Rejoignez-nous

Culture

Le bénévolat suisse en pleine mutation

Publié

,

le

Le bénévolat traditionnel est en perte de vitesse en Suisse, selon une étude publiée lundi par l’Institut Gottlieb Duttweiler (GDI). Les bénévoles ne veulent plus s’engager à long terme et « être seulement des exécutants ».

Les engagements réguliers et sur le long terme attirent ainsi de moins en moins de volontaires, selon l’étude, et le nombre de bénévoles diminue chaque année. « Les sociétés de musique manquent de secrétaires, les communes de présidents, les pompiers d’aides », souligne le GDI dans son étude « Les nouveaux bénévoles », réalisée pour le compte du Pour-cent culturel Migros.

En cause, les Suisses sont de plus en plus mobiles, ce qui tend à limiter le rapport au local où a lieu la majorité du volontariat. De plus, face à la multiplication des choix qui s’offrent aux individus, ceux-ci ont « tendance à être effrayés par les engagements à long terme ».

« Changement de paradigme »

L’étude analyse ce déclin non pas comme un désamour du volontariat, mais comme un « changement de paradigme ». Si le travail bénévole classique recul, les engagements à court terme liés à des projets augmentent. Ainsi, de nombreuses personnes s’engagent pour des projets tels que la participation à une bourse d’échange, un projet choral avec des migrants ou la rédaction d’articles Wikipédia, note l’étude.

Les bénévoles « ne souhaitent plus être seulement des exécutants et des travailleurs gratuits, ils veulent aussi participer à la réflexion et à la décision ». Ils se penchent désormais sur les objectifs et le « pourquoi » de leurs actions et pas seulement comment les atteindre avec le « comment », explique le GDI.de leurs actions et pas seulement comment les atteindre avec le « comment », explique le GDI.

La numérisation est une chance pour le développement de ce nouveau bénévolat. Il devient beaucoup plus facile de venir à bout de nombreuses tâches et les bénévoles peuvent ainsi avoir plus d’impact dans de nombreux domaines, souligne l’étude.

Alors que de nombreuses personnes ne s’impliquent pas car elles ne savent pas où le faire, internet facilite la mise en réseau et permet à plus de personnes de s’engager. « Le Web 2.0 nous plonge dans un âge d’or de la participation sociale au niveau numérique », ce qui influence également la coopération dans le monde réel, analyse le GDI.

« Aborder ensemble des problèmes »

Le bénévolat est toutefois menacé par l’automatisation, des robots pourraient remplacer le travail effectué par les bénévoles. De même, le marché pourrait assumer un nombre croissant de mission, dont certaines sont aujourd’hui prises en charge par la société civile.

Dans ce cadre, le GDI appelle à ne plus parler de bénévolat, mais de participation qui elle ne se laisse « pas déléguer facilement au marché ou à des robots ». Elle « ne fait pas la distinction entre les personnes qui aident et celles qui bénéficient de l’aide. Il n’existe plus que des participants qui abordent ensemble des problèmes. »

Près d’une personnes sur cinq oeuvre comme bénévole en Suisse, ce qui représente 660 millions d’heures de bénévolat en 2016. L’Office fédérale de la statistique (OFS) estime à 34 milliards de francs la valeur du travail bénévole. Selon le GDI, « un Etat fort, au vu de ses dépenses sociales, s’accompagne souvent d’un engagement social important ».

 

(Source ATS – photo symbolique ©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Fin du pèlerinage pour l’exposition « Dieu(x), modes d’emploi »

Publié

le

Depuis le 11 octobre 2019, Palexpo accueillait l’exposition « Dieu(x), modes d’emploi », une exposition ayant notamment pour but de mettre en perspective les différentes pratiques religieuses contemporaines au travers d’objets de culte, de maquettes mais aussi de témoignages et de pièces de théâtre. Plus de 35 000 visiteurs s’y sont arrêtés selon les organisateurs.

Tout est parti initialement d’un concept soumis et développé par Tempora – une PME Bruxelloise spécialisée dans la conception, la construction et l’exploitation d’expositions. Ensuite, après avoir été validée par un comité scientifique international, l’exposition a été adaptée pour Genève en une version inédite.

Le but de ce labyrinthe géant est très simple: permettre au visiteur d’appréhender les différentes manières de vivre la religion autour du monde de façon savante et artistique comme le confirme Isabelle Benoit, commissaire de l’exposition:

Isabelle Benoit Commissaire de l'exposition

À la sortie de l’exposition, nous avons posé la question aux « derniers » visiteurs de l’oeuvre. Et la satisfaction était de mise pour chacun d’entre eux:

Les Genevois

Après près de trois mois et demi de représentation, l’événement a baissé son rideau aujourd’hui, créant déjà une pointe de nostalgie chez ses organisateurs. Toutefois, les sourires étaient là aussi au rendez-vous au moment de parler du bilan cette expérience:

Isabelle Benoit Commissaire de l'exposition

En tout, l’exposition a fait venir plus de 35 000 visiteurs entre ses murs. Une satisfaction pour les organisateurs qui – après s’être installés à Bruxelles, Madrid, Québec, Ottawa, Paris, Varsovie et  Genève – ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin.

Continuer la lecture

Actualité

La mosquée de Genève remise aux musulmans de Suisse

Publié

le

La Ligue mondiale islamique se sépare de la mosquée de Genève, affirme son secrétaire général. Son financement et sa gestion seront désormais confiés aux musulmans de Suisse (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

« Il est temps de confier la mosquée de Genève à un conseil d’administration suisse, représentatif, avec un président élu », estime le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale. Il appelle à une consultation des musulmans du pays avec l’aide des autorités.

Dans ce contexte, la gestion et le financement du lieu de culte du Petit-Saconnex ne seront plus assurés par la Fondation culturelle islamique, détaille encore le Saoudien Mohammad Abdulkarim Alissa dans un entretien avec Le Matin Dimanche. Parmi les pistes lancées pour couvrir le budget qui devra dorénavant être assuré par les musulmans de Suisse, il évoque des cotisations des fidèles et des dons de privés. « Il faut diversifier les ressources, si on ne veut pas de dépendance ».

Cette décision ne concerne pas que Genève, les mêmes dispositions seront prises dans le monde entier en collaboration avec les autorités nationales. « Notamment pour des raisons de sécurité. Il faut veiller à ce que les mosquées soient placées entre des mains sûres, évidemment. Ensuite, nous n’interviendrons plus », complète-t-il.

La Fondation culturelle islamique, liée à la Ligue islamique mondiale (LIM) sera une entité séparée, qui se consacrera au dialogue entre religions, en Suisse et dans le monde, explique l’ancien ministre saoudien de la Justice. « Nous voulons un centre de paix qui rayonne. Je suis contre la pensée unique, il faut travailler ensemble, réduire les fossés culturels et respecter les États nationaux ».

« Trois objectifs pas atteints »

A la fin 2017, quatre employés de la mosquée, tous fichés S en France, avaient notamment été licenciés puis la direction changée. Le secrétaire général de la LIM avait alors déclaré vouloir lutter contre toutes les idées extrémistes.

Mais aujourd’hui, selon lui, « trois objectifs essentiels n’ont pas été atteints. La mosquée devait devenir un facteur de cohésion. Les acteurs des diverses religions devaient pouvoir miser sur elle. Enfin, ce lieu de culte ne devait plus être un sujet d’inquiétude et de polémique. Au lieu de le fermer, nous le confions à tous. C’est mieux, non? ».

Pour rappel, la construction de la mosquée du Petit-Saconnex a été financée par l’Arabie saoudite. L’édifice a été inauguré en 1978 par le roi saoudien Khaled bin Abdulaziz. »

Source: ATS

Continuer la lecture

Culture

VIDEO – De « Drôles de Meufs » au Caustic Comedy Club

Publié

le

Pour la première fois en Suisse romande, un plateau d’humour 100% féminin vous donne rendez-vous au Caustic Comedy Club.

Le petit théâtre au coeur de Carouge a décidé de donner pour la première fois la parole, exclusivement, aux humoristes suissesses. Pour les fondatrices, les femmes humoristes en Suisse restent encore trop peu connues face à leur confrères masculins. Raison pour laquelle le Caustic Comedy Club proposera un plateau entièrement féminin une fois par mois à domicile et une fois tous les deux mois à l’ABC de Lausanne. De l »humour 100% féminin par des femmes mais pour tout le monde!

Marie-eve Musy et Cinzia Cattaneo (gagnante du tremplin de Morges-sous-Rire) ont fait la route avec Benjamin Smadja afin d’en savoir un peu plus:

Pour cette première édition qui se déroulera mardi 14 janvier 2020  dès 19h30 au Caustic Comedy Club à Carouge – 6 av Cardinal Mermillod- seront sur scène les humoristes Marie-Eve Musy, Cinzia Cattaneo, Magda Mihaila, Anne Béguin et Julia Roos.

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Une messe historique à la cathédrale Saint-Pierre

Publié

le

La cathédrale Saint-Pierre sera mis à disposition des catholiques pendant un jour pour y célébrer une messe (archives). (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Pour la première fois depuis la Réforme, voilà cinq siècles, une messe sera célébrée à la cathédrale Saint-Pierre de Genève. L’évènement aura lieu le 29 février.

Les catholiques ont répondu à une invitation de la paroisse Saint Pierre-Fusterie, a expliqué lundi le président de l’Eglise protestante de Genève de Genève Emmanuel Fuchs, confirmant une information révélée par la RTS. Cette messe illustre, selon lui, les bonnes relations entre les deux Eglises.

Des cérémonies oecuméniques ont déjà eu lieu à Saint-Pierre. Ici, en l’occurrence, « nous remettons les clés de la cathédrale » aux catholiques, a souligné M.Fuchs. Le samedi 29 février a été choisi car il s’agit de l’entrée en carême, une date symbolique, a-t-il fait remarquer.

Interrogé par la RTS, le cardinal Kurt Koch voit avec gratitude la tenue d’une messe à Saint-Pierre. « On espère que c’est un signe pour avancer pas à pas vers l’unité ». Le cardinal s’est réjoui de cette évolution. Il a rappelé que quand il était jeune, il avait l’interdiction d’entrer dans l’église protestante de son village.

Des messes ont déjà été célébrées à la cathédrale de Lausanne, mais à Genève, dans la cité de Calvin, fief du protestantisme, c’est une première.

Source: KEYSTONE-ATS

Continuer la lecture

Culture

« 100% Noël », Sonia Grimm revient avec un nouveau concert live

Publié

le

Celle qui a fêté cette année ses 15 ans de carrière revient avec un nouveau spectacle 100% Noël. Un show avec des danseurs, des musiciens, pour se plonger dans la magie des fêtes.

L’auteure, compositrice et interprète de chansons pour la jeunesse a composé 6 albums en 9 ans, et plus de 100 chansons. Une hyperactive de la musique pour enfant, joyeuse, festive et familiale qui revient avec un nouveau spectacle dédié uniquement à Noël. A travers ses musiques et ses comédies musicales live, la vaudoise aborde des thèmes pédagogiques divers et variés avec beaucoup de sensibilité.

Pour nous parler de son nouveau spectacle 100% Noël, Sonia Grimm était l’invitée de Benjamin Smadja:

Sonia Grimm

Sonia Grimm

Sa première scène remonte à 2004, lorsque le Salon du Livre de Genève l’invite à aller à la rencontre de son public. Depuis, l’artiste a créé 18 spectacles en traversant toute la Suisse romande. Pour s’inspirer, Sonia Grimm se plonge dans son quotidien auprès de ses enfants, ou dans ses souvenirs d’enfance. Elle souhaite à travers ses shows encourager chaque personne à s’accomplir et à libérer la parole.

Continuer la lecture