Rejoignez-nous

Politique

Tension dès l’entame du 3e procès Sperisen

Publié

,

le

Le troisième procès d’Erwin Sperisen s’est ouvert lundi à Genève. La proposition du Ministère public d’ajouter à l’accusation d’assassinats une accusation subsidiaire d’assassinats par omission a provoqué un tollé du côté de la défense.

Pour Giorgio Campa, il s’agit d’une modification complète des faits qui sont reprochés à l’ancien chef de la police nationale du Guatemala. L’avocat note qu’Erwin Sperisen a été depuis le début poursuivi pour avoir planifié, ordonné et exécuté des détenus lors de l’assaut par les forces de police d’un pénitencier, en 2006.

Le premier procureur Yves Bertossa, de son côté, motive sa requête en se fondant sur l’arrêt du Tribunal fédéral qui ordonnait la tenue d’un nouveau procès. Mon Repos a retenu qu’on a affaire, dans ce dossier, à des homicides planifiés, dans une opération parallèle réunissant des personnes proches d’Erwin Sperisen, relève-t-il.

Aux yeux d’Yves Bertossa, il ne fait aucun doute qu’Erwin Sperisen a été partie prenante des circonstances qui ont permis le passage à l’acte. L’ancien chef de la police du Guatemala a laissé les tueurs agir, il leur a laissé le champ libre. Il a aussi permis que les scènes de crime soient manipulées.

Le Ministère public a une lecture « insoutenable » de l’arrêt du Tribunal fédéral, affirme Giorgio Campa. L’avocat demande à la Chambre d’appel et de révision, au cas où elle accepte modification de l’acte d’accusation, un ajournement des débats de trois mois, afin de permettre à Erwin Sperisen de préparer sa défense.

(Source ATS / Photo SALVATORE DI NOLFI)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

L'invité de Radio Lac Matin

Francisco Valentin veut remettre de l’ordre au MCG, ce parti de « grandes gueules »

Publié

le

Le nouveau président du MCG Francisco Valentin est confronté à un défi de taille pour remettre le MCG sur les rails. « Un parti de grandes gueules, bien genevoises, avec pas mal de membres qui avaient envie de capter la lumière, comme leur chef Stauffer », explique le nouveau président du MCG, 59 ans, ancien bijoutier qui travaille dans la police aujourd’hui.

Il n’a pas le côté boutefeu de son ami Stauffer qui lui a donné faim de politique. Mais il est bien déterminé à faire jouer au MCG son rôle de bascule. « C’est vrai que nous avons perdu 9 députés aux dernières élections » mais il estime que le parti a gagné en crédibilité. Les aigris, ils ont été exclus ou seront remis au pas. « Certains membres ont vraiment violé toutes les règles de toutes les ligues sauf celle de la protection des rouquins. Il s’en sont même pris au physique d’Ana Roch, ma prédécesseure ».

Le MCG à en croire Francisco Valentin est entré dans l’âge adulte après une adolescence turbulente. À prouver.

Continuer la lecture

Actualité

Rebecca Ruiz se dit très contente

Publié

le

La candidate socialiste Rebecca Ruiz va continuer à se rendre sur le terrain en prévision du deuxième tour. Elle veut "batailler jusqu'au bout" (archives). (©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Arrivée largement en tête de ce premier tour à l’élection complémentaire au Conseil d’Etat vaudois, la socialiste Rebecca Ruiz se dit très contente mais estime que rien n’est gagné. « Il va falloir batailler jusqu’au bout ».

Devant les journalistes, la candidate affichait un large sourire, se disant reconnaissante envers les électeurs. « Ils se sont attachés à mon programme, c’est rassurant », a-t-elle lâché.

Si son score (46,6% des voix) devance nettement celui de son principal rival, l’UDC Pascal Dessauges (37,6%), Rebecca Ruiz ne pense pas que les choses soient jouées. « La campagne n’est pas terminée, rien n’est gagné ». En prévision du second tour qui se tiendra le 7 avril, elle dit vouloir continuer à se rendre sur le terrain. Et d’ajouter qu’elle est dans un « très bon état d’esprit ».

La socialiste n’a cependant pas caché que les dix derniers jours ont été « difficiles, avec des attaques personnelles ».

 

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Les pirates de Porteous trouvent un accord avec l’Etat

Publié

le

Des visages satisfaits mais inquiets : les militants du collectif « Prenons la Ville » – désormais « collectif de Porteous » – présents ce jeudi après-midi sur le site verniolan de Porteous, dans le canton de Genève ont réalisé un petit exploit. Ils sont parvenus à faire plier le Conseil d’Etat et à trouver un accord avec lui. Ils acceptent de quitter ce vendredi soir le bâtiment qu’ils occupaient depuis cet été au bord du Rhône. Mais la victoire n’est pas acquise pour autant. En effet, la pression des autorités pour pouvoir disposer de l’endroit est forte.

Concrètement, les membres du collectif acceptent d’interrompre leur occupation en raison de plusieurs gestes consentis par l’Etat. Le temps d’effectuer les travaux de rénovation nécessaires, deux containers seront déployés sur le site, devant le bâtiment. Les militants pourront en disposer pour leurs différentes activités. Autre mesure en faveur des occupants: mettre en place une commission chargée de penser l’avenir du site, qui comprendra trois membres du collectif, des experts du bâtiment, des autorités cantonales ainsi que municipales.

Explication supplémentaire à cette levée d’occupation: la menace d’expulsion qui pesait sur les épaules des occupants. En effet, le canton a signifié à de multiples reprises son intention de procéder à l’évacuation du lieu. Mais les militants se veulent optimistes.

Emma collectif Porteous

Pirates des temps modernes

La prise du bâtiment avait fait grand bruit: les membres du collectif avaient approché et investi la bâtisse le 25 août dernier avec un radeau, acheminé par le Rhône, comme de véritables pirates des temps modernes.

Avant de faire connaître leurs revendications : faire de ce lieu laissé à l’abandon un centre socioculturel, plutôt qu’un centre de détention, comme le souhaitait le canton. Déjà en janvier, le Conseil d’Etat avait accepté le principe d’affecter le lieu à des projets culturels et de réinsertion.

Le mois passé, un chantier de sécurisation a été mené par les occupants: l’endroit a été nettoyé, des barrières de sécurité et des sorties de secours mises en place. Plusieurs études avec des architectes ont par ailleurs été conduites. De nombreux liens ont été établis avec différentes associations, notamment sportives et artistiques.

Le collectif a également bénéficié de plusieurs « soutiens » politiques, notamment de l’ancien maire de Vernier et actuel conseiller d’Etat Thierry Apothéloz, chargé désormais de la cohésion sociale. Le socialiste se réjouissait alors du revirement concernant l’affectation de Porteous, « une bonne nouvelle pour le milieu culturel » affirmait-il en janvier. Pourtant les militants préviennent: ils ne veulent pas que la « culture marchande » s’installe dans cette ancienne usine.

Quoi qu’il en soit, l’occupation doit être levée ce vendredi soir, pour permettre l’intégration des conteneurs sur le site. Emma fait le point:

Emma collectif Porteous

L’Etat retire sa plainte

De son coté, le Conseil d’Etat se dit satisfait. Il précise que « cette libération constitue une étape réjouissante dans la volonté du Conseil d’Etat d’attribuer ce site au département de la cohésion sociale (DCS) en vue d’y réaliser un centre culturel ». Une décision qui entraîne en outre « le retrait de la plainte pénale visant le collectif pour occupation illicite du site propriété de l’Etat », selon le communiqué du DCS.

Tadeusz Roth

Continuer la lecture

Actualité

Ana Roch cède la présidence du MCG à Francisco Valentin

Publié

le

Le Mouvement citoyens genevois (MCG) vient de se choisir un nouveau chef: Francisco Valentin. Unique candidat, l’ancien vice-président a été élu à l’échelon supérieur avec 80% des voix. Il succède à la députée et conseillère municipale de Vernier, Ana Roch. Cette dernière devient vice-présidente. Autres vice-présidents: Roger Golay, Françoise Sapin et Giuseppe Di Salvo.

C’est donc une page qui se tourne pour le MCG. Après trois ans à la tête du parti, Ana Roch avait decidé de ne pas rempiler. Elle nous explique pourquoi:

Ana Roch Présidente du MCG depuis 2016

Depuis sa première élection à la tête du MCG, le 29 avril 2016, Ana Roch n’aura pas connu une présidence de tout repos. Entre le départ du fondateur du parti Eric Stauffer et les récentes démissions, les tensions à l’interne ont été légion. Ce que ne conteste pas Ana Roch:

Ana Roch Présidente du MCG depuis 2016

Ce nouveau départ pourrait encore fragiliser le parti, déjà affaibli par ces mauvais résultats électoraux et ses querelles internes. La future ex-présidente se veut rassurante:

Ana Roch Présidente du MCG depuis 2016

Reste que le MCG a fondé son succès sur une politique antifrontalier. Or, depuis, la préférence cantonale a fait son chemin. Le MCG doit-il encore miser sur cette carte? La réponse d’Ana Roch:

Ana Roch Présidente du MCG depuis 2016

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

Ville de Genève: le PS envoie Kitsos et Kanaan dans la course à l’Exécutif

Publié

le

(DR)

Réuni ce soir en assemblée générale, le Parti socialiste Ville de Genève a choisi son ticket pour la course à l’Exécutif. C’est un duo qui tentera, lors des municipales de 2020, de conserver les deux sièges au Conseil administratif. Sans surprise, le sortant, l’actuel maire, Sami Kanaan, âgé de 55 ans, obtient la confiance des membres pour rempiler. Il passe dès le premier tour avec 93 voix sur 129.

La question était plutôt: Quelle sera la femme désignée pour succéder à Sandrine Salerno parmi les quatre candidates à la candidature?
C’est la conseillère municipale Christina Kitsos, âgée de 38 ans, chargée des affaires migratoires au Département de l’instruction publique, qui a été choisie. Il aura fallu attendre le quatrième tour pour le savoir.

Dans cet ultime round, elle atteint 65 voix contre 53 voix pour Virginie Studemann, 50 ans, ancienne présidente de la section et conseillère municipale de 2011 à 2017. La conseillère municipale Jannick Frigenti Empana (51 ans) avait été éliminée lors du tour précédent. Tandis que la députée et vice-présidente du parti cantonal, Caroline Marti, 29 ans, avait été la première évincée.

Un ticket à deux

Autre question réglée logiquement en amont: celle du nombre. Soit à deux, soit à trois. Une écrasante majorité s’est prononcée en faveur d’un ticket à deux.

Pour rappel, le PLR et le PDC ont déjà fait leur choix. Le conseiller municipal et député PLR Simon Brandt part seul dans la bataille. Tandis que deux femmes, Alia Chaker Mangeat et Marie Barbey-Chappuis porteront les couleurs du PDC. Les candidats à la candidature sont très nombreux. Et le jeu s’annonce particulièrement ouvert puisqu’a priori, Sami Kanaan devrait être le seul des cinq sortants à se représenter.

@marie_prieur

Continuer la lecture