Choisissez votre radio
Connect with us

Tension dès l’entame du 3e procès Sperisen

Publicité

Politique

Tension dès l’entame du 3e procès Sperisen

Le troisième procès d’Erwin Sperisen s’est ouvert lundi à Genève. La proposition du Ministère public d’ajouter à l’accusation d’assassinats une accusation subsidiaire d’assassinats par omission a provoqué un tollé du côté de la défense.

Pour Giorgio Campa, il s’agit d’une modification complète des faits qui sont reprochés à l’ancien chef de la police nationale du Guatemala. L’avocat note qu’Erwin Sperisen a été depuis le début poursuivi pour avoir planifié, ordonné et exécuté des détenus lors de l’assaut par les forces de police d’un pénitencier, en 2006.

Le premier procureur Yves Bertossa, de son côté, motive sa requête en se fondant sur l’arrêt du Tribunal fédéral qui ordonnait la tenue d’un nouveau procès. Mon Repos a retenu qu’on a affaire, dans ce dossier, à des homicides planifiés, dans une opération parallèle réunissant des personnes proches d’Erwin Sperisen, relève-t-il.

Aux yeux d’Yves Bertossa, il ne fait aucun doute qu’Erwin Sperisen a été partie prenante des circonstances qui ont permis le passage à l’acte. L’ancien chef de la police du Guatemala a laissé les tueurs agir, il leur a laissé le champ libre. Il a aussi permis que les scènes de crime soient manipulées.

Le Ministère public a une lecture “insoutenable” de l’arrêt du Tribunal fédéral, affirme Giorgio Campa. L’avocat demande à la Chambre d’appel et de révision, au cas où elle accepte modification de l’acte d’accusation, un ajournement des débats de trois mois, afin de permettre à Erwin Sperisen de préparer sa défense.

(Source ATS / Photo SALVATORE DI NOLFI)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus dans Politique

Publicité

Populaire

Publicité

Retrouvez Radio Lac sur tous les supports

écrans
To Top