Rejoignez-nous

Culture

Clap de fin pour Le Matin papier

Publié

,

le

La version papier du journal Le Matin paraîtra pour la dernière fois le 21 juillet. L’avenir du quotidien romand s’écrira désormais uniquement sous forme numérique. Jusqu’à 41 personnes sont menacées dans leur emploi. Le personnel est sous le choc.

Le couperet est officiellement tombé, après des mois de rumeurs et des années de pertes financières: après 125 ans d’histoire(s), le quotidien payant le plus lu de Suisse romande va cesser de paraître le samedi 21 juillet, après le Paléo et le Mondial de football. Il deviendra le premier quotidien suisse à faire le pas du tout numérique.

Cette restructuration impactera « au maximum 41 personnes, dont 24 dans la rédaction », a annoncé jeudi l’éditeur Tamedia. « Ce seront soit des licenciements, soit des réductions du temps de travail », a expliqué Patrick Matthey, responsable de la communication pour la Suisse romande. Le Sport-Center, agence interne de Tamedia pour le sport, sera aussi touché. Mais pas du tout le Matin Dimanche.

Patrick Matthey ne donne pas de détails pour l’instant. « Une procédure de consultation vient d’être lancée. Nous donnerons des chiffres lorsque nous serons au bout du processus », a-t-il ajouté.

Selon des chiffres diffusés à l’interne, 16 personnes seraient touchées dans la rédaction du Matin, 8 au Sport-Center et 17 dans le secteur TES (production, édition et technique). Les licenciements seraient prévus pour la fin juin.

Les employés étaient sous le choc jeudi après cette annonce. Ils vont contester l’ampleur des licenciements – 41 personnes – et lutter pour obtenir les meilleures conditions possibles pour les personnes qui seront finalement touchées. C’est « l’incompréhension » de voir Tamedia, qui obtient de bons résultats financiers, « licencier autant de monde que ça », a expliqué Eric Felley, co-président de la société des rédacteurs du Matin.

Rédaction de 15 personnes

Le Matin continuera avec une rédaction d’environ 15 personnes qui collaborera étroitement avec le Sport-Center et le Newsexpress de Tamedia, ainsi que le réseau du gratuit 20 Minutes. Les collaborateurs du quotidien orange sont appelés à postuler pour la nouvelle rédaction numérique du Matin.

Le rédacteur en chef actuel s’en va. Sur les réseaux sociaux, Grégoire Nappey explique qu’il « n’a pas souhaité conduire ce projet » pour être « cohérent avec ses convictions ». Il assurera jusqu’au 21 juillet la transition avec Laurent Siebenmann, qui sera le nouveau rédacteur en chef du Matin online. Ce dernier a débuté sa carrière dans les radios privées en Suisse romande. Il a rejoint la rédaction du Matin en février 2015.

Le titre ne changera pas de ligne. « Le Matin restera Le Matin », a assuré Laurent Siebenmann. « Il restera un peu provocateur, axé sur les faits divers, le sport et le divertissement », a-t-il ajouté. Le matin.ch vise un public-cible de 35 à 55 ans. Il sera complémentaire de 20 Minutes qui compte sur le lectorat des 15-35 ans.

Pertes financières

Les pertes financières auront eu raison de l’édition papier du journal de boulevard. « Nous enregistrons des pertes importantes depuis plus de 20 ans. Et elles ont augmenté ces dernières années », a expliqué Patrick Matthey. En 2017, la marque a perdu 6,3 millions de francs, et près de 34 millions au cours des dix dernières années.

Le matin.ch sera un produit 100% gratuit, a assuré M. Matthey. Le média devra tirer l’entier de ses revenus de la publicité. Le modèle économique a été analysé et jugé viable. « On espère très fortement développer les recettes publicitaires sur internet », a renchéri Laurent Siebenmann.

Si Tamedia opte pour le tout numérique, c’est aussi parce que « le mode de consommation des lecteurs a changé », a ajouté le porte-parole. « Cette décision est douloureuse pour les collègues, mais c’était pour nous une évidence de basculer le journal sur le numérique », a-t-il ajouté.

Moins de lecteurs

Le lectorat du quotidien – imprimé à près de 38’000 exemplaires pour 218’000 lecteurs- s’érodait année après année. Le quotidien orange, qui était beaucoup lu dans les bistrots, a perdu plus de 80’000 lecteurs en dix ans sous l’effet notamment de la concurrence des gratuits 20 minutes et Le Matin bleu, ce dernier ayant lui-même disparu en 2009. Quant aux revenus publicitaires, ils ont reculé de 42% en 10 ans.

Les collaboratrices et collaborateurs touchés seront mis au bénéfice de mesures d’accompagnement dans le cadre d’un plan social. La direction a demandé à rencontrer dès vendredi la représentation des employés accompagnée du syndicat Impressum, afin de démarrer la procédure de consultation.

Réactions véhémentes

Les syndicats ont réagi avec véhémence. L’annonce de Tamedia survient alors qu’une procédure est en cours devant l’Office de conciliation vaudois pour sauver Le Matin papier et demander un gel des licenciements sur deux ans. Pour Impressum et syndicom, l’éditeur zurichois se conduit comme le « croque-mort » de la diversité de la presse en Suisse romande.

L’éditeur zurichois poursuit son approche « purement orientée vers le profit » et considère le journalisme comme « une activité uniquement lucrative », critique le Parti socialiste dans un communiqué. Pour le PS, cette disparition est une raison supplémentaire pour appuyer sa demande visant à créer des possibilités de soutien à la presse écrite dans la nouvelle loi sur les médias. Cette dernière sera bientôt mise en consultation par le Conseil fédéral.

La présidente du gouvernement vaudois Nuria Gorrite a annoncé que le Conseil d’Etat a immédiatement sollicité une entrevue avec la direction de Tamedia. « Tamedia, société qui fait des bénéfices, tire la prise d’un titre populaire, l’un des derniers quotidiens romands. C’est une coupe dans l’identité romande », a-t-elle déclaré.

Source : ATS

 

1 commentaire

1 commentaire

  1. Notification automatique: Quel avenir pour la presse écrite ? – M.T.Q

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Cinéma : Roxane, comédie rurale emplie d’espoir

Publié

le

Premier film de la réalisatrice Mélanie Auffret, Roxane dépeint l’histoire d’un agriculteur qui va se battre pour la survie de son exploitation.

Guillaume de Tonquédec interprète Raymond, un agriculteur qui possède une belle exploitation de poules, à qui il déclame de la littérature comme Cyrano de Bergerac. Accompagné de sa fidèle poule Roxane, il est un jour rattrapé par les contraintes des grandes surfaces. En effet, ces dernières décident de ne plus se ravitailler dans son exploitation.

Au travers de cette comédie, Mélanie Auffret, réalisatrice du film, s’attaque à un sujet de société terriblement actuel, celui des paysans menacés et de leur exploitation : pertes de terres, de revenus, drames humains ou familiaux, etc. Mais Roxane n’use jamais de la corde sensible, privilégiant une approche un peu plus légère et surtout extrêmement positive et emplie d’espoir. Raymond va en effet tout donner pour se défendre, allant même jusqu’à réaliser des vidéos sur internet et faire « le buzz ».

Mélanie Auffret, réalisatrice du film et Guillaume de Tonquédec étaient les invités de Radio Lac afin de parler de Roxane :

Le film est dans les salles romandes à partir du 12 juin. Découvrez ici la bande annonce du film Roxane :

Continuer la lecture

Actualité

Un signal fort pour la culture genevoise

Publié

le

Les milieux culturels ont connu un dimanche joyeux. Plus de 83% des votants se sont prononcés en faveur de l’initiative «Pour une politique culturelle cohérente à Genève». Cette initiative constitutionnelle vise une meilleurs répartition entre l’Etat et les communes.

Lancée par les milieux culturels, l’initiative avait le soutien de tous les partis, sauf UDC et MCG. Le Grand Conseil, lors de sa séance du 24 janvier 2019, l’avait d’ailleurs accepté sans lui opposer de contre-projet.

Elle n’a été soumise au vote populaire que parce qu’elle modifie la constitution. Malgré un résultat attendu, les milieux culturels ont exprimé leur joie à l’annonce du score. Parmi les plus souriants: le réalisateur Laurent Graenicher. On lui a demandé si l’initiative n’avait pas été tout de même un peu oubliée au milieu des autres objets de votation?

Laurent Graenicher Réalisateur

Reste maintenant à passer à la mise en oeuvre. Et notamment à déterminer quels projets bénéficieront de cofinancement du canton. Le conseiller d’Etat Thierry Apothéloz entend prendre les choses en main:

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat

Judith Monfrini et Marie Prieur

Continuer la lecture

Actualité

Week-end balkanique à l’Alhambra

Publié

le

La musique des Balkans investit la salle de Alhambra à Genève ce week-end. Deux concerts, donnés par trois chorales (le coeur Artichaut, les anges de Montbrillant et Les Voix d’Aoédé), accompagnées pour l’occasion par les musiciens du groupe Maurice K. Au programme, un voyage musical à travers l’Europe médiane : en Bosnie, en Bulgarie, en Géorgie ou encore en Serbie.

A l’origine de cette aventure, Nabila Schwab, cheffe de chœur et enseignante de musique à l’école primaire. Pour elle, chanter dans cette salle est une chance : 

Nabila Schwab Cheffe de chœur

La cheffe de chœur défend une vision singulière de l’art :

Nabila Schwab Cheffe de chœur

Extrait musical :

3 Chœurs & Maurice K  Idi Doidi Eleno

Salle de l’Alhambra, aujourd’hui à 20h et demain à 17h. Entrée libre. Détails sur:  https://www.tempslibre.ch/geneve/concerts/401895-chants-des-balkans

Tadeusz Roth

Continuer la lecture

Actualité

Piloté par le Canton, un musée de la BD se dessine

Publié

le

Un musée de la BD se dessine. Sous la houlette du canton de Genève, un groupe de travail, comprenant notamment Zep et Tirabosco, planche sur le projet. Ce futur centre sera donc dédié à la bande dessinée.

Quoi de plus logique quand on sait que c’est à Genève qu’est né Rodolphe Töpffer, considéré comme l’inventeur de la BD. Mais ce n’est pas la seule raison. Les explications du conseiller d’Etat chargé de la cohésion sociale et porteur du projet, Thierry Apothéloz:

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat

Thierry Apothéloz revient sur les raisons de l’engagement de l’Etat dans ce beau projet:

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat

Le groupe de travail qui réunit une petite dizaine d’experts en la matière doit répondre aux questions élémentaires: Quoi? Comment? Combien? Mais aussi où? Concernant le lieu, le conseiller municipal Simon Brandt avait évoqué la possibilité d’utiliser l’ancien musée de l’horlogerie. C’est l’une des pistes envisagées, indique le conseiller d’Etat:

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat

Il faudra aussi songer à la mise en réseau avec les autres musées dédiés à la BD. Les précisions de Thierry Apothéloz:

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat

Le groupe de travail doit rendre son rapport fin août. Parmi les experts, on compte notamment le dessinateur genevois Tom Tirabosco. Pour en parler, il sera l’invité de Radio Lac Matin à 7h20.

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

La comédie suisse Curry Western sort au cinéma

Publié

le

La comédie noire Curry Western arrive ce mercredi 8 mai en salles. Une co-production suisse, tournée en Inde par le réalisateur Kamal Musale. Rencontre. 

Curry Western, c’est le nouveau projet du réalisateur suisse d’origine indienne Kamal Musale. Après une collaboration avec le cinéaste suisse Christoph Schaub sur Million Can Walk (2014)  et son dernier projet personnel en hindi Bumbai Bird (2017), le voici pour son premier projet international, tourné en anglais.

Un projet très ambitieux, porté en autre par la société de production veveysanne Louise Productions. Une grande première pour elle de tourner à l’étranger, et en particulier en Inde. Avec un casting tout autant international : Gia Sandhu (L’Ombre d’Emily) et Christopher Shyer (J.Edgar, Shut Up and Shoot !), mais également le comédien vaudois Sylvain Reymond, qui incarne Bindu.

Sylvain Reymond, qui incarne Bindu dans Curry Western, est comédien, mais également DJ dans la région de Vevey !

Sheela est une anglaise d’origine indienne, qui vit en Angleterre en compagnie de son chéri Simon. Un jour, elle apprend que son père, qui vit en Inde, a succombé d’une attaque de tigre. Elle décide en compagnie de son mari de partir sur les traces de son père… et de sa maison. Un long-métrage qui mélange les genres : drame, comédie noire et même western, le tout se déroulant dans des décors magnifiques de l’Inde. Ce scénario permet par ailleurs à Kamal Musale d’explorer les notions de propriété et d’identité, au travers notamment de cette maison en Inde.

A l’occasion de la sortie en salles de Curry Western, nous avons rencontré son réalisateur, Kamal Musale :

Kamal Musale Réalisateur du film Curry Western

Découvrez la bande annonce du film Curry Western :

Le long-métrage Curry Western sort dès le 8 mai 2019 dans les salles romandes.

@RobinJaunin

Continuer la lecture