Rejoignez-nous

Canton de Genève

Le parcours de l’électricité, du barrage à l’interrupteur

Publié

,

le

Le barrage de Verbois, source de 55% de l'énergie hydroélectrique de Genève, photographié le 8 avril 2019. [KEYSTONE/Gaetan Bally]

Le mardi 22 octobre est la journée mondiale de l’énergie. L’occasion de se pencher sur ce qu’on utilise tous les jours et dont on ne pourrait plus se passer: l’électricité.

Avant de lire cet article, prenez deux minutes pour regarder autour de vous ce qui fonctionne grâce à l’électricité. Imaginez maintenant que cette dernière disparaisse pendant une semaine.

Nos frigos, nos congélateurs, nos moyens de communication, notre système bancaire, nos feux de signalisation, les trains, les trams, Radio Lac…tout serait impacté et nous ne serions pas loin de l’anarchie. Alors rassurez-vous, cela ne devrait pas arriver mais cela montre à quel point l’acheminement du courant est précieux et est une tâche que l’on pourrait considérée, en extrapolant, comme vitale.

A Genève, ce sont les Services industriels de Genève (SIG) qui sont en charge de la distribution du courant. En 2018, 30% de l’électricité est produite à Genève, selon les chiffres du canton. Environ 60% proviennent de Suisse et la dizaine restant vient de l’Union européenne mais à Genève, qu’importe sa provenance, cette électricité est 100% renouvelable.

Dans le détail de la production genevoise, 80% sont assurés par l’énergie hydroélectrique des barrages, dont plus de la moitié par le seul barrage de Verbois. Alors comment fonctionne le réseau pour que l’électricité arrive jusqu’à une habitation. Tout est une question de tension et différents postes installés dans Genève.

Maurice Seydoux Responsable de domaine aux SIG

Le barrage de Verbois sur le Rhône avec en deuxième plan l’usine d’incinération des Cheneviers, photographiés en avril 2019 (KEYSTONE/Gaetan Bally)

D’un point de vue chiffre, la haute tension se situe entre 36’000 et 150’000 volts, la moyenne tension entre 1’000 et 36’000 volts (la tension sur une ligne CFF est d’environ 15’000 volts) alors que la basse tension est inférieur à 1’000 volts.

Bonjour Genève Le parcours de l'électricité

 

La consommation en baisse à Genève

Au rayon des plutôt bonnes nouvelles, il faut noter qu’en 2018, la consommation électrique des ménages privés a atteint son taux le plus bas depuis 35 ans, selon les statistiques cantonales. De son côté, la consommation d’électricité du réseau genevois est au niveau le plus bas depuis 2005. Ce qui représente une consommation électrique du réseau genevois en baisse de 6% depuis 2010, année record.

En 2018, le réseau genevois a consommé 2’821’900 mégawatt heure, soit 24 fois moins que la ville de Los Angeles par exemple.

 

« L’électricité ne se stocke pas »

La séquence tirée des Visiteurs dans laquelle le personnage interprété par Christian éteint et allume la lumière en disant « Jour, nuit+ est connue et reconnue, mais comment cela marque.

 

Est-ce qu’à chaque fois, l’électricité vient de Verbois , ou alors est-elle stockée au pied de l’immeuble de la rue des Bains ou dans une sorte de batterie située dans le quartier ? Et bien ni l’un ni l’autre car il y a un élément auquel il faut penser: l’électricité ne se stocke pas.

Maurice Seydoux Responsable de domaine aux SIG

 

A l’inverse d’une matière liquide ou solide qu’on économise en ne l’utilisant pas, l’électricité n’attend pas, elle est perdue si elle n’est pas utilisée.

En prenant l’exemple d’un panneau solaire ou d’une éolienne, si l’énergie produite n’est pas utilisée ou transmise de suite, elle disparaît à jamais! Cela force donc les SIG à avoir un réseau solide puisque long de 5000 kilomètres, ils doivent pouvoir parer à toute éventualité.

Maurice Seydoux Responsable de domaine aux SIG

 

Puis quand vous pensez qu’en 2 heures une batterie de natel se remplit sur un courant basse tension, imaginez la taille de la batterie qu’il faudrait pour stocker les 856’251 MwH produits chaque année dans le canton de Genève…

Bonjour Genève L'électricité ne se stocke pas

 

Le futur de l’électricité

A priori, l’électricité devrait rester un déplacement de particules chargées à l’intérieur d’un conducteur, c’est le cas depuis toujours et difficile d’imaginer une évolution. Ce qui peut changer c’est la production d’énergie. La manière de créer de l’électricité.

Pour rappel à Genève, 100% de l’énergie distribuée par les SIG est renouvelable. Aux 85% de l’électricité genevoise d’origine hydroélectrique, il faut ajouter  8% d’énergie produite par la combustion des déchets aux Cheneviers, la part de solaire n’est donc pas énorme dans la production genevoise.

Mais cela va fortement évoluer puisqu’une centrale solaire 5000 mètres carrés est en cours d’installation sur le toit du stade de la Praille, une plus petit centrale a vu le jour au Petit-Lancy en 2018. D’ici 2020, l’Etat de Genève a d’ailleurs décidé de tripler la surface de panneaux photovoltaïques pour atteindre 30000 mètres carrés, plus de 4 terrains de foot. Pour l’énergie renouvelable et genevoise, l’avenir semble donc radieux.

Bonjour Genève Le futur de l'électricité

 

Propos recueillis par Manon Christen

Texte web: Sébastien Telley

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

L’avocate yéménite Huda Al-Sarari lauréate du Prix Martin Ennals

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

La fondation Martin Ennals a décerné son prix 2020 a Huda Al-Sarari, avocate yéménite et militante des droits humains. Pour la première fois de l’histoire du Prix, les trois finalistes étaient des femmes.

Le Prix Martin Ennals 2020 pour les défenseurs des droits humains a été décerné a l’avocate yéménite et militante des droits humains Huda Al-Sarari. Co-organisée par la Fondation Martin Ennals et la Ville de Genève, la cérémonie s’est déroulée ce mercredi. La lauréate est connue pour mener une lutte particulière. Les détails de Sandrine Salerno, Maire de Genève.

Sandrine Salerno Maire de Genève

 

3 femmes finalistes

Cette édition 2020 est historique : pour la première fois de l’histoire du Prix, les trois finalistes pour recevoir la récompense sont toutes des femmes. Une situation qui réjouis Sandrine Salerno.

Sandrine Salerno Maire de Genève

S’il ne peut y avoir malheureusement qu’une seule gagnante et que la lauréate accapare tous les regards, pour Sandrine Salerno il ne faut pas oublier les deux autres finalistes qui font un travail tout aussi remarquable.

Sandrine Salerno Maire de Genève

 

Un prix important

Crée en 1993, le Prix Martin Ennals rend hommage a des personnes qui font preuve d’un engagement en faveur de la promotion de la protection des droits humains. Pour Sandrine Salerno, l’objectif de ce prix est très important car il rend légitime les combats de toutes ces personnes.

Sandrine Salerno Maire de Genève

 

Genève partenaire depuis 2008

Genève est partenaire du prix Martin Ennals depuis 2008. Elle verse une subvention à la fondation ce qui lui permet de fonctionner tout au long de l’année. Un partenariat très important pour une ville internationale comme Genève. Les explications de Sandrine Salerno.

Sandrine Salerno Maire de Genève

Martin Ennals était un militant des droits humains britannique, secrétaire général d’Amnesty International entre 1968 et 1980.

Continuer la lecture

Genève

Météo à Genève: préparez-vous le soleil reviendra dès demain

Publié

le

Source: Keystone ATS

Le ciel sera nuageux tout au long de la journée à Genève. La pluie sera continue mais en faible quantité. Il fera 8° au maximum.

Demain: il y aura du soleil du matin au soir. Les maximales seront en augmentation. Il fera 12°.

Vendredi: il y aura encore du soleil. Malgré les nuages présents sur une bonne partie de la matinée. Au maximum il fera 10°.

Les lacs en Suisse ont de plus en plus de mal à geler

À l’exception des années 1980, il n’y a plus eu de gel complet des lacs depuis plus de 30 ans. Et avec l’hiver particulièrement doux que nous vivons actuellement, cela ne devrait pas aller en s’améliorant.

Les baisses plus plus notoires sont observées dans les lacs de taille moyenne. Du côté des lacs plus petits moins profonds ou plus élevés, les gels complets sont encore plus rares. Les grands lacs ou les lacs profonds gèlent eux aussi très rarement. Le dernier gel date de l’hiver très rigoureux de 1962/963.

Au cours des 150 dernières années, la Suisse s’est réchauffée de 2°C et les vagues de froid ont considérablement diminué.

 

Continuer la lecture

Actualité

La Suisse vit son hiver le plus doux

Publié

le

Source: Keystone ATS

Sur son blog, l’agence météo fédérale annonce un hiver record depuis la création des relevés météo en 1864. 

Selon les experts, la température en moyenne nationale est de plus de 0°C. Cette douceur hivernale est historique et n’a été observée que quatre fois en 155 ans d’histoire des mesures en Suisse. Dans certaines régions de Suisse, il est même possible que les valeurs hivernales soient bien supérieures aux précédents records.

Hivers extrêmement doux de plus en plus fréquents

Ces 30 dernières années, les hivers extrêmement doux sont monnaie courante. Depuis le début des mesures en 1864 et jusqu’en 1990, la température hivernale nationale a toujours été négative. Et pourtant au cours de ces 30 dernières années, les hivers particulièrement doux se sont succédés à des intervalles de plus en plus courts. Le premier hiver avec une température nationale supérieure à 0°C s’est manifesté en 1990. Ce n’est que 17 ans plus tard que ces valeurs ont à nouveau été dépassées.

Difficile de dire à quoi cette augmentation est due selon Olivier Codeluppi, météorologue chez Météo Suisse, même si l’homme joue un rôle prédominant dans le réchauffement climatique:

Olivier Codeluppi Météorologue chez Météo Suisse

Des records régionalement marqués

Sur le site de mesures de Locarno-Monti au Sud de Alpes, la saison hivernale enregistrera une température moyenne de 6,7°C. Soit 0,4°C de plus que lors du dernier hiver 2006/2007. Le plus doux enregistré jusqu’à présent. Les hivers 2006/2007 et 2015/2016, avaient affiché une valeur de 4,4 °C.

A Genève, l’hiver suit lui aussi la tendance, comme l’explique Vincent Devantay:

Vincent Devantay Météorologue chez MétéoNews

Nouveau régime de température

Depuis 30 ans, la température moyenne de l’hiver en Suisse a été légèrement inférieure à -2°C. Auparavant, les températures moyenne s’approchaient des -3°C. En hiver elles stagnaient aux alentours de -2°C . La saison était alors qualifiée de douce.

Avec des valeurs extrêmes supérieures à 0 °C, les hivers des 30 dernières années sont entrés dans un nouveau régime de température. Les hivers froids avec des températures moyennes nettement inférieures à -4 °C à l’échelle nationale ont disparu de notre climat actuel.

Depuis la période préindustrielle, allant de 1871 à 1900, l’hiver en Suisse s’est réchauffé de presque 2°C. Les stigmates du changement climatique en cours, sont observés à travers l’augmentation marquée de la norme de la température en hiver, de la présence d’hivers extrêmement doux et par la disparition d’hivers vraiment rigoureux.

Ces changements climatiques affectent la faune et la flore du pays, pour qui les hivers sont très importants:

Vincent Devantay Météorologue chez Météo News

Continuer la lecture

Actualité

Le FIFDH dévoile son programme consacré aux révoltes mondiales

Publié

le

KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Ce mardi, le Festival du film et forum international sur les droits humains qui se tiendra du 6 au 15 mars 2020 a présenté son programme. Cette 18ème édition met en avant la lutte pour le climat et les révoltes dans le monde au coeur des débats. L’ouverture du festival va rendre hommage aux 60 ans du droit de vote des femmes à Genève.

Du 6 au 15 mars, le 18ème Festival du film et forum international sur les droits humains (FIFDH) va se dérouler dans 65 lieux du Grand Genève. Avec près de 200 évènements et 280 intervenants du monde entier, il est l’évènement le plus important dédié au cinéma et aux droits humains. Le budget, doté de 2,1 millions de francs, a encore augmenté cette année, avec une extension de 5%. Deux thèmes vont être tout particulièrement mis en avant cette année. Les explications d’Isabelle Gattiker, directrice du FIFDH.

Isabelle Gattiker Directrice du FIFDH

 

Un jury de détenus

Cette année, le FIFDH part à la rencontre du public en détention ou encore en milieu hospitalier. Ainsi, des personnes détenues à Champ-Dollon, la Brenaz et la Clairière vont visionner des films et participer à des débats. Ils vont notamment décerner un prix remis lors de la clôture officielle du Festival. Le FIFDH travaille également conjointement avec les HUG et les services de psychiatrie de l’enfant et de l’adolescent. Les explications de Claudia Dessolis, responsable du programme en milieu carcéral & HUG

Claudia Dessolis Responsable du programme en milieu carcéral & HUG

 

Impact Day

Pour la deuxième année consécutive, l’Impact Day est au programme du Festival. Le but: renforcer le potentiel du cinéma comme outil de changement social et culturel. Un événement unique. Les explications de Laura Longobardi, responsable des partenariats et du programme Impact Day.

Laura Longobardi Responsable des partenariats et du programme Impact Day

 

Films suisses en première mondiale

Deux films helvétiques seront montrés en première mondiale, dont « Délit de solidarité » qui relève la situation de centaines de Suisses condamnés chaque année pour avoir assisté des migrants.

Du côté artistique, le festival explore aussi toujours de nouvelles offres, d’expositions à la photo en passant pour la première fois par l’opéra ou l’oeuvre du Français Ernest Pignon-Ernest, pionnier du street-art à l’honneur cette année.

Un Festival pour tous

Cette année encore, le Festival propose des « billets suspendus », offerts librement par des mécènes afin de favoriser l’intégration de tous les publics. Les lieux centraux du FIFDH vont être ainsi fréquentés par 400 bénéficiaires de l’aide sociale, de l’Hospice général ou d’associations qui travaillent avec des personnes en grande précarité.

Retrouvez le programme complet du Festival sur le site internet du FIFDH

Continuer la lecture

Genève

Météo à Genève: retour de la pluie demain

Publié

le

MF

Le soleil sera au programme tout au long de la journée à Genève. Les nuages se feront rares et ne seront de passage qu’en toute fin de journée. Il fera 10° au maximum. 

Demain: la pluie sera continue, les nuages ne quitteront pas le ciel. Il fera 8° au plus fort de la journée.

Jeudi: une journée ensoleillée du matin au soir. 10° sont à prévoir au maximum.

Le froid et le chaud perçus différemment selon la lumière 

Et c’est ce que l’on apprend grâce à une équipe de chercheurs de l’EPFL. Pour arriver à cette conclusion, 42 hommes et 42 femmes ont été placés pendant 3 heures dans un espace dont la température était maîtrisée par les experts. Le niveau de chaleur variant, tout comme la quantité de lumière, l’étude a démontré que plus il fait beau plus la température nous paraît douce. 

 

Continuer la lecture