Rejoignez-nous

Intempéries

Alerte rouge pour la tempête Britannique

Publié

,

le

Pluies torrentielles, vents violents : la tempête Dennis a balayé dimanche le Royaume-Uni, clouant au sol des centaines d’avions. Les secours ont évacué des habitants du sud du Pays de Galles, placé en alerte rouge pour « danger de mort ».

Un record a à cet égard été établi, celui du « plus grand nombre d’alertes et d’avertissements en cours contre les inondations jamais enregistrés en Angleterre à ce jour », a dit un directeur de l’Agence environnementale (EA) dans un tweet. Il en a dénombré 594 dans une zone allant du sud de l’Écosse à la Cornouailles (sud-ouest de l’Angleterre).

L’Institut météorologique britannique (MET) a émis dimanche matin une alerte rouge dans le sud du Pays de Galles en raison des fortes pluies liées à Dennis. Une première pour des pluies depuis décembre 2015.

Evacuations en cours

Ce niveau d’alerte le plus élevé équivaut à « des conditions météorologiques dangereuses » présentant « un danger de mort », des risques de perturbations dans l’approvisionnement en énergie et de dommages aux infrastructures. De nombreuses évacuations sont en cours dans cette région.

Un homme d’une soixantaine d’années y a été retrouvé mort après être « entré dans la rivière ». Son décès n’est cependant pas considéré comme « suspect ni lié aux intempéries », selon un communiqué de la police.

« Nous exhortons les gens à faire attention et à prendre leurs dispositions pour être en sécurité », a déclaré Jeremy Parr, le responsable de la gestion des risques d’inondations au sein de l’organisme gouvernemental gallois chargé des ressources naturelles.

13 cm de pluie en 24 heures

Plusieurs centaines de vols à destination ou au départ de l’ensemble du Royaume-Uni sont cloués au sol, ont annoncé les compagnies British Airways et EasyJet. La circulation des trains a aussi été suspendue dans le sud du Pays de Galles, en raison de la présence d’eau sur les voies.

Dans la même région, la ville d’Aberdaron a subi des vents de plus de 145km/h et, au barrage de Cray Reservoir, il est tombé 132,8 mm de pluie entre samedi matin 7h et dimanche matin 8h00. Soit l’équivalent de plus d’un mois de précipitations locales (110,8 mm en moyenne en février), a expliqué le MET sur son site internet.

Une disparition

Deux autres corps avaient déjà été repêchés très tôt samedi matin au large de la côte sud de l’Angleterre, dans une mer agitée, au début de la tempête. On ignore toujours si les circonstances dans lesquelles ces morts sont survenues sont liées à la tempête Dennis.

La police de Brighton a déclaré activement rechercher une femme d’une vingtaine d’années, qui a été aperçue entrant dans l’eau dimanche vers 02H45.

Samedi, le ministère de la Défense a déployé l’armée dans le West Yorkshire, une zone du nord de l’Angleterre durement touchée le weekend précédent par les inondations provoquées par la tempête Ciara. La situation devait rester complexe dimanche après-midi dans les régions du sud du Royaume-Uni, où « des pluies fortes et persistantes se déplaceront lentement vers l’est », a fait savoir le Met sur son compte Twitter.

Dennis a aussi touché la France dimanche, où environ 18’500 foyers étaient privés d’électricité en Bretagne (ouest), a-t-on appris auprès d’Enedis, la compagnie chargée de la gestion de la quasi-totalité du réseau de distribution d’électricité dans ce pays. Quatre départements bretons et deux normands étaient placés en vigilance orange.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

La reconstruction au programme pour les côtes espagnoles

Publié

le

A Cambrils, près de Salou en Espagne, la tempête Gloria a quitté le littoral depuis jeudi, mais comme après chaque événement météo de ce genre, il faut désormais reconstruire le littoral et faire les réparations nécessaires.

Nous avons reçu des nouvelles d’un Jurassien établi à Cambrils, une ville moyenne à une centaine de kilomètres au sud de Barcelone. Comme beaucoup de Suisses pour qui cette destination de vacances est prisée, le constat est difficile. Beaucoup d’infrastructures ont été détruites et les routes en bord de mer sont majoritairement recouvertes de sable.

Une des places appréciée par les habitants en été pour les jeux et animations est invisible, en train d’être nettoyée par un tracteur.

Le soleil est de retour dans la région en ce vendredi matin, mais les traces du passage de Gloria sont bien visibles.

Crédits photos: Bernard « chico » Fluckiger

Continuer la lecture

Actualité

Intempéries : La Nouvelle-Orléans respire après Barry

Publié

le

Le niveau de la mer et du lac Pontchartrain, sur les berges duquel est nichée La Nouvelle-Orléans -ville située à 5 mètres en-dessous du niveau de la mer par endroits- subissait samedi matin une hausse pouvant aller jusqu'à 1,8 mètre. (©KEYSTONE/FR 170690AP/MATTHEW HINTON)

La tempête tropicale Barry remontait dimanche l’Etat américain de la Louisiane. Elle déplace avec elle le risque d’inondations importantes qui ont pourtant épargné la ville très exposée de La Nouvelle-Orléans.

Signe que la principale ville de Louisiane, située jusqu’à cinq mètres sous le niveau de la mer, ne craignait plus les pluies diluviennes de Barry: son département de protection contre les inondations a commencé dès samedi soir à retirer les portions amovibles des digues entourant une partie de la cité.

Et le fleuve Mississippi -plus grand fleuve d’Amérique du Nord- qui traverse la ville a commencé à baisser. Il reste proche de son niveau de crue qu’il a déjà franchi plusieurs fois depuis le début de l’année.

La maire LaToya Cantrell a tweeté dimanche matin que les alertes liées au passage d’une tempête tropicale et au risque de submersion côtière avaient été levées, mais que la surveillance d’éventuelles inondations soudaines restait en place jusqu’à 19h00 car dix centimètres de pluie sont encore attendus.

Tempête – ouragan – tempête

Si les côtes de la Louisiane semblaient être relativement sorties d’affaire dimanche matin malgré des eaux envahissantes par endroits, les météorologues mettaient en garde contre le risque persistant et « potentiellement mortel » d’inondations soudaines et de débordements de cours d’eau dans une partie de la Louisiane et dans l’Etat voisin du Mississippi.

La tempête tropicale s’est hissée quelques heures à peine samedi après-midi dans la catégorie 1 des ouragans avec des vents à 120 km/h. Premier ouragan de la saison dans l’Atlantique qui va de juin à novembre, il a touché terre samedi à la mi-journée.

Mais elle devrait être rétrogradée dimanche en dépression tropicale, a indiqué le Centre national des ouragans, dans son bulletin d’information de 12h00 GMT, précisant qu’elle soufflait alors à 75 km/h. Il a précisé que le coeur de la tempête devrait glisser sur l’Arkansas dans la soirée et lundi, soulignant que la vallée du Mississippi restait exposée aux inondations.

Evacuations

La Louisiane reste marquée par l’ouragan Katrina de 2005 qui a fait plus de 1800 morts dont plus d’un millier à La Nouvelle-Orléans, inondée à 80% quand les digues protégeant la ville avaient cédé.

Par précaution, des milliers de personnes ont été évacuées en particulier des côtes. La Garde nationale de l’Etat avait pré-disposé 3800 hommes et l’organisation de sauveteurs America’s Cajun Navy avait disposé 86 bateaux de secours dans la région.

L’aéroport de La Nouvelle-Orléans reprenait progressivement vie dimanche après l’annulation de tous les vols la veille. Le fournisseur d’électricité Entergy, qui a mobilisé 3400 employés, a précisé qu’à 18h30 samedi, 63’500 clients étaient sans courant à travers la Louisiane.

Le président Donald Trump avait placé jeudi la Louisiane en situation d’urgence pour permettre aux agences fédérales de participer aux secours. Il a exhorté les populations affectées par Barry à « être très prudentes ».

Digues dépassées

Les vents ont arraché des branches d’arbres, des panneaux routiers. Dans le comté de St John près de La Nouvelle-Orléans, la télévision locale a montré certains endroits sous près de 60 cm d’eau.

Selon les médias, plusieurs digues ont été dépassées par la montée des eaux notamment dans le comté côtier de Plaquemines, au sud de La Nouvelle-Orléans, ou des cours d’eau ont débordé comme dans le comté côtier de Terrebonne. Des évacuations obligatoires y ont été ordonnées.

La petite ville côtière de Morgan City, à environ 140 km au sud-ouest de La Nouvelle-Orléans et l’une des premières touchées par Barry, était privée d’électricité samedi et la rivière Atchafalaya était sortie de son lit.

Barry a suscité de vives inquiétudes notamment car le sol de la Louisiane était déjà saturé avant son arrivée après de récents orages et une pluviosité importante depuis le début de l’année.

Source ATS

Continuer la lecture