Choisissez votre radio
Connect with us

Procès de Semhar: “la petite voulait devenir cardiologue”

Publicité

Actualité

Procès de Semhar: “la petite voulait devenir cardiologue”

Procès de Semhar: “la petite voulait devenir cardiologue”

A Genève, cinquième jour du procès du chauffeur de taxi, d’origine éthiopienne. Il est accusé d’avoir violé puis étranglé la jeune Semhar, 12 ans, chez elle à Carouge. Il l’aurait ensuite caché sous le lit dans la chambre de sa mère. Depuis, six ans, l’accusé clame son innocence. Ce matin, l’expert en sciences forensiques, le spécialiste de l’ADN à la barre et cet après-midi plusieurs proches de la famille de la victime. Le résumé de la journée.

L’audience de ce matin tenait plutôt du cours de sciences que du cours de droit. L’expert en ADN a été mis sur le gril mais comme tout bon scientifique qui se respecte, ses réponses étaient prudentes. L’analyse forensique est en effet une science qui se base sur des probabilités. Or, la question de l’ADN retrouvé sur la scène du crime prend toute son importance, avec un prévenu qui nie les faits qui lui sont reprochés. La défense se prépare à plaider son acquittement, elle compte bien y puiser ses arguments.

Et dans cette affaire, plusieurs ADN mélangés ont été retrouvés.

Notamment sur le poignet de la jeune Semhar, sur sa hanche, ou encore sur son cou. En revanche au centre du slip de la petite, seul l’ADN masculin du meurtrier présumé a été retrouvé. Mais en faible quantité : 6 marqueurs sur 11 le confirment avec certitude. Les questions ont tourné autour des deux types d’expertises utilisées, la classique ou celle basée sur le chromosome masculin, le chromosome Y, apparemment plus précise. Et Maître Hayat, l’avocate de la défense, de livrer son interprétation en fin de matinée: la moitié des erreurs judiciaires seraient dues aux analyses de l’ADN, selon une étude qu’elle brandit.

L’après-midi est consacrée aux témoins de la partie plaignante.

Se succèdent à la barre, les proches de la famille de Semhar, son instituteur d’abord. La petite, qu’un surnommait Mimi, était une bonne élève, sociable et joyeuse. Son professeur ne se faisait aucun souci quant à son passage futur au cycle d’orientation. Vient ensuite le fils des voisins, à la Tambourine. D’origine éthiopienne aussi. Mimi avait la tête sur les épaules et sa mère lui confiait souvent des «missions», raconte le jeune homme aujourd’hui avocat. Elle était très sage et obéissante, écoutait son père et sa mère. La maman était très attentive à ses enfants et le lien familial, très fort. Revenant sur le soir de sa disparition, il déclare : C’était totalement anormal, sachant combien Mimi était responsable, qu’elle soit allée chez une amie sans en parler à sa mère et sans avoir son autorisation. Dans la salle, la maman éclate en sanglots.

Son audition est suivie de celle de la psychologue  qui accompagne la mère de Semhar depuis le drame…son témoignage est poignant.

La professionnelle explique que, lorsqu’elle a pris en charge cette mère de famille, elle était dans un état de choc. Un stress post traumatique, comme on dit dans le jargon. Les personnes dans cet état perdent leurs repères. Elles ont des cauchemars, se répètent en boucle l’événement traumatisant. La maman ne parvenait plus à se nourrir. Souvent elle a eu envie de mourir, explique la thérapeute. Se demandant pourquoi elle n’était pas morte, elle, à la place de sa fille. Elle pense que sa vie n’a plus de sens. Interrogée sur la manière dont elle parle de l’accusé, la psychologue répond qu’elle ignorait jusqu’à son nom, avant la convocation au tribunal. Sa patiente l’appelle, « le méchant ou l’autre ».

Puis la psychologue revient sur la culpabilité de cette maman.

Elle se questionne souvent, de manière obsédante: “Que s’est-il passé, qu’a vécu ma fille, combien de temps a-t-elle souffert, pourquoi y avait-il du sang?” Elle s’en veut d’avoir fait entrer cet homme dans sa vie…le loup dans la bergerie en quelque sorte. Elle était un peu tombée amoureuse de lui. Il était gentil avec ses enfants, elle était seule, séparée, avec trois petits, à trente ans à peine. La psychologue explique encore que Mimi, la petite fille bavarde et parfois bruyante, voulait devenir cardiologue ou maîtresse d’école…et qu’elle voulait  aider l’Afrique.

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Actualité

Publicité

Populaire

Publicité

Retrouvez Radio Lac sur tous les supports

écrans
To Top