Rejoignez-nous

Culture

Un label pour du « Fait Maison » dans les restaurants

Publié

,

le

Transparence, savoir-faire, diversité des goûts et authenticité. Ce sont les valeurs que les consommateurs retrouveront sour un nouveau label.

 
 

Lancé par la Fédération Romande des Consommateurs, la Semaine du goût, GastroSuisse et Slow Food, le « Label Fait Maison » a pour vocation de donner aux gourmands la possibilité de savoir comment a été préparé son menu.
Alors, au milieu des nombreux labels existants, quel est l’objectif du nouveau venu ? Gilles Meystre, président de GastroVaud et membre du conseil de GastroSuisse :
Gilles Meystre Prés. de Gastrovaud, membre du conseil de GastroSuisse

Et pour obtenir ce label, les restaurateurs ont quelques critères à respecter. Gilles Meystre :
Gilles Meystre Prés. de Gastrovaud, membre du conseil de GastroSuisse

Des labels, il en existe, qui protègent le terroir, ou la provenance des aliments par exemple… mais selon les initiants, celui-ci a pour but de valoriser le travail des restaurateurs. Gilles Meystre :
Gilles Meystre Prés. de Gastrovaud, membre du conseil de GastroSuisse

Les initiants, qui défendent les intérêts, à la fois du consommateur et du restaurateur, ont eu à cœur de proposer un label simple. Son but étant de retrouver l’envie de manger pour se faire plaisir. Josef Zisyadis, directeur de la Semaine suisse du goût :
Josef Zisyadis Directeur de la Semaine suisse du goût

Un label qui a été créé pour valoriser le travail des cuisiniers, et « combattre » l’uniformisation des goûts. Sophie Michaud Gigon, secrétaire générale de la FRC :
Sophie Michaud Gigon Secrétaire générale de la FRC

Cinq restaurants ont obtenu le label ce lundi lors de son lancement, notamment Les Escapades gourmandes à Lausanne. Une première phase de projet-pilote va être observée jusqu’à fin 2018, avec pour objectif de labelliser 300 établissement en Suisse romande. Au total, les initiants espèrent pouvoir donner le « Label Fait Maison » à plus de 1000 restaurants dans toute la Suisse. Et pour retrouver la liste des restaurants labellisés, ou pour obtenir le label, rendez-vous sur le www.labelfaitmaison.ch

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Un trésor découvert en Suisse

Publié

le

Les pièces sont en excellent état. La plus ancienne a été frappée sous le règne de l'empereur Néron (54-68 après J.C.), mais la plupart datent du 2e siècle. (©Service d'archéologie de Bâle-Campagne)

Un trésor romain comptant 293 pièces en argent a été découvert dans une forêt à Pratteln (BL). L’argent aurait été enterré par son propriétaire peu après l’an 180 après J.C., pour le mettre à l’abri des voleurs.

La trouvaille a été réalisée cet été par un amateur bénévole, a communiqué lundi le service d’archéologie de Bâle-Campagne. C’est l’une des plus importantes du genre effectuées en Suisse.

Les pièces sont en excellent état. La plus ancienne a été frappée sous le règne de l’empereur Néron (54-68 après J.C.), mais la plupart datent du 2e siècle. Leur valeur totale correspond environ à la moitié ce que gagnait un légionnaire en une année.

Pratique pas inhabituelle

Le lieu où a été enterré le magot n’a rien de particulier. Mais à l’époque, il devait y avoir quelque chose permettant à son détenteur de remettre la main dessus, par exemple un grand arbre ou une pierre. Etant donné qu’il n’existait pas encore de banques, conserver sa fortune de cette manière n’avait rien d’inhabituel.

Reste que l’on ignore pourquoi les pièces n’ont finalement jamais été déterrées. On ne sait pas non plus où leur possesseur vivait. Il existe deux vestiges de domaines romains connus à Pratteln, l’un situé près du centre de la ville. Depuis ce dernier, le propriétaire des espèces aurait eu sa cachette toujours en vue.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Une médaille commémorant Notre-Dame de Paris vendue à Genève

Publié

le

Dans le cadre d’une vente aux enchères – organisée par la société spécialisée Numismatica Genevensis – qui débute ce lundi,  une médaille commémorative de la première restauration de Notre-Dame de Paris en 1864 sera vendue mardi à Genève.

C’est la star de ces deux jours d’enchères à l’hôtel Richemond de Genève. Une pièce rare dans le monde de la numismatique. Mardi, commissaire-priseur, connaisseurs, acheteurs ou tout simplement amateurs de l’étude des monnaies et médailles vont se retrouver dans la salle des ventes et tous n’auront d’yeux que pour cette fameuse médaille parisienne. Frank Baldacci, CEO de Numismatica Genevensis SA, évoque les particularités de ce médaillon chargé d’or et d’histoire.

Frank Baldacci CEO de Numismatica Genevensis

Outre l’aspect visuel et financier, impossible d’occulter la résonance de l’objet qui – près de 150 ans plus tard – va de nouveau être associé à la restauration de la cathédrale. Mais cette fois-ci pour soutenir financièrement ces travaux de réhabilitation suite au violent incendie qui a sérieusement endommagé la toiture de la bâtisse le soir du 15 avril 2019. Finalement, Viollet-le-Duc, la médaille, l’incendie et la cathédrale sont reliés par un dominateur commun pour Kim Leforestier: La flèche.

Kim Leforestier Chargée de mission au fond cathédrale de Paris

La médaille devrait trouver preneur mardi à la mi-journée. Le prix de départ est fixé à 50’000 CHF et la commission de la vente servira à la reconstruction du célèbre bâtiment parisien.

Continuer la lecture

Actualité

Un cinéma genevois séduit Netflix

Publié

le

Le nouveau long-métrage de Martin Scorsese, produit par Netflix, est projeté au Cinérama Empire à Genève.

Il y a une année, Roma d’Alfonso Cuaron s’invitait au Cinérama Empire. Produit par Netflix, le long-métrage avait été diffusé en exclusivité francophone dans la salle genevoise. Carton plein. Cette fois-ci, c’est le nouveau projet de Martin Scorsese, The Irishman, qui aura le droit à sa diffusion en salle. Un film attendu depuis longtemps par les amateurs du réalisateur new-yorkais, qui a tardé à voir le jour. Le voici finalement débarquer le 27 novembre prochain sur la plateforme de streaming, et un peu plus tôt au Cinérama. Avec son casting cinq étoiles, il s’agit d’un des gros coups de l’année pour la firme américaine : Robert de Niro, Joe Pesci ou encore Al Pacino réunis à l’écran.

Un nouveau joli coup réussi par Didier Zuchuat, administrateur-président de la société d’exploitation proCITEL (également détentrice du Ciné 17 à Genève). Nul doute que la réussite de Roma l’an passé a facilité les négociations :

Didier Zuchuat Administrateur-président - Cinérama

Pour certains, le « scandale » Netflix du Festival de Cannes 2017 – avec notamment le film Okja, sélectionné en compétition mais désigné directement comme non favori car produit par une plateforme de streaming qui ne bénéficierait pas d’une sortie dans les salles françaises – sonnait le glas de la présence du géant américain de l’audiovisuel dans les salles. Erreur, selon Didier Zuchuat.

Didier Zuchuat Administrateur-président - Cinérama

Au-delà des contacts déjà tissés entre le Cinérama Empire et Netflix, il existe d’autres raisons qui poussent la plateforme a proposer ses films vitrines dans une ville comme Genève :

Didier Zuchuat Administrateur-président - Cinérama

Le Cinérama fait encore plus fort en cette fin d’année avec non pas un, mais trois films Netflix diffusé dans la salle. Après donc The Irishman, place dès le 20 novembre à Marriage Story de Noah Baumbach et le 4 décembre à The Two Popes de Fernando Meirelles.

A noter également que le film de Martin Scorsese sera également projeté pour quelques séances au cinéma Bellevaux à Lausanne.

Informations et réservations pour le Cinérama ici.

Crédit Photo : Netflix

Continuer la lecture

Actualité

Prix Goncourt, valeur sûre en librairies

Publié

le

Le Prix Goncourt 2019 a été remis aujourd’hui au romancier français Jean-Paul Dubois pour son livre « Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon ». La récompense ultime pour le monde littéraire et qui aura un impact non négligeable sur les ventes. 

Le romancier Jean-Paul Dubois a reçu lundi le prix Goncourt pour « Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon », roman bouleversant et nostalgique sur le bonheur perdu. Il s’agit du plus prestigieux des prix littéraires du monde francophone.

Déjà couronné par le prix Femina (en 2004 pour « Une vie française »), le Toulousain Jean-Paul Dubois, 69 ans, est un écrivain discret et populaire. Il a construit depuis une trentaine d’années une oeuvre qui séduit par sa délicatesse et sa profonde humanité.

Des ventes qui décollent

Au-delà de la récompense du Prix, le Goncourt permet également de mettre en lumière l’ouvrage primé, avec des ventes importantes. Selon une étude de l’Institut allemand GfK, publiée en 2017 et portant sur les années 2012 à 2016, le vainqueur du Goncourt atteint au moins une moyenne de 300’000 ventes. Des ventes parfois multipliées par quatre selon la courbe des années précédentes. Le lauréat 2018, Nicolas Mathieu, avait vendu 15’000 exemplaires de son livre « Leurs enfants après eux » avant la remise du prix. Mais avec l’effet de la récompense, son roman avait finalement été acheté plus de 381’000 fois !

Une situation que nous confirme Frédéric Greffet, libraire à la Librairie du Boulevard à Genève :

Frédéric Greffet Libraire - Librairie du Boulevard

La preuve de cet engouement ? Les quelques exemplaires du livre sont partis le temps de notre interview à la Librairie du Boulevard, en quelques minutes seulement.

Mais le Prix Goncourt n’est évidemment pas la seule distinction de la branche. Aujourd’hui était également remis le Renaudot à Sylvain Tesson pour « La panthère des neiges » chez Gallimard. Pourtant, il s’agit de « marques » moins implantées auprès des lecteurs.

Frédéric Greffet Libraire - Librairie du Boulevard

Lauréat du Goncourt, l’ancien journaliste Jean-Paul Dubois reste en lice pour un autre prix convoité: le Goncourt des lycéens qui sera décerné le 14 novembre. L’an dernier, le prix Goncourt avait été décerné à Nicolas Mathieu pour « Leurs enfants après eux » (Actes Sud) et le Goncourt des lycéens à David Diop pour « Frère d’âme » (Seuil).

ATS et Robin Jaunin

Continuer la lecture

Canton de Genève

Genève vue du ciel

Publié

le

Olivier Riethauser - High5Prod "Genève dans l’œil du drone" (ed. Slatkine)

Genève, comme vous ne l’avez jamais vue… 

Le photographe Olivier Riethauser (High 5 Prod) propose une balade aérienne unique à travers le canton de Genève, ses communes et ses campagnes. Il a compilé 170 photos prises au drone dans un ouvrage qui sort le 1er novembre : « Genève dans l’œil du drone », aux éditions Slatkine (textes de Christian Vellas). Des grands classiques comme la Place des Nations ou le jet d’eau, en passant par les terres viticoles ou les centres urbains, Genève se révèle sous un nouveau jour. Tour d’horizon en diaporama sonore…

Le photographe Olivier Riethauser est venu expliquer à Benjamin Smadja les coulisses de cette promenade photographique pas comme les autres… Son interview en vidéo.

En bonus avec le livre : 34 films à visionner grâce à des QR codes.

Continuer la lecture