Rejoignez-nous

Actualité

Un exosquelette de la main contrôlé par le cerveau

Publié

,

le

C’est un exosquelette qui pourrait améliorer le quotidien des handicapés, à terme. Il a été développé par des chercheurs à l’EPFL, il s’agit d’un exosquelette de la main et il pourrait permettre, à terme, d’aider certains handicapés moteurs à arriver de nouveau à saisir des objets.

Autre particularité de cet exosquelette, c’est son poids.

Il est très léger ce qui fait qu’il se porte très facilement. L’exosquelette se pose en quelques minutes sur la main d’un patient. Ce sont des câbles en métal qui servent de tendons sur chaque doigt pour permettre de maximiser les sensations dans la main. On a ensuite des moteurs installés dans un boîtier fixé sur la poitrine qui servent à tirer ou pousser chaque c’able, quand on veut tendre le doigt ou le plier.

Durant les tests les chercheurs ont aussi équipé les personnes de casques pour mesurer les signaux du cerveau lorsque les patients manient l’appareil. Et ils se sont rendu compte que les mouvements imposés par l’exosquelette génèrent des ondes cérébrales caractéristiques du mouvement d’un membre normal.

Le but à terme ce serait d’utiliser cet exosquelette au quotidien ?

C’est le but oui. Mais en attendant d’autres tests sont nécessaires. C’est pourquoi les chercheurs sont à la recherche de patients avec qui travailler.

Pour l’instant, l’exosquelette a été testé sur des patients handicapés après avoir fait un AVC ou à la suite de lésions de la moelle épinière. Toutes les personnes qui n’arrivent pas à contrôler un objet avec la main sont donc invitées à contacter luca.randazzo@epfl.ch

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Ryad dit ignorer comment Khashoggi est mort et où est son corps

Publié

le

Le ministre des Affaires étrangères de l'Arabie saoudite, Adel al Joubeïr s'est exprimé sur l'affaire Khashoggi sur la chaîne de télévision américaine Fox News (archives). (©KEYSTONE/EPA/JASON SZENES)

Les autorités saoudiennes ignorent comment le journaliste et opposant Jamal Khashoggi a été tué dans le consulat d’Arabie saoudite à Istanbul. Elles ne savent pas non plus où se trouve son corps, a déclaré dimanche le ministre saoudien des Affaires étrangères.

Adel al Joubeïr a déclaré dans une interview à la chaîne de télévision Fox News que Jamal Khashoggi avait été abordé par une « équipe de sécurité saoudienne » lorsqu’il était entré au consulat et que le récit par l’équipe de ce qui s’était passé par la suite était différent de celui des autorités turques. Cela avait incité l’Arabie saoudite à ouvrir une enquête.

« Il a été tué au consulat. Nous ne savons pas comment dans le détail. Nous ne savons pas où se trouve le corps », a déclaré Adel al Joubeïr. « Nous sommes déterminés à retourner chaque pierre. Nous sommes déterminés à punir ceux qui sont responsables de ce meurtre. »

Le chef de la diplomatie saoudienne est le premier haut responsable saoudien à prendre la parole depuis que l’Arabie saoudite a reconnu samedi la mort de Jamal Khashoggi.

Différentes versions

Ryad a présenté différentes versions des circonstances qui ont conduit à la mort du journaliste de 59 ans qui s’était réfugié aux Etats-Unis il y a un an. Editorialiste au Washington Post, il s’était montré critique envers le prince héritier saoudien Mohamed ben Salman (MBS). Il n’a plus été vu après être entré au consulat d’Istanbul le 2 octobre.

Après deux semaines de dénégation, l’Arabie saoudite a reconnu samedi la mort du journaliste saoudien. Ryad a expliqué qu’il était mort dans une bagarre au consulat. Une source saoudienne haut placée a ensuite indiqué que le journaliste avait été tué accidentellement par une prise d’étranglement au cours d’une altercation dans le consulat. MBS a nié toute implication.

Adel al Joubeïr a qualifié la mort de Jamal Khashoggi d' »énorme et grave erreur » et a présenté ses condoléances à sa famille. « C’est une terrible tragédie. Nos condoléances les accompagnent. Nous ressentons leur douleur », a déclaré le ministre dans l’interview à Fox News.

Vague de scepticisme

Les déclarations du ministre des Affaires étrangères interviennent alors que la pression s’accentue contre Ryad. Les premières explications de Ryad ont été accueillies par une vague de scepticisme international.

Londres, Paris et Berlin ont estimé qu’il y avait « un besoin urgent de clarification » sur les circonstances de la mort « inacceptable » de Jamal Khashoggi. Ils demandent que les hypothèses proposées par Ryad soient « étayées par des faits pour être considérée comme crédibles ». Les pays soulignent qu’il faut faire davantage pour établir la vérité et les responsabilités pour les crimes commis.

Le président américain Donald Trump a évoqué pour sa part des « mensonges » de Ryad. « Il y a manifestement eu tromperie et mensonges », a-t-il déclaré samedi soir dans un entretien au Washington Post. « Leurs histoires partent dans tous les sens », a ajouté M. Trump, qui avait jugé « crédible » la veille la version de Ryad selon laquelle le journaliste aurait été tué au cours d’une rixe au consulat saoudien à Istanbul.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Coupe de Suisse: Bienne et Lausanne K-O, GSHC OK

Publié

le

Thibaut Monnet et ses coéquipiers ont joué un bon tour au HC Bienne. (©KEYSTONE/MELANIE DUCHENE)

Kloten a créé la surprise des huitièmes de finale de la Coupe de Suisse. Les Zurichois ont sorti Bienne 4-3 après avoir été menés 0-3! Pour Fribourg Gottéron et Lausanne, le chemin s’arrête là.

Moribond en Swiss League, Kloten s’est réveillé contre Bienne. Six défaites consécutives n’avaient pas poussé les dirigeants zurichois à se séparer de l’entraîneur André Rötheli. Cet étonnant retournement de situation face aux Seelandais pourrait avoir un effet bénéfique pour les Zurichois en Championnat. Pour Bienne, la pilule est amère. Ne menait-il pas 3-0 après 9′ de jeu après un doublé de Fuchs et un but de Brunner en supériorité numérique ? Mais les hommes de Törmänen ont snobé leur adversaire par la suite. Ils l’ont payé au prix fort. Thibaut Monnet a inscrit son premier but de la saison pour réduire le score en première période. Puis en moins de 6′, Lehmann, Bircher et Füglister ont retourné le score au cours du deuxième tiers-temps.

Genève-Servette sera l’unique représentant romand en quarts de finale. Les Genevois ont enfin fêté un succès (6-1) à l’extérieur, certes contre la Zoug Academy, 6e de Swiss League. Toute victoire est bonne à prendre. Trois buts de défenseurs (Mercier après 39 », Fransson et Jacquemet) ont bien aidé à se mettre à l’abri. Le power-play a fonctionné avec trois buts à la clé.

La Chaux-de-Fonds a tout essayé contre Davos mais a fini par s’incliner 3-1 aux Mélèzes contre Davos. Les Grisons avaient laissé au repos le Finlandais Lindgren et misé sur le portier suédois Lindbäck. Ce dernier a fait le travail si l’on excepte sa sortie hasardeuse sur le but d’Hasani (49e). Mais 76 » plus tard, Marc Wieser tuait le suspense sur un service impeccable de son frère Dino.

Fribourg Gottéron sans Julien Sprunger, annoncé blessé, n’a pas fait le poids à Berne (1-6). Le plus Bernois des Fribourgeois, Tristan Scherwey a réussi un triplé pour l’équipe de la capitale. Lausanne n’a pas pleinement rassuré avec un nouveau revers concédé à Ambri-Piotta (1-3). Les Léventins ont ouvert la marque après 99 » de jeu par Kubalik. Herren a égalisé à la 6e minute à 5 contre 4. Puis il a fallu attendre la 58e minute pour que le Tchèque Novotny place Ambri-Piotta sur les rails du succès. Incir a marqué le but de la sécurité dans la cage désertée par Zurkirchen.

Les Langnau Tigers se sont offert les Zurich Lions (5-3). Devant plus de 5000 spectateurs, les hommes de l’entraîneur Heinz Ehlers ont su mieux garder leurs nerfs que leurs adversaires dans un match électrique. Anthony Huguenin a marqué le but de la sécurité (5-2) en double supériorité numérique à la 51e.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Revue de presse de ce dimanche 21 octobre

Publié

le

Le nombre d'hospitalisations pour concommation excessive d'alcool ou de drougues est un peu au-dessus de la moyenne suisse dans les cantons romands, Fribourg fermant la marche (archives). (©KEYSTONE/EDI ENGELER)

Course au Conseil fédéral, coût des naturalisations et réhabilitation des objecteurs de conscience sont quelques-uns des sujets abordés par la presse dominicale suisse:

SonntagsZeitung/SonntagsBlick/NZZ am Sonntag: Le président du parti démocrate-chrétien, Gerhard Pfister, répète dans la SonntagsZeitung, le SonntagsBlick et la NZZ am Sonntag qu’il ne veut pas succéder à la conseillère fédérale Doris Leuthard, qui se retire à la fin 2018. Malgré les appels d’autres partis, il refuse d’être le candidat du dynamitage. « J’exclus une candidature », déclare le conseiller national de Zoug, âgé de 56 ans. « Dans le cas improbable » d’une élection « contre mon gré » au Conseil fédéral le 5 décembre, « je déclarerais probablement que je ne pourrais pas accepter l’élection et que l’Assemblée fédérale devrait choisir un candidat officiel du PDC ». Le président des démocrates-chrétiens voit derrière les appels persistants à sa candidature les « traits d’une campagne » visant à disqualifier le parti ou à déstabiliser la direction de la formation un an avant les élections.

Le Matin Dimanche liste, lui, le très grand nombre de papables ayant renoncé aux deux postes vacants après les démissions de Mme Leuthard et du ministre de l’économie, le PLR Johann Schneider-Ammann. Si une candidature peut leur permettre un regain de notoriété, elle peut aussi leur coûter très cher, explique le journal, citant les exemples du conseil d’Etat genevois Pierre Maudet (PLR), dont l’exposition médiatique a poussé les journaux alémaniques à parler de ses déboires dus à son voyage controversé à Abou Dhabi et à exiger son départ, et de la conseillère nationale vaudoise Isabelle Moret (PLR), qui a perdu en crédibilité à Berne après sa campagne pour la succession à l’ancien conseiller fédéral Didier Burkhalter. Le politologue Andreas Ladner reconnaît que la société est devenue plus exigeante avec les élus.

Naturalisation moins chère à Lausanne

Le Matin Dimanche: Monsieur Prix a décidé de se pencher sur les fortes disparités entre cantons dans les coûts facturés aux candidats à la naturalisation suisse, rapporte Le Matin Dimanche. « Nous avons déjà entamé une étude », explique dans le journal Beat Niederhausen, suppléant du surveillant des prix. « Nous avons demandé les montants aux capitales de chaque canton. Nous regarderons ensuite quelles sont les procédures et les raisons de telles différences », ajoute-t-il. Selon la loi, les émoluments doivent couvrir uniquement les frais. A Fribourg, qui a les émoluments les plus élevés en Suisse romande, il faut compter entre 1800 et 3000 francs pour obtenir la nationalité suisse, alors qu’à Lausanne, qui se trouve à l’opposé, la procédure coûte entre 550 et 850 francs. Fribourg justifie le montant élevé par un nombre de candidats au passeport suisse plus faible. La capitale vaudoise applique, quant à elle, un forfait fixe pour chaque candidat.

Zentralschweiz am Sonntag/Ostschweiz am Sonntag: La conseillère nationale Lisa Mazzone (Verts/GE) a déposé une initiative parlementaire demandant au Conseil fédéral d’annuler les condamnations prononcées contre 12’000 objecteurs de conscience entre 1968 et 1996, rapportent Zentralschweiz am Sonntag et Ostschweiz am Sonntag. Elle veut, déclare-t-elle dans le journal, que la Confédération leur rende justice. Depuis 1996, les hommes refusant de servir dans l’armée peuvent effectuer un service civil à la place. Auparavant, un tel refus était passible de prison. La proposition de Mme Mazzone est mal reçue dans le camp bourgeois. « Il n’y a rien à réhabiliter », rétorque le conseiller aux Etats Josef Dittli (PLR/UR), également président de la commission de politique de sécurité du Conseil des Etats. Les jugements ont été rendus conformément à la législation de l’époque, poursuit-il. En 2000, le Conseil national avait déjà rejeté une proposition similaire du PS. Le Conseil fédéral craignait à l’époque qu’une réhabilitation n’entraîne des prétentions financières.

Le Matin Dimanche/SonntagsZeitung: Le canton de Bâle-Ville arrive largement en tête du nombre d’hospitalisations dues aux substances addictives, telles que l’alcool ou les drogues, révèlent Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung, citant une étude de l’Observatoire suisse de la santé. Dix-sept hospitalisations pour 1000 habitants y ont été enregistrées en 2016, soit quatre fois plus qu’à Zoug, Appenzell Rhodes-Intérieures ou Nidwald, qui ferment la marche. Les valeurs recensées en Suisse romande sont au-dessus de la moyenne suisse, qui se situe à 8,9 hospitalisations pour 1000 habitants. Jura, Valais, Genève et Vaud en compte dix et Neuchâtel neuf. Seul Fribourg est en dessous, avec huit hospitalisations. Bâle explique ce résultat par des pratiques différentes en matière de codage des traitements.

Vaccination pour endiguer les encéphalites à tique

NZZ am Sonntag: Après un nombre record de cas d’encéphalite à tique enregistré en 2018, les autorités suisses envisagent d’étendre leur recommandation de vaccination à des cantons entiers, voire à l’ensemble de la Suisse, affirme la NZZ am Sonntag, reprenant une information déjà diffusée en septembre. L’objectif est d’empêcher que le nombre de méningo-encéphalites verno-estivales soit aussi élevé l’année prochaine, explique dans le journal Mark Witschi, chef de secteur à l’Office fédéral de santé publique (OFSP). Au moins 344 personnes ont été infectées cette année par une méningite virale après une piqûre de tique, soit 30% de plus qu’en 2017. Les symptômes vont de la fièvre à la perte de conscience, en passant par de graves maux de tête, des douleurs permanentes aux membres et la paralysie. Dans de rares cas, ils peuvent déboucher sur la mort. En juin, un chasseur argovien de 73 est décédé après une piqûre de tique.

SonntagsBlick: Le ministère public de Bâle-Ville a ouvert une enquête pénale contre des pirates africains, qui ont enlevé l’équipage du navire MV Glarus opérant sous pavillon suisse, indique le SonntagsBlick, citant un commissaire de police. Le bateau ayant un pavillon suisse, le droit suisse s’applique à la prise d’otages, qui est donc considérée comme une infraction commise en Suisse, explique le policier. Comme Bâle est le port d’attache de tous les navires suisses de haute mer, le ministère public bâlois a été saisi de l’affaire. Sept Philippins, un Croate, un Bosnien, un Slovène, un Ukrainien et un Roumain sont retenus captifs depuis un mois. Les pirates exigent une rançon. Des négociations sont en cours.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Karin Keller-Sutter désignée candidate par sa section st-galloise

Publié

le

Réunis à Wil (SG), les délégués du PLR st-gallois ont officiellement nommé Karin Keller-Sutter comme candidate au Conseil fédéral. (©KEYSTONE/EDDY RISCH)

Le PLR st-gallois a nommé à l’unanimité samedi Karin Keller-Sutter comme candidate pour succéder à Johann Schneider-Ammann. Les plus de 300 libéraux-radicaux présents ont souligné la nécessité pour la Suisse orientale d’être à nouveau représentée au Conseil fédéral.

Outre le parti st-gallois, les présidents du PLR thurgovien et d’Appenzell Rhodes-Extérieures ont également assisté à la nomination, de même que des conseillers nationaux et des membres du gouvernement de ces trois cantons, a indiqué le PLR st-gallois.

Le président du Conseil d’Etat st-gallois Stefan Kölliker (UDC) et son collègue Marc Mächler (PLR) ont apporté leur soutien, au nom du gouvernement, à la candidature de Mme Keller-Sutter. Au Conseil fédéral, on a besoin des personnes les plus capables, a expliqué M. Kölliker. De son côté, M. Mächler a loué la droiture de la candidate. La présidente de la commune de Wil (SG), Susanne Hartmann (PDC), s’est montrée fière.

Unanimité

Karin Keller-Sutter a remercié la population de son canton ainsi que le PLR st-gallois. Les principes libéraux sont sa boussole. Cela ne l’empêche toutefois pas de trouver des solutions réalistes, a-t-elle relevé.

Les délégués ont décidé à l’unanimité de lancer Karin Keller-Sutter dans la course pour succéder à Johann Schneider-Ammann. Ils ont souligné leur soutien par une longue standing ovation.

Dans un communiqué, le parti national s’est réjoui de cette nomination. Il a rappelé que Mme Keller-Sutter « s’est illustrée en tant que conseillère communale, députée au Grand Conseil, conseillère d’Etat et maintenant, présidente du Conseil des Etats ».

Deux concurrents

Outre la conseillère aux Etats st-galloise, deux hommes ont pour l’instant fait part de leur intérêt pour la fonction suprême: le conseiller d’Etat nidwaldien Hans Wicki et le président du gouvernement schaffhousois Christian Amsler.

Ce dernier a été nommé jeudi par sa section cantonale. Le PLR Nidwald se prononcera mardi. M. Wicki a fait valoir que la Suisse centrale n’est pas représentée au Conseil fédéral depuis longtemps et que Nidwald n’a jamais eu de conseiller fédéral.

Le délai pour le dépôt des candidatures est fixé au 24 octobre. Le comité directeur du PLR transmettra sa recommandation au groupe parlementaire le 9 novembre. Ce dernier procédera le 16 novembre à la nomination officielle des candidats qui seront proposés à l’Assemblée fédérale, qui aura le dernier mot le 5 décembre prochain.

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

La Suisse « profondément préoccupée » par la mort de Khashoggi

Publié

le

La Suisse est "profondément préoccupée" par la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi (ci-contre) (archives). (©KEYSTONE/AP/VIRGINIA MAYO)

La Suisse est « profondément préoccupée » par la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi. Elle attend « aussi vite que possible des réponses aux questions ouvertes ». Le DFAE convoquera lundi le chargé d’affaires saoudien à Berne.

Ce sera sa troisième convocation depuis le début du mois d’octobre. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) mettra en avant « la nécessité d’une enquête minutieuse, rigoureuse et transparente concernant les circonstances du décès », a-t-il indiqué samedi à Keystone-ATS.

Et d’ajouter que « la Suisse attend aussi vite que possible des réponses aux questions ouvertes ». Le DFAE ne s’est pas prononcé sur les circonstances supposées de la mort de M. Khashoggi.

Interrogé sur d’éventuelles sanctions, le Département fédéral de l’économie (DEFR) a expliqué que les sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU sont contraignantes pour tous les Etats membres, par conséquent aussi pour la Suisse. Le Conseil fédéral peut en outre se rallier aux sanctions prises par le partenaire commercial le plus important de la Suisse, à savoir l’Union européenne. « Cette décision sera prise au cas par cas sur la base d’une pesée complète des intérêts », précise le DEFR.

Pour sa part, le Département fédéral des finances (DFF) confirme que Ueli Maurer, qui sera président de la Confédération en 2019, songeait à se rendre en Arabie Saoudite avec une délégation de la place financière. Toutefois, au vu des récents développements, la tenue de ce voyage « est réexaminée ».

Le journaliste Jamal Khashoggi était porté disparu depuis le 2 octobre. L’Arabie saoudite a reconnu samedi qu’il a été tué à l’intérieur du consulat saoudien à Istanbul. Selon les premiers éléments de l’enquête saoudienne, M. Khashoggi est mort à la suite d’une bagarre avec des personnes, qui l’ont rencontré dans le consulat.

Source ATS

Continuer la lecture