi
Co-président des verts - Ville de Genève
Omar AzzabiCo-président des verts - Ville de Genève

Le coût de fonctionnement a été initialement évalué 13 millions de francs. Mais il a été revu à la baisse et serait plutôt de 10. La surface du bâtiment a notamment été réduite d’un cinquième, avance la fondation de la Cité de la musique.

HEM disséminée rive gauche

La situation actuelle de la Haute école de musique coûte très cher à l’Etat. Elle est disséminée sur 7 lieux différents. François Abbé-Decarroux

Dr François Abbé-Decarroux
Directeur de la HES-SO Genève
Dr François Abbé-DecarrouxDirecteur de la HES-SO Genève

L’investissement est financé par des privés, mais aussi par la Confédération sous la forme de subsides, pour la partie formation de la HEM. Selon la fondation, les deux principaux résidents, l’OSR (Orchestre de la Suisse Romande)  et la HEM (Haute école de musique) assureraient le fonctionnement à hauteur de 3,5 millions de francs. La location des salles et des espaces permettrait de couvrir le reste des frais.

Pour François Abbé-Decarroux, les professionnels de la musique et les étudiants vont se côtoyer pour produire un effet très stimulant. Le projet suscite l’enthousiasme.

Dr François Abbé-Decarroux
Directeur de la HES-SO Genève
Dr François Abbé-DecarrouxDirecteur de la HES-SO Genève

Fondation privée omniprésente

La fondation qui ne dit pas son nom est l’un des principaux donateurs. Elle finance la construction du bâtiment. Un acteur très généreux qui soutient de nombreux projets à Genève. Presque trop, selon Omar Azzabi,

Omar Azzabi
Co-président des verts - Ville de Genève
Omar AzzabiCo-président des verts - Ville de Genève

La Ville de Genève s’est uniquement engagée à assurer l’entretien du parc pour un montant de 430’000 francs par an.

Refuser le cadeau?

Mais Genève peut-elle refuser un tel cadeau ? Pour le Conseiller municipal, la Cité de la musique ne s’oriente pas assez sur les musiques actuelles, que sont le jazz, les musiques contemporaines et du monde.

Omar Azzabi
Co-président des verts - Ville de Genève
Omar AzzabiCo-président des verts - Ville de Genève

La Cité de la musique se dit prête à les accueillir. Si l’Etat veut bien les subventionner. François Abbé-Decarroux.

Dr François Abbé-Decarroux
Directeur de la HES-SO Genève
Dr François Abbé-DecarrouxDirecteur de la HES-SO Genève

Zone de développement et zone verdure

La Cité de la musique prendra place sur la parcelle des Feuillantines, appartenant à l’ONU, qui se situe majoritairement en zone de développement. Une petite partie doit néanmoins être déclassée, de zone verdure en zone à bâtir, selon le Plan localisé de quartier. Une compensation de la même surface est prévue. Les référendaires, dont Sauvegarde Genève, estiment que l’ensemble de ce système écologique doit absolument être conservé. Une expertise de Pro Natura a révélé la présence d’une faune et d’une flore digne d’intérêt, notamment d’une espèce de crapauds protégés.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Le bénéfice net de Visana chute de plus que moitié en 2020

Publié

le

Le rapport de gestion du groupe, paru vendredi, montre que le volume des primes est resté stable à 3,56 milliards de francs, mais le résultat des activités d'assurance s'est contracté de 144,0 millions à 137,4 millions, alors qu'il se situait encore à 162,1 millions en 2018 (archives). (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Le groupe Visana a accusé un recul de 51,1% de son bénéfice net à 110,8 millions de francs au terme de l'exercice 2020 par comparaison avec 2019. Le résultat des placements financiers notamment est passé de 119,3 millions en 2019, à 3,5 millions à fin 2020.

Le rapport de gestion du groupe, paru vendredi, montre que le volume des primes est resté stable à 3,56 milliards de francs, mais le résultat des activités d'assurance s'est contracté de 144,0 millions à 137,4 millions, alors qu'il se situait encore à 162,1 millions en 2018. 52,8 millions sont issus de l'assurance de base et 84,6 millions des assurances complémentaires, contre respectivement 40,2 millions et 103,8 millions un an plus tôt.

L'entreprise bernoise reversera à ses assurés un total 25 millions de francs, prélevés sur les réserves du groupe.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Stadler Rail entend rattraper le retard accumulé en 2021

Publié

le

Les perturbations induites par la crise sanitaire avaient généré l'an dernier des soucis aussi bien pour l'approvisionnement, que dans les procédures d'approvisionnement ou encore des appropriations de commandes par les clients (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Le constructeur de matériel roulant Stadler Rail aura d'ici la fin de l'année gommé le retard accumulé en raison de la pandémie de coronavirus.

Les perturbations induites par la crise sanitaire avaient généré l'an dernier des soucis aussi bien pour l'approvisionnement, que dans les procédures d'approvisionnement ou encore des appropriations de commandes par les clients. Les hangars de l'entreprise ont conséquemment abrité jusqu'à une centaine de locomotives et de rames en attente d'enlèvement.

"Nous avons déjà rattrapé beaucoup de terrain sur le plan des livraisons et les activités dans les services se normalisent avec le solide regain de demande pour les transports publics", explique l'ancien conseiller national UDC thurgovien.

Nonobstant des entrées de commandes pour plus de 16 milliards de francs depuis le début de l'année, Stadler Rail dispose encore de capacités de production disponible en cas d'attribution d'un ou deux appels d'offres additionnels. Le délai entre la passation de commande et la génération de recettes afférente est en effet d'au moins deux ans et un quart des contrats conclus porte sur des prestations de service sur le long terme.

"Notre fief de Bussnang en particulier pourrait à moyen terme gérer une commande d'envergure, mais c'est aussi le cas pour notre usine en Pologne", a détaillé l'entrepreneur. Les sites de Berlin, Valence et Salt Lake City par contre affichent complets.

La récente coentreprise établie en Indonésie avec PT Inkas fait par contre face pour son tout premier contrat à des difficultés liées tant à la pandémie qu'à des soucis de financement.

L'omnipotent patron se donne par ailleurs du temps pour confier les rennes de la direction générale à un successeur attitré. Le conseil d'administration a certes débuté le processus de recrutement, mais Peter Spühler n'a pas prévu de lâcher les commandes avant que Stadler ait "retrouvé son ancienne altitude de croisière".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

L’hôtellerie-restauration a perdu plus de 40’000 emplois en 2020

Publié

le

Le secteur de l'hôtellerie-restauration a perdu des milliers d'emplois l'année dernière, selon le président de GastroSuisse Casimir Platzer (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le secteur de l'hôtellerie et de la restauration suisse a perdu plus de 40'000 emplois l'année dernière en raison de la fermeture d'entreprises suite à la pandémie. Les restaurants qui dépendent du tourisme d'affaires ont été particulièrement touchés.

Les effets du second confinement ne sont pas encore inclus dans le nombre d'emplois perdus calculé par le Seco, souligne Casimir Platzer, président de GastroSuisse, dans une interview publiée vendredi dans les journaux alémaniques de Tamedia. Selon lui, au moins 10'000 emplois supplémentaires ont été perdus depuis.

M. Platzer rappelle qu'un sondage mené début mars par GastroSuisse avait montré que deux tiers des quelque 3500 membres interrogés avaient des problèmes financiers et que 20% avaient déclaré être fermés indéfiniment. Selon un second sondage réalisé en avril, le nombre d'établissements touchés a diminué.

Cela peut être lié aux fonds pour les cas de rigueur, qui ont entretemps été versés, avance M. Platzer. Et d'ajouter: "Nous nous attendions à une baisse de 10 à 15% de la masse salariale. Notre estimation n'était pas trop mauvaise".

Les entreprises du secteur de l'hôtellerie et de la restauration qui dépendent du tourisme d'affaires ou des événements et manifestations ont le plus souffert de la crise. Il en va de même pour les destinations axées sur les marchés éloignés. Certaines destinations de montagne, ainsi que les zones lacustres et rurales, s'en sont mieux sorties, note le directeur de GastroSuisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Un camion sort de l’autoroute entre Payerne et Avenches (VD)

Publié

le

Le chauffeur a été légèrement blessé. (© Police cantonale fribourgeoise)

Un camion circulant sur l'autoroute A1 entre Payerne et Avenches est sorti de la route jeudi matin vers 04h30. Son chauffeur a été légèrement blessé et la voie de droite de l'autoroute fermée pendant trois heures, indique la police fribourgeoise.

Sur place, les policiers ont retrouvé le camion en contrebas d'un talus. Un garage de service a été engagé pour évacuer le véhicule accidenté. Le service d'intervention et d'entretien des routes nationales a lui nettoyé la chaussée et réparé des éléments de l'autoroute. Aucune ambulance n'a été nécessaire.

Des investigations sont en cours afin de déterminer les circonstances de l'accident.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Le Swiss Loto fait deux nouveaux millionnaires

Publié

le

Lors du prochain tirage du Swiss Loto, 1,5 million de francs seront en jeu (archives) (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Le Swiss Loto a fait deux nouveaux millionnaires mercredi. L'un empoche plus de 4,2 millions de francs, le second un million. Les bulletins ont été validés en Suisse alémanique ou au Tessin, a indiqué Swisslos.

Les six bons numéros étaient le 8, 17, 19, 21, 29 et 33. Le numéro Chance était le 4, le rePLAY 5 et le Joker 104258. Le montant en jeu pour le prochain tirage est de 1,5 million de francs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture