Rejoignez-nous

Culture

Après 15 ans au Conseil d’Etat, Anne-Catherine Lyon s’en va

Publié

,

le

Après 15 ans passés au Conseil d’Etat vaudois, Anne-Catherine Lyon s’en va.

Poussée à la porte par son parti, la socialiste va quitter son fauteuil de Cheffe du Département de la Formation, de la Jeunesse et de la Culture, le DFJC. C’est la nouvelle élue, Cesla Amarelle, qui lui succédera ce samedi 1er juillet 2017 à la tête de l’école vaudoise, notamment.

Alors après 15 années au Gouvernement vaudois, Anne-Catherine Lyon va quitter la scène politique. Et la future « ex » Ministre se dit sereine à quelques heures de laisser sa place:

Anne-Catherine Lyon Conseillère d'Etat sortante, VD

 

Pour rappel, Anne-Catherine Lyon souhaitait rempiler pour un 4ème mandat. Mais son parti lui a fait comprendre son opposition. La Conseillère d’Etat socialiste a alors dû se résoudre à laisser tomber et à laisser la place après 15 ans au DFJC… Anne-Catherine Lyon:

Anne-Catherine Lyon Conseillère d'Etat sortante, VD

 

Après 15 années au Gouvernement, plus d’une dizaine de lois menées à bien et de nombreux projets accompagnés, Anne-Catherine Lyon a encore quelques petits détails à régler avant de quitter sa fonction:

Anne-Catherine Lyon Conseillère d'Etat sortante, VD

 

Et parmi ces 20 lois accompagnées, il y a notamment la LEO, la loi sur l’enseignement obligatoire qui a fait couler beaucoup d’encre. Anne-Catherine Lyon:

Anne-Catherine Lyon Conseillère d'Etat sortante, VD

 

La Loi sur l’Enseignement Obligatoire aura provoqué l’ire du corps enseignants. Pour ses derniers mois en tant que Conseillère d’Etat, Anne-Catherine Lyon a dû faire face à une véritable fronde des profs. Mais pas de quoi la faire vaciller. Selon elle, il y a eu bien pire par le passé:

Anne-Catherine Lyon Conseillère d'Etat sortante, VD

 

Le nouveau Conseil d’Etat vaudois a prêté serment mardi 27 juin 2017, tout comme les 150 députés au Grand Conseil. La législature 2017-2022 débutera officiellement le samedi 1er juillet, sans Anne-Catherine Lyon.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

« Ceux qui travaillent » couronné meilleur film suisse

Publié

le

Le prix d'honneur a été attribué à Beki Probst (à gauche) pour l'ensemble de sa carrière. Le conseiller fédéral Alain Berset, qui a assisté à la cérémonie de remise des prix, a souligné le rôle important que cette figure emblématique du cinéma suisse (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

« Ceux qui travaillent », du réalisateur Antoine Russbach, a reçu à Genève, le prix du meilleur film de fiction suisse 2019. Le long-métrage raconte l’histoire d’un bourreau de travail qui se fait licencier et qui, se remettant en question, prend soin de sa fille.

Le film romand a également reçu vendredi soir un quartz pour le meilleur scénario, et a été récompensé dans la catégorie meilleure interprétation dans un second rôle, avec une distinction qui est revenue à l’actrice Pauline Schneider, a fait savoir dans un communiqué l’Office fédéral de la culture.

Le quartz de la catégorie documentaire a été décerné à « Chris the Swiss », d’Anja Kofmel. Pour ce même film Marcel Vaid a été récompensé dans la catégorie de la meilleure musique de film et Stefan Kälin a reçu le prix du meilleur montage.

« All Inclusive », de Corina Schwingruber Ilic a été récompensé dans la catérgorie du meilleur court métrage, et « Selfies » s’est vu décerné le pris du meilleur film d’animation. Le meilleur film de diplôme, pour sa part, a été attribué à « Les Heures-Encre », de Wendy Pillonel.

Prix d’honneur pour Beki Probst

Les prix récompensant la meilleure interprétation masculine et la meilleure interprétation féminine ont été décernés à Joel Basman pour son rôle de Motti dans « Wolkenbruch » et à Judith Hofmann pour son rôle de Ruth dans « Der Unschuldige ».

Le prix d’honneur a été attribué à Beki Probst pour l’ensemble de sa carrière. Le conseiller fédéral Alain Berset, qui a assisté à la cérémonie de remise des prix, a souligné, dans son discours le rôle important que cette figure emblématique du cinéma suisse a joué dans la promotion du 7ème art.

La prochaine édition du Prix du cinéma suisse aura lieu le 27 mars 2020 à Zurich.

source ATS

Continuer la lecture

Culture

Fabrice Eboué n’a plus rien à perdre

Publié

le

C’est le titre du nouveau spectacle de l’humoriste français, qui voit sa calvitie progresser et qui donc…n’a plus rien à perdre.

Tout le monde y prend pour son grade : les véganes, les complotistes, ou son couple mixte, Fabrice Eboué ne s’épargne pas.
Il présente son One Man show au Théâtre du Léman à Genève le 28 mars 2019.

Et non, ce n’est pas une blague, Fabrice Eboué était dans les studios de Radio Lac pour répondre aux questions de Benjamin Smadja :

Continuer la lecture

Actualité

Richard Berry présente sa « Nouvelle » comédie

Publié

le

Il revient au Théâtre du Léman à Genève les 19 et 20 mars 2019 avec une comédie : La Nouvelle.

Le pitch est simple et efficace : Simon a invité à déjeuner ses deux fils afin de leur présenter Mado, sa nouvelle compagne de 20 ans sa cadette. Évidemment, tout ne va pas se passer comme prévu. La pièce, écrite par Eric Assous, est mise en scène par Richard Berry, qui joue aussi le rôle du père. Dans la peau de la nouvelle petite-amie, vous retrouverez la talentueuse Mathilde Seigner.

Et pour nous l’introduire, Richard Berry était au micro de Radio Lac :

Richard Berry La Nouvelle

La bande-annonce de la pièce :

Continuer la lecture

Actualité

Les Innocents dévoilent un nouvel album et demi

Publié

le

Jean-Philippe Nataf et Jean-Christophe Urbain fondaient leur groupe en 1982 à Paris.

Depuis, un long chemin a été parcouru : une séparation, quatre récompenses aux Victoires de la musique et une reformation en 2013… Ils sortent cette année leur sixième album, justement intitulé « 6 ½ ».

Il en émane un sentiment de lâcher prise et un équilibre porté par leur histoire.

J.P.Nataf et J.C. Urbain étaient à l’antenne de Radio Lac en compagnie de Benjamin Smadja pour nous en raconter la genèse:

Continuer la lecture

Actualité

Baisse de fréquentation au Salon de l’auto

Publié

le

Les aficionados de la voiture étaient moins nombreux en 2019 à se rendre au Salon de Genève par rapport à 2018. (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Le 89e Salon de l’auto de Genève s’est terminé dimanche sur une baisse de fréquentation de 9% par rapport à 2018. Avec 602’000 entrées enregistrées en onze jours, l’objectif initial des organisateurs de 650’000 à 700’000 visiteurs n’est pas atteint.

Le bilan est malgré tout positif. En effet, les exposants ont senti un vif intérêt de la part des visiteurs cette année, indiquent les organisateurs dans un communiqué. Ils estiment que « leur présence sur le salon a été plus que payante ».

Les visiteurs ont particulièrement apprécié les stands offrant une expérience spéciale, dont une course sur des simulateurs. « Nous sommes convaincus de pouvoir attirer ainsi un public encore plus large à l’avenir en exposant d’autres aspects de la mobilité », a déclaré Maurice Turrettini, président du Geneva International Motor Show, cité dans le communiqué.

Sur les résaux sociaux

Si la fréquentation des visiteurs est en baisse, l’écho de la manifestation ne l’est pas. Près de 10’000 représentants des médias du monde entier ont couvert plus de 151 premières mondiales et européennes.

Cette couverture médiatique a notamment suscité un vif intérêt sur les réseaux sociaux. Le salon a enregistré près de 5,8 millions de consultations sur Instagram, 154’000 fans sur Facebook, 345’000 interactions sur Twitter et près de 1,5 million de visiteurs sur le nouveau site internet.

« Nous sommes ravis que le salon fasse l’objet d’une telle attention au niveau mondial. Cela prouve que notre stratégie de communication numérique a porté ses fruits. « Aujourd’hui, le public visite le salon non seulement physiquement, mais aussi virtuellement », se réjouit André Hefti, directeur général du Geneva International Motor Show.

Prochaine édition

La 90e édition se déroulera 5 au 15 mars 2020. Olivier Rihs qui succédera à M.Hefti, avait évoqué dans un interview le projet d’aménager à l’avenir un circuit près des halles d’exposition pour permettre aux visiteurs d’essayer les modèles. Le Salon de Genève ambitionne de devenir à terme le seul grand rendez-vous du genre en Europe.

 

Source: ATS

Continuer la lecture