Rejoignez-nous

Culture

Les Etats disent oui au contrôle salarial

Publié

,

le

Le Conseil des Etats a finalement accepté d’instaurer des mesures pour la transparence des salaires entre femmes et hommes. Mais il ne veut l’imposer qu’aux entreprises de plus de 100 employés.

Le 28 février, après avoir accepté l’entrée en matière, la Chambre des cantons a décidé de renvoyer en commission cette loi très contestée à droite, pour un examen des alternatives, en particulier des modèles d’autodéclaration. Mardi, elle a finalement adopté par 27 voix contre 15 et 3 abstentions le projet du Conseil fédéral tout en l’édulcorant.

Le projet veut obliger les patrons à analyser tous les quatre ans les salaires dans leur entreprise et faire contrôler ce travail par des tiers. Les entreprises devraient ensuite informer leurs employés des résultats des analyses.

Par 26 voix contre 18, le Conseil des Etats a décidé de rendre ce contrôle obligatoire aux employeurs occupant 100 personnes ou plus. Une minorité emmenée par la gauche et soutenue par la démocrate-chrétienne Anne Seydoux (JU), aurait voulu fixer la barre à 50 personnes tout comme le Conseil fédéral.

Le projet actuel n’est pas ambitieux. « C’est le minimum du minimum acceptable en matière d’égalité », a expliqué Didier Berberat (PS/NE). Il faut éviter de l’affaiblir encore plus, selon lui.

Un effectif de 50 employés permet d’obtenir une analyse pertinente. Si l’on passe à 100 personnes, le pourcentage d’entreprises touchées chute de 2% à 0,85% et le taux de salariés concernés de 54% à 45%. Pour qu’elles soient efficaces, ces analyses doivent concerner plus de la moitié des employés de ce pays, a estimé M. Berberat.

Pas de déclaration autonome

Une minorité, composée des sénateurs ayant refusé l’entrée en matière lors de la session de printemps, a tenté d’imposer un modèle de déclaration autonome. Celle-ci aurait figuré dans les rapports de gestion des entreprises privées comptant plus de 100 collaborateurs. Ladite déclaration attesterait du respect de l’égalité salariale.

Cette solution permet aux employeurs d’utiliser l’instrument qu’il veulent, a argumenté Hans Wicki (PLR/NW). Elle se base sur la responsabilité personnelle et permet d’éliminer et éviter toute discrimination.

Trente-sept ans d’autocontrôle, depuis l’entrée en vigueur de la loi sur l’égalité, c’est suffisant, a répondu Anita Fetz (PS/BS). « Cette proposition est un placebo. Il ne faut pas se faire d’illusion », a-t-elle ajouté.

La méthode proposée n’est scientifique, a ajouté la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Elle ne fixe aucun critère. « Les femmes dans ce pays méritent une meilleure loi ». Le Conseil des Etats a suivi la ministre de la justice et rejeté le principe de l’autodéclaration par 25 voix contre 17 et 3 abstentions.

Le dossier passe au National.

(Source ATS / Photo ANTHONY ANEX)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Richard Berry présente sa « Nouvelle » comédie

Publié

le

Il revient au Théâtre du Léman à Genève les 19 et 20 mars 2019 avec une comédie : La Nouvelle.

Le pitch est simple et efficace : Simon a invité à déjeuner ses deux fils afin de leur présenter Mado, sa nouvelle compagne de 20 ans sa cadette. Évidemment, tout ne va pas se passer comme prévu. La pièce, écrite par Eric Assous, est mise en scène par Richard Berry, qui joue aussi le rôle du père. Dans la peau de la nouvelle petite-amie, vous retrouverez la talentueuse Mathilde Seigner.

Et pour nous l’introduire, Richard Berry était au micro de Radio Lac :

Richard Berry La Nouvelle

La bande-annonce de la pièce :

Continuer la lecture

Actualité

Les Innocents dévoilent un nouvel album et demi

Publié

le

Jean-Philippe Nataf et Jean-Christophe Urbain fondaient leur groupe en 1982 à Paris.

Depuis, un long chemin a été parcouru : une séparation, quatre récompenses aux Victoires de la musique et une reformation en 2013… Ils sortent cette année leur sixième album, justement intitulé « 6 ½ ».

Il en émane un sentiment de lâcher prise et un équilibre porté par leur histoire.

J.P.Nataf et J.C. Urbain étaient à l’antenne de Radio Lac en compagnie de Benjamin Smadja pour nous en raconter la genèse:

Continuer la lecture

Actualité

Baisse de fréquentation au Salon de l’auto

Publié

le

Les aficionados de la voiture étaient moins nombreux en 2019 à se rendre au Salon de Genève par rapport à 2018. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le 89e Salon de l’auto de Genève s’est terminé dimanche sur une baisse de fréquentation de 9% par rapport à 2018. Avec 602’000 entrées enregistrées en onze jours, l’objectif initial des organisateurs de 650’000 à 700’000 visiteurs n’est pas atteint.

Le bilan est malgré tout positif. En effet, les exposants ont senti un vif intérêt de la part des visiteurs cette année, indiquent les organisateurs dans un communiqué. Ils estiment que « leur présence sur le salon a été plus que payante ».

Les visiteurs ont particulièrement apprécié les stands offrant une expérience spéciale, dont une course sur des simulateurs. « Nous sommes convaincus de pouvoir attirer ainsi un public encore plus large à l’avenir en exposant d’autres aspects de la mobilité », a déclaré Maurice Turrettini, président du Geneva International Motor Show, cité dans le communiqué.

Sur les résaux sociaux

Si la fréquentation des visiteurs est en baisse, l’écho de la manifestation ne l’est pas. Près de 10’000 représentants des médias du monde entier ont couvert plus de 151 premières mondiales et européennes.

Cette couverture médiatique a notamment suscité un vif intérêt sur les réseaux sociaux. Le salon a enregistré près de 5,8 millions de consultations sur Instagram, 154’000 fans sur Facebook, 345’000 interactions sur Twitter et près de 1,5 million de visiteurs sur le nouveau site internet.

« Nous sommes ravis que le salon fasse l’objet d’une telle attention au niveau mondial. Cela prouve que notre stratégie de communication numérique a porté ses fruits. « Aujourd’hui, le public visite le salon non seulement physiquement, mais aussi virtuellement », se réjouit André Hefti, directeur général du Geneva International Motor Show.

Prochaine édition

La 90e édition se déroulera 5 au 15 mars 2020. Olivier Rihs qui succédera à M.Hefti, avait évoqué dans un interview le projet d’aménager à l’avenir un circuit près des halles d’exposition pour permettre aux visiteurs d’essayer les modèles. Le Salon de Genève ambitionne de devenir à terme le seul grand rendez-vous du genre en Europe.

 

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Les quartiers genevois contre le racisme

Publié

le

La semaine contre le racisme en Ville de Genève, qui se tient du 16 au 24 mars, a commencé samedi. En début d’après-midi, par un temps radieux, adultes et plus jeunes se sont réunis autour d’animations et de stands devant le centre paroissial protestant de Servette-Vieusseux. C’est le premier des sept jours de présentations, de rencontres, d’ateliers ou encore de débats organisés dans plusieurs quartiers de la ville.

Des enfants qui jouent, des curieux qui s’informent et plusieurs associations. Parmi elles, la Fondation Maria Luisa de Moreno: 

Fondation Maria Luisa de Moreno

Autre association rencontrée sur place, le Groupe sida Genève:

Groupe sida Genève

C’est l’esprit de l’endroit. Les gens viennent, s’attardent, découvrent. Comme nous l’explique Sylvain Thévoz, il est conseiller en action communautaire à l’antenne sociale de proximité en Ville de Genève:

Sylvain Thévoz, conseiller en action communautaire

Dans la cour intérieure, deux graffeurs peignent. Un travail engagé:

Graffeuse

Egalement présent, Christian Allemann, de la bibliothèque municipale de la Servette:

Christian Allemann Bibliothèque municipale de la Servette

Le programme complet est à retrouver sur www.ville-ge.ch/sacr/

Tadeusz Roth

Continuer la lecture

Actualité

Les pirates de Porteous trouvent un accord avec l’Etat

Publié

le

Des visages satisfaits mais inquiets : les militants du collectif « Prenons la Ville » – désormais « collectif de Porteous » – présents ce jeudi après-midi sur le site verniolan de Porteous, dans le canton de Genève ont réalisé un petit exploit. Ils sont parvenus à faire plier le Conseil d’Etat et à trouver un accord avec lui. Ils acceptent de quitter ce vendredi soir le bâtiment qu’ils occupaient depuis cet été au bord du Rhône. Mais la victoire n’est pas acquise pour autant. En effet, la pression des autorités pour pouvoir disposer de l’endroit est forte.

Concrètement, les membres du collectif acceptent d’interrompre leur occupation en raison de plusieurs gestes consentis par l’Etat. Le temps d’effectuer les travaux de rénovation nécessaires, deux containers seront déployés sur le site, devant le bâtiment. Les militants pourront en disposer pour leurs différentes activités. Autre mesure en faveur des occupants: mettre en place une commission chargée de penser l’avenir du site, qui comprendra trois membres du collectif, des experts du bâtiment, des autorités cantonales ainsi que municipales.

Explication supplémentaire à cette levée d’occupation: la menace d’expulsion qui pesait sur les épaules des occupants. En effet, le canton a signifié à de multiples reprises son intention de procéder à l’évacuation du lieu. Mais les militants se veulent optimistes.

Emma collectif Porteous

Pirates des temps modernes

La prise du bâtiment avait fait grand bruit: les membres du collectif avaient approché et investi la bâtisse le 25 août dernier avec un radeau, acheminé par le Rhône, comme de véritables pirates des temps modernes.

Avant de faire connaître leurs revendications : faire de ce lieu laissé à l’abandon un centre socioculturel, plutôt qu’un centre de détention, comme le souhaitait le canton. Déjà en janvier, le Conseil d’Etat avait accepté le principe d’affecter le lieu à des projets culturels et de réinsertion.

Le mois passé, un chantier de sécurisation a été mené par les occupants: l’endroit a été nettoyé, des barrières de sécurité et des sorties de secours mises en place. Plusieurs études avec des architectes ont par ailleurs été conduites. De nombreux liens ont été établis avec différentes associations, notamment sportives et artistiques.

Le collectif a également bénéficié de plusieurs « soutiens » politiques, notamment de l’ancien maire de Vernier et actuel conseiller d’Etat Thierry Apothéloz, chargé désormais de la cohésion sociale. Le socialiste se réjouissait alors du revirement concernant l’affectation de Porteous, « une bonne nouvelle pour le milieu culturel » affirmait-il en janvier. Pourtant les militants préviennent: ils ne veulent pas que la « culture marchande » s’installe dans cette ancienne usine.

Quoi qu’il en soit, l’occupation doit être levée ce vendredi soir, pour permettre l’intégration des conteneurs sur le site. Emma fait le point:

Emma collectif Porteous

L’Etat retire sa plainte

De son coté, le Conseil d’Etat se dit satisfait. Il précise que « cette libération constitue une étape réjouissante dans la volonté du Conseil d’Etat d’attribuer ce site au département de la cohésion sociale (DCS) en vue d’y réaliser un centre culturel ». Une décision qui entraîne en outre « le retrait de la plainte pénale visant le collectif pour occupation illicite du site propriété de l’Etat », selon le communiqué du DCS.

Tadeusz Roth

Continuer la lecture