Rejoignez-nous

Culture

Alerte canicule sur toute la Suisse

Publié

,

le

La canicule frappe de plein fouet la Suisse, au point de déclencher une alerte de MétéoSuisse dans tous les cantons. Avec la sécheresse, le risque d’incendie est élevé sur tout le territoire et les restrictions se multiplient pour les feux d’artifice le 1er Août.

Cette situation ne devrait pas connaître d’évolution positive avant samedi. Les températures pourraient encore augmenter durant la semaine et atteindre des maxima entre 32 et 36 degrés, prévient l’institut de météorologie.

Lundi déjà, Meteonews relevait 35,4 degrés à 17h00 à l’aéroport de Zurich, le plus chaud des sites de mesures. Cevio (TI) avec 35° et Sion (34,9°) complètent le podium.

La carte des températures est très uniforme. En Suisse romande, on note encore Delémont (33°), Genève (32,7°), Evionnaz VS (32,6°), Nyon VD (32,1°) ou Neuchâtel (31,7°). Juillet a déjà été particulièrement chaud, avec 1,5 à 2 degrés de plus que les moyennes.

Danger à 3 sur 5

Les dangers liés à la canicule sont de degré 3 sur une échelle de 5 pour la quasi-totalité du territoire. La journée du 1er Août, un peu plus orageuse, pourrait « interrompre très temporairement la vague de chaleur », précise lundi l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) dans un communiqué.

Il est fortement recommandé de se protéger de la chaleur, de s’hydrater abondamment et de faire preuve de solidarité envers la population plus vulnérable. Pour profiter pleinement du 1er Août, il faudra se prémunir contre le coup de chaleur, dont les symptômes sont faiblesse générale, état de confusion, température élevée, bouche sèche, vertiges, désorientation, nausées, crampes.

Interdiction absolue

En raison des températures élevées et des précipitations peu abondantes, toute la Suisse est menacée par un danger accru d’incendies de forêt. Une vingtaine de cantons ont décrété des interdictions générales de faire des feux en forêt et à proximité, précise l’OFEV.

Dans de nombreux cantons, les amateurs de feux d’artifice devront donc se contenter de regarder les feux officiels le 1er Août. Si certaines communes, comme dans le canton de Fribourg, n’interdisent au public de tirer des feux d’artifice qu’à proximité des forêts, les cantons de Bâle-Campagne, Appenzell Rhodes-Extérieures, Lucerne, Schwyz, Obwald, Nidwald, Zoug et Argovie ont décrété lundi une interdiction absolue de faire des feux.

Cette mesure a déjà été prise par le Valais, le Tessin et les Grisons: elle pourrait s’étendre à d’autres cantons d’ici à mercredi. Dans les conditions actuelles, le feu peut se propager rapidement. L’OFEV appelle à la plus grande prudence lors d’activités en plein air et à s’informer du degré de danger local.

Prévention contre les incendies

Les feux en plein air sont donc interdits dans de nombreux cantons. Les grillades ne sont autorisées que sur des grills à gaz et les feux d’artifice ne peuvent pas être tirés le 1er Août.

En Valais par exemple, ce sont les communes qui sont chargées de faire respecter l’interdiction. Pour la fête nationale, elles peuvent cependant organiser des feux d’artifice dont elles sont responsables, souligne Jacques Magnin, chef de l’Office cantonal du feu. De nombreuses communes ont toutefois préféré annuler leur spectacle pyrotechnique.

Pour prévenir les risques d’incendie, le canton a misé avant tout sur la prévention et la population a été bien informée. Les contrevenants à l’interdiction seront dénoncés et risquent une contravention. Pour Jacques Magnin « l’actualité internationale parle en notre faveur », alors que des incendies ont récemment fait des ravages en Grèce, en Suède et en Californie.

Dangers de blessures

En plus des risques d’incendie, il ne faut pas oublier les dangers liés à une mauvaise utilisation des engins pyrotechniques. Chaque année, les feux d’artifice blessent en moyenne 125 personnes en Suisse lors de la fête nationale, rappellent le Centre d’information pour la prévention des incendies (CIPI), le Bureau de prévention des accidents (bpa) et la Suva dans un communiqué lundi.

En 2017, ce sont pas moins de 280 personnes qui se sont blessées avec des feux d’artifice, enfants non inclus car ils ne figurent pas dans la statistique. L’inattention et la négligence sont les principales causes de ces accidents.

A l’allumage, un simple feu de Bengale dépasse déjà les 400 degrés, souligne le communiqué, qui rappelle les mesures de précaution à prendre. Il faut bien s’informer sur l’utilisation des feux, les placer sur une base stable, les tenir hors de portée des enfants et garder du matériel d’extinction à portée de main. Dans le cas d’une pièce d’artifice ratée, il faut attendre dix minutes avant de s’en approcher et ne jamais la rallumer.

Source ATS

Photo:  (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Prix Goncourt, valeur sûre en librairies

Publié

le

Le Prix Goncourt 2019 a été remis aujourd’hui au romancier français Jean-Paul Dubois pour son livre « Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon ». La récompense ultime pour le monde littéraire et qui aura un impact non négligeable sur les ventes. 

Le romancier Jean-Paul Dubois a reçu lundi le prix Goncourt pour « Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon », roman bouleversant et nostalgique sur le bonheur perdu. Il s’agit du plus prestigieux des prix littéraires du monde francophone.

Déjà couronné par le prix Femina (en 2004 pour « Une vie française »), le Toulousain Jean-Paul Dubois, 69 ans, est un écrivain discret et populaire. Il a construit depuis une trentaine d’années une oeuvre qui séduit par sa délicatesse et sa profonde humanité.

Des ventes qui décollent

Au-delà de la récompense du Prix, le Goncourt permet également de mettre en lumière l’ouvrage primé, avec des ventes importantes. Selon une étude de l’Institut allemand GfK, publiée en 2017 et portant sur les années 2012 à 2016, le vainqueur du Goncourt atteint au moins une moyenne de 300’000 ventes. Des ventes parfois multipliées par quatre selon la courbe des années précédentes. Le lauréat 2018, Nicolas Mathieu, avait vendu 15’000 exemplaires de son livre « Leurs enfants après eux » avant la remise du prix. Mais avec l’effet de la récompense, son roman avait finalement été acheté plus de 381’000 fois !

Une situation que nous confirme Frédéric Greffet, libraire à la Librairie du Boulevard à Genève :

Frédéric Greffet Libraire - Librairie du Boulevard

La preuve de cet engouement ? Les quelques exemplaires du livre sont partis le temps de notre interview à la Librairie du Boulevard, en quelques minutes seulement.

Mais le Prix Goncourt n’est évidemment pas la seule distinction de la branche. Aujourd’hui était également remis le Renaudot à Sylvain Tesson pour « La panthère des neiges » chez Gallimard. Pourtant, il s’agit de « marques » moins implantées auprès des lecteurs.

Frédéric Greffet Libraire - Librairie du Boulevard

Lauréat du Goncourt, l’ancien journaliste Jean-Paul Dubois reste en lice pour un autre prix convoité: le Goncourt des lycéens qui sera décerné le 14 novembre. L’an dernier, le prix Goncourt avait été décerné à Nicolas Mathieu pour « Leurs enfants après eux » (Actes Sud) et le Goncourt des lycéens à David Diop pour « Frère d’âme » (Seuil).

ATS et Robin Jaunin

Continuer la lecture

Canton de Genève

Genève vue du ciel

Publié

le

Olivier Riethauser - High5Prod "Genève dans l’œil du drone" (ed. Slatkine)

Genève, comme vous ne l’avez jamais vue… 

Le photographe Olivier Riethauser (High 5 Prod) propose une balade aérienne unique à travers le canton de Genève, ses communes et ses campagnes. Il a compilé 170 photos prises au drone dans un ouvrage qui sort le 1er novembre : « Genève dans l’œil du drone », aux éditions Slatkine (textes de Christian Vellas). Des grands classiques comme la Place des Nations ou le jet d’eau, en passant par les terres viticoles ou les centres urbains, Genève se révèle sous un nouveau jour. Tour d’horizon en diaporama sonore…

Le photographe Olivier Riethauser est venu expliquer à Benjamin Smadja les coulisses de cette promenade photographique pas comme les autres… Son interview en vidéo.

En bonus avec le livre : 34 films à visionner grâce à des QR codes.

Continuer la lecture

Actualité

Les revoilix !

Publié

le

« Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les Romains. Toute ? Non ! Car un village peuplé d’irréductibles Gaulois résistent à l’envahisseur ». Cette phrase résonne depuis plus de 60 ans dans le monde de la bande dessinée, et ce n’est pas la sortie du 38e album des aventures d’Astérix et d’Obélix qui va changer la donne.

Astérix a 60 ans, et pas une ride. En cette année 2019, nos amis du village gaulois soufflent leurs bougies et en profitent pour sortir un nouvel album. Les Gaulois, nés sous les traits d’Albert Uderzo et les histoires de René Goscinny, avaient d’abord commencé en octobre 1959 dans le premier numéro du journal français Pilote. C’est en 1961 que le premier album, Astérix le Gaulois, sort en librairie, avec un tirage limité à 6’000 exemplaires.

Six décennies plus tard, nos héros sont toujours là et continuent de vivre des aventures. Car c’est aujourd’hui que sortent leurs nouvelles péripéties, intitulées La Fille de Vercingétorix. Après un passage en Italie en 2017 avec Astérix et la Transitalique, cette nouvelle histoire se déroule dans leur village d’Armorique avec l’arrivée d’Adrénaline, fille du légendaire chef et roi des Arvernes. Une héroïne qui portera l’intrigue, probablement comme jamais un personnage féminin ne l’a fait dans l’histoire de la saga.

La Fille de Vercingétorix est le résultat de la quatrième collaboration entre le scénariste Jean-Yves Ferri et le dessinateur Didier Conrad. Cet album a un tirage d’au moins cinq millions d’exemplaires, dont deux réservés au marché francophones, et dans plus de vingt langues différentes. En 60 ans, c’est plus de 380 millions d’albums qui ont été vendus à travers le monde, en plus de 111 langues et dialectes – l’album Le ciel lui tombe sur la tête fut même traduit en latin ! Preuve que l’engouement ne faiblit pas pour nos amis moustachus. Avec un univers enchanteur et décliné – avec plus ou moins de succès – sur d’autres médias : jeux-vidéo, série, film d’animation (dont le récent Astérix et le Secret de la Potion Magique réalisé par Alexandre Astier) ou encore film en « live action », avec notamment Gérard Depardieu dans le rôle d’Obélix. Depuis 1989, un parc d’attraction aux couleurs d’Astérix a même ouvert ses portes dans le département de l’Oise et plus de 50 millions de visiteurs s’y sont déplacés depuis 30 ans.

Histoire d'Astérix

Continuer la lecture

Actualité

ITW VIDEO – Traverser l’Atlantique contre le cancer du sein

Publié

le

C’est un vrai projet d’envergure, portant le nom de R’Ose Transat, qui a émergé de l’esprit de Elisabeth Thorens-Gaud.

En rémission d’un cancer du sein contracté en 2016, cette auteure passionnée de voile émet auprès de son médecin le rêve de partager une traversée de l’atlantique avec des femmes ayant elles-aussi vécu ces épreuves. Un rêve pas si fou, puisque le projet est mis sur pied et c’est le 5 novembre qu’aura lieu le départ de ces huit femmes. Au sein du groupe, six victimes d’un cancer du sein, une médecin et une skipper se lance ce défi avec au programme 21 jours de traversée prévue, un journal de bord qui sera publié à l’occasion d’octobre rose 2020, et une aventure sans précédent pour ces femmes.

Elles étaient les invitées de Benjamin Smadja:

L’objectif est personnel en premier lieu, car il permet de vaincre la peur, même lors de la rémission, et les inquiétudes liées a l’isolement, l’acceptation d’un nouveau corps. Bien sûr, ce projet fait passer un message au monde,  la nécessité de continuer à accorder des moyens financiers pour la recherche sur le cancer du sein, une maladie qui affecte des femmes à un âge toujours plus jeune, l’importance du dépistage, et surtout, l’espoir d’une vie normale et la possibilité de réaliser ses rêves.

© Wiktoria Bosc

A bord du Lagoon 46, un catamaran nouvelle génération, les huit femmes composant le projet R’Ose Transat devront faire preuve de solidarité, de confiance en elles et de lâcher-prise, autant de valeurs si importantes dans le combat de la maladie.

R’Ose Transat, départ de la transat le 5 novembre 2019.

Continuer la lecture

Actualité

Hommage de la Cinémathèque à Freddy Buache

Publié

le

La Cinémathèque suisse à Lausanne rend hommage à son ancien directeur Freddy Buache (au centre, en blanc) le 19 novembre prochain. L'homme est décédé cette année à 94 ans (archives). (©KEYSTONE/STR)

La Cinémathèque suisse à Lausanne rend hommage le 19 novembre à son ancien directeur Freddy Buache. Ardent défenseur du cinéma d’auteur et de la sauvegarde du patrimoine cinématographique helvétique, l’homme est décédé en mai dernier.

Directeur pendant 45 ans de la Cinémathèque suisse, Freddy Buache s’est éteint à l’âge de 94 ans. Désireuse de rendre hommage à celui qui était également écrivain, poète et critique d’art, l’institution a planché sur un événement en sa mémoire.

Mais « comment rendre hommage à un homme qui constitue lui-même l’archive qui lui rend hommage? », s’interroge l’actuel directeur de l’institution Frédéric Maire sur le site internet de la cinémathèque. Finalement, c’est une soirée en deux parties qui lui sera consacrée le 19 novembre.

Dans la première, famille, proches et spectateurs découvriront des fragments, certains inédits, d’images de cette figure du cinéma suisse. Après une verrée viendra le temps de visionner deux films qui lui ont été dédiés: le documentaire « Cinéma en tête », notamment réalisé par son épouse Marie-Magdeleine Brumagne en 1969 puis « Freddy Buache, le cinéma », un montage inspiré de ses interventions à la télévision signé Fabrice Aragno.

Coppola au menu

Toujours au mois de novembre à la cinémathèque et jusqu’en janvier, le réalisateur américain Francis Ford Coppola sera également à l’honneur au travers d’une rétrospective. « Apocalypse Now Redux », « Dementia 13 », « Gardens of stone » ou encore « Le parrain » un, deux et trois sont programmés. Deux journées « marathon », les 29 novembre et 2 janvier, seront d’ailleurs consacrées à l’intégrale de l’histoire de Michael Corleone.

Durant tout le mois d’octobre, une autre rétrospective est proposée, celle de la cinéaste genevoise Patricia Plattner. Huit films sont au menu tournés entre 1986 et 2009: « Bazar », « Les petites couleurs » ou « Hôtel Abyssinie ».

www.cinematheque.ch

Source: ATS

Continuer la lecture