Rejoignez-nous

A la une

Londres dit sortir de l’UE le 31 octobre

Publié

,

le

A onze jours de la date-butoir du Brexit, Boris Johnson est obligé de revoir ses plans, après avoir été contraint par son Parlement de demander un report du divorce tout en martelant ne pas en vouloir (photo symbolique). (©KEYSTONE/AP/ALBERTO PEZZALI)

Le gouvernement de Boris Johnson s’échinait à assurer dimanche pouvoir honorer sa promesse de sortir de l’UE le 31 octobre, malgré la confusion semée la veille par une lettre de Londres. Elle a été envoyée à contre-coeur à Bruxelles, pour demander un report du Brexit.

La journée de samedi, avec un vote prévu sur l’accord annoncé triomphalement à Bruxelles deux jours plus tôt, devait enfin apporter une clarification après plus de trois ans de saga suivant le référendum de 2016. Bilan: la décision est repoussée et les Européens se retrouvent dimanche matin avec trois lettres disant tout et son contraire. Et moins de deux semaines pour éviter une sortie sans accord qui donne des sueurs froides aux milieux économiques.

La première lettre, non signée, demande une prolongation de trois mois, a indiqué à l’AFP une source à Downing Street. La deuxième, signée du Premier ministre britannique, dit qu’il ne veut pas de ce délai. Et la troisième, de l’ambassadeur britannique auprès de l’UE, Tim Barrow, précise que le report n’a été demandé que pour se plier à la loi.

Malgré cette demande, « nous allons sortir le 31 octobre. Nous avons les moyens et l’habilité de le faire », a déclaré dimanche Michael Gove, bras droit de Boris Johnson, lors d’un entretien avec Sky News. « Nous savons que l’Union européenne veut que nous sortions, et nous avons un accord qui nous permet de le faire ».

Sur la BBC, le ministre britannique des Affaires étrangères Dominic Raab s’est aussi estimé « confiant », jugeant qu' »il y avait beaucoup de gens dans l’UE qui ne veulent pas d’un report ».

A Bruxelles, Donald Tusk a indiqué samedi soir « commencer à consulter les dirigeants de l’UE sur la manière de réagir », après avoir parlé au téléphone avec Boris Johnson. D’après une source européenne, les consultations « pourraient prendre quelques jours ».

Selon Downing Street, le dirigeant conservateur s’est également entretenu avec Emmanuel Macron et Angela Merkel. Si la présidence française a fait savoir qu’un « délai supplémentaire (n’était) dans l’intérêt de personne ».

« Fanfaron » face à la loi

Pour Jeremy Corbyn, chef de l’opposition travailliste, c’est une victoire : « malgré sa posture irritable et fanfaronne », Boris Johnson a dû « obéir à la loi » et « l’accord dommageable (de Boris Johnson) a été défait », a-t-il dit sur Twitter.

La loi qui a forcé Boris Johnson à réclamer cette extension a été adoptée en septembre pour éviter un « no deal », Boris Johnson s’étant dit prêt à cette option s’il s’agissait du prix à payer pour sortir le Royaume-Uni de l’UE le 31 octobre.

Elle stipule que si aucun accord de sortie n’était approuvé par le Parlement d’ici au 19 octobre, le Premier ministre doit réclamer un report du Brexit au 31 janvier 2020.

Boris Johnson espérait y échapper en faisant approuver samedi son nouvel accord de retrait de l’UE. Mais par l’un de ces coups de théâtre dont la démocratie parlementaire a le secret depuis le début de cette crise, la Chambre des Communes l’a contraint samedi à s’y conformer en repoussant son vote sur l’accord.

Semaine prochaine

Cette nouvelle journée folle à Westminster a relancé la grande incertitude au Royaume-Uni sur la manière dont le pays va sortir de l’UE. Le Brexit, initialement prévu le 29 mars, a déjà été repoussé deux fois.

Vent debout contre une nouvelle prolongation « dommageable », Boris Johnson a assuré qu’il présenterait « la semaine prochaine » au Parlement la législation nécessaire à la mise en oeuvre de son accord de Brexit. « Si nous passons la législation à temps, alors il n’y a pas d’extension. Le 31 octobre est en vue », a souligné Michael Gove.

Ils pourront désormais compter sur le soutien de certains rebelles conservateurs, ayant été expulsés du parti pour avoir justement soutenu la loi qui a contraint Boris Johnson à demander un report. Maintenant que le report a été demandé pour « éviter un Brexit sans accord », « je soutiendrai l’accord du Premier ministre », a ainsi annoncé l’ancienne ministre Amber Rudd sur Sky News.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A la une

5000 chiens investissent les Automnales

Publié

le

5000 chiens – de 200 races différentes – qui viennent de 31 pays. L’exposition Canine Internationale à commencé aujourd’hui. Il s’agit de la plus grande exposition du genre en Suisse. 

L’Exposition Canine Internationale se tient aux Automnales pour la 7ième année consécutive. Les 5000 chiens présents viennent de 31 pays, notamment de France, d’Angleterre et de Pologne. Leurs propriétaires attendent patiemment dans cet espace annexe, tout au bout du hall d’exposition de Palexpo. Un lieu où l’odeur est relativement forte, liée aux petites déjections incontrôlées et aux croquettes.

Prix 

Rendez-vous incontournable pour tous les férus de chiens, ici, ce sont ces derniers qui sont à l’honneur. On retrouve des canidés de toutes les tailles, de tous les âges et appartenant à de très nombreuses races. Pendant trois jours, plusieurs compétitions sont prévues. Les chiens ont été divisés en six groupes, allant des bébés aux vétérans, en passant par le meilleur couple ou encore le meilleur groupe d’élevage.

Lors de cette exposition sont attribuées plusieurs distinctions, notamment par la Fédération Cynologique Internationale (FCI) et par la Société Cynologique Suisse (SCS).

Passionnés

Parmi les propriétaires, de nombreux passionnés. La plupart participent à de nombreux concours, essentiellement en France pour ceux que nous avons rencontrés vendredi. Marie, retraitée, est venue accompagnée de ses filles (sa fille et ses chiennes), l’occasion également de passer un moment privilégié en famille. Française, c’est la première fois qu’elle vient en Suisse, et – à peine arrivée – elle a déjà remporté un prix. Marie présente quatre de ces chiens, deux Braques de Weimar à poiles courts et deux à poiles longs. Heureuse, elle reviendra.

Marie Retraitée

Société Canine de Genève 

A l’entrée de l’exposition, un espace a été mis en place par la Société canine de Genève. Plusieurs tapis ont été disposés, pour pouvoir effectuer des démonstrations. Car c’est justement l’objectif de l’association, d’une part promouvoir le rôle du chien et de l’autre, réaliser une bonne socialisation de nos amis à poiles, notamment face à un environnement comme celui de Palexpo, parfois très bruyant, stressant et odorant.

La Société canine de Genève vend également différents objets destinés aux chiens, comme des jouets ou des peluches. Sa responsable, Rachel Fouvy, a effectué une démonstration de « kyno-mental », un travail en cercle pour renforcer le lien entre le propriétaire et son chien. Elle prodigue plusieurs conseils et invite les propriétaires à se tourner vers des professionnels, notamment vers des clubs d’éducation pour chiens, afin d’éviter de blesser son toutou ou de se blesser soi-même.

Rachel Fouvy  Responsable de la boutique de la Société Canine Genève

L’exposition Canine Internationale prend fin dimanche, dernier jour des Automnales 2019. Plus d’information sur le site internat de cette manifestation.

Braque de Weimar à poiles longs

 

 

Continuer la lecture

A la une

La salle des fêtes de Thônex inaccessible jusqu’à nouvel avis

Publié

le

Thônex Live doit interrompre les concerts de la salle des fêtes. Suite à la chute en début de semaine d’une partie du plafond, l’accès est fermé jusqu’à nouvel ordre pour des raisons de sécurité. Les concerts prévus vont devoir être déplacés ou annulés.

Mardi dernier, une partie du plafond de la salle des fêtes de Thônex s’est effondrée. Heureusement, la salle était vide. Mais l’ensemble de la structure va devoir subir des observations, alors que le bâtiment date déjà de 1968. Pour des raisons de sécurité, l’accès à la salle est donc fermé jusqu’à nouvel avis. D’autres points fragiles ont été détectés, et des rénovations sont à prévoir. Une réouverture qui n’est pas prévue avant l’an prochain, selon le maire de Thônex, Philippe Decrey:

Philippe Decrey Maire de Thônex

Une situation difficile pour les représentations prévues. D’autant que la période de fin d’année est particulièrement chargée en événements et manifestations.

Philippe Decrey Maire de Thônex

Une situation également compliquée pour Opus One, la société en charge de Thônex Live. Avec de nombreux concerts prévus prochainement, dont certains à guichets fermés, il s’agit d’une mauvaise nouvelle.

Vincent Sager Directeur - Opus One

Le concert du groupe Trois Cafés Gourmands, prévu le 21 novembre, est d’ores et déjà annulé. Le remboursement des places est d’ailleurs déjà possible. Pour d’autres, comme celui de Vanessa Paradis, des discussions sont encore en cours pour tenter de trouver une solution dans l’urgence.

Vincent Sager Directeur - Opus One

Opus One indique d’ailleurs s’occuper en priorité des concerts prévus à court terme. La suite du plan de secours sera dévoilé prochainement. Les détenteurs de billets de concerts seront avertis sur les différents réseaux sociaux de Thônex Live, ainsi que par des newsletters.

Crédit Photo :  © Joseph Carlucci 

Continuer la lecture

A la une

Apprendre à se servir des outils numériques aux Automnales

Publié

le

Parmi les nombreux stands aux Automnales 2019 à Palexpo, l’Etat de Genève a le sien. Baptisé « E-démarches », le Canton y va au contact de la population et prodigue des conseils pour l’utilisation des différents outils numériques pour les démarches administratives. 

Un triporteur. C’est par ce moyen que l’Etat va au-devant des gens pour les aider. Il s’agit d’un vélo à trois roues, qui permet de porter différents objets. En l’occurence, deux ordinateurs et un scanner, ce dernier servant à vérifier – par exemple – les cartes d’identité.

Démarches nombreuses

Si la Suisse n’est pas en avance dans son développement numérique, les « e-démarches » gagnent tout de même du terrain. Il est désormais possible d’effectuer quantité de démarches, notamment sa déclaration d’impôt. Cette liste s’agrandit « régulièrement » d’après le site internet de l’Etat. Hugues Richard, de la coordination et la promotion des « E-démarches » pour le Département des finances, estime qu’il s’agit là d’un véritable « guichet universel » qui simplifie la vie pour effectuer ses démarches administratives:

Hugues Richard  Coordination et promotion des E-démarches, Département des finances

Kiosk numérique 

L’exemple en matière d’outils numérique est l’Estonie. Dans ce pays, il est possible d’effectuer la grande majorité de ses démarches en ligne. Hugues Richard reconnait que ces dix dernières années, Genève a pris du retard. Pourtant, il estime qu’un virage pourrait être pris et ainsi donner un coup d’accélérateur au développement des démarches administratives en ligne.

Hugues Richard  Coordination et promotion des E-démarches, Département des finances

Formation 

A ce stand de l’Etat de Genève aux Automnales, deux jeunes sont également présents. Salma (16 ans) et Alexis (17ans) sont tous les deux étudiants en deuxième année à l’école de commerce. Dans le cadre de leur formation, ils passent un semestre au contact du monde professionnel. Il s’agit de l’Espace Entreprise, un centre de formation rattaché au Département de l’instruction publique. Une formation « professionnalisante » qui plait à Alexis, lui qui aime le contact humain. Il nous explique aussi ce qu’il fait – concrètement – à ces Automnales :

Alexis  Etudiant en école de commerce, Espace entreprise

Pour de plus amples informations, rendez-vous sur le site internet de l’Etat de Genève.

 

Continuer la lecture

A la une

Un rassemblement pour les cinq ans de l’incendie du foyer des Tattes

Publié

le

Keystone

Un rassemblement pour commémorer les cinq ans de l’incendie des Tattes aura lieu samedi à Genève. La nuit du 16 novembre 2014, une aile du foyer pour requérants d’asile, situé à Vernier, prenait feu. Il provoquait un mort et 40 blessés, dont un grave.

Cinq ans plus tard l’affaire est toujours en main de la justice et aucune décision n’est tombée. Le Ministère public n’a pas non plus répondu au courrier de Solidarité Tattes, envoyé en recommandé. Le collectif réclame que les responsabilités soient établies et qu’un jugement soit rendu. Viviane Luisier.

Vivianne Luisier membre de Solidarité Tattes

Sur les 40 blessés, seuls quinze ont été retrouvés. Viviane Luisier.

Vivianne Luisier membre de Solidarité Tattes

Solidarité Tattes réclame également que des permis de séjour soient accordés aux victimes. Comme à Steve, qui bloqué par l’incendie, a dû sauter par la fenêtre et s’est retrouvé dans une chaise roulante. Nicole Andretta. Aumônière auprès des requérants.

Nicole Audetta Aumonière oecuménique auprès des requérants d'asile

Contacté, le Ministère public indique qu’il est à bout touchant et qu’un avis de prochaine clôture de l’instruction sera rendu avant la fin de l’année.

Samedi, une plaque commémorative sera posée à 10 heures au foyer des Tattes et le rassemblement aura lieu à 15 h à la place de la Navigation aux Pâquis.

 

Continuer la lecture

A la une

Une étude montre les avantages d’investir dans les TPG

Publié

le

Investir dans les TPG serait bénéfique, économiquement, mais également pour la population. Selon une étude, un investissement d’1 million de francs permettrait des retombées économiques d’1,18 million pour le canton de Genève.

Investir davantage dans les TPG aurait des retombées positives sur la santé publique, les dépenses des ménages et même la valeur foncière. C’est ce qui ressort d’une étude du bureau Mobil’homme, lié à l’EPFL, commanditée par les TPG. Et les chiffres sont précis: un investissement d’1 million de francs permettrait des retombées économiques d’1,18 million pour le canton de Genève.

Les TPG ont notamment un meilleur impact sur l’environnement mais pas seulement. L’étude met en évidence des avantages tels qu’une baisse des dépenses des ménages, un gain de temps et une augmentation des valeurs foncières et immobilières. Les précisions d’Emmanuel Ravalet, socio-économiste au bureau d’études Mobil’homme.

Emmanuel Ravalet Socio-économiste au bureau d'études Mobil'homme

L’étude a également démontré une amélioration de la sécurité. Emmanuel Ravalet.

Emmanuel Ravalet Socio-économiste au bureau d'études Mobil'homme

Ces résultats sont donc favorables aux TPG, qui pourraient faire valoir ces conclusions pour demander davantage d’investissements de la part de l’Etat. Emmanuel Ravalet souligne que le bureau Mobil’homme est indépendant et que l’étude est parfaitement objective.

Emmanuel Ravalet Socio-économiste au bureau d'études Mobil'homme

En 2018, les TPG ont transporté 215,4 millions de passagers, soit une hausse de 10% depuis 2013. La marge de progression est toutefois grande puisque les transports publics représentent seulement 15% de l’ensemble des trajets effectués à Genève.

 

Continuer la lecture