Rejoignez-nous

Genève

Le projet de réintroduction du balbuzard franchit une grande étape

Publié

,

le

Facilement identifiable grâce à sa bague, Taurus a été vu à plusieurs reprises dans la région des Trois Lacs avec une femelle. (© Daniel Aubin/association Nos Oiseaux)

Pour la première fois depuis plus d'un siècle, un couple de balbuzards pêcheurs s'est formé en Suisse. Lancé en 2015, le projet de réintroduction de ce rapace franchit ainsi une étape importante avant la naissance très attendue de poussins en Suisse.

Taurus, un mâle translocalisé d'Allemagne et relâché sur le site de la prison de Bellechasse (FR) en 2017, a trouvé une femelle, a annoncé à Keystone-ATS Wendy Strahm, coordinatrice du projet au sein de l'association "Nos Oiseaux". Le couple de balbuzards a été observé cet été dans la région des Trois Lacs.

La femelle qui est baguée est âgée de 7 ans et vient d'Allemagne. "Ils ont passé un mois et demi ensemble", précise la biologiste. La femelle est déjà partie en migration et Taurus devrait la suivre dans la foulée. Il n'y a pas eu de nidification cette année, mais les couples formés se retrouvent généralement l'année suivante au retour de la migration.

Taurus et sa femelle sont donc attendus avec impatience dès le mois d'avril 2022 dans la région des Trois Lacs. Mais les aléas en migration sont nombreux: 10% des balbuzards ne survivent pas. "Si tout va bien, on espère des poussins pour l'été 2022", a ajouté Mme Strahm.

"Sky dance"

Autre bonne nouvelle pour le projet de réintroduction du balbuzard: Arthur, un mâle de 3 ans translocalisé de Norvège et relâché à Bellechasse en 2018, a été observé à Hagneck (BE). Il a été vu avec une femelle toutefois trop jeune pour nicher. Pas découragé pour autant, Arthur a multiplié les démonstrations de "sky dance", un vol nuptial pour attirer la femelle.

Il a aussi complété un nid construit sur une plateforme. "C'est très prometteur pour les années à venir", estime la coordinatrice du projet au sein de Nos Oiseaux. Entre 2015 et 2020, l'association a été chercher une soixantaine de poussins balbuzards au nord de l'Europe pour les relâcher en Suisse. Cette méthode de translocalisation de poussins a déjà fait ses preuves ailleurs en Europe.

Braconniers

La dernière reproduction de balbuzards en Suisse remonte à 1914. Cette espèce, dont l'envergure peut atteindre 170 centimètres à l'âge adulte, a disparu de l'avifaune nicheuse suisse à cause des braconniers et des collectionneurs d'oeufs. On peut toutefois encore l'observer en vol pendant la migration.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Tirabosco à l'honneur à BDFIL: "c'est la récompense d'une pugnacité"

Publié

le

KEYSTONE- SALVATORE DI NOLFI

Le festival consacré à la bande dessinée BDFIL s'ouvre ce lundi à Lausanne. Un Genevois sera mis à l’honneur: Tom Tirabosco.  

Difficile de passer à côté de lui ce printemps, l'artiste Tom Tirabosco est partout.

L’actualité du dessinateur genevois est chargée en ce mois d’avril. Il est tout d’abord l’invité d’honneur du festival BDFIL qui commence ce lundi. L'événement vaudois lui consacre une grande rétrospective intitulée "Monstres et merveilles". Tom Tirabosco présentera également à Lausanne son nouvel ouvrage en avant-première “Terra Animalia”. Sa bande dessinée “L’œil de la forêt” qui lui avait valu le prix du festival de Sierre il y a 20 ans, est rééditée.

Une mise à l'honneur qui vient récompenser une carrière riche. Que se dit Tom Tirabosco lorsqu’il se retourne sur le chemin parcouru?

L'artiste genevois est arrivé à vivre de sa passion. Comment a t-il fait pour se démarquer?

 

Tom Tirabosco est une figure locale reconnue dans le monde de la bande dessinée. Cette particularité lui a permis d'exercer son métier sur le long terme:

Le dessinateur sera présent du 19 au 21 et du 26 au 28 avril pour, entre autres, des séances de dédicaces à BDFIL.

Enfin, sachez qu’une exposition sur de nouvelles œuvres est à découvrir jusqu'au 24 avril à la galerie Tiramisu à Carouge.

Retrouvez l'interview de Tom Tirabosco en intégralité ci-dessous:

Continuer la lecture

Genève

Le décès d'un automobiliste après une embardée sur l'A1

Publié

le

(image d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)
Un automobiliste perd la vie dans la région genevoise.

Un automobiliste français de 47 a fait vendredi une embardée sur l'embranchement entre l'autoroute A1 et la voie d'autoroute direction la Praille (GE). Désincarcéré, il a été conduit aux urgences des Hôpitaux universitaires de Genève, mais a succombé samedi à ses blessures, a indiqué la police genevoise.

Continuer la lecture

Genève

La cannabinothèque: un magasin, pas tout à fait, comme les autres

Publié

le

La cannabinothèque se présente comme n'importe quel magasin

Le National s’empare de la régulation du cannabis. Un projet de loi est en cours d’élaboration et sera présenté prochainement à la commission de la santé. En attendant, les essais pilote de vente régulée se multiplient. A Genève, c’est à Vernier, que la cannabinothèque a ouvert, il y a quatre mois. Un essai pilote avec un suivi scientifique des consommateurs, triés sur le volet. Immersion au sein de ce magasin pas comme les autres. 

La Suisse va-t-elle passer le pas de la légalisation du cannabis? Un projet de loi pour sa régulation est, en tout cas, en cours d’élaboration et sera présenté prochainement à la commission de la santé du National. En attendant, les essais pilote se multiplient, à l’image de celui mené à Vernier, depuis quatre mois. Reportage.

Les différents échantillons de cannabis sont présentés sur le comptoir 

Quatre mois d'ouverture et un premier bilan très satisfaisant, pour Martine Baudin, la coordinatrice de l’essai pilote de vente réglementée de cannabis, à Genève.

"Nous avons une liste d'attente de consommateurs qui souhaitent participer à cet essai pilote" (Martine Baudin, coordinatrice de l'essai pilote de vente réglementée de cannabis)

La cannabinothèque n'est pas ouverte à tous. 640 personnes, triées sur le volet, participent actuellement à cet essai pilote qui est avant tout une étude scientifique. Martine Baudin.

L'arrivée d'un magasin de vente régulée de cannabis a suscité quelques craintes dans le quartier. Mais elles ont vite été dissipées. Martine Baudin.

"Nous n'avons eu aucun désagrément avec le voisinage" (Martine Baudin, coordinatrice de l'essai pilote de vente réglementée de cannabis)

Un échantillon de chaque type de cannabis est disponible, avec notamment indiqué, le taux de THC

La cannabinothèque propose différents types de cannabis. A l'image d'un vin et de ces différents cépages, le cannabis, présente divers goûts et effets. Explication avec un des vendeurs, Alexandre Medioni.

"On va avoir en bouche, ce côté très épicé, à l'ancienne" (Alexandre Medioni, vendeur à la cannabinothèque)

Le cannabis peut aussi être vendu sous forme d'huile

Un cannabis qui se présente sous des formes différentes. Alexandre Medioni.

Le cannabis, vendu par la cannabinothèque, se présente sous forme de sachet. scellé

Les vendeurs prodiguent donc des conseils "techniques" mais aussi sanitaires. Un aspect primordial de cet essai pilote de vente régulée, autorisée par la Confédération et conduit par l'association ChanGE. Chaque produit dispose d'un QR Code, sorte de "carte d'identité" du cannabis. Celui-ci doit respecter un cahier des charges très strict: être local et bio et ne pas contenir un taux de THC supérieur à 20%. Cédric Jacquemoud, responsable de la Cannabinothèque.

"Ce QR code est la carte d'identité du produit avec tous les messages de prévention (...) et toutes les garanties de qualité du produit" (Cédric Jacquemoud, responsable de la cannabinothèque)

Les consommateurs, eux, semblent ravis. Ils sont déjà plus de 640 à s'être inscrits à cet essai pilote.  Pour certains, ce cannabis légal a même modifié leur consommation.

"Je fume moins, je fume mieux" (un des consommateurs)

Cet essai pilote doit durer cinq ans, avec à terme, 1200 participants.

Continuer la lecture

Economie

Un premier trimestre compliqué pour l'hôtellerie genevoise

Publié

le

Les palaces de la Rade n'ont pas pu compter sur le Salon de l'auto pour lancer leur saison

Les hôteliers de Genève font grise mine. Le premier trimestre 2024 est en baisse par rapport à l'année dernière: de -20 à -30%, selon les établissements. Ceux-ci n'ont pas pu compter sur le nouveau Salon de l'auto pour lancer leur saison. Autre facteur, la fin du phénomène de "revenge travel" ou rattrapage des voyages après la période Covid. Mais les hôteliers restent confiants pour le reste de la saison.

Après 2023, l'année du rebond, 2024 sera-t-elle celle de la stagnation pour l'hôtellerie genevoise? Les professionnels font, en tout cas, grise mine. Avec une saison qui met du temps à démarrer. Premier bilan avec Jean-Vital Domézon, le Président des hôteliers de Genève

"Le Salon de l'auto n'a pas été un événement pour les hôteliers"

L'année 2023 avait été marquée par un rebond pour l'hôtellerie suisse, grâce au phénomène de revenge travel, ou rattrapage des voyages après la période Covid. Mais ce phénomène semble clairement s'essouffler en ce début 2024. Jean-Vital Domézon, le Président des hôteliers de Genève.

La satisfaction, elle vient du salon Watches & Wonders qui a permis de véritablement lancer la saison des hôteliers genevois. Jean-Vital Domézon

L'hôtellerie genevoise semble donc avoir définitivement tourné la page Covid. Une période qui avait fortement impacté le secteur, avec une chute de la fréquentation, mais aussi une désertion du personnel. Une quasi pénurie de main d'œuvre qui semble loin désormais à en croire le président des hôteliers de Genève, Jean-Vital Domézon.

"On a déployé des efforts dans le domaine de la formation pour attirer, de nouveau du personnel"

Pour la période estivale, Genève ne peut plus compter sur d'événements phares, alors même que cette année 2024, sera marquée par les Jeux Olympiques de Paris. De quoi menacer la fréquentation des hôtels genevois à cette période? Pas vraiment, à en croire Jean-Vital Domézon

"Les J.O de Paris sont une opportunité de faire venir, à Genève, tous les Parisiens qui vont vouloir fuir leur ville!"

Le deuxième trimestre, le plus important pour les hôteliers genevois, s'annonce donc décisif. De lui fera de 2024, une bonne ou une mauvaise année pour le secteur.

 

 

 

Continuer la lecture

Culture

Une odyssée à travers l'oeuvre d'un compositeur genevois

Publié

le

L'odyssée dédiée au compositeur genevois Frank Martin débutera au Bâtiment des forces motrices (image d'illustration). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

L'Association l'Odyssée de Frank Martin propose de s'immerger dans l'oeuvre du compositeur genevois Frank Martin, mort il y a 50 ans. Le voyage musical débutera le 21 avril au BFM avec un programme couvrant six décennies de la vie et de la carrière de l'artiste, indiquent les organisateurs.

L'Odyssée Frank Martin se déroule durant trois saisons musicales. Le public sera emmené par divers ensembles artistiques dans ces pérégrinations, à commencer par l'Orchestre Frank Martin, créé par le chef d'orchestre Thierry Fischer, mais également des formations issues du monde du jazz, de la fanfare, de la danse.

Frank Martin (1890-1974) a contribué de "manière importante au renouvellement du langage musical du siècle passé", relève l'Odyssée Frank Martin. "Si ses origines protestantes ont fortement imprégné ses oeuvres", ses compositions religieuses ne représentent qu'un pan de son travail. Il s'est aussi éloigné des canons classiques.

Après le BFM le 21 avril, l'Odyssée Frank Martin organisera deux concerts de musique de chambre au Théâtre Les Salons les 26 et 27 avril. Le programme reprendra ensuite à la rentrée, au temple de Saint Gervais, avant un retour au BFM, pour finir le 21 novembre à la cathédrale, pour un concert commémoratif.

Programme

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture