Rejoignez-nous

Blog

La 71 édition du Festival du film de Locarno débute demain

Publié

,

le

Pour la septante et unième année, le Festival du film de Locarno prend ses quartiers au sein de la magnifique ville tessinoise qui vibrera au rythme du cinéma. Une année particulièrement chargée, avec notamment la dernière programmation du directeur artistique.

Dans quelques heures, de nombreux cinéphiles se retrouveront aux alentours de la splendide Piazza Grande, cœur névralgique du festival tessinois. La 71e édition du Festival de Locarno débutera en effet le 1er août, avec la projection du long-métrage Les Beaux Esprits de Vianney Lebasque, et qui amorcera onze jours de festivités. Cette cuvée sera par ailleurs la dernière programmation du directeur artistique, Carlo Chatrian, propulsé à la tête de la Berlinale dès 2019.

Ultime programme

Il s’agit donc du dernier tour de piste de l’italien de 49 ans, entré en fonction en septembre 2012. Il souhaitera indéniablement laisser sa marque sur le festival et compte, pour ce faire, sur les nombreuses sélections. Une dimension humain – voire humaniste –  semble se dégager de la présentation du programme, notamment dans le cadre du septantième anniversaire de la déclaration universelle des Droits de l’Homme. Un film comme BlacKkKlansman, la nouvelle réalisation de Spike Lee – narrant l’histoire du premier policier afro-américain de Colorado Springs qui s’infiltre dans la branche locale du Ku Klux Klan – s’intégrera parfaitement dans cette ligne.

Cette oeuvre sera diffusé sur la fameuse Piazza Grande, place magnifique accueillant l’open air du Festival, et qui se veut bien plus « grand public » que le reste de la programmation. Nous pourrons y retrouver également Coincoin et les Z’inhumains, minisérie de Bruno Dumont (Ma Loute, La Vie de Jésus) faisant suite à P’tit Quinquin, la rediffusion du Seven de David Fincher, ou The Equalizer 2 pour le quota blockbuster. Certains invités feront aussi tourner les têtes lors du Festival : Ethan Hawke (Boyhood, Bienvenue à Gattaca) présentera sa réalisation Blaze, et Jean Dujardin (The Artist, OSS 117, 99 Francs), star du nouveau long-métrage de Gustave Kervern et Benoît Delépine – co-créateur de l’émission satirique Groland – I Feel Good, qui va clôturer le festival.

Côté compétition internationale, quinze long-métrages tenteront de se départager pour repartir avec le prix ultime : Le Léopard d’Or, remis conjointement avec les autres prix le 11 août. Cette sélection semble cette fois se concentrer sur les histoires personnelles et verra notamment le retour du sud-coréen Hong Sang-soo, déjà vainqueur en 2015 du Léopard d’Or pour Un jour avec, un jour sans. Il présentera cette année Gangbyub Hotel, retraçant le parcours de différentes personnes dans un hôtel où la vie est particulièrement difficile. Une seule production helvétique est retenue pour la consécration finale : Glauberberg de Thomas Imbach. Autre moment marquant de cette compétition : la projection de La Flor de l’argentin Mariano Llinás, véritable hommage au cinéma, qui dure plus de… treize heures !

Différentes compétitions

Locarno, c’est aussi différentes compétitions, qui mettent aux prises des courts ou long-métrages internationaux. Outre la Piazza Grande, qui offrira le prix du public à l’un de ses sélectionnés, le Festival propose différentes catégories : le concours international, cité précédemment, mais également le concours « Cinéastes du présent » qui met en avant des premières ou secondes productions de leur réalisateur. Sans oublier les court-métrages, également mis en avant via des sections dédiées, mais aussi les différentes rétrospectives. En bref, un programme varié qui promet de belles heures de projections.

A noter que Radio Lac sera présent à Locarno durant l’entier du festival. Vous pourrez ainsi retrouver nos différents reportages à l’antenne et sur le site de Radio Lac.

Robin Jaunin nous présente cette 71e édition un peu particulière :

Robin Jaunin Présentation du 71e Festival du film de Locarno

Photo : Remise du Pardo d’Oro 2017 à Bing Wang pour « MRS. Fang ». @Locarno Festival / Sailas Vanetti

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Moi Manon stagiaire chez Radio Lac

#10 Moi, Manon, 24 ans, stagiaire chez Radio Lac

Publié

le

La classe de troisième année dans le studio de Radio Lac.

Episode #10: Visite de la radio 

Comme promis, je suis revenue de vacances, une pause dans le froid du nord et de l’hiver, à se promener dans la nature sauvage d’Ecosse!

Je ne vous ai pas encore parlé de comment j’ai obtenu ce stage chez Radio Lac. C’est en fait assez simple et en même temps un peu de chance. Dans l’école genevoise dans laquelle j’ai passé mon Bachelor, nous passons chaque année l’épreuve du « Job Dating ». Une première session est organisée en début d’année pour aider dans la recherche du stage, et une seconde en fin d’année. C’est a cette occasion que j’ai rencontrée pour la première fois Barbara qui travaille elle aussi à Radio Lac. A ce moment là, j’étais encore en stage dans une entreprise événementielle, mais l’idée de travailler pour un média m’avait plu et m’était restée en tête. Pendant l’entretien, j’avais bien compris qu’il ne fallait pas trop prendre à la légère ce domaine et que le dynamisme et un bon réseau primaient pour faire partie de l’équipe. 

Un peu plus tard, Barbara m’avait contactée pour un stage, mais étant déjà prise, nous n’avions pas donné suite. C’est plus tard, un mois après la fin de mon premier stage, et sans emploi, que j’ai reçu un nouvel appel de Radio Lac. Où en étais-je de ma recherche d’emploi et étais-je intéressée par un stage à la rédaction, voulais savoir Barbara. J’ai donc saisi cette opportunité, tout en me demandant si je m’en sortirai sans formation et sans trop d’idée du travail dans un média.

Voilà donc mon histoire, tout cela pour en venir au fait que ces dernières semaines, nous avons reçu la visite des trois classes de mon ancienne école. C’était en effet aussi une habitude récurrente de visiter certaines entreprises ou institutions durant l’année scolaire. Le but étant à la fois de nous permettre de découvrir les rouages des métiers et les domaines touchant aux relations publiques ou au tourisme. 

J’étais ravie d’apprendre que mes camarades venaient voir l’environnement dans lequel j’évolue désormais, et j’avais aussi envie de piquer leur curiosité et les ouvrir à ce type de métiers ou stages. J’ai donc demandé à accompagner Barbara dans sa visite guidée des studios et de la rédaction. Nous avons bien ri en voyant les réactions de tous envers leur propre voix enregistrée, une sorte de dégoût et rejet immédiat qui touche presque tout le monde il me semble. La visite de la régie publicitaire et de son fonctionnement étonnant, et la vue si agréable depuis la terrasse ont aussi fait leur petit effet, comme pour moi la première fois. En voyant les questions intéressées et les regards intrigués pendant la visite, je suis sûre que certains reviendront un jour dans les locaux avec des envies de plus connaître le domaine de la radio.

Je vous souhaite une belle fin de week-end, et à la semaine prochaine!

Continuer la lecture

Moi Manon stagiaire chez Radio Lac

#09 Moi, Manon, 24 ans, stagiaire chez Radio Lac

Publié

le

#Episode 09 : Les voix de Jeff

Dans le groupe Média One, il y a plusieurs personnes qui travaillent dans des domaines bien différents. Entre les rédacteurs, les journalistes sur le terrain, les spécialistes du web et de la communication. Et puis il y a Jeff, qui est un personnage à part. C’est une des premières personnes que l’on remarque dans les couloirs, parce que son visage appelle à venir lui parler et en savoir plus sur lui. C’est l’impression que j’ai eu en le voyant la première fois sur la terrasse. Lui, il connaît bien tout le monde, et salue chaleureusement chaque personne qu’il croise.

Puis au fur et à mesure des jours et des discussions, j’en ai appris plus sur sa fonction dans l’entreprise, et surtout sur ses passions. Jeff travaille pour la régie publicitaire, et son truc, c’est les voix. Je me souviens de cette fois où il m’a proposé de venir les voir, les entendre plutôt. Les voix des publicités donc. Je ne savais même pas comment cela fonctionnait, je n’avais aucune idée que les pubs de la radio, c’était lui qui la produisait, en duo avec Antoine, ou en tout cas, que ça pouvait l’être.

Le bureau de Jeff et Antoine est spacieux, avec deux grands écrans d’ordinateur. Il a toujours un logiciel de montage d’ouvert, et mille fichiers rangés partout. Il cherche un moment celui qu’il veut me faire écouter, en sélectionne trois ou quatre et lance les annonces. 

“C’est secret, hein, c’est en exclusivité! J’adore faire des voix, j’ai toujours aimé ça ! » me glisse Jeff.

Si on se concentre dessus, on reconnaît sa voix, mais elle est légèrement différente malgré tout. Les petits jeux de mots et blagues dans les annonces me font rire. Une voix d’enfants et une de femme lui donne la réplique. Intriguée, je lui demande comment il fait pour les avoir: dans ce bureau il n’y a que deux hommes.

Il passe alors sur ses mails et me montre ce que lui envoie ses amis comédiens. 

Il reçoit un appel: “Salut Jeff, dis-moi, dans ton texte, ce mot je dois le dire avec cette prononciation, où celle-ci ?—- Aucune idée, fais les deux pour être sûr, on verra après!”

Entre deux manipulations, il part sur Youtube, me montre une vidéo de doublage. “Elle, c’est Anne, c’est ma pote. Lui, c’est un super gars. Une voix caméléon.”

Je lui demande ce que ça veut dire. Il m’explique alors que ces voix peuvent jouer des personnages très différents, s’adapter a plein de situations. Jeff aussi c’est un caméléon: comme ma mère il est né en Haute-Normandie, en France, et il connaît la famille d’une de mes amies d’enfance. Il connaît beaucoup de choses, après 25 ans passés dans la boîte. Un vrai personnage, avec une bonne humeur communicative. 

Une semaine de vacances pour ma part, et je vous retrouve donc après, avec plein de nouvelles choses à partager!

 

Continuer la lecture

Moi Manon stagiaire chez Radio Lac

#08 Moi, Manon, 24 ans, stagiaire chez Radio Lac

Publié

le

Episode #08 En reportage avec Alix

Un des événements marquants des dernières semaines au sein de Radio Lac a été le reportage en fil rouge de la matinale tourné avec mon amie Alix. Voici comment cette histoire a commencé. 

L’année dernière, en école de communication, j’ai fait la connaissance d’Alix, une jeune fille de 3ème année en Relations Publiques. Elle est touchée par un handicap qui l’empêche de se déplacer correctement, et se déplace donc en fauteuil. Nous n’étions pas dans la même section, mais nous avons passé beaucoup de temps ensemble l’année dernière. Un midi, il y a quelques jours, nous sommes allées déjeuner et nous avons parlé de mobilité. En effet, malgré l’habitude et une ville plutôt bien adaptée déjà aux personnes à mobilité réduite, Alix m’expliquait que se déplacer restait très compliqué. 

En rentrant à la rédaction, cette idée me trottait dans la tête. C’était un coup de chance et de hasard quand le sujet en question a resurgi en séance. Nous avons donc pensé qu’il serait intéressant de mettre un journaliste en fauteuil le temps d’une matinée, afin de se rendre compte des difficultés et de la réalité de cette vie. Par chance, Alix possède deux fauteuils, un électrique qu’elle utilise régulièrement, et un fauteuil manuel, et par chance, Tadeusz Roth se porte en volontaire pour cette expérience.

Descendre du tram, toute une aventure.

Plongés dans son quotidien

Nous nous sommes tous levés tôt ce matin là, pour commencer dès 6h30 le reportage. La première étape de notre périple était de trouver un café. Cela paraît très simple, et pourtant, il faut déjà dépasser les premières difficultés, rouler sur les voies de tram car les trottoirs sont trop hauts… Nous arrivons malgré tout à nous mettre au chaud et Tadeusz commence à discuter avec Alix de sa vie en fauteuil et surtout de la mobilité. Nous décidons ensuite de partir en plein centre ville pour se rendre compte des soucis par nous-même. Nous avons tous les deux essayé le fauteuil, et le plus marquant a été la descente du tram à l’arrêt Terrassière, heureusement que l’un de nous deux était à pied pour aider celui en fauteuil manuel. Pendant toute la matinée, nous avons partagé avec les auditeurs les expériences vécues et le quotidien d’Alix.

En fin de reportage, elle nous a suivi pour enregistrer une interview dans les studios, et a beaucoup aimé passer à l’antenne en direct. La visite de la radio aussi lui a beaucoup plu, pour une grande fan de musique, et je pense que c’était un bon moyen de terminer cette interview. 

J’étais vraiment contente d’avoir pu proposer ce sujet et surtout mon amie pour y participer, et l’expérience était riche en enseignements pour nous.

A la semaine prochaine!

Continuer la lecture

Moi Manon stagiaire chez Radio Lac

#07 Moi, Manon, 24 ans, stagiaire chez Radio Lac

Publié

le

Jennifer et Arnaud Favre au micro de Radio Lac (Photo MC)

Episode #07 Une interview fondue

En vue de la préparation d’une série audio pour Radio Lac, on m’a demandé il y a de cela quelques semaines déjà si j’étais intéressé pour faire une interview d’un duos d’auteurs.

Les séries, c’est ce format de 10 podcasts en général sur un sujet particulièrement intéressant et déclinable, comme « Les héros du lac » et « On a marché sur la lune ». Pour cette nouvelle série, il fallait donc trouver un sujet suffisamment dense. Il ne s’agissait pas de n’importe quel livre, mais pas moins de 52 recettes de fondues différentes, réunies et testées par un couple pour le moins passionné. Lorsque Philippe m’a proposé de me rendre toute seule sur cette interview, je me suis un peu inquiété, j’avais peur de ne pas réussir à faire cette interview sur la longueur, de ne pas avoir le temps de la préparer, ou d’avoir un problème technique.

De plus, j’avais sous les yeux leur livre « Haute-Fondue », et au fil des pages je prenais conscience des différentes recettes de fondue proposées, tout en ayant de plus en plus peur. Comment faire 52 recettes de fondues différentes déjà ? Pour moi, la fondue, ça a toujours été une seule recette, presque sacrée d’ailleurs, intemporelle et intouchable.

Jennifer et Arnaud Favre, autour dune fondue Gingembre-citron (photo MC)

Dans l’ambiance

Cette soirée promettait donc de bousculer un peu mes habitudes et me mettre au défi. J’avais donc passé toute la journée à préparer cette interview, en prévoyant large avec plus de questions, afin d’avoir une marge de manœuvre.

J’arrive le soir au restaurant Edelweiss, dans un décor très chou de chalet suisse, où l’on oublie immédiatement en entrant être au cœur de Genève. Des murs en rondins, un cor des alpes qui trône fièrement sur la rampe d’escaliers, des toits de chalets et des décors traditionnels, de quoi vous mettre dans l’ambiance! En arrivant, on me dirige vers les auteurs, qui ont déjà tout installé pour leur dédicace-dégustation. Je fais alors la connaissance d’Arnaud et Jennifer qui m’accueillent très chaleureusement.

Nous nous installons pour faire l’interview avant que la séance de dédicaces ne commence. Maintenant que je connais bien mon matériel, ce n’est plus un soucis, et j’explique simplement à Jennifer et Arnaud le format que nous souhaitons et les recommandations pour parler au micro. Nous passons un très bon moment, dans lequel j’en apprends plus sur cette initiative un peu folle du duo, de créer un festival de la fondue, une association et ensuite, d’en faire un livre. Au delà des mots, je me rends compte qu’ils sont vraiment fondus de fondues…

A la fin de l’interview, nous sommes déjà bien à l’aise, et je sens que le courant passe très bien. J’ai hâte de découvrir les fondues qu’ils nous ont préparé et dont il m’ont tant parlé.

La première que Jennifer prépare ( car elle ne laisse jamais Arnaud faire la fondue) est la « Gingembre-Citron », une de leur préférée. Au départ, j’ai du mal à imaginer cette association, mais elle se révèle finalement délicieuse. S’en suivra une « Poivrons-Grappa » et beaucoup de discussions joyeuses autour de l’arbre à fondue. Plusieurs étrangers sont présents pour tester ces saveurs originales, une occasion de plus de rire et d’échanger.
Au-delà de cette interview, cette soirée a été une vraie rencontre et un moment très convivial.

Vous pourrez bientôt retrouver cette série sur la fondue sur Radio Lac, en attendant, je vous retrouve la semaine prochaine !

Continuer la lecture

Moi Manon stagiaire chez Radio Lac

#06 Moi, Manon, 24 ans, stagiaire chez Radio Lac

Publié

le

(KEYSTONE/Christian Beutler)

Episode #06: Retour à l’école

Je viens tout juste de quitter au final, la grande école. 6 ans d’études au total, dans des domaines assez différents, des classes un peu particulières. Au milieu de mes études, j’avais même fait une « pause », pendant laquelle j’avais travaillé dans des écoles. Cet épisode-là m’avait permis de me rendre compte que j’adorais cet univers, travailler avec les enfants et globalement, tout ce qui les concerne, droits et problématiques inclus.

C’est pour cela qu’après avoir rencontré des patrouilleuses scolaires, j’ai sauté sur l’occasion lorsque leur coordinatrice nous a proposé de venir assister à une des formations données dans les classes de petits. Cette session avait pour but d’informer les écoliers sur les bons gestes à avoir pour traverser la route et aller à l’école en sécurité.

En pleine cour de récré

Après avoir contacté l’école et la directrice, nous avons pu convenir d’une date pour assister à cet événement. Je me suis donc rendue dans l’école du Mail, proche de Plainpalais, avec un rendez-vous prévu dans une classe de 1P. Avant la formation des patrouilleuses, c’était l’heure de la récréation pour les nombreux élèves de l’école, l’occasion pour moi de me replonger dans l’ambiance un peu agitée des enfants qui se mélangent joyeusement.

Lorsque la cloche sonne, tous les enfants se rangent dans leur coin et attendent patiemment leur professeur. Pendant ce moment de récréation, je fais la connaissance du maître qui va m’accueillir quelques instants dans sa classe. Luca est très avenant, on voit que tous les élèves l’apprécient beaucoup, d’ailleurs des anciens de sa classe lui courent dans les bras lorsque nous traversons la cour.

Il me présente alors à la vingtaine de petits qui compose sa classe. Ils sont d’abord très impressionnés, mais qui ne l’aurait pas été, à quatre ans devant une inconnue. Ça ne dure jamais longtemps et quand nous nous mettons en route pour monter en classe, j’ai déjà trois enfants qui viennent me donner la main. Il y en a un en particulier qui est très intéressé par l’interview que je m’apprête a faire. Je lui explique que j’ai dans mon sac un « super-micro bleu », et que je lui montrerai comment il marche. Il a les yeux qui brillent a cette idée, autant que moi la première fois que l’on m’a parlé d’interview.

Quand la formation commence, les enfants se font très discrets et timides. Ils restent attentifs plus de 40 minutes, un exploit pour le maître, et pour les patrouilleuses aussi. Après les avoir interrogés sur cette formation, je tente de faire un son avec un enfant. J’ai donc montré au petit curieux de tout à l’heure comment fonctionnait le micro et l’enregistreur, et il s’est très bien débrouillé pour m’expliquer les gestes que venaient de lui enseigner les patrouilleuses.

En parlant d’enfants, nous avons reçu vendredi la visite d’une classe dans les studios, ce qui m’a replongé dans cette ambiance et dans cette interview que j’avais particulièrement appréciée.

Bon week-end et rendez-vous comme chaque fois dimanche prochain!

 

Continuer la lecture