Rejoignez-nous

Canton de Genève

A la découverte du marché de Plainpalais

Publié

,

le

Chaque semaine, 32 marchés fleurissent et occupent les communes genevoises. En ville de Genève, ils sont 10 à investir les places fréquentées de la ville. Parmi eux, le marché de Plainpalais, que Radio Lac a découvert mardi matin.

Installation à 6h, ouverture officielle à 6h30, selon le site de Genève Terroir et ce même avec les températures fraîches en ce mardi 8 octobre. Il faut malgré tout reconnaître que les clients ne sont pas nombreux à l’ouverture. « Le mardi c’est assez calme généralement, c’est plutôt le vendredi que c’est actif », confiera un agent de l’Unité des marchés mise en place par la ville de Genève.

Pour un amoureux des légumes comme moi, se balader dans ce marché étalé sur plus de 100 mètres, comptant une douzaine de maraîchers, des bouchers, des boulangers et j’en passe, est l’équivalent d’un véritable voyage au milieu des odeurs et des couleurs incarnées par les multiples fruits et légumes exposés.

Chercher la proximité

Les premiers badauds se pointent aux environs de 7h45 – 8h00. Une jeune étudiante de 21 ans s’arrête faire quelques courses avant d’aller en cours à l’Unige à quelques dizaines de mètres. « Si je viens au marché, c’est avant tout pour la proximité avec le producteur, pouvoir échanger sur le produit », glissera-t-elle en choisissant parmi les 8 variétés de tomates proposées sur un stand.

8h10, un cycliste trentenaire s’arrête pour acheter deux pommes et une poire. « C’est mon petit bonheur les jours où le marché est sur la plaine, acheter les fruits qui me serviront d’en-cas », admettra celui qui n’aura posé le pied au sol que 2-3 minutes le temps de faire ses achats.

« Venir au marché me donne des idées, il y a toujours des fruits ou des légumes auxquels je ne pense pas mais qui me font de l’œil », dira encore une cliente venue avec son panier à roulettes.

Tout le monde se connaît

Puis finalement c’est tout un petit monde qui se met en route. Arrivent les propriétaires de chien qui au détour d’une promenade s’arrête discuter avec les producteurs, les coureurs et coureuses à pied qui d’un geste de la main saluent ceux qu’ils croisent deux fois par semaine ou tout simplement ceux qui travaillent aux abords de la plaine.

Au final, personne ne se connaît vraiment mais tout le monde se salue, comme si ce marché présent le mardi et le vendredi à Plainpalais était devenu de manière tacite la réunion de tout un quartier. Une raison à cela, les prix pratiqués diffèrent forcément des grandes surfaces. Moins chers pour certains produits (comme les pommes de terre), plus cher pour les carottes (à modérer puisque ces carottes conservent leurs fanes à l’inverse des supermarchés).

Le marché est donc certes un lien quasi-direct entre producteurs et consommateurs mais est surtout le garant et le point de rendez-vous d’une vie de quartier unie.

Sébastien Telley

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Que veut Extinction Rebellion?

Publié

le

Le mouvement écologiste a mené aujourd’hui plusieurs actions simultanées à Genève et à Lausanne. L’occasion d’en savoir plus sur ces militants 2.0. 

Ils étaient environ 200 aujourd’hui à participer à ces blocages. Leurs cibles: quatre entreprises genevoises de trading (Gunvor, Vitol, Cargill et Mercuria) et une lausannoise (Ifchor). Pour les militants d’Extinction Rebellion, ces sociétés se rendent coupables d’un « crime contre l’humanité », font-ils savoir sur leur page facebook.

Pour leur action, les protestataires se sont couchés dans les halls d’entrée de ces entreprises, de sorte à simuler une scène de crime. Et ce sont les militants eux mêmes qui ont appelé la police pour lui demander de venir arrêter les responsables de ces sociétés qu’ils qualifient de « criminels ».

Objectifs 

Plus largement, Extinction Rebellion poursuit trois objectifs. Ainsi, le mouvement demande au gouvernement de dire la « vérité » et de déclarer l’urgence climatique mais également de réduire toutes les émissions de gaz à effet de serre à un niveau zéro d’ici à 2025. Enfin, ils souhaitent la création d’assemblées citoyennes. C’est ce qu’explique Abigaël, porte-parole éphémère du mouvement, puisque dans un souci d’horizontalité, ce poste est attribué à tour de rôle:

Abigaël  Porte-parole pour Extinction Rebellion

Abigaël  Porte-parole pour Extinction Rebellion

Sacrifice 

Les actions menées par Extinction Rebellion sont parfois non-conformes à la loi, notamment certains blocages. Pourtant, les militants affirment que cela ne leur fait pas plaisir et qu’ils voient ces opérations comme un sacrifice.

Abigaël  Porte-parole pour Extinction Rebellion

Cibles 

Mais pourquoi avoir ciblé des entreprises? La question des cibles d’Extinction Rebellion est régulièrement discutée en interne et une véritable stratégie a été mise en place.

Abigaël  Porte-parole pour Extinction Rebellion

Continuer la lecture

Genève

Météo à Genève: retour à la normale après un week-end très doux

Publié

le

Source: Keystone ATS

Votre début de semaine sera couvert à Genève. Aujourd’hui le ciel sera nuageux et pluvieux. Il fera 12° au maximum.

Demain: retour du soleil, avec 9° au plus fort de la journée.

Mercredi: le ciel sera gris, la pluie sera au programme. Les maximales seront de 9°.

La Brévine est-elle toujours surnommée la Sibérie de la Suisse ?

Ce village détient un véritable record. Celui des températures les plus froides jamais recensées: -42,5°. C’était en 1987 et depuis les temps ont bien changé. Le Jura neuchâtelois, lui non plus, n’échappe pas à la douceur généralisée de cet hiver.

Preuve à l’appui, les températures enregistrées lors de la 9ème édition de la Fête du Froid le 1er février dernier. Il a fait au minimum 0,8°, et jusqu’à 8° au maximum.

Des températures qui n’ont pas permis de faire geler le lac des Taillères. Comme un reflet de cette douceur hivernale particulièrement exceptionnelle. 

Continuer la lecture

Vernier

Faut-il fermer les dépôts d’hydrocarbures?

Publié

le

Dépôts d'hydrocarbures à Vernier - archives (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Le dépôt d’hydrocarbures à Vernier (GE) doit être préventivement fermé, exigent MCG et l’UDC après la révélation par les médias d’un projet d’attentat. « Nous exigeons le retrait immédiat de l’autorisation d’exploitation pour la zone de stockage Petrostock SA », écrivent les deux partis dimanche dans un communiqué commun.

Le conseiller d’Etat Mauro Poggia (MCG) a confirmé vendredi à demi-mot les révélations par Le Temps, d’un projet d’attentat islamiste contre le dépôt d’hydrocarbures qui était planifié au printemps dernier. Ces révélations montrent, une fois encore, les dangers encourus par la population à cause de la présence de ces installations, affirme le Mouvement citoyen genevois (MCG) et l’UDC.

Les sections de Vernier de ces deux partis applaudissent les services de sécurité, le Service de renseignement de la Confédération notamment, qui ont déjoué le projet. Mais elles « s’inquiètent forcement car cela ne constitue, hélas, pas une surprise ».

Et ces partis de rappeler qu’en 2016 déjà, il ont essayé en vain de demander au canton un renforcement immédiat de la sécurité de ces installations. Citant un avis du Tribunal fédéral, elles affirment que l’installation de Petrostock S.A, la plus porche des zones habitées, doit être démantelée. Elle ne respecte plus l’ordonnance de prévention des accidents majeurs (OPAM), selon le MCG et l’UDC verniolans.

D’après eux, le retrait d’autorisation est de la compétence du canton. Or le conseiller d’Etat en charge du dossier Antonio Hodgers renvoie au niveau fédéral.

D’après Le Temps, des Suisses enrôlés par le groupe Etat islamique (EI) auraient planifié de faire exploser les citernes de Vernier, près de l’aéroport de Genève. Le service de renseignement de la Confédération (SRC), informé par les Américains, auraient transmis l’informations à la police genevoise.

« La circulation de l’information a joué », a dit M. Poggia sur les ondes de la RTS en allusion à la police genevoise qui fait office de bras armé de la Confédération en matière de lutte antiterroriste. Mais lui-même, qui a repris la police et la sécurité à son collègue Pierre Maudet, n’était pas au courant de ces plans.

Continuer la lecture

Canton de Genève

Projet d’attentat à Vernier: la prudence de M.Poggia

Publié

le

Le Conseiller d'Etat Mauro Poggia, chef du Departement de la securite, de l'emploi et de la sante (DSES)(KEYSTONE/Martial Trezzini)

Le conseiller d’Etat genevois Mauro Poggia a confirmé à demi-mot vendredi un projet d’attentat terroriste visant le dépôt d’hydrocarbures à Vernier (GE). Les raisons pour lesquelles l’attaque n’a finalement pas été menée à terme restent floues.

Le projet d’attentat a été révélé par le Temps. Selon ce journal, des Suisses enrôlés par le groupe Etat islamique (EI) auraient planifié de faire exploser les citernes de Vernier, près de l’aéroport de Genève. Le service de renseignement de la Confédération (SRC), informé par les Américains, auraient transmis l’informations à la police genevoise.

« La circulation de l’information a joué », a dit M. Poggia sur les ondes de la RTS en allusion à la police genevoise qui fait office de bras armé de la Confédération en matière de lutte antiterroriste. Mais lui-même, qui a repris la police et la sécurité à son collègue Pierre Maudet, n’était pas au courant de ces plans.

A la question de savoir s’il n’aurait pas dû être informé, Mauro Poggia se dit effectivement étonné, surtout si la menace était qualifiée de grave. « Pierre Maudet, s’il était dans la confidence, aurait pu m’en parler. A sa décharge, je crois qu’après que le SRC a pris les mesures adéquates, le risque semblait, à l’époque, atténué. Peut-être a-t-il été sous-estimé », a-t-il déclaré vendredi dans une interview au Temps.

Toujours est-il qu’on ignore pourquoi le projet a finalement échoué. Le journal n’avance pas d’explications détaillées. Tout au plus précise-t-il que les défaites successives de l’EI en 2019 auraient contribué à faire capoter les plans.

Pas de confirmation ni au SRC ni au MPC

L’attentat était planifié pour avril ou mai 2019. Selon le journal, la police genevoise aussitôt alertée a pris des mesures pour protéger les sites à risques. L’auteur présumé de ce plan déjoué serait un Genevois actif au sein de la mosquée du Petit-Saconnex. Il aurait rejoint l’EI en 2015 et serait actuellement en détention dans le Kurdistan syrien.

Interrogé, le SRC indique qu’il ne commente pas ses activités opérationnelles. Le Ministère public de la Confédération (MPC) n’a pas non plus confirmé ces informations ni précisé si une enquête était ouverte sur ce cas particulier. Il se borne à indiquer que le MPC collabore étroitement avec les différentes autorités fédérales et cantonales en charge de la lutte contre le terrorisme.

Les procédures pénales menées par le MPC dans le domaine du terrorisme djihadiste se basent la plupart sur des soupçons de propagande ou de recrutement, de financement de ces organisations et contre les voyageurs du djihad.

Continuer la lecture

Genève

Météo à Genève: le week-end s’annonce ensoleillé

Publié

le

MF

Les éclaircies percent les nuages et cette tendance sera au programme sur une majeure partie de votre journée à Genève. Les maximales seront de 11°.

Demain: le soleil ne quittera pas le ciel de la journée. Seuls quelques passages nuageux élevés seront à prévoir en matinée. Les températures maximales seront de 11°.

Dimanche: un peu plus de nuages que la veille. Du soleil et 15° à la mi-journée.

L’Antarctique enregistre des records de températures 

L’Antarctique a enregistré en février un record de température de près de 21°C, franchissant pour la première fois la barre historique des 20°C. Un record enregistré le 9 février dernier sur l’île Seymour, aussi nommée Marambio.

Le mois de janvier 2020 a été le plus chaud jamais enregistré sur la planète. La température moyenne à la surface du globe était de 1,14°C plus élevée que la moyenne du XXe siècle, et la plus élevée depuis le début des relevés en 1880.

 

Continuer la lecture